S. Straus, L. Waldorf (dir.), Remaking Rwanda: State Building and Human Rights after Mass Violence, lu par Danielle de Lame

cr6STRAUS (Scott), WALDORF (Lars) (dir.), Remaking Rwanda: State Building and Human Rights after Mass Violence, Madison, The University of Wisconsin Press, coll. « Critical Human Rights », 2011, 382 pages.

Cet ouvrage est un recueil de textes dédiés à la mémoire d’Alison Des Forges, historienne et activiste des droits de l’Homme (notamment au sein de l’ONG Human Rights Watch), décédée dans un accident d’avion en février 2009. Les 21 chapitres sont dus à des spécialistes du Rwanda, économistes, juristes, historiens, anthropologues, réunis à Londres et à Madison à l’occasion de cérémonies d’hommage. Dans une préface, David Newbury éclaire les liens entre la quête des faits par l’historien(ne) et l’activisme social. Lorsque la quête de vérité rejoint le souci de justice sociale, les textes ont des effets politiques : ce qui apparaît certainement dans les travaux de Des Forges relatifs au génocide était déjà présent dans sa thèse de doctorat – publiée à titre posthume – et qui portait sur les débuts de la colonisation. L’impartialité reste un trait majeur de la chercheuse dont la mémoire est ici célébrée.

Les travaux de Des Forges analysés par Newbury brossent le paysage culturel où se situent les analyses de la politique rwandaise actuelle. L’introduction de Scott Straus et Lars Waldorf, « Seeing like a Post-Conflict State », détaille les entreprises d’ingénierie sociale en cours et situe l’ouvrage dans un contexte théorique large en posant deux questions essentielles : que nous enseigne l’autoritarisme internationalement sponsorisé à propos de la reconstruction sociale ? Comment comprendre le processus de rétablissement du Rwanda post-génocide ?

Les directeurs de l’ouvrage entendent, à juste titre, combler un vide dans la littérature. Les chapitres réunis résultent de terrains de longue durée, pour la plupart en région rurale, menés en majorité par des chercheurs relativement récents sur le terrain rwandais, rejoints par quelques chercheurs chevronnés. L’analyse des observations de terrain est située dans le contexte politique général : l’ingénierie sociale du Front patriotique rwandais (FPR) comprend une refonte culturelle, une reconfiguration spatiale du pays qui rompt avec le passé, le remplacement des petites exploitations familiales par les monocultures et l’agro-industrie, l’endoctrinement politique et le soutien inconditionnel au gouvernement. La suppression de toute critique entraîne des exclusions qui remettent en cause toute prétention officielle à une reconstruction sociale. L’instrumentalisation du génocide justifie l’aide étrangère au Rwanda (50 % du budget national) autant que l’impunité dont bénéficie le FPR pour les crimes commis durant la guerre civile de 1990-1994.

Ces thèmes apparaissent au long des chapitres groupés en cinq parties : « Governance and State Building », « International and Regional Contexts », « Justice », « Rural Reengeneering », « History and Memory ». L’ouvrage se termine par deux articles de conclusion. Dans le premier, Joseph Sebarenzi, ancien président du parlement rwandais (1997-2000), décrit ses vains efforts pour établir l’indépendance du pouvoir législatif et rappelle que les tentatives de démocratisation à l’approche des élections de 2010 n’ont eu pour effet que des emprisonnements, des départs en exil et des tentatives d’assassinat. Dans la seconde conclusion, Aloys Habimana (Human Rights Watch, division Afrique) note quant à lui la continuité entre les deux derniers régimes rwandais.

Il n’est pas possible d’entrer ici dans les détails de chaque chapitre reprenant les observations de terrain qui font de cet ouvrage la meilleure synthèse actuelle des multiples facettes de la vie des Rwandais aujourd’hui. Au moment où l’exploitation des ressources naturelles de la RDC par le Rwanda est reconnue publiquement, ce recueil attire l’attention sur les effets du soutien aveugle de la communauté internationale, trop lente à intervenir lors du génocide des Tutsi, trop tard reconnu. Dans la pléthore d’ouvrages publiés depuis 1994, celui-ci fait date. Par ses ambitions théoriques, il dépasse le cadre du Rwanda et intéresse politistes et historiens à plus d’un titre. À quinze ans de distance, et bien fondé sur l’observation, il jette un jour à la fois complémentaire et contrasté sur la situation de la majorité de la population rwandaise laissée dans l’ombre des « Visions 2020 » et autre « miracle kigalien ».

Danielle de Lame


Vous aimerez aussi...