J. Hellweg, Hunting the Ethical State : The Benkadi Movement of Côte d’Ivoire, lu par Till Förster

cr2Hellweg Joseph, Hunting the Ethical State : The Benkadi Movement of Côte d’Ivoire, Chicago, University of Chicago Press, 2011, 21 ills., bibl., index, xvi, 291 pages.

Pendant la crise ivoirienne, des acteurs se sont imposés sur la scène politique. Certains, comme les groupes rebelles, étaient inconnus auparavant. D’autres, comme les chasseurs dits « traditionnels », les célèbres (parfois tristement, selon le point de vue) dozos étaient plus ou moins établis avant le soulèvement militaire de 2002. Ils se réclament volontiers d’une histoire de plusieurs siècles, et certains se voient comme les héritiers de l’empire médiéval du Mali. Mais ils sont entièrement contemporains et sont des acteurs politiques à tous les niveaux du village jusqu’à l’international. L’ouvrage de Joseph Hellweg est dédié à la(re)naissance des dozos durant les années 1990, une époque pendant laquelle l’État ivoirien ne tenait plus ses promesses d’une prospérité relative, de la paix intérieure et d’un équilibre des intérêts. Hellweg ne couvre donc pas, ou presque pas, le temps de la rébellion ni le présent. Il se concentre sur la formation du Benkadi, l’association des chasseurs, le moment où les dozos se sont engagés dans le conflit ivoirien.

Les relations entre les chasseurs et l’État figurent donc au centre du livre. L’auteur les reconstitue à partir du tournant de l’année 1993 et de la mort de Félix Houphouët-Boigny. C’est à ce moment-là que Hellweg a commencé ses recherches dans le Nord-Ouest de la Côte d’Ivoire, en particulier dans le Denguélé, une région qui correspond aujourd’hui au département d’Odienné. Là-bas, les chasseurs sont fortement enracinés dans la culture mandé, ce qui les distingue d’autres parties de la Côte d’Ivoire où leur présence est plus récente et souvent liée à la crise. La perspective de l’auteur est fondée sur cette expérience de terrain particulière, mais il en fait un avantage car ses descriptions et analyses profitent grandement de sa familiarité avec la langue et la société locales. Il s’est fait initier dans la confrérie, a sillonné villes et campagnes avec les dozos, a participé à leurs sacrifices et à leurs funérailles, mais surtout, il a partagé leur vie quotidienne. Ils lui ont fait confiance et l’ont introduit dans leur monde. Hellweg décrit en profondeur la moralité et les convictions des chasseurs qui se voient responsables du bien-être de leurs communautés. Ce sont eux qui affrontent les dangers de la forêt, espace non dominé par l’homme, et ce sont aussi eux qui, par leurs connaissances et sacrifices, protègent l’espace culturel du village. La description de l’auteur est toujours dense et convaincante.

Mais les dozos ont aussi un autre visage – un visage qui s’inscrit tout naturellement dans la vie moderne et ses enjeux. Hellweg ne construit pas l’image d’une « tradition » qui ne change pas – ses dozos sont à la hauteur de l’époque. Au moment où il partage leur vie, ils organisent des gardes de nuit pour leurs villages ou les quartiers des villes, ils érigent des barrages pour contrôler la circulation, ils infligent des amendes et parfois des châtiments corporels à tous ceux qui menacent leurs communautés. Tout cela vise à protéger la vie sociale – tout comme jadis quand la forêt était encore le lieu de l’imprévisible et du danger. Hellweg trace les continuités de leurs pratiques dans le cadre de la vie moderne avec une empathie et même une sympathie profonde. L’envers est moins souvent mentionné. L’auteur décrit néanmoins la réaction de l’État qui, sous le régime d’Henri Konan Bédié, essaye de regagner son monopole de la violence. Sans beaucoup de succès, on le sait.

L’interprétation de ces relations tourne autour de trois points : d’abord, la crise économique qui atteint un pic avec la mort du « Vieux » en décembre 1993 et la dévaluation du franc CFA en janvier 1994. Ensuite, l’insécurité croissante qui marque cette époque et le régime Bédié. Et enfin l’idéologie de l’ivoirité qui remet en cause la citoyenneté des populations du Nord. Ces trois facteurs se combinent et amènent les chasseurs à prendre les choses en mains. Hellweg voit leurs activités comme une copie des pratiques étatiques. Il se sert du concept de mimesis emprunté à Michael Taussig (et à Aristote). Si un tel concept rend justice à la capacité d’agir des chasseurs – leur agency dans le texte original –, il paraît cependant contestable. Car les dozos se situent bel et bien dans les situations actuelles auxquelles ils sont confrontés et qu’ils jugent selon des critères qui, souvent, ne sont pas ceux de l’État postcolonial. Leurs pratiques de surveillance paraissent plutôt découler d’un imaginaire social marqué par le respect réciproque et la redistribution des biens communs selon les valeurs locales et musulmanes. Hellweg attribue leur renaissance en tant qu’association à la faiblesse de l’État et à l’insécurité qui régnaient en Côte d’Ivoire en 1993-1994. Mais pourquoi devaient-ils imiter un État qui, déjà à l’époque, n’avait plus guère de crédibilité ? En outre, la politisation de ces nouveaux acteurs est engagée avant, sous le régime Houphouët-Boigny.

L’ouvrage souffre de quelques coquilles éditoriales mais le livre de Joseph Hellweg est une contribution importante pour mieux comprendre l’esprit de cette association qui a joué un rôle majeur avant et pendant la crise ivoirienne et qui reste toujours visible dans la vie politique du pays. Basé sur une participation directe aux activités des dozos, ce travail témoigne d’une qualité ethnographique extraordinaire.

Till Förster

Compte-rendu paru dans Politique africaine 2/2013 (N° 130).


Vous aimerez aussi...