N° 148 – La Côte d’Ivoire sous Alassane Ouattara

Présentation du N° 148

En mai 2011, dans son discours d’investiture, Alassane Ouattara proposait de placer sa présidence sous le sceau de l’« écriture d’une page nouvelle » de l’histoire de la Côte d’Ivoire. Depuis la fin des années 1990, le pays a vécu au rythme d’incessantes crises sociopolitiques et militaires dont les violences post-électorales de 2011 semblent avoir été l’épilogue sanglant. Tout en analysant la façon dont la société ivoirienne a été transformée par la guerre, ce dossier se penche sur les sentiers sinueux de la sortie de crise. Il  met en évidence la contradiction manifeste entre une volonté de stabilisation politique par le biais de la croissance économique, d’un côté, et, de l’autre, les limites de la stratégie de réconciliation par le dialogue politique et la justice transitionnelle, les tensions générées par l’augmentation des inégalités sociales, et la reproduction des dynamiques de conflits dans le foncier rural.

SOMMAIRE

Page 5 à 26, Introduction au thème : « On ne mange pas les ponts et le goudron » : les sentiers sinueux d’une sortie de crise en Côte d’Ivoire, par Francis Akindès
Page 27 à 48, Prendre la craie. La mobilisation des enseignants rebelles dans le Nord de la Côte d’Ivoire (2002-2011), par Camille Popineau
Page 49 à 68, Rhétorique de la cohésion sociale et paradoxes de la « paix par le bas » en Côte d’Ivoire, par Giulia Piccolino
Page 69 à 88,  L’autochtonie, la terre et les jeunes à Sassandra (Ouest-Côte d’Ivoire)Gnangadjomon Koné, Ba Morou Ouattara, Francis Akindès
Page 89 à 107, Nouchis, ziguéhis et microbes d’Abidjan : déclassement et distinction sociale par la violence de rue en Côte d’Ivoire, par Séverin Kouamé Yao
Page 109 à 129, La paix dans une zone de guerre. Lire la crise ivoirienne sur le temps long et par le bas, par Till Förster

Recherches

Sorcellerie en Afrique : « L’effet Magritte » en débat, Coordonné par Didier Péclard

Page 132 à 137Les genres discursifs de la sorcellerie : des histoires intimes aux rumeurs publiques, par Julien Bonhomme
Page 138 à 142, Pour une herméneutique du sorcellaire, par Patrice Yengo
Page 143 à 147, Magritte’s Multiplicities and Warnier’s Inspirations, par Jane Guyer
Page 148 à 152, D’une crise l’autre : l’afrodystopie par Joseph Tonda
Page 153 à 157, L’incomplétude du sujet africain, par Francis Nyamnjoh, Traduction de Jean-Pierre Warnier
Page 158 à 163, La sorcellerie : un savoir qui se refuse à la connaissance ?, par Peter Geschiere, Traduction de Jean-Pierre Warnier
Page 164 à 168, L’insaisissable légèreté du sorcier, par Jean-Pierre Warnier

Conjoncture

Page 169 à 181, Le roi est nu : crise électorale et anatomie du pouvoir au Kenya (2017), Marie-Emmanuelle Pommerolle, Chloé Josse-Durand

Lectures

Coordonné par Marielle Debos, Boris Samuel

Autour d’un livre

Page 183 à 199, Alex de Waal. The Real Politics of the Horn of Africa. Money, War and the Business of Power. Londres, Polity Press, 2015, 220 pages

Revue des livres

Page 200 à 213


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *