I. N. Endeley, Virtual Activism on Cameroon. The Camnet Files, lu par Thomas Atenga

Virtual Activism on CameroonENDELEY (Isaac N.), Virtual Activism on Cameroon. The Camnet Files, Bamenda, Langaa RPCIG, 2013, 184 pages.

Une des utopies fondatrices d’internet est que cet outil établirait des dispositifs de prises de parole ouverts sur la base d’un fonctionnement horizontal, égalitaire et libertaire. Cette forme de communication médiatisée par ordinateur (CMO) repose sur l’instantanéité de la diffusion, les interactions entre utilisateurs. À travers forums de discussion, réseaux sociaux, blogs, etc., elle contribuerait à la montée de nouvelles façons de parler de politique, d’activisme et d’engagement. Ces effets d’amplification ou de fragmentation des opinions participent des pratiques délibératives émergentes qui remodèlent la démocratie. C’est de ces hypothèses que part ici Isaac N. Endeley pour restituer sa propre expérience de ces plateformes.

À travers sept chapitres qui vont de la situation politique camerounaise en passant par la question anglophone, la violence politique et la liberté d’expression jusqu’au débat sur la viabilité de l’enseignement supérieur, il restitue ses prises de position sur ces questions dans le forum de discussion camnet.

Créée au milieu des années 1990, cette liste de discussion attirait les opposants et les partisans du régime de Yaoundé. Même si elle ne disposait pas de modérateur, elle était « très disciplinée, et les échanges [y étaient] civilisés » (p. v). Jusqu’à la fermeture, en juin 1999, de son serveur basé en Italie, elle a contribué à démontrer que les Camerounais de la diaspora et ceux de l’intérieur pouvaient prendre part aux débats sur l’avenir de leur terre natale (p. v). Endeley rend compte du privilège qu’il a eu d’être un des contributeurs les plus réguliers de ce forum dominé par les débats politiques, même si aucun sujet n’était explicitement interdit (p. vi). Pour lui, durant ses années d’existence, cette plateforme a été celle dont les débats ont eu le plus d’influence sur la vie politique camerounaise (p. vi), même s’il n’étaye pas cette certitude.

Dans le chapitre 1, qui traite de la politique au Cameroun et notamment du processus électoral, largement contrôlé par le système Biya, il reprend ses propres contributions par lesquelles il souhaitait convaincre ses contradicteurs que le problème ne résidait pas dans les individus, mais dans les institutions. « Ce dont le Cameroun a besoin, c’est d’un ensemble viable d’institutions qui peuvent contenir les fluctuations propre au caractère des individus. Le pays a besoin d’institutions qui inspirent confiance et qui ne sont pas soumises au flux et au reflux des ambitions politiques et des désirs d’enrichissement » (p. 3).

Le problème anglophone au Cameroun fait l’objet du chapitre 2. Endeley s’y montre anti-sécessionniste. S’il reconnaît que la colonisation a une responsabilité importante dans la situation de la minorité anglophone, il ne pense pas que la création d’un État autonome soit la solution. « Une alternative possible est de trouver des moyens d’amender la constitution de telle sorte qu’elle reflète les aspirations véritables de tous les Camerounais et qu’elle garantisse leur participation. C’est le chemin que je préfère emprunter. Ce qui est fait est fait » (p. 58). Il est donc pour le dialogue plutôt que pour la violence.

Cette question de la violence est précisément au cœur du chapitre 4, où l’auteur met en perspective ses échanges avec le capitaine Guérandi Mbara, un des cerveaux du putsch manqué du 6 avril 1984. Dans ce dialogue policé, mais ferme, Endeley remet en cause la légitimité de la tentative avortée du militaire : « Vous avez la mémoire courte ! Vous donnez l’impression que les problèmes du Cameroun n’ont commencé qu’en 1982 avec l’arrivée de M. Paul Biya au pouvoir. Et les lecteurs mal informés pourraient penser, à vous lire, que sous le régime du dictateur Ahmadou Ahidjo, les Camerounais vivaient dans un paradis africain. C’était peut-être le cas pour vous, puisque vous êtes originaire de la même région qu’Ahidjo et que vous étiez officier de l’armée camerounaise. Mais vous avez tout de même dû remarquer que la majorité de vos compatriotes vivait dans la misère… » (p. 98). En partant de l’affaire du « malaise cardiaque de Paul Biya » qui a conduit Pius Njawe, le directeur du journal Le Messager, en prison pendant plus de six mois, et de celle de l’assassinat du journaliste burkinabé Norbert Zongo, l’auteur reprend ses contributions qui rappellent son combat contre toute forme de censure, et pour l’avènement d’un véritable pluralisme médiatique au Cameroun et en Afrique.

Sur les affaires internationales, discutées dans l’avant-dernier chapitre, Endeley rappelle qu’ayant étudié les relations internationales, il a souvent pu éclairer les participants de camnet sur des sujets comme le conflit de Bakassi, la dette ou encore l’engagement du Cameroun dans la lutte contre la non-prolifération du nucléaire et des armes chimiques.

La recherche et l’enseignement supérieur sont les thématiques abordées dans le dernier chapitre de cet ouvrage. Si Endeley reconnaît que l’offre a augmenté avec la multiplication des institutions universitaires depuis 1993, il déplore le fait que la qualité n’a pas toujours suivi, et que les programmes ne sont pas toujours adaptés au marché de l’emploi. De même, il déplore la faiblesse des financements des recherches scientifiques.

Au final, l’ouvrage d’Endeley permet d’observer comment les Camerounais se saisissent d’internet pour continuer d’exister en tant que citoyens préoccupés par la marche des affaires de leur pays. Ce livre témoigne des mutations de la citoyenneté à l’âge numérique dans un contexte autoritaire. Il démontre comment les discussions en ligne contribuent à la fois à l’élargissement de l’espace public et au renforcement de la démocratie délibérative, de manière antagonique, consensuelle, compétitive ou collaborative.

Thomas Atenga

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 3/2013 (N° 131).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.