N° 146 – Restaurations autoritaires ?

 « Restaurations autoritaires » : L’expression est couramment invoquée et pourtant rarement définie. Comment rendre compte des recompositions politiques qui se déroulent, après des séquences d’effervescence pluraliste, sous le signe des « lendemains qui déchantent » ? Ce dossier défend l’idée que derrière le retour à l’ordre « des anciens », derrière l’unanimisme que le projet de restauration de façade semble façonner, demeurent des pratiques et des représentations politiques qui ne relèvent pas strictement de l’organisation du contrôle par les dirigeants de l’ancien régime. Les moments de restauration ne débouchent pas nécessairement sur le « retour de l’autoritarisme » mais se caractérisent par des processus de forclusion de l’effervescence pluraliste. En proposant une sociologie des dynamiques contradictoires à l’oeuvre dans ces moments, nous proposons de penser le moment de restauration comme « devenir », tiraillé entre des temporalités et des dynamiques plurielles, afin de parer aux écueils d’une téléologie démocratique autant qu’à ceux d’une téléologie autoritaire, toute aussi nocive.

Lire les articles de ce numéro sur CAIRN

SOMMAIRE

DOSSIER

Page 5 à 28,  Introduction au thème « Des lendemains qui déchantent ? Pour une sociologie des moments de restauration », par  Amin Allal, Marie Vannetzel
Page 29 à 48, « Quand l’élection (re)devient un plébiscite : La restauration autoritaire à l’aune du leadership politique en Égypte », par Assia Boutaleb
Page 49 à 71, « La restauration autoritaire au prisme des instruments de propagande. Le cas de l’agence Tunis Afrique Presse (TAP) », par Enrique Klaus
Page 73 à 97, « De la fin des manifestations à la faim de manifester : revendications publiques, rémanence autoritaire et procès de la démocratie au Cameroun », par Jean-Marcellin Manga, Alexandre Rodrigue Mbassi
Page 99 à 124, « La répression des autres : mobilisations et démobilisations dans les universités égyptiennes au lendemain du 3 juillet 2013″, par Farah Ramzy

Recherches

Page 125 à 141, « Ceci n’est pas un sorcier. De l’effet Magritte en sorcellerie », par Jean-Pierre Warnier
Page 143 à 164, « Esclavage et réparations. Construction d’un problème public (1998-2001) », par Johann Michel

Conjoncture

Page 165 à 182, « L’Afrique contre la Cour pénale internationale ? Éléments de sociogenèse sur les possibles de la justice internationale »,  par Sara Dezalay

Lectures

Page 183 à 200, Revue des livres