S. Cornelissen, F. Cheru, T. M. Shaw (dir.), Africa and International Relations in the 21st Century, lu par Patrick Quantin

cr1Cornelissen Scarlett, Cheru Fantu, Shaw Thimothy M. (dir.), Africa and International Relations in the 21st Century, New York, Palgrave Macmillan, 2012, 248 pages.

Les seize auteurs réunis dans cet ouvrage collectif se retrouvent sur une problématique qui, selon l’angle d’observation choisi par les uns et les autres, est soit « Qu’est-ce que l’Afrique du point de vue des relations internationales (RI) ? », soit « Qu’est-ce que les relations internationales du point de vue de l’Afrique ? » Il en découle une variété de propos difficiles à synthétiser. Les contributions sont rangées dans trois parties consacrées successivement à la question de l’État, à celle des « innovations par le bas » et enfin, aux problèmes de sécurité. Seuls les trois chapitres consacrés à l’État à travers la recherche d’une « reconceptualisation » de l’autorité et de la souveraineté ont une dimension générale tandis que le reste de l’ouvrage s’en tient à des thèmes plus restreints ou à des études de cas. Bien que l’ensemble s’avère digne d’intérêt, cette première partie, inscrite dans la lancée du chapitre introductif rédigé par les directeurs de l’ouvrage, est indéniablement la plus ambitieuse. Il s’agit de recourir à une « épistémologie recadrée » pour mettre en lumière ce qu’apportent dans l’ordre international les processus d’émergence en Afrique. En particulier, en tirant parti de l’idée que si l’État de type westphalien s’adapte mal en Afrique, ce type de dispositif politique est aussi remis en question dans les pays du Nord. Karen Smith avance des propositions pour repérer les contributions originales de l’Afrique. Elle distingue celles qui peuvent être atteintes par une approche de RI, par exemple en adaptant les théories et les concepts aux contextes locaux, et celles qui débordent la discipline pour s’inspirer de champs académiques tels que la littérature ou l’anthropologie, ou pour étudier directement la culture populaire et la vie quotidienne. Thomas Kwasi Tieku aborde sa contribution en critiquant le « prisme de l’individualisme » qui prévaut chez les chercheurs du Nord étudiant les RI pour lui opposer la vision « collectiviste » (peut-être « holiste » serait moins ambigu en français…) qui guide les expériences des habitants du Sud. L’argument prend une certaine épaisseur quand il est appliqué au fonctionnement de l’OUA. Ulf Engel et Gorm Rye Olsen reviennent, quant à eux, sur les évaluations de la force ou de la faiblesse des États d’Afrique basée sur la coïncidence entre territoire et souveraineté et plaident pour la prise en compte de nouveaux régimes de territorialisation à différents niveaux incluant l’infra-étatique (substate) et le trans-étatique (trans-state).

Les autres contributions de ce livre peuvent être lues comme des illustrations de ce qui précède. En revenant sur la critique du stato-centrisme de la tradition des RI, Sabelo Ndlovu-Gatsheni insiste sur le caractère irréductible des questions identitaires dans le traitement du nationalisme, de l’autochtonie et de la xénophobie en Afrique. On pourra lire aussi des analyses portant sur les approches de la (re)construction de l’État en Somalie et en Sierra Leone, sur le contrôle de l’immigration en Afrique du Sud, sur le delta du Niger, sur la privatisation de la sécurité ainsi que sur les rapports entre genre et insécurité. Un panorama assez complet, en somme, des questions qui ont occupé beaucoup de spécialistes de l’Afrique subsaharienne depuis environ une quinzaine d’années, délimitant un champ d’intérêt particulier qui se garde d’aborder de front la problématique du développement économique (malgré des références nombreuses à l’économie politique internationale) et qui abandonne les « democratization studies » aux recherches euro-centrées.

Ce livre collectif n’est pas une compilation hétéroclite, et ce n’est pas là son moindre mérite. Il n’est pas certain, pourtant, qu’il parvienne à se hisser à la position qu’imperceptiblement il désigne au lecteur : celle d’un courant « africaniste » de l’étude des relations internationales qui viendrait s’ajouter à la liste bien fournie des opposants au courant dominant (néo)réaliste.

Patrick Quantin

Compte-rendu paru dans Politique africaine 2/2013 (N° 130).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search