S. Williams, Who killed Hammarskjöld? The UN, the Cold War and White Supremacy in Africa, lu par David Mugnier

cr5WILLIAMS (Susan), Who killed Hammarskjöld? The UN, the Cold War and White Supremacy in Africa, Londres, Hurst and Company, 2011, 306 pages.

Ce livre retrace les recherches entreprises par l’auteure en vue de tirer au clair les circonstances exactes de la mort du Secrétaire général des Nations unies, Dag Hammarskjöld, dans la nuit du 17 au 18 septembre 1961, près de Ndola, en Zambie. Bien que la thèse d’une erreur de pilotage ait été avancée à plusieurs reprises pour expliquer le crash de l’avion à bord duquel avait pris place Hammarskjöld, l’hypothèse d’un attentat ou d’une l’attaque de l’appareil n’a jamais pu être totalement écartée.

Mettant à profit l’ouverture de plusieurs fonds d’archives privés ainsi que la rencontre avec des témoins directs ou indirects du drame et des experts en balistique et en évaluation médico-légale, Susan Williams reprend l’enquête à zéro. Au fil des pages, de Stockholm à Ndola en passant par la Grande-Bretagne et la Floride, elle cherche le moindre indice susceptible de démontrer les incohérences de l’enquête initiale et de remettre en cause la thèse d’un accident. Pour mieux comprendre le contexte du drame, elle consacre aussi plusieurs chapitres à décrire la situation en Afrique centrale du début des années 1960. Elle rappelle le rôle joué dans la crise congolaise par les mouvements nationalistes africains, le gouvernement sécessionniste katangais soutenu par la Belgique et l’Union minière, les anciens militaires français de l’Organisation armée secrète liés aux réseaux Foccart et les responsables de l’Opération de maintien de la paix de l’ONU au Congo (Onuc). Elle montre aussi, ce qui est peut-être moins connu, les activités du « Lobby Katanga » du parti conservateur britannique, de la CIA et de réseaux clandestins opérant à partir de l’Afrique du Sud. Elle souligne, enfin, l’importance de la mobilisation du régime blanc de la Fédération rhodésienne contre les forces de l’Onuc.

On ressort de la lecture de ce livre avec la conviction que la police du Premier ministre rhodésien, Roy Welensky, s’est comportée de façon particulièrement suspecte, lançant avec retard les secours, écartant plusieurs témoins et maquillant des pièces à conviction, comme si elle avait quelque chose à cacher sur les circonstances de ce drame. On comprend mieux aussi comment Hammarskjöld, en souhaitant agir au Congo en application des grands principes de la Charte des Nations unies, s’est trouvé en conflit direct avec des groupes d’intérêts très puissants sans qu’il soit, à ce stade, possible de déterminer lequel d’entre eux aurait finalement choisi de passer à l’action contre lui. Enfin, on ne cesse d’être étonné par la difficulté que rencontrent encore aujourd’hui les chercheurs pour accéder aux archives des États occidentaux couvrant cette période et les circonstances de ce drame.

En 1962, l’enquête menée par l’ONU avait débouché sur un « verdict ouvert », se limitant à constater le caractère suspect de la mort d’Hammarskjöld mais sans parvenir à une conclusion définitive. À l’image du travail réalisé par Ludo de Witte sur l’assassinat de Patrice Lumumba qui aboutit à la création d’une commission d’enquête parlementaire en Belgique et la mise à jour des responsabilités réelles, Williams souhaiterait que son livre provoque l’ouverture d’une nouvelle enquête internationale jugeant, peut-être de manière optimiste, le contexte post-guerre froide et postcolonial plus propice à l’établissement de la vérité. En attendant, suite à la parution de ce livre, un comité international de juristes s’est constitué autour du juge sud-africain Richard Goldstone, du juge britannique Stephen Sedley, du juge hollandais Wilhelmina Thomassen et du diplomate suédois Hans Correll afin d’étudier les éléments nouveaux mis à jour par l’auteure. Il doit remettre ses conclusions, en 2013, au Secrétariat général des Nations unies.

David Mugnier


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.