Des lendemains qui déchantent ? Pour une sociologie des moments de restauration

Introduction au thème au thème du numéro 146, paru le 02/2017, par Amin Allal et Marie Vannetzel, page 5 à 28.

 Restauration » : quiconque voit « à peu près » de quoi il s’agit. Soit que l’expression paraisse claire en elle-même (on « restaure » ce qui a été abîmé), soit qu’elle remue un vague souvenir de cours d’histoire sur la Révolution française. Pourtant, que l’on cherche à en donner une définition succincte et l’on s’aperçoit très vite de la labilité de l’objet : la restauration, on le pressent, n’est pas le simple retour d’un ordre ancien. Marqués « du sceau de la transaction, de la recomposition autant que de la nostalgie 1 », traversés par des « tensions symboliquement fortes entre (passés concurrents) d’une part, et entre ces passés-là et l’avenir, de l’autre 2 », ces processus ont en effet en commun d’être autre chose que le rétablissement du statu quo ex ante. L’ordre restauré a ceci de paradoxal qu’il est à la fois ancien et nouveau. Il relève du retour vers le futur.

Dans ce dossier, nous considérons les restaurations comme des moments où se produisent des changements capables d’affecter en profondeur, et sans orientation historique prédéfinie, les structures sociales, politiques et culturelles – changements que masque souvent l’impression d’un retour à l’ordre précédent ou d’une fermeture de parenthèses exceptionnelles. Nous les définissons plus précisément comme des moments de forclusion des processus d’effervescence politique pluraliste envisagés dans leur variété. Par processus d’effervescence pluraliste, nous entendons des situations marquées par des soulèvements populaires d’importance qui conduisent à des défections au sein des blocs historiques 3  et qui viennent perturber les agendas et la stabilité des oligarchies régnantes ; et/ou des situations de renouvellement des cercles des élites dirigeantes autour d’anciens opposants, l’orchestration d’un pluripartisme, et l’effusion d’expressions et de prises de position politiques dans les espaces publics.

Cette définition nous permet d’embrasser des moments aussi différents, du point de vue de leur historicité, que les « Printemps » tunisien et égyptien de 2011 et leurs suites contrastées (E. Klaus, A. Boutaleb et F. Ramzy dans ce dossier), ou les « Conférences nationales » des années 1990 en Afrique subsaharienne (le cas camerounais est ici traité par J.-M. Manga et A. Mbassi). On aurait pu tout aussi utilement aborder la clôture de « l’expérience démocratique » algérienne de 1988-1992 4 , l’alternance civile avortée en Mauritanie en 2007-2008 5 , le cycle répressif engagé au Burundi suite aux manifestations contre la troisième candidature du président Nkurunziza en 2015 6 , voire la séquence post-Compaoré au Burkina Faso au cours de laquelle les dynamiques insurrectionnelles sont aux prises avec les mécanismes anciens de contrôle et de domination politiques.

Aussi variés soient-ils, ces moments peuvent être rapprochés du point de vue du vécu illusionnel qui les traverse de façon analogue. Ce sont des « lendemains qui déchantent ». Or, cette forclusion de l’effervescence pluraliste impacte les logiques de situation selon deux paradoxes. Le premier est que l’impression partagée de fatalité et de fermeture des possibles ne met en réalité pas un terme au dynamisme des « potentialités » et des conflictualités. Le second est que la restauration d’une façade d’immuabilité – qui donne, précisément, l’impression que l’ordre est de retour – occulte de multiples déplacements et repositionnements des acteurs et des règles constitutives de cet ordre. La forclusion de l’effervescence pluraliste peut être étudiée comme un moment conflictuel d’institutionnalisation de normes en redéfinition. Ce dossier défend l’idée que, derrière le retour à l’ordre des « anciens », le musellement des initiatives politiques frontales ou le contrôle des expressions et des revendications dissonantes au bloc historique, derrière l’unanimisme que le projet de restauration de façade semble façonner, demeurent des pratiques et des représentations politiques dans la société qui ne relèvent pas strictement de l’organisation du contrôle par les dirigeants de l’ancien régime.

En ce sens, l’ordre restauré ne peut pas, a priori, être décrété « autoritaire ». Le parti pris est ici de dissocier les deux termes, dont l’adjonction ne va pas de soi. Si le caractère autoritaire de la prise du pouvoir qui orchestre la fin d’un processus pluraliste est souvent manifeste – par un coup d’État notamment –, nombreuses sont les situations où la forclusion de l’effervescence pluraliste advient de façon plus insidieuse, moins définitive. Que l’on pense, par exemple, au scénario bien connu de l’ancien dirigeant qui revient au pouvoir par les urnes. Les moments de restauration ont également ceci d’intrigant que les pratiques les plus répressives peuvent y cohabiter avec des dynamiques de pluralisation politique. Ce sont des moments de tiraillements, de tumultes. Or c’est bien l’ambition de ce travail que d’étudier ces tensions en cours dans le moment présent, sans s’inquiéter de la destination finale des recompositions politiques à l’œuvre. La proposition s’inscrit ainsi dans l’approche par les modes d’exercice du pouvoir – le raisonnement en termes de « régimes » étant résolument mis en échec par ces moments inclassables 7 .

La restauration sera donc ici orpheline de son qualificatif courant. Elle devient dès lors un opérateur de questionnement plutôt que de typologie 8 . Interroger des situations, que d’aucuns pourraient tenir comme relevant davantage d’une trajectoire de démocratisation réussie (comme la Tunisie, déjà érigée en « modèle démocratique »), n’a pas pour but de ranger celles-ci dans une quelconque catégorie, mais bien de donner à voir, et à penser, « d’autres énigmes à résoudre 9 ».

La gageure de ce dossier est en somme d’informer le moment de restauration à penser comme « devenir », tout en laissant de côté la question du futur de ces régimes. L’expression que nous proposons de « devenir-restauration » s’inspire du sens particulier que donne Gilles Deleuze à la notion de devenir. Cela nous permet d’insister sur les dynamiques contradictoires qui forment la singularité de ces moments – et expliquent que ces derniers se dérobent si facilement à la pensée dès qu’on croit les tenir. Comment penser la restauration s’il y a changement ? Comment rendre compte du changement sans prendre acte de ce passé si présent ? Quel est le présent d’une restauration ? Quand commence-t-elle ? Lors d’un coup d’État, de la réélection de l’ancien dictateur, ou bien faut-il chercher son point de départ en amont, dans les faits qui ont ouvert la voie à ces événements ? « N’y a-t-il jamais eu de révolution ? », se demandent ainsi les observateurs et les acteurs militants des scènes égyptienne ou tunisienne. Les conférences nationales n’ont-elles été que vaines façades, un présent démocratique qui n’a jamais débuté ? Bref, le présent se dérobe dans les réinterprétations du passé et les anticipations de l’avenir. Il faut donc l’admettre, le devenir-restauration ne supporte pas la séparation ni la distinction de l’avant et de l’après, de la veille et du lendemain. C’est bien le moment présent qui nous intéresse ici, un présent fondamentalement tiraillé entre des temporalités et des processus discordants.

Les tumultes de la restauration

L’on doit aux travaux des chercheurs africanistes de riches analyses pour penser les restaurations. Notre réflexion se situe à l’intersection de deux perspectives théoriques, qu’il importe donc de restituer soigneusement. D’une part, le paradigme initial de la « restauration autoritaire » (là, le qualificatif est de rigueur), cherchant à saisir des recompositions de long terme, a mis en relief comment les processus d’exacerbation de pratiques (criminelles, punitives, ethnicisantes…), souvent déjà présentes dans la configuration antérieure, créaient un nouveau mode d’exercice du politique, non réductible à une simple reproduction intensifiée de l’ordre ancien. D’autre part, une seconde série de travaux s’est davantage intéressée aux moments spécifiques de restauration lui-même, en adoptant un focus temporel resserré et une échelle d’analyse microsociologique qui permettent d’éclairer les ambivalences propres à ce moment – et d’en nuancer la dimension autoritaire.

Le paradigme de l’exacerbation : penser le temps long des restaurations

C’est à Jean-François Bayart que revient la paternité du paradigme de la restauration autoritaire. Dans l’esprit de la sociologie historique comparée du politique, il la décrit comme un « chronotype 10 » visant à mettre en regard des situations éloignées dans le temps et dans l’espace, en l’occurrence ici, la Restauration française et l’avortement des expériences démocratiques des années 1988-1992 au sud du Sahara. Ces processus prêtent également le flanc à l’inconfort d’une lecture a posteriori ou téléologique, contre laquelle, précisément, J.-F. Bayart met en garde par l’usage précoce, dès 1990, de l’expression « restauration autoritaire ». Catégorie d’intervention, formée dans l’urgence politique imposée par « la médiocre incurie de [la] politique africaine [de la France] 11 » et l’ambiguïté du discours de la Baule (juin 1990), elle s’est peu à peu muée en catégorie analytique, forgée au gré d’une série de textes qui, sans nécessairement en proposer une définition explicite et synthétique, l’ont néanmoins élaborée par apports successifs. Le paradigme de la restauration autoritaire entendait rompre avec les études transitologiques, qui certes prévoyaient le scénario du « retour à l’autoritarisme 12 », le plus souvent par un coup d’État, mais sans l’élaborer conceptuellement. La clé de voûte de ce paradigme, tel que nous le comprenons, réside dans la notion d’exacerbation, déclinée dans trois grandes dimensions.

L’accent est tout d’abord mis sur « l’exacerbation de la “politique du ventre” » dans ses pratiques les plus prédatrices. En somme, l’auteur attirait ainsi l’attention sur le fait que les « stratégies d’invention de la démocratie » observables dans les révoltes alors en cours – au Togo, au Gabon, au Cameroun, en Guinée, au Niger… – demeuraient contraintes par une économie politique particulière de l’État qui laissait présager des capacités de rétablissement autoritaire des dirigeants 13 . Celle-ci était façonnée par des trajectoires d’exploitation économique reposant sur des pratiques contestables (trafics en tous genres, pillage des minerais, etc.), n’intégrant la jeunesse que sur le mode de la délinquance ou des phénomènes miliciens. La « criminalisation de l’État 14 » apparaissait donc comme un processus pleinement constitutif des restaurations autoritaires.

De façon indissociable, la deuxième dimension du paradigme renvoyait aux liens internationaux, à la fois économiques et politiques, que les dirigeants, à l’instar de Paul Biya, d’Omar Bongo, de Juvénal Habyarimana, de Gnassingbé Eyadema ou de Joseph-Désiré Mobutu, pouvaient manipuler afin de maintenir leur emprise. Les intérêts politico-affairistes des gouvernements occidentaux – au premier rang desquels certains réseaux français 15  ou des réseaux alors récemment (ré)implantés (chinois, indo-pakistanais, israéliens, libanais…) – et la faiblesse des conditionnalités de l’aide financière internationale n’auguraient pas un « lâchage » international des régimes autoritaires africains, à la façon dont l’URSS venait de le faire vis-à-vis des pays d’Europe de l’Est, permettant une « rupture démocratique 16 ». À l’inverse, une certaine exacerbation des usages prédateurs de l’international était repérable, dans le détournement des plans d’ajustement structurel au profit des coteries présidentielles, ou dans l’arrivée d’opérateurs économiques peu scrupuleux, attirés par la faillite économique et s’accommodant volontiers de la criminalisation de l’État.

Enfin, troisième avatar de l’exacerbation, le « dédoublement des structures de pouvoir », sur lequel se sont notamment fondées les stratégies d’enrayement des mobilisations démocratiques 17 . Ce dédoublement « se manifeste dans les cas extrêmes par l’existence d’une structure occulte et collégiale du pouvoir. Celle-ci entoure, voire contrôle, le détenteur officiel de la magistrature suprême. Pour défendre ses intérêts, elle recourt impunément à la violence par l’intermédiaire de l’appareil policier ou par le biais d’organisations paramilitaires et des milieux de la délinquance 18 ».

Ce paradigme de la restauration autoritaire a été repris et prolongé par d’autres auteurs qui ont insisté, selon les cas, sur l’une ou l’autre de ces facettes 19 . Achille Mbembe, notamment, signait en 1993 un chapitre éponyme, auquel bon nombre de publications ultérieures référeront l’emploi de l’expression « restauration autoritaire 20 ». Dressant un tableau complet des luttes factionnelles et des stratégies d’ethnicisation sous-jacentes au système multipartiste naissant au Cameroun, il y développe les hypothèses du dédoublement des structures de pouvoir, de l’exacerbation de la gestion rentière de l’économie au détriment des réseaux concurrents, de la criminalisation de l’État à travers la généralisation des pratiques punitives et la privatisation de la violence.

Plus récemment, à l’occasion des « Printemps arabes », J.-F. Bayart dégageait plusieurs partitions susceptibles d’être jouées en même temps 21 . Celle de la « restauration autoritaire », et des « stratégies de la tension » qui l’accompagnent, s’est jouée sur un mode majeur en Égypte avec l’emprise de l’armée sur les positions de pouvoir et d’accumulation, et la répression des Frères musulmans ; mais aussi, peut-être, sur un mode mineur, en Tunisie, au travers des stratégies politiques et économiques des anciens soutiens de Ben Ali, du potentiel rôle des groupes occultes de pouvoir dans la série d’assassinats politiques de 2013 et de l’intrigante inaction des services algériens face au développement des trafics transfrontaliers en tout genre. Et pourtant, l’auteur concluait sur un contrepoint jusqu’alors peu évoqué dans le cadre de ce paradigme : « il est improbable que les événements de ces deux dernières années n’aient pas affecté en profondeur les sociétés et n’aient pas semé les graines d’autres transformations, d’autres ruptures. […] Une révolution, un soulèvement populaire sont des moments d’enthousiasme, d’espérance, de romantisme dont l’expérience, fût-elle fugace, s’imprime dans la conscience de leurs acteurs et dans la mémoire sociale 22 ». Ce contrepoint a davantage été exploré par d’autres travaux, qui, précisément, ont cherché à comprendre ce qui demeure de l’expérience fugace de l’effervescence pluraliste dans les moments de restauration.

De l’ambivalence des moments de restauration… aux processus de forclusion

Cette interrogation sur ce qui, dans les imaginaires comme dans les pratiques et les structures, persiste de l’expérience pluraliste au cours des moments de restauration travaille les recherches de Robert Buijtenhuijs sur la transition en trompe-l’œil au Tchad 23 , de Mamoudou Gazibo sur le Niger après le coup d’État de 1996 24 , de Matthieu Hilgers et Jacinthe Mazzocchetti sur le Burkina Faso de « l’après-Zongo 25 », de Didier Péclard sur l’Angola post-guerre 26  ou, plus récemment, d’Alice Aterianus-Owanga et Mathilde Debain sur le Gabon d’Ali Bongo 27 . Mais c’est sans doute Zekeria Ould Ahmed Salem, qui, en 1999, dans un article remarquable mais étonnement peu cité, a livré la conceptualisation la plus poussée de l’ambivalence propre aux moments de restauration. Il interrogeait le « scénario maintenant bien connu de l’ouverture politique contrôlée à la restauration autoritaire 28 » à partir du cas de la Mauritanie. Le régime issu du coup d’État militaire de 1984 avait en effet consenti à l’ouverture pluraliste en 1991, tout en assurant la continuité au pouvoir du général Ould Taya, élu et réélu en 1992 et 1997. Scénario qui devait, d’une certaine façon, se reproduire quinze ans plus tard, avec l’élection du premier président civil depuis la chute de Mokhtar Ould Daddah en 1978, et le début d’une nouvelle expérience de démocratisation qui se soldera par un coup d’État en 2008. Constatant que « l’hypothèse du reflux [de la démocratisation] et de la restauration autoritaire ne souffr[ait] pas d’objection décisive », l’auteur refusait de « congédier la question sans autre forme de procès » et entreprenait d’analyser « l’espace de conceptions, de langages et de conduites politiques dessiné par et autour de l’expérience démocratique mauritanienne 29 ». Plus précisément, c’est à la constitution d’une « croyance collective dans le jeu » ou illusio, suivant la notion proposée par Pierre Bourdieu, que l’auteur s’intéresse : « Dans la logique de la restauration autoritaire dont la routinisation de la démocratie est à la fois un terme et une modalité », se construit « la croyance en un ensemble de principes généraux dont tous s’accordent à reconnaître la valeur relative, mais qui ne dispensent pas moins de jouer le jeu comme s’il était vrai et, à force de le jouer, d’y croire fortement 30 ». Même le régime, souligne-t-il, développe sa propre croyance dans la légitimité du montage fictionnel qu’il introduit, et dont une multitude d’acteurs, jusqu’aux plus profanes, contribuent à entretenir « le caractère mystificateur 31 », qui en devient par là même réalité. Ainsi, l’auteur lançait une piste de recherche 32  sur les modalités par lesquelles gouvernants et gouvernés produisent cette fiction collective du jeu pluraliste tout en reproduisant une logique unanimiste, faite d’adhésion autant que de cynisme, qui disqualifie la parole dissidente autant qu’elle ancre « un espace de débats, de clivages, de concurrence aussi, toutes choses qui font le quotidien de la démocratie 33 ». Euphoriques, bernés, désenchantés, et derechef pris au jeu, investis avec la dernière énergie, les acteurs politiques et sociaux font preuve d’une grande ambivalence. Elle n’a d’égale que celle du moment de la restauration qui, paradoxalement, signe la fin de l’expérience pluraliste tout en implantant une fiction démocratique, et, en même temps, engendre le fatalisme alors que l’espace des possibles n’est pas totalement refermé.

Deux pistes lancées par ce texte sont cruciales pour notre propos. Tout d’abord, il met en garde contre le risque encouru de réduire les tumultes de la restauration à une confrontation entre forces autoritaires et démocratiques. Ambivalente, la restauration l’est aussi parce qu’elle porte en elle la confusion de ce qui la précède. « Tout se mêle dans le cri du peuple », écrivait très justement Guy Hermet. En particulier, « la confusion la plus pernicieuse et en même temps la plus compréhensible : celle qui conduit les peuples à la fois pauvres et asservis à attendre de la démocratie moins la faculté d’agir comme citoyens que le miracle soudain de l’abondance matérielle après des décennies de disette “autoritaire” 34 ». Autrement dit, les tensions entre dispositifs objectifs et dimensions cognitives ne doivent pas être appréhendées en regroupant, sous le premier terme, tout ce qui ressortirait de la pesanteur des structures autoritaires et des stratégies des dirigeants pour rétablir leur pouvoir, et sous le second les visions discrètement mais sûrement émancipatrices qui seraient cultivées par les gouverné-e-s et les acteurs de l’opposition. Les germes autoritaires peuvent aussi se loger dans l’effervescence populaire. En somme, ce qui nous intéresse ici, ce sont autant les aspirations que les déceptions démocratiques, les demandes d’ordre et de liberté qui se combinent plus souvent qu’elles ne s’opposent, les positions bigarrées, intenables que beaucoup se mettent à tenir, dans le tumulte concomitant de l’exacerbation des pratiques de pouvoir et de leurs transgressions.

Ensuite, ce texte met très utilement l’accent sur la question de la croyance. Car ce qui est singulier, dans ces moments de restauration, ce sont bien les flux et les reflux de l’imagination politique. Rappelons que les situations d’effervescence pluraliste ne sont pas arrimées à un changement institutionnel précis qui serait uniforme d’un contexte à l’autre (passage au multipartisme, transparence électorale, libéralisation des médias, etc.) ou à un bouleversement radical des rapports de force (alternance au pouvoir, incapacité du régime à réprimer, etc.). Bien plutôt, elles sont circonscrites par la croyance partagée qu’il se passe quelque chose de différent, quelque chose qui fait subjectivement événement 35 , et qui est donc nécessairement relatif à la configuration propre à chaque contexte. En reprenant cette piste fertile, nous proposons d’appréhender les situations d’effervescence pluraliste comme des situations d’illusio conjoncturelle définie comme « une croyance collective dans le jeu 36 », ici moins produite par les logiques d’un champ donné que par une conjoncture fluide qui, précisément, perturbe les routines.

Or le moment de la restauration correspond au moment où se produit la forclusion de l’illusio conjoncturelle. Celle-ci peut survenir de plusieurs façons. Par exemple, en raison de l’irruption « hors procédure » d’acteurs militaires, de l’autonomie des appareils sécuritaires, des tentatives de rétablissement hégémonique des anciennes élites dirigeantes ou des modifications exceptionnelles des règles qui ébranlent la « croyance au jeu » des acteurs. Évidemment, la répression, plus ou moins sanglante, joue un rôle prééminent dans la forclusion. Mais celle-ci peut aussi intervenir sans que le processus démocratique ne soit perturbé d’une façon majeure. Les mobilisations peuvent même se poursuivre et, pourtant, rien n’y fait : leur impact s’affaiblit, la croyance qu’il se passe quelque chose de différent s’évanouit, l’illusio conjoncturelle se dissipe. Le terme de forclusion traduit donc ce mécanisme du « hors délai » dont il est difficile de saisir, précisément, comment et quand il se produit. Ce terme ne vise pas à introduire de rupture nette entre un avant et un après : il permet au contraire de travailler les temporalités complexes de ces moments.

Les moments de restauration comme devenir

L’équation posée est la suivante : comment tenir ensemble les temporalités de long et court terme, passées et futures, sécantes dans les moments de restauration ? Comment aborder « ces lendemains qui déchantent » sans introduire arbitrairement un « avant » et un « après » ? Comment penser, sans nécessairement les opposer, les processus d’exacerbation autoritaire, mais aussi de transformation des espaces, des pratiques et des représentations sociopolitiques qui se condensent dans ce moment ? Comment restituer les logiques ambivalentes des acteurs, leurs repositionnements, leurs vécus illusionnels ? Comment, aussi, parvenir à opérationnaliser empiriquement cette synthèse ? C’est la notion de « devenir », telle qu’établie par Deleuze, que nous proposons de mettre au travail. Si son niveau d’abstraction et sa focale micropolitique laissent de prime abord perplexe, le défi est ici de la rendre sociologiquement malléable et productive.

Devenir-restauration : une conceptualisation

Partons de Deleuze lui-même, pour saisir la subtilité de l’idée de devenir, et donc, son intérêt. Le paradoxe de la restauration est un paradoxe de « pur devenir 37 », au sens où il s’agit bien d’un moment qui « esquive le présent 38 ». Tourné vers le futur par l’espoir que suscite l’ouverture, objective ou subjective, à laquelle il cherche à mettre fin ; ancré dans le passé par les structures et les rapports sociaux, économiques et politiques sur lesquels il s’appuie et qu’il exacerbe, le devenir-restauration est, par excellence, un moment « qui tire dans les deux sens à la fois 39 ». Or, écrit plus loin Deleuze, ce paradoxe « qui détruit le bon sens comme sens unique » est aussi « ce qui détruit le sens commun comme assignation d’identités fixes 40 ». L’identité du devenir-restauration est « infinie ». Car la situation « se met à fondre », « entraîné[e] de biais » qu’elle est par ce verbe – « restaurer » – qui est un verbe de pur devenir, et qui imprime à son identité « la structure objective de l’événement lui-même, en tant qu’il va toujours en deux sens à la fois, et qu’il écartèle le sujet suivant cette double direction 41 ». La restauration rétablit et transforme, ferme et ouvre des possibles, consolide le régime et l’ébranle, écartèle son identité dans une double direction.

La première conséquence de cette « identité infinie 42 » est qu’il est impossible de trancher a priori sur ce qui relève, ou non, d’une restauration. Ce dossier inclut donc un texte sur le cas de la Tunisie post-2011, cas dont on pourrait douter de prime abord de la pertinence au regard de la problématique de la restauration. Après tout, les processus constituants et électoraux y ont suivi leur cours en dépit de quelques incidents dramatiques (assassinats de leaders de la gauche en particulier), une alternance s’est déjà produite et le président actuel, Béji Caïd Essebsi – plusieurs fois ministre de Bourguiba –, n’était pas central dans le régime Ben Ali. Parler dans ce cas-là de restauration, n’est-ce pas céder à la tentation d’une téléologie autoritaire, tout aussi nocive que sa jumelle démocratique, qui condamnerait l’Afrique, au nord et au sud du Sahara, à un destin dictatorial, certes maintes fois reconfiguré, mais implacable ? N’est-ce pas aussi, en ramenant la situation tunisienne sur le même plan que, notamment, la situation égyptienne, minimiser la gravité de la répression qui sévit en Égypte sous le régime du maréchal al-Sissi ? Il pourrait alors être tentant d’établir une distinction entre « restaurations objectives » et « restaurations subjectives » : la première catégorie renverrait alors aux situations dans lesquelles on repérerait les marqueurs du paradigme de J.-F. Bayart (exacerbation de la politique du ventre, criminalisation de l’État, dédoublement des structures de pouvoir, ethnicisation des luttes factionnelles…) ; la seconde aux situations dans lesquelles le label de la « restauration autoritaire » serait mobilisé par une partie non négligeable des acteurs pour dire leur désenchantement face à la routinisation des rapports politiques en contexte post-crise, sans que l’on puisse pour autant y observer les marqueurs objectifs du paradigme. Toutefois, trois objections se dressent contre cette option.

D’abord, il est parfois difficile d’établir avec fermeté la présence concomitante de tous les marqueurs d’une restauration objective. Prenons l’exemple égyptien. L’expansion économique de l’armée, qui caractérise nettement ces dernières années, peut en effet être lue à l’aune d’un processus d’exacerbation des pratiques prébendières de l’État, ce qui montre toute l’utilité de mobiliser le paradigme : par un décret passé en février 2016, le président accordait la possibilité à l’Agence des projets fonciers des forces armées de former des co-entreprises (joint-ventures) pour mener à bien des mégaprojets d’infrastructures, ce qui lui a permis d’allouer des terres désertiques en sa possession à des entreprises elles-mêmes liées à l’armée 43  . Si le renforcement des prérogatives de l’armée est donc clair, la relation de celle-ci avec les organes présidentiels, administratifs et législatifs y est-elle véritablement justiciable d’un phénomène spécifique de dédoublement des structures de pouvoir ? Le contrôle exercé par les agences de renseignement sur les élections législatives de 2015, qui a été démontré par ailleurs 44, relève-t-il de même d’un dédoublement ou d’un classique dispositif d’encadrement des scrutins ? L’élection présidentielle, qui a institutionnalisé la prise de pouvoir d’al-Sissi en 2014, n’a-t-elle fait que valider le choix de ce dernier comme « fondé de pouvoir » de l’armée, comme inciterait à le penser l’hypothèse du dédoublement ? L’article d’Assia Boutaleb dans ce numéro suggère pourtant que le processus électoral, dans l’Égypte de Sissi, n’est pas vidé de sa substance sous la férule de l’armée : au contraire, il s’inscrirait pleinement dans la trajectoire historique de l’institution présidentielle égyptienne, selon laquelle l’élu, parce qu’il est l’élu du peuple, doit se soustraire à la compétition électorale.

Ensuite, à l’inverse, certains des marqueurs objectifs se rencontrent bien dans la situation tunisienne. À travers l’analyse de l’Agence Tunisie Afrique Presse, Enrique Klaus montre ainsi la prégnance de pratiques et de modes de structuration relevant de l’ordre médiatique benaliste, qui incite certains agenciers mobilisés pour la réforme de l’institution à brandir l’accusation de « restauration autoritaire ». Mais, au-delà de cette dimension subjective, il est en effet possible de s’interroger sur la permanence de ce que la littérature sur les changements de régime en Amérique latine a qualifié d’« enclaves autoritaires 45 ». Suivant cette littérature, l’Agence TAP correspond bien à une agence bureaucratique créée par le régime autoritaire dont les dispositifs et les pratiques résistent au changement politique et maintiennent une coalition d’intérêts (reconduction des anciens dirigeants et rédacteurs en chef) préservant certaines caractéristiques de l’ordre médiatique précédent (pratiques propagandistes, cooptation clientéliste).

Enfin, la troisième objection qui s’oppose à l’option dichotomique « restaurations objectives/subjectives » est qu’il importe précisément d’observer la dialectique entre ces deux dimensions : l’interaction entre formes de restauration subjectives et objectives finit par créer des discours sur la restauration qui ont un effet de vérité, même dans des contextes où des processus de transformation politiques sont en cours et où leur résultat est loin d’être clairement défini. En Tunisie, le désenchantement militant survient par anticipation du « retour des vieux démons ». Enrique Klaus montre bien comment, au sein de l’Agence TAP, dès la fin 2011, alors que le parti islamiste Ennahda remporte les élections de l’Assemblée constituante, les agenciers réformateurs anticipent déjà le retour de « la mentalité du parti unique », ce qui rétrécit leur perception de l’espace des possibles. La prophétie est alors presque auto-réalisatrice : les acteurs parlent « déjà » de restauration alors que les mécanismes de la domination autoritaire n’ont pas vraiment repris le dessus. À l’inverse, le travail de Farah Ramzy sur les mobilisations estudiantines en Égypte montre comment, pour certains groupes militants, la réduction subjective des possibles se produit à retardement, presque deux ans après le coup d’État militaire du 3 juillet 2013. En effet, si la répression s’est bel et bien rapidement abattue sur les campus, restreignant objectivement les possibilités d’action, elle a touché différemment les étudiants islamistes et leurs concurrents ; or c’est la répression des premiers qui a permis aux seconds de rester mobilisés, non pas pour soutenir le régime mais pour dénoncer la violence d’État subie par leurs rivaux. Si l’illusio conjoncturelle s’étiole progressivement, pendant deux années au moins elle « continue en eux » et les empêche de se résigner à la fermeture des possibles. Les deux textes montrent à quel point il est heuristique de rentrer dans les détails des interactions entre groupes sociaux et politiques, ainsi que d’explorer les temporalités propres aux diverses arènes, qui diffractent différemment les processus objectifs d’ouverture et de fermeture, et expliquent les différentiels de perception.

À la limite, par conséquent, c’est le rapprochement de ces situations contrastées qui suscite les questionnements spécifiques au devenir-restauration et qui incite à tenir compte de ces interactions et temporalités situées. Pour opérationnaliser cette approche, nous optons pour une démarche de sociologie événementielle, combinée à l’hypothèse « continuiste » chère à Michel Dobry 46.

Devenir-restauration : une opérationnalisation sociologique

En nous appuyant sur les travaux de William H. Sewell, notre parti pris est de considérer les moments de devenir-restauration comme des moments au cours desquels se produisent un ou plusieurs événements qui transforment significativement les structures « en constituant et donnant du pouvoir à de nouveaux groupes d’acteurs, ou en redonnant d’une autre façon du pouvoir à des groupes existants 47 ». Parler de restauration véhicule, intentionnellement ou non, l’idée que les événements n’auraient pas beaucoup d’importance par rapport aux « processus recteurs » plus profonds. L’humour populaire au Maroc le dit autrement : « Ce n’est pas la peine de faire la révolution, car une révolution c’est un tour sur soi-même. Regardez en Tunisie, tout repose sur la Constitution, et ils sont revenus à la Constitution ; en Égypte, sur l’armée et revoilà le régime militaire ; alors, nous, au Maroc, on sait déjà qu’on retombera sur le Roi ! » Mais la blague fataliste ne peut être prise pour argent comptant.

La perspective sociologique événementielle suppose que la séquence temporelle des faits survenus a une importance pour l’interprétation des processus sociaux à l’œuvre au cours de ce moment-restauration. L’analyse gagne alors à prendre la forme d’une narration causale qui consiste à reconstituer des trajectoires et leurs inflexions au cours du temps, sans présupposer de clôture temporelle. C’est un moyen concret d’opérationnaliser la mise en garde deleuzienne : si le présent se dérobe et que le devenir-restauration « ne supporte pas la séparation ni la distinction de l’avant et de l’après », alors la production de narrations heuristiques peut permettre de dégager d’autres points d’inflexion des trajectoires et/ou d’enchevêtrement de temporalités, qui produisent le mécanisme de forclusion. Plus que l’arrivée au pouvoir d’al-Sissi en juillet 2013, dans les universités égyptiennes, c’est, selon F. Ramzy, la démobilisation des étudiants Frères musulmans en janvier 2015 qui entraîne le changement de perceptions et de stratégies des groupes contestataires concurrents. A. Boutaleb situe quant à elle le point d’inflexion du leadership présidentiel égyptien non pas lors de la destitution du président Morsi à l’été 2013, mais lors de la compétition électorale du printemps 2012. Si ce moment consacre la victoire de ce dernier, en même temps il sape déjà les bases de son autorité puisque la compétition en fait un « vainqueur des élections » et non un « appelé du peuple ». En Tunisie, comme le montre E. Klaus à travers le cas de l’Agence Tunis Afrique Presse, l’alternance politique qui se produit avec la victoire électorale du parti islamiste Ennahda en octobre 2011 et la formation d’un nouveau gouvernement marque, en interne à l’Agence, la fin des espoirs de réforme et la confortation des positions des « anciens », bien avant l’élection d’Essebsi à la présidence. En banalisant les césures qu’introduisent les coups d’État ou les réélections d’anciens dirigeants, en ne posant pas a priori qu’elles distinguent nettement un avant d’un après (mais sans l’exclure a posteriori), il s’agit finalement d’appréhender ces séquences sans exceptionnalisme méthodologique, c’est-à-dire de mettre en œuvre l’hypothèse continuiste et de restituer les logiques de situation des acteurs au cours de ces séquences.

Bref, que se passe-t-il dans ces moments de tiraillements ? Précisément, la forclusion de l’illusio conjoncturelle produit une première série d’incertitudes quant aux perceptions de « ce qui se passe ». Bien que la thématique du désenchantement et de la fatalité ait souvent été soulignée par les travaux répertoriés dans la première partie de ce texte, force est de constater qu’elle a rarement été traitée en tant que telle. Le joli titre de l’ouvrage de Guy Hermet, Les désenchantements de la liberté, en dit finalement assez peu sur le contenu lui-même. Quels sont les effets des processus de désillusion sur les modes d’énonciation du politique ? La seconde série d’incertitudes est relative à l’ébranlement des routines et des règles qui cadrent les logiques d’action des acteurs. Cet ébranlement est provoqué par la conjonction de l’effervescence pluraliste et de l’exacerbation des pratiques autoritaires. Dans le « retour à l’ordre », les cartes sont en fait largement rebattues, les « joueurs » se repositionnent et les règles sont renégociées.

Fatalité et potentialités : ce que la désillusion fait aux énonciations du politique

Comme l’a bien montré M. Dobry, il est possible de caractériser les situations d’effervescence pluraliste par « l’incertitude structurelle 48 » induite par les difficultés qu’ont les protagonistes, en conjoncture fluide, à procéder à des évaluations, à anticiper les « coups » que vont jouer les autres acteurs. À cette incertitude structurelle, se combine ce que Michel Camau appelle quant à lui la rupture de « l’ignorance pluraliste » spécifique aux régimes autoritaires : les préférences et les opinions « privées », d’ordinaire dissimulées sous les apparences d’un consensus public, se mettent tout à coup à devenir visibles 49 . Cette combinaison entre incertitude et dévoilement rend difficile les calculs, mais engendre une confiance partagée dans les possibilités d’agir – confiance qui nourrit les mobilisations ou d’autres formes de participation.

À l’inverse, la forclusion de l’illusio conjoncturelle correspond au brouillage de la confiance des acteurs en l’existence de possibilités d’action. Les moments de restauration combinent incertitude structurelle et invisibilisation de la distribution des préférences et des opinions propre à l’ordre autoritaire. Cette invisibilisation a certainement partie liée avec l’image réduite et simplifiée de la distribution des opinions que donnent les coups d’État réussis ou les résultats électoraux paraissant rétablir une hégémonie (« retour des anciens »). Elle a pour effet de plomber la confiance des acteurs dans la fluidité du jeu – et donc dans les possibilités qu’il offre – alors même que parfois la conjoncture demeure objectivement fluide et que les potentialités d’action sont vivaces. Telle serait donc la particularité des « lendemains qui déchantent » : le paradoxe entre érosion de la confiance et permanence des potentialités. Celui-ci nourrit une impression de fatalité tout en produisant des modes spécifiques d’énonciation du politique qui transforment la configuration. Il faut donc prendre au sérieux ses formulations émiques, souvent énoncées simultanément par les militants révolutionnaires en Égypte comme en Tunisie, selon lesquelles « tout ça n’a servi à rien » mais que « rien ne sera jamais plus comme avant ». Toute une série d’interrogations se posent au chercheur : que deviennent, dans les moments de forclusion, les processus de libération de la parole et d’intenses délibérations enclenchés durant la séquence d’effervescence pluraliste ? Quelles combinatoires se créent dans la conjonction entre ces dynamiques d’expression et la contraction coercitive des contestations ? En quoi le flottement propre à ces moments reconfigure-t-il les catégories de perception et de jugement de ce qui est autorisé, légitime, juste, crédible, vrai, possible ? Quelles temporalités conflictuelles (perceptions de l’urgence de l’action ou à l’inverse attente…) sont engendrées par ce flottement ? Comment les événements sont-ils réinterprétés et réappropriés pour construire un récit de ce qui se passe et tenter de donner un sens à l’Histoire ? Comment, par exemple, comprendre l’effet de substitution consistant à projeter des espoirs et des regrets sur le leader d’hier ou d’avant-hier ? Quelles reconfigurations produisent les expressions répétées et multiples des désillusions ? Comment, par exemple, le cynisme, le « complotisme » ou le « réalisme » deviennent-ils des modes énonciatifs privilégiés du politique ? De façon singulière, ces registres ne sont pas uniquement investis par des acteurs contestataires ou des gouvernés déçus : les dirigeants, journalistes, universitaires, experts internationaux et gouvernants des puissances étrangères y ont recours, selon des modalités variées, pour produire un récit de ce qui se passe et, partant, de ce qui peut se passer à l’avenir. Un puissant exemple en est le discours sur la stabilité, sur le retour au calme, survenant comme la seule option rationnelle après une période de « troubles » qu’il faudrait bien clôturer. La désillusion peut alors se décliner au négatif (déception) ou au positif (retour au « rationnel », loin des utopies irréalistes qui seraient porteuses de chaos). Il est particulièrement intéressant d’explorer la façon dont ce registre positif de la désillusion comme retour au « rationnel » peut s’articuler aux efforts du nouveau régime pour faire usage des commémorations et des martyrs, ou créer de nouveaux symboles, célébrations, images de « foules en liesse 50 », afin de produire un imaginaire de changement dans l’ordre restauré.

Les articles ici réunis apportent plusieurs éléments de réponse à ces questionnements, sans forcément les épuiser. Analysant les recompositions du leadership en Égypte, Assia Boutaleb aborde la question du mélange des discours sur le retour au calme et de l’évocation nostalgique du passé. Elle met au jour comment la capacité des dirigeants à « raconter une histoire » fait d’eux des leaders charismatiques, s’articule à des configurations « d’impasse politique dont la sortie n’est possible qu’avec une figure présidentielle forte ». Au lendemain du coup d’État du 3 juillet 2013 par lequel il destituait le président Mohammed Morsi élu un an plus tôt, le général al-Sissi se met en scène aux côtés d’une pluralité de personnalités politiques et religieuses aux orientations très variées – allant des salafistes à certains leaders de la gauche. Il « opère un cadrage de l’événement de la destitution sous l’angle du retour au calme et, quelque part, de la refondation d’un ordre politique stable » alors même que la répression s’abat sur des milliers de personnes dans le pays, et qu’une guerre civile qui ne dit pas son nom démarre dans une partie du territoire – le Sinaï – tenue loin des médias. Tandis que le président islamiste n’est pas parvenu à s’ajuster au « costume présidentiel », notamment parce qu’il n’arrivait pas à imposer sa capacité narrative même à son propre camp, al-Sissi renoue avec « les grands récits historiographiques nationalistes » en jouant avec emphase le rôle du soldat au service de sa nation. Mais, d’une certaine manière, ce sont les déboires narratifs du premier, dans la configuration de crise racontée comme une impasse par de nombreux acteurs, qui permettent la virtuosité du second, lequel n’a, au fond, que peu d’attributs charismatiques propres. On retrouve la nécessité de réhabiliter l’héritage du leader d’avant-hier, al-Sissi se posant comme le descendant de Nasser et Sadate 51  – Moubarak étant significativement évacué de la lignée.

Cette promotion du discours du retour au calme et aux fondamentaux de l’histoire nationale s’accompagne d’une dévalorisation de l’événement révolutionnaire en Égypte. Celui-ci est décrié par le régime en place et les médias qui le soutiennent comme une grande illusion, un complot fomenté par les Frères musulmans ou par des puissances étrangères. Or, comme le montre Farah Ramzy dans sa contribution, les militants étudiants qui font face à la désillusion – « tous les espaces sont fermés » – trouvent dans les stratégies de sauvegarde de « l’esprit révolutionnaire » une façon de poursuivre leurs actions. Documenter l’événement, « patrimonialiser l’expérience » constituent des manières d’affronter le désenchantement en œuvrant à ce que « les prochaines générations d’étudiants ne partent pas de zéro ». Ainsi, alors que les précédentes générations avaient échoué à transmettre, qu’elles étaient devenues des « mort-nés », ceux qui se pensent comme la génération du 25 janvier se revendiquent de ce passé militant tout en refusant de commettre la même erreur. La mémoire révolutionnaire devient moins un refuge nostalgique que le vecteur d’une action à venir – et protège singulièrement de la démobilisation.

Cette dynamique de la déception/démobilisation, dont on voit bien qu’elle n’est pas automatique, est également examinée par Enrique Klaus à partir du cas des acteurs de l’Agence Tunisie Afrique Presse. L’auteur analyse tout d’abord la façon indirecte dont l’euphorie révolutionnaire touche finalement ce bastion de l’ordre médiatique du régime Ben Ali : c’est par peur des représailles que les agenciers, confinés, vivent ensemble le moment révolutionnaire, « naviguent à vue » en craignant pour leur sort, puis se saisissent d’une affaire contre un magnat des médias proche de la clique du président déchu pour engager une rupture avec l’ordre ancien. Ce coup d’éclat ouvre une « parenthèse enchantée et enchanteresse », qui n’est paradoxalement possible que parce que l’ancien P.-D.G. est maintenu à la tête de l’agence, mais la baisse justement, sa tête, essayant de se faire oublier pour ne pas se la faire couper, ce qui laisse champ libre à des agenciers porteurs de demandes de réforme. La forclusion de l’illusio conjoncturelle se produit au fur et à mesure que ces derniers voient leurs requêtes rester lettres mortes et ouvrent petit à petit les yeux sur le faible renouvellement des cadres dirigeants – ce qu’ils semblaient étrangement ne pas voir pendant la parenthèse enchanteresse. C’est alors l’exit qui prime, dès janvier 2012, de façon prématurée, comme si le « hors délai » était en avance sur le temps politique du pays.

Le texte de Jean-Marcellin Manga et Alexandre Mbassi sur les (post-) manifestations au Cameroun nous invite à explorer plus avant les effets de la temporalité sur les perceptions changeantes des possibles et des impossibles. Dans le temps long, les auteurs mettent en évidence les jeux de trompe-l’œil pratiqués autour du droit à manifester depuis 1992 au Cameroun, tant par les représentants du pouvoir local que par les manifestants, selon des modalités différentes, bien sûr, mais qui se font miroir. Le discours sur « l’ordre public » des autorités se teinte d’une interprétation infantilisante des manifestants qui formeraient une « société civile » illusoire alors qu’ils ne seraient que « voyous et casseurs », « marchands d’illusions » usurpant le droit à manifester. Le registre positif de la désillusion – au sens de dévoilement de la réalité des choses – bat son plein, tout en fabriquant sa propre illusion démocratique. Symétriquement, les manifestants font mine de se leurrer de cette illusion, de croire donc que l’illusio pluraliste n’est pas forclose, car il s’agit là de la stratégie la plus payante : se comporter selon cette attente infantilisante, dire « merci à Biya », et « en demander deux fois plus ». À l’inverse, les manifestants qui ne feignent pas l’illusio de l’illusion éprouvent de plein fouet les signes de la forclusion. Qu’ils tentent de se mobiliser, qu’ils y parviennent parfois, ne change rien à l’affaire.

Immuabilité et mobilités : ce que le retour à l’ordre change à l’ordre autoritaire

Les moments de restauration sont, par excellence, ceux où se définissent les règles du jeu politique alors que celles-ci sont encore un enjeu publicisé (ce qui en situation autoritaire routinière est moins visible, lisible ou accessible à la majorité). C’est le moment où les lignes rouges sont en train d’être tracées, où des marges de manœuvre, des frontières et des interdits sont en cours de fixation. C’est aussi une période de purge dans les rangs de ceux que l’on considère comme étant de l’ancien régime, et simultanément d’émergence, appelée de ses vœux dans la crise précédente, de nouveaux profils de recrutement (pour faire face et incarner le « changement », la « révolution » ou la « transition »). L’intérêt de regarder ces situations hybrides tient donc au fait que ce sont des moments de fixation des nouvelles règles (formelles-informelles) et de nouveaux ordres qui autorisent ou non les acteurs à tenter des coups. La question de recherche devient dès lors : qu’est-ce que ces nouvelles règles, en train de se fixer, font aux acteurs de l’ancien régime et aux nouveaux challengers, et qu’est-ce que la permanence des modes de gouvernement fait aux nouveaux et… aux anciens ?

En effet, l’erreur classique consiste à considérer que les mêmes acteurs, parfois les mêmes individus, sont les acteurs du même jeu. En deçà de la cooptation des « grands » ou des gestes symboliques centraux de la restauration (libération des prisonniers, amnistie, « cadeaux » pour la réhabilitation des « anciens », etc.), la focale doit être mise aussi sur les mobilités politiques, souvent imperceptibles si l’on en reste à un discours englobant. Nous faisons ainsi l’hypothèse que, derrière la façade de la restauration et son impression d’immuabilité, se trament de multiples repositionnements, nouveaux répertoires et pratiques politiques qu’il est primordial d’étudier pour la compréhension de l’ordre politique en train de se constituer. Les mêmes personnes ne sont pas les acteurs de la même chose ou, pour le dire autrement, les tenants du pouvoir formel sont (partiellement) les mêmes mais ils ne jouent pas la même partition.

Là encore, toute une série de questions s’offrent à nous : quelles ressources sont valorisées dans les processus de reformation – ou de mutation – des routines et des règles ? Quels profils sociologiques, quels réseaux et groupes affinitaires (sectaires, tribaux, régionaux, professionnels ou liés à des parcours particuliers de socialisation), quelles générations tirent leur épingle du jeu, et au détriment de quels autres ? Que dire, par exemple, des styles d’hommes ou de femmes publics que la nouvelle donne rend saillants dans le bloc historique en reconstitution, à l’instar du député salafiste moderne et télégénique 52 , de l’entrepreneur émergent ou de la cheffe d’association de quartier devenus icônes du « nouveau développement », ou encore des figures artistiques et sportives qui fondent un nouveau récit de légitimation ? Il est également intéressant d’étudier les phénomènes de règlement de comptes, voire de vengeances, que l’opportunité politique nouvelle rend possible : des segments professionnels au cœur du régime (police, armée) qui se livrent à des luttes plus ou moins frontales, ou encore des jalousies historiquement nourries entre groupes ou personnalités des partis au pouvoir ou de l’ancienne opposition. On peut encore utilement penser, dans cette perspective sur la renégociation des règles, aux nombreux « faits accomplis » que l’effervescence pluraliste a permis et sur lesquels le nouveau régime essaie ou non de revenir : comment par exemple sont renégociés les illégalismes caractéristiques de « l’empiétement silencieux » (quiet encroachment)53 , ces résistances quotidiennes qui défient l’ordre établi et la répression, et qui se sont intensifiées pendant la séquence d’effervescence (petits commerces sans licence, vendeurs ambulants…) ?

Sur ces aspects aussi, les contributions à ce numéro livrent de précieux éclairages. En Égypte, l’intensité des débats sur les lois électorales et leur juridicisation montrent à quel point les règles deviennent le support des règlements de compte : comme l’écrit A. Boutaleb, « les batailles se jouent dans les tribunaux, notamment sur la question de la constitutionnalité de la loi électorale qui aboutit à la dissolution de l’Assemblée nationale, ou encore sur la question de la loi d’ostracisme des piliers de l’ancien régime ». Ironiquement, alors que l’élection présidentielle au suffrage universel est la seule règle qui fasse consensus, elle ne parvient pourtant pas à normer l’institution du leader présidentiel : celui qui « tire son épingle du jeu », qui s’ajuste au rôle institutionnel, c’est celui qui, précisément, se soustrait à la compétition électorale et à ses règles, se fait oublier comme candidat pour apparaître comme celui qui assume le pouvoir sans le revendiquer. Résistance de l’institution aussi, dans le cas de l’Agence TAP examinée par E. Klaus, en dépit, tout à la fois, de la profusion interne de nouvelles procédures proposées par le « comité de réforme » et du changement constitutionnel environnant. Cette activité normative se heurte aux habitus professionnels transmis d’une génération d’agenciers à l’autre et aux poids des structures organisationnelles, qui tendent à reconduire le modèle de « l’agence boîte postale » de la période bénaliste. Plus encore, le changement des règles du jeu – comme la dissolution des organes de propagande de l’ancien régime – entraîne, en interne à la TAP, le retour, au sens propre, d’agenciers précédemment promus et détachés à des postes d’influence. Réintégrés à la TAP, ils jouent une nouvelle partition : c’est désormais au sein de cette institution, et non pas en détachement ailleurs, qu’il leur faut reconstruire des positions de pouvoir… quand le détachement devient, à l’inverse, le lieu de « l’exit » des réformateurs déçus.

Au Cameroun, J.-M. Manga et A. Mbassi interrogent les pratiques de détournement de la règle sur les manifestations publiques. Bien que la loi, issue de l’effervescence pluraliste de 1991, prévoie que les manifestations doivent faire l’objet d’une déclaration préalable – et non d’une autorisation préalable –, les sous-préfets mettent leur véto à la plupart des demandes qu’ils reçoivent. Mais ils s’emploient à maintenir la fiction d’une effectivité de la règle pluraliste, en justifiant les interdictions qu’ils prononcent par le souci du respect « des institutions politiques » et de « l’État de droit ». Chaque dépôt de demande, chaque interprétation de la règle, engendre une intense activité procédurale et met en jeu des rapports de force avec les gouvernés, mais aussi entre les sous-préfets et leurs hiérarchies. Les acteurs protestataires ne sont pas en reste pour se saisir de l’espace de ruse qu’ouvre le droit et obligent de plus en plus souvent les sous-préfets à répondre de leurs décisions devant les juges. La règle, même instituée depuis plus de 20 ans, est donc toujours en renégociation et permet aux manifestants d’imposer des « faits accomplis », comme dans l’exemple décrit du cortège funèbre de Charles Ateba Eyené, déclaré comme tel en amont mais transmué, au cours de l’action, en épreuve de force avec le régime.

L’approche narrative et comparatiste pour laquelle nous optons dans ce dossier vise à parer tant aux écueils de la téléologie démocratique qu’à ceux de la téléologie autoritaire. La première reprend les illusions, maintes fois critiquées mais toujours attractives, des « consolidologues » qui font de la tenue de deux scrutins « transparents » et d’une alternance le critère comptable d’une démocratisation aboutie 54 . La seconde voudrait que, si consolidation il y eut, avec les « Printemps arabes » par exemple, ce fut seulement celle des oligarchies sécuritaires et néolibérales assurant depuis des décennies la « résilience » autoritaire dans la région. Au contraire, ce dossier analyse « les formes nouvelles en gestation 55» dans le présent pluriel des moments de restauration.

Ces moments relèvent des fausses évidences. En les abordant comme des moments de tiraillement et en prenant au sérieux ce qu’il s’y passe, on se retrouve confronté aux incertitudes que soulèvent ces « lendemains qui déchantent ». Une sociologie des acteurs, des trajectoires et des situations en train de se produire sans fixation mécanique d’un avant et d’un après… telle est la proposition épistémologique de ce travail. La démarche adoptée ici nous a conduits à repérer, au gré des narrations analytiques, une analogie centrale : les devenir-restaurations sont des moments de forclusion de l’effervescence pluraliste qui a marqué des séquences précédentes. Ces dynamiques complexes ont pu être saisies à la croisée de deux axes d’analyse, l’un portant sur les processus de désillusion, l’autre sur la renégociation des règles.

Enfin, faut-il le préciser ? Ce dossier se veut programmatique et, d’une certaine manière, en devenir. Il n’épuise bien entendu pas les questions des « changements politiques 56 » qui échappent à la « fin de l’histoire ». Contrairement aux théories libérales des années 1980 qui visaient à interpréter l’histoire de la fin des deux blocs comme une victoire idéologique et pratique de la démocratie libérale occidentale, la réalité contemporaine nous donne à voir une multiplication des situations politiques hybrides et versatiles, caractérisées par des dynamiques autoritaires, autant que par des mobilisations populaires et des expérimentations démocratiques. Si les travaux, aujourd’hui nombreux, sur l’hybridation des régimes ont permis des avancées importantes, l’élaboration d’outils conceptuels plus spécifiques reste nécessaire pour analyser plus précisément ces revers de l’histoire. Ainsi, l’entreprise de conceptualisation des moments de restauration que propose ce dossier cherche à ouvrir la voie à un travail analogue sur les « dérives » ou « resserrements » autoritaires non immédiatement consécutifs à des effervescences pluralistes dans des situations plus ou moins démocratiques (cas du Bénin 57 , du Botswana 58 , de la RDC 59 , de l’Éthiopie 60 , de la Hongrie, de la Turquie 61 …). De même, il faudrait interroger la spécificité des situations de guerres faisant suite à de telles séquences d’effervescence et dans lesquelles, qu’on le voie ou non, des processus politiques concomitants à la violence sont à l’œuvre (Libye, Yémen). Enfin, la montée des extrêmes droites, nationalismes et populismes en tout genre, en Europe, en Russie, aux États-Unis ou en Inde, doit certainement faire l’objet d’une réflexion qui dépasse les aires géographiques afin de comprendre en quoi elle se rapproche, ou s’écarte, des « dérives autoritaires » évoquées ci-dessus. Autant de points de départ à des histoires sociologiques qui permettrait de diffracter la geste autoritaire actuelle dans sa pluralité, et peut-être de trouver des termes plus adéquats pour la qualifier.

 

  1. C. Christen-Lécuyer et E. Fureix, « Introduction », Revue d’histoire du xixe siècle, n° 35, 2007, p. 10. []
  2. J.-Y. Mollier, M. Reid et J.-C. Yon (dir.), Repenser la Restauration, Paris, Nouveau Monde éditions, 2005, p. 9. []
  3. Nous reprenons ce concept de Gramsci en référence aux usages qu’en ont fait Richard Banégas (La démocratie à pas de caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, Karthala, 2003), ou Michel Camau et Vincent Geisser (Le syndrome autoritaire : politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po, 2003). Pour ces derniers, examinant le cas tunisien, le bloc historique reposait sur l’interdépendance profonde des élites sectorielles et sur « l’infrastructure centrale du système », par définition intersectorielle, formée par le « Palais », l’appareil sécuritaire, l’armée et le milieu des affaires. Loin d’en livrer une image figée, fidèle à la « surface immobile » que le bloc historique entendait donner de lui-même, les auteurs soulignaient les multiples et conflictuelles mobilités qui le traversaient. []
  4. Voir M. Aït-Aoudia, L’expérience démocratique en Algérie, Paris, Presses de Sciences Po, 2015. []
  5. R. Ciavolella et M. Fresia, « Entre démocratisation et coups d’État. Hégémonie et subalternité en Mauritanie », Politique africaine, 2009, n° 114, p. 5-23. []
  6. Pour une analyse centrée sur les médias, voir M.-S. Frère, « Silencing the Voice of the Voiceless : The Destruction of the Independent Broadcasting Sector in Burundi », African Journalism Studies, vol. 37, n° 1, 2016, p. 137-146. []
  7. M. Camau et G. Massardier (dir.), Démocraties et autoritarismes. Fragmentation et hybridation des régimes, Paris, Karthala, 2009. []
  8. Nous suivons ainsi Michel Dobry dans sa critique de « la logique classificatoire ». Ce dernier mettait en garde contre l’idée que penser équivaudrait à classer, et que l’attribution (ou le retrait) des étiquettes constituerait la seule question de recherche légitime. Voir M. Dobry, « La thèse immunitaire face aux fascismes. Pour une critique de la logique classificatoire », in M. Dobry (dir.), Le mythe de l’allergie française au fascisme, Paris, Albin Michel, 2003 : « [Cette] opération intellectuelle, qui peut paraître anodine, mais qui en réalité sous-tend l’ensemble de [l’interprétation historique de la “thèse immunitaire” face au fascisme] consiste avant tout dans le simple acte de classer, classer tel mouvement ou tel courant politique dans la catégorie “fascisme” – ou “fascisme authentique” – et classer tel autre mouvement ou courant en dehors de cette catégorie, en faisant passer entre les phénomènes ainsi catégorisés une frontière nette. La pente de cette logique intellectuelle est par ailleurs d’attribuer aux phénomènes ainsi classés, c’est-à-dire séparés et opposés, des différences de “nature” ou d’“essence” », p. 17. []
  9. Ibid., p. 66. []
  10. J.-F. Bayart, « Note sur la notion de restauration autoritaire », correspondance personnelle avec les auteurs, 19 septembre 2016. []
  11. J.-F. Bayart, « France-Afrique : la fin du pacte colonial », Politique africaine, n° 39, 1990, p. 47-53 ; « France-Afrique : aider moins pour aider mieux », Politique internationale, n° 56, 1992, p. 141-159. []
  12. G. O’Donnell et P. C. Schmitter, Transitions from Authoritarian Rule. Tentative Conclusions about Uncertain Democracies, Baltimore/Londres, John Hopkins University Press, 1986. []
  13. J.-F. Bayart, « La problématique de la démocratie en Afrique noire. “La Baule, et puis après ?” », Politique africaine, n° 43, 1991, p. 5-20. []
  14. J.-F. Bayart, S. Ellis et B. Hibou, La criminalisation de l’État en Afrique, Bruxelles, Complexe, 1997. []
  15. J.-F. Bayart, « La politique africaine de la France : de Charybde en Scylla ? », Politique africaine, n° 49, 1993, p. 133-143 ; du même auteur, « Réflexions sur la politique africaine de la France », Politique africaine, n° 58, 1995, p. 41-50. []
  16. J.-F. Bayart, « La problématique de la démocratie en Afrique noire… », art. cité, p. 17-18. []
  17. J.-F. Bayart, « L’Afrique invisible », Politique internationale, n° 70, 1995-1996, p. 291. []
  18. Ibid., p. 292. []
  19. Voir aussi la formulation plus synthétique de ce paradigme proposée dans un texte ultérieur, J.-F. Bayart, « La démocratie à l’épreuve de la tradition en Afrique subsaharienne », Pouvoirs, n° 129, 2009, p. 34-36. []
  20. A. Mbembe, « Épilogue. Crise de légitimité, restauration autoritaire et déliquescence de l’État », in P. Geschiere et P. Konings (dir.), Itinéraires d’accumulation au Cameroun, Paris, Karthala, 1993, p. 373. Voir aussi : sur les inconséquences de la diplomatie française dans la crise togolaise, J. Heilbrunn et C. Toulabor, « Une si petite démocratisation pour le Togo… », Politique africaine, n° 58, 1995, p. 85-100 ; sur les exacerbations des structures dédoublées et des pratiques criminalisées, P. Quantin, « Congo : transition démocratique et conjoncture critique », in J.-P. Daloz et P. Quantin (dir.), Transitions démocratiques africaines : dynamiques et contraintes (1990-1994), Paris, Karthala, 1997, p. 139-191 ; S. Randrianja, « Madagascar : entre restauration autoritaire et réseaux mafieux », L’Afrique politique 1997. Revendications populaires et recompositions politiques, Paris, Karthala/CEAN, 1997, p. 21-38 ; et sur l’ethnicisation des rapports politiques et sociaux, R. Otayek, « L’Afrique au prisme de l’ethnicité : perception française et actualité du débat », La revue internationale et stratégique, n° 43, 2001, p. 129-142. []
  21. Ces partitions renvoient aux trois autres concepts qui complètent chez J.-F. Bayart celui de restauration autoritaire et qui ont tout autant, sinon plus, été investis par l’auteur pour analyser les rapports entre autoritarisme, révolution, libéralisation et démocratisation : celui de situation thermidorienne (processus de libéralisation ambivalente des régimes autoritaires nés d’une révolution populaire ; voir J.-F. Bayart, « Le concept de situation thermidorienne : régimes néo-révolutionnaires et libéralisation économique », Questions de recherche, n° 24, mars 2008, Paris, Ceri/Sciences Po), celui de révolution passive (processus d’instauration de « dictatures sans hégémonie » ; J.-F. Bayart, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard, 1989 ; J.-F. Bayart et R. Bertrand, « Avant-propos », in R. Banégas, J.-F. Bayart, R. Bertrand, B. Hibou, F. Mengin et J. Meimon, Legs colonial et gouvernance contemporaine, Volume II, Paris, Fasopo, décembre 2006, p. 4-12) et celui de révolution passive démocratique (processus de démocratisation sans rupture avec les régimes autoritaires). Cette dernière notion a été élaborée par Richard Banégas, à partir de l’étude de la transition politique béninoise des années 1990, pour montrer comment celle-ci s’est opérée sur le mode « d’une assimilation réciproque des élites anciennes et nouvelles, de la cooptation et des transactions collusives entre acteurs issus de diverses générations et strates sociales, collusions facilitées par le “nomadisme” partisan, la corruption grandissante et la marchandisation électorale ». Mais si continuité il y a, elle ne signifie en aucun cas immobilisme, puisque les « matrices morales du pouvoir » sont bien modifiées et mises en cause dans ce processus. Voir R. Banégas, La démocratie à pas de caméléon…, op.cit. ; « L’autoritarisme à pas de caméléon ? Les dérives de la révolution passive démocratique au Bénin », Afrique contemporaine, n° 249, 2014, p. 99-118. []
  22. J.-F. Bayart, « Retour sur les Printemps arabes », Politique africaine, n° 133, 2014, p. 175. []
  23. R. Buijtenhuijs, Transition et élections au Tchad, 1993-1997. Restauration autoritaire et recomposition politique, Paris, Karthala/ASC, 1998. []
  24. M. Gazibo, « La vertu des procédures démocratiques. Élections et mutation des comportements politiques au Niger », Politique africaine, n° 92, 2003, p. 145-156. []
  25. En 2006, M. Hilgers et J. Mazzochetti soulevaient une question similaire : le rétablissement du pouvoir de Blaise Compaoré et la marginalisation de l’opposition politique institutionnelle en 2005, à la suite des révoltes liées à l’assassinat du journaliste Norbert Zongo (1998), pouvaient-ils « pour autant réduire une opposition de conscience, une opposition populaire présente dans les pratiques quotidiennes ? ». Voir M. Hilgers et J. Mazzocchetti, « L’après-Zongo : entre ouverture politique et fermeture des possibles », Politique africaine, n° 101, 2006, p. 5-18. []
  26. D. Péclard, « Les chemins de la “reconversion autoritaire” en Angola », Politique africaine, n° 110, 2008, p. 5-20. []
  27. A. Aterianus-Owanga et M. Debain, « “Demain, un jour nouveau ?” Un renversement électoral confisqué au Gabon », Politique africaine, n° 144, 2016, p. 157-179. []
  28. Z. Ould Ahmed Salem, « La démocratisation en Mauritanie. Une “illusio” postcoloniale ? », Politique africaine, n° 75, 1999, p. 131. On retrouve certaines dimensions du paradigme de J.-F. Bayart lorsque l’auteur évoque l’exacerbation des pratiques de l’homo manducans, la vampirisation et la criminalisation de l’État, ou encore le transformisme à l’œuvre dans le renouvellement des élites. []
  29. Ibid., p. 132. []
  30. Ibid., p. 133-134. []
  31. Ibid., p. 135. []
  32. Cette piste a en partie été reprise par R. Ciavolella et M. Fresia, « Entre démocratisation et coups d’État… », art. cité. []
  33. Z. Ould Ahmed Salem, « La démocratisation en Mauritanie… », art. cité, p. 136. []
  34. G. Hermet, Les désenchantements de la liberté. La sortie des dictatures dans les années 1990, Paris, Fayard, 1993, p. 170-171. []
  35. A. Bensa et E. Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, 2002, p. 5-20. []
  36. « Une certaine forme d’adhésion au jeu, de croyance dans le jeu et dans la valeur des enjeux qui fait que le jeu vaut la peine d’être joué, est au principe du fonctionnement du jeu, et […] la collusion des agents dans l’illusio est au fondement de la concurrence qui les oppose et qui fait le jeu lui-même. Bref, l’illusio est la condition du fonctionnement d’un jeu dont elle est aussi, au moins partiellement, le produit ». P. Bourdieu, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 89, 1991, p. 22-23. []
  37. G. Deleuze, Logique du sens, Paris, Éditions de Minuit, 1969 (version électronique 2013), p. 9-10. []
  38. Ibid. []
  39. Ibid. []
  40. Ibid., p. 12. []
  41. Ibid., p. 11. []
  42. Ibid., p. 11. []
  43. L. Sawaf, « The Armed Forces and Egypt’s Land », Madamasr, 26 avril 2016. []
  44. H. Bahgat, « Anatomy of an Election. How Egypt’s 2015 Parliament Was Elected to Maintain Loyalty to the President », Madamasr, 14 mars 2016. L’auteur, militant des droits de l’homme, a fait l’objet de plusieurs arrestations en raison de ses travaux d’investigation sur l’armée. []
  45. M. A. Garretón, La posibilidad democrática en Chile, Santiago, Flacso, 1989 ; O. Dabène, « Enclaves autoritaires en démocratie : perspectives latino-américaines », in O. Dabène, V. Geisser et G. Massardier (dir.), Autoritarismes démocratiques et démocraties autoritaires au xxie siècle, Paris, La Découverte, 2008, p. 89-112 ; A. Allal et V. Geisser, « La Tunisie de l’après-Ben Ali », Cultures & Conflits, n° 83, 2011, p. 118-125. []
  46. M. Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de Sciences Po, 2009 [3e édition]. []
  47. W. H. Sewell, « Trois temporalités : vers une sociologie événementielle », in M. Bessin, C. Bidart et M. Grossetti (dir.), Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 140. []
  48. M. Dobry, Sociologie des crises politiques…, op. cit., p. 133. []
  49. « La distribution des opinions et dispositions n’[y] est connue de personne. Les individus opposés au régime croient que la plupart des autres y sont favorables ou l’acceptent alors même qu’en réalité la majorité peut y être hostile. Il en résulte, sauf chez une minorité d’opposants résolus, en butte à la répression, une inclination au mutisme, qui contribue au maintien du statu quo et nourrit un sentiment d’impuissance ». M. Camau, « Un printemps arabe ? L’émulation protestataire et ses limites », L’Année du Maghreb, vol. 8, 2012, p. 27-47 ; voir aussi T. Kuran, Private Truths, Public Lies : The Social Consequences of Preference Falsification, Cambridge, Harvard University Press, 1995. []
  50. N. Mariot, « Foules en liesse et “maréchalisme” des populations. Les images des voyages officiels de Pétain montrent-elles des mouvements d’opinion ? », Sociétés et représentations, n° 12, 2001, p. 143-159. []
  51. Des affiches, diffusées un peu partout en Égypte, montrent les portraits des trois hommes sous-titrés par le proverbe suivant : « hadha al-shibl min dhak al-asad », littéralement « Ce lionceau tient de ce lion » ou « Il en est le portrait tout craché ». []
  52. Voir par exemple les travaux de Stéphane Lacroix sur le salafiste Emad Abd al-Ghaffour, président du parti al-Nour en Égypte, nouvel entrant du bloc historique : S. Lacroix, « Sheikhs and Politicians : Inside the New Egyptian Salafism », Policy Briefing, Washington, Brookings Institution, juin 2012. []
  53. A. Bayat, « Un-Civil Society : The Politics of the “Informal People” », Third Word Quarterly, vol. 18, n° 1, 1997, p. 53-72. []
  54. S. Huntington, The Third Wave : Democratization in the Late Twentieth Century, Norman, University of Oklahoma Press, 1991. []
  55. S. Heydemann, « La question de la démocratie dans les travaux sur le monde arabe », Critique internationale, n° 17, 2002, p. 62. []
  56. M. Camau, « Changements politiques et problématiques du changement », Annuaire de l’Afrique du Nord 1989, tome 28, Paris, Éditions CNRS, 1991, p. 3-12. []
  57. R. Banégas, « L’autoritarisme à pas de caméléon… », art. cité. []
  58. I. Taylor, « Le Botswana face à la montée de l’autoritarisme », Politique africaine, n° 99, 2005, p. 116-129. []
  59. F. Polet, « Kinshasa, les 19, 20 et 21 janvier 2015. Une révolte démocratique », Revue Tiers Monde, n° 228, 2016, p. 23-43. []
  60. J.-N. Bach, « L’Éthiopie après Meles Zenawi : l’autoritarisme ethnique à bout de souffle ? », Politique africaine, n° 142, 2016, p. 5-29. []
  61. A. Insel, « Turquie : la dérive autoritaire », Esprit, n° 3, 2016, p. 13-16. []