La jeune Afrique du Sud en ballottage : mouvements étudiants et amorces d’une alternance politique

Note de conjoncture par Raphaël Botiveau parue dans Politique Africaine n° 143, octobre 2016. Photographie © Raphaël Botiveau

Partant des mouvements étudiants de 2015 contre les frais universitaires et pour la décolonisation de l’université sud-africaine, cet article analyse le glissement progressif du pays vers l’alternance politique. L’ANC, soumis à une forte pression interne et externe, ne semble pas à ce jour avoir pris la mesure de la contestation sociale et politique auquel il fait face. Après plusieurs mobilisations de travailleurs sans précédent et la poussée d’une opposition politique toujours plus aguerrie au fil des scrutins, les récentes mobilisations étudiantes ont apporté une nouvelle forme de contestation radicale. Orchestrée par une jeune génération de militants, elle articule critique acérée de l’ordre socio-économique injuste hérité de l’apartheid, et rejet intégral et parfois violent, de la discrimination raciale et du colonialisme résilient en Afrique du Sud.

L’Afrique du Sud du président Jacob Zuma est, depuis 2015, le théâtre d’importantes mobilisations étudiantes. Quatrième président démocratiquement élu par le Parlement sud-africain – où son parti, l’African National Congress (ANC, Congrès national africain), dispose de la majorité absolue depuis 1994 – Zuma doit s’attendre à une fin de second mandat tumultueuse. Son premier mandat avait déjà été marqué par les plus grandes grèves de l’histoire du secteur minier et, le 16 août 2012, par la répression de Marikana, durant laquelle des unités de police antiterroriste avaient froidement assassiné 34 manifestants[1]. Les grandes exploitations agricoles de la Province du Western Cape avaient également été frappées par d’importantes mobilisations de travailleurs. Les mines et l’agriculture, secteurs-clés de l’économie, demeurent fortement marquées par l’héritage ségrégationniste, et elles sont un stigmate de la (trop) lente « transformation » de l’Afrique du Sud après l’apartheid. Le secteur minier incarne aussi la perméabilité entre une élite politico-économique noire récemment structurée, alliée à l’ANC, et l’ancienne élite capitaliste blanche. Cette dernière qui a, depuis 1994, considérablement restructuré ses intérêts, au fil de la néolibéralisation du pays orchestrée par Thabo Mbeki et son successeur. La persistance de la question foncière, largement irrésolue, agit quant à elle comme le spectre d’une évolution de l’Afrique du Sud vers un scénario zimbabwéen ; un scénario qui allierait le maintien au pouvoir d’un régime réprimant ses opposants et s’appuyant sur un populisme opportunément anti-Blancs.

Il semble loin le temps où, au milieu des années 2000, un Zuma populaire, « persécuté » par le froid et distant autocrate Mbeki, était porté en héraut du changement par la gauche de l’Alliance tripartite au pouvoir dirigée par l’ANC et composée d’une aile syndicale, le Congress of South African Trade Unions (Cosatu, Congrès des syndicats sud-africains), et communiste, le South African Communist Party (SACP, Parti communiste sud-africain). La ligue des jeunes de l’ANC (ANC Youth League, Ancyl), le Cosatu et le SACP, qui avaient à l’époque vu en Zuma le seul homme à même de reconquérir le parti, et de remettre son programme de Révolution démocratique nationale sur les rails, ont depuis déchanté – et le pays avec eux. Mais, plutôt que de désavouer son ancien champion, l’aile gauche s’est installée dans les positions conquises, arc-boutée dans une posture légitimiste, et contraignant les opposants internes de Zuma au silence ou à la sortie[2].

C’est dans ce contexte politique marqué, on y reviendra, par le renforcement de l’opposition et par un éclatement de l’Alliance tripartite, qui voit peu à peu se reconfigurer l’espace politique et syndical, que se sont développés les mouvements étudiants de 2015 et 2016. Ces derniers sont portés par une génération de jeunes militants nés à la fin de l’apartheid ou après la chute du régime. Aux mobilisations des damnés de la terre, qui avaient rouvert la question sociale et esquissé une critique de la « transformation » du pays, ont succédé des mobilisations étudiantes plus structurées idéologiquement, qui ont aussi replacé la question raciale au cœur du débat. Ce sont ces dernières mobilisations, pour la décolonisation de l’enseignement supérieur et pour la démocratisation de l’université, que cet article prend comme point de départ. On reviendra d’abord sur les mouvements « Rhodes Must Fall » (Rhodes doit tomber) et « Fees Must Fall » (Les frais doivent baisser) et, notamment, sur la convergence entre revendications raciales et sociales qu’ils incarnent. On verra ensuite en quoi ces mouvements, qui s’inscrivent dans la filiation des mobilisations de la jeunesse sud-africaine des années 1970 et 1980, revêtent un caractère révolutionnaire ou, tout au moins, radical. On replacera enfin ces dynamiques dans la trajectoire politique récente de l’Afrique du Sud, laquelle invite à penser que ce sont les amorces d’une alternance politique institutionnelle plutôt que les prémisses d’un renversement du régime dirigé par l’ANC qui, pas à pas, sont en train d’être posées.

Les étudiants du Cap font chuter Rhodes

Les mouvements étudiants de 2015 ont débuté au Cap, devenu le bastion de la Democratic Alliance (DA, Alliance démocratique), principal parti d’opposition au régime ANC. La DA a été fondée en 2000, suite à la fusion de plusieurs formations politiques, héritières d’anciens partis blancs de l’apartheid[3]. À partir de sa victoire municipale de 2006, la DA a ravi à l’ANC la Province du Western Cape (2009), d’où le parti poursuit son extension nationale et son entreprise de déracialisation. Au Cap et dans sa province, la DA s’appuie sur une importante population blanche (17 %, contre moins de 9 % nationalement), et métis ou coloured (49 %, contre moins de 9 % nationalement)[4]. C’est sur le campus de la prestigieuse université du Cap (University of Cape Town, UCT), vielle institution de l’élite anglophone nichée sous le Pic du Diable, un sommet culminant à 1 000 mètres, que les choses ont commencé. Pour accéder au cœur du campus, un bâtiment néoclassique en forme de temple grec baptisé Jameson Hall, comme on en trouve sur les campus du nouveau monde, il faut d’abord monter la colline, traverser les terrains de rugby et gravir les imposants Jammie steps. Aux pieds de ces escaliers, se trouve (ou plutôt se trouvait) une statue en bronze de Cecil John Rhodes, érigée en 1934 en remerciement de son legs foncier à l’université. Le magnat des mines, Premier ministre de la colonie du Cap et conquérant impérialiste victorien, il y est sculpté, juché dans un fauteuil, le coude posé sur son genou légèrement avancé, sa main soutenant son visage et les yeux dans l’horizon. Rhodes, dos à la mer, contemple le continent et la plaine du Cap, vaste étendue où sont logés, depuis les années 1950, les townships coloured et noirs du Cap : Mitchell’s Plain, Langa, Guguletu, Khayelitsha – autant de noms évocateurs de l’apartheid et de l’oppression des populations « non blanches ». Sous la statue, un extrait d’un vers de Rudyard Kipling, intitulé « Cape Town », est gravé dans la pierre :

 

« Je rêve mon rêve,

De roc, de lande et de pin,

D’un Empire au Nord.

Aïe, une seule terre,

De Lion’s Head à l’horizon[5] ! »

 

Le 9 mars 2015, des étudiants se rassemblent autour de l’effigie de Rhodes, pour demander le démantèlement de la statue, perchée sur son trône et contemplant, depuis sa tour d’ivoire, une mer d’inégalités sociales et raciales[6]. Parti du township de Khayelitsha, un étudiant noir d’une trentaine d’années y ramasse un seau d’excréments sur le trottoir – de ces bucket toilets (pots de chambre) que la DA s’était enorgueillie d’éradiquer, prend la route de l’UCT en minibus et, arrivé sur le campus, y déverse le contenu du seau sur la statue de Rhodes[7]. Ce n’était pas la première fois que l’on s’en prenait à ce symbole de l’impérialisme britannique, qui s’attrista jadis qu’on ne puisse conquérir l’univers et « annexer les planètes », mais le mobile était cette fois différent[8]. Outre le démantèlement de la statue, les étudiants mobilisés, soutenus par certains employés et enseignants de l’université, avaient d’autres revendications : dénonçant les insuffisances de la transformation raciale de l’UCT, ils réclamaient un plus grand accès à l’enseignement supérieur et au logement étudiant pour les Noirs, la décolonisation du contenu des cours, mais aussi, plus de droits pour les travailleurs employés sur le campus (coloured et noirs pour la plupart)[9]. Le geste profanateur de l’UCT catalysa l’attention et, fortement médiatisé (notamment par le biais d’internet, sur les réseaux en ligne Facebook et Twitter, où le hashtag « #RhodesMustFall » se répandit comme une traînée de poudre), il s’attira de nombreuses réactions et soutiens.

Le mouvement prit vite de l’ampleur et, le 20 mars, une manifestation derrière la bannière « Rhodes Must Fall », déboucha sur l’occupation du bâtiment Bremner, siège de l’administration centrale de l’UCT. Là, les étudiants élurent domicile dans une salle historique, qui porte le nom d’Archie Mafeje, en souvenir des « occasions manquées dans le passé », selon les mots du vice-recteur Max Price, qui dirige l’UCT depuis 2008. Mafeje avait été nommé professeur d’anthropologie sociale en 1968, avant que, sous la pression du gouvernement d’apartheid, le conseil de l’université, qui avait pourtant pris sa décision à l’unanimité, ne se déjuge. Le conseil indiqua en outre « son incapacité future à nommer une personne non blanche à un poste d’enseignant, sauf autorisation contraire dans des circonstances particulières ». Près de six cents étudiants avaient ensuite occupé le bâtiment pour réclamer l’annulation de cette décision. Il n’en fut rien. Mafeje prit le chemin de l’exil et enseigna notamment aux universités de Dar es Salaam et du Caire[10]. Ses occupants de 2015 rebaptisèrent rapidement l’édifice « Azania House », un signe qu’ils se revendiquaient de l’héritage du Mouvement de la conscience noire et de son leader emblématique dans les années 1970, Steve Biko, plus que du mouvement non racialiste incarné par l’ANC[11].

Azania House devint l’épicentre de la mobilisation et de débats nourris, impliquant étudiants, enseignants et humbles travailleurs de l’université. Le lieu ne désemplit pas et se transforma en un espace ouvert, où chacun – issu d’un milieu défavorisé ou aisé – y alla du récit de son expérience de la discrimination raciale sur le campus et de ses propositions pour transformer l’université. Manifestations et initiatives collectives se multiplièrent, à l’instar, par exemple, d’une performance artistique intitulée « Saartjie Baartman ». Cette dernière vit un groupe d’artistes, nus et recouverts de peinture noire, leurs parties intimes simplement masquées par un morceau d’étoffe blanche, parcourir le campus en convergeant vers une statue moderniste de la « Vénus hottentote », située dans la bibliothèque de l’UCT[12]. Professeur de sociologie à l’UCT, Xolela Mangcu accusa le vice-recteur d’obstruction délibérée à la transformation. Il expliqua notamment que, parmi les deux cents plus importants professeurs de l’université, seuls, cinq étaient noirs. Des syndicalistes dénoncèrent à leur tour l’insuffisance criante des promotions d’employés noirs à des postes de responsabilité[13]. Le conseil de l’UCT réagit vite et vota, le 27 mars, en faveur du démantèlement de la statue de Rhodes. Le 9 avril, le symbole honni était retiré du campus. La mobilisation, qui s’était entre-temps étendue à d’autres universités, ne faiblit pas pour autant.

Les étudiants de l’université de Rhodes, dans la Province de l’Eastern Cape, lancèrent le Black Students Movement (BSM, Mouvement des étudiants noirs). Les mobilisés partaient là aussi de l’énoncé des expériences concrètes des étudiants noirs, encore souvent victimes de racisme et d’exclusion dans les meilleures universités du pays qui, avant les années 1990, leur étaient interdites pour la plupart. Souvent moins dotés que leurs homologues blancs en capitaux économiques, sociaux et culturels, les étudiants noirs disaient aussi à Rhodes leur mal-être, sur des campus qui ne furent pas conçus pour eux et, au-delà, dans un pays dont ils vivent toujours les contradictions sociales et raciales[14]. Si, contrairement à l’UCT, qui comptait, en 2014, environ 31 % d’étudiants blancs pour 44 % d’étudiants noirs, coloured ou indiens[15], l’université de Rhodes est majoritairement noire (y étaient inscrits, en 2014, 64 % d’étudiants noirs, coloured ou indiens, contre 36 % d’étudiants blancs), l’héritage de l’apartheid s’y fait bien sentir[16]. Université anglophone, Rhodes avait en effet, sous l’apartheid, suivi ses consœurs de langue afrikaans en refusant son accès aux étudiants non blancs. D’autres universités, comme l’UCT ou l’université du Witwatersrand (Wits), qui n’accueillaient qu’une infime minorité de non-Blancs, autorisaient néanmoins les cours mixtes[17]. La situation, dénoncée par les étudiants du BSM et leurs camarades en lutte ailleurs, avait donc pour toile de fond un système d’enseignement historiquement inégalitaire. Architecture ségrégationniste complexe, l’« Éducation bantoue » avait ainsi été conçue par l’apartheid pour réserver les meilleurs établissements aux Blancs, depuis le primaire jusqu’à l’université. Cantonnant généralement les Noirs à l’apprentissage de savoirs techniques, ce système visait avant tout à couvrir les besoins en main-d’œuvre des entreprises du pays. Outre ce lourd héritage universitaire, l’accès aux meilleurs établissements primaires et secondaires, anciennement blancs, est encore largement réservé aux riches. Ces derniers optent aussi souvent pour le privé et la division Blancs-Noirs s’est donc vue redoublée, après l’apartheid, d’une division de classe. Parmi les étudiants noirs mobilisés depuis 2015, certains sont issus de familles de l’ancienne ou de la nouvelle bourgeoisie noire, quand d’autres, nombreux sinon majoritaires, bataillent pour faire leur place à l’université. Contraints par l’acquittement d’importants frais de scolarité[18], ils doivent soit travailler durant leurs études, soit se presser de trouver un emploi au sortir de leur cursus pour rembourser les dettes contractées[19]. À Rhodes, les étudiants ont également obtenu de la direction de l’université qu’un processus visant à rebaptiser l’institution soit lancé.

Le mouvement a aussi atteint l’université de Stellenbosch, bastion de l’élite afrikaner, qui comptait encore plus de deux tiers d’étudiants blancs en 2015. Il s’y est doublé d’une dimension linguistique. En effet, si l’anglais y était officiellement utilisable par tous (cours bilingues, possibilité de communiquer avec l’administration et de composer dans cette langue), l’Afrikaans, langue des Blancs afrikaners et des métis qui leur sont culturellement assimilés, demeurait un facteur d’exclusion pour des jeunes Noirs qui, le plus souvent, ne l’apprennent plus. À Stellenbosch peut-être encore plus qu’ailleurs, ces derniers étaient aussi la cible d’un racisme rappelant le petty apartheid (apartheid « petit », « mesquin » ou « tracassier »), cette ségrégation des espaces privés et publics de la vie quotidienne, en vigueur en Afrique du Sud jusqu’à 1994. Les témoignages poignants de 32 étudiants « de couleur », racontant leurs déboires dans cette petite ville rurale, furent notamment rendus publics dans une vidéo documentaire intitulée « Luister » (« Écoute »). La vidéo commence par ces mots d’un jeune Noir qui rappellent, comme un écho en creux à Steve Biko invitant les Noirs à retrouver leur fierté, combien les jeunes vivent encore l’apartheid dans leur chair : « J’ai le sentiment que c’est mal d’être Noir. Je me demande parfois, quand je suis seul, pourquoi dieu m’a fait noir alors que les choses peuvent aller si bien quand on est autrement[20] ».

Le rejet de l’Afrikaans comme médium d’instruction renvoyait également à la mobilisation des jeunes qui, rejetant l’obligation d’apprendre dans cette langue, s’étaient soulevés à Soweto en 1976. En novembre 2015, l’équipe du recteur de Stellenbosch recommanda le recours à l’anglais comme lingua franca de l’université. Alors que l’Afrikaans était, jusque-là, la « langue académique » de Stellenbosch, une nouvelle politique linguistique, adoptée en juin 2016, fait conjointement de cette langue et de l’Anglais les médiums d’apprentissage et d’enseignement de l’université[21]. La question linguistique a également été soulevée ailleurs avec succès, comme à l’université de Pretoria.

Extension et convergence des luttes raciales et sociales : de Rhodes à Fees Must Fall

Outre son extension sud-africaine qu’il est impossible de rendre ici dans son entier, le mouvement initié par Rhodes Must Fall a eu un écho international. Des groupes de soutien et des mobilisations se sont formés à Oxford, Cambridge ou Berkeley. À Oxford, des étudiants ont appelé au démantèlement d’une statue de Rhodes située à Oriel College. Reprenant le nom de Rhodes Must Fall, le groupe, composé notamment d’étudiants internationaux africains, a appelé à lutter contre les discriminations et à une meilleure prise en compte des cultures « non blanches » dans les cursus. L’administration d’Oxford a rapidement donné une fin de non-recevoir aux manifestants. Lord Patten, dernier gouverneur de Hong-Kong et recteur d’Oxford, les appela à embrasser les valeurs prônées par Karl Popper dans Open Society. Il suggéra également aux mécontents d’aller étudier ailleurs et, pourquoi pas, « en Chine où l’on n’est pas autorisé à parler des valeurs occidentales », que le recteur considérait comme « des valeurs globales[22] ».

En Afrique du Sud, le mouvement s’est poursuivi et d’autres statues de personnalités historiques symbolisant le colonialisme ou l’apartheid ont été vandalisées : la reine Victoria, Cecil John Rhodes, le roi George V, Paul Kruger, Louis Botha, Jan Smuts, ainsi que des monuments commémorant la guerre Anglo-Boer. Si le mouvement Rhodes Must Fall, parti du Cap et centré sur le thème de la décolonisation de l’enseignement supérieur a, dans un premier temps, retenu l’attention médiatique, il semble avoir moins pris, tel quel du moins, à Johannesburg, la capitale économique du pays.

Des étudiants des deux grandes universités de la ville, Wits et l’université de Johannesburg (UJ), se sont montrés solidaires de leurs camarades en lutte, mais ont préféré recentrer leurs mobilisations sur la question sociale. Deux raisons au moins peuvent expliquer ce fait. D’abord, peut-être, une plus grande fluidité des rapports raciaux dans cette ville et en particulier à l’université. Ensuite, le fait que les mouvements étudiants de 2015 s’y sont greffés sur des luttes plus anciennes centrées sur des enjeux socio-économiques. L’UJ, d’abord, est née de l’agrégation de plusieurs institutions d’enseignement supérieur : l’université Afrikaans du Rand (Rand Afrikaans University, RAU), le Technikon Witwatersrand et l’université Vista. La RAU, institution issue de l’apartheid, fut bien, historiquement, mue par la volonté de promouvoir une élite afrikaner. Sa fusion avec un établissement d’enseignement technologique avancé et une université historiquement réservée aux Noirs, situées dans les townships de Daveyton et Soweto, a cependant achevé de faire de l’UJ une université en avance sur ses homologues en matière de « transformation ». Elle compte aujourd’hui plus de 90 % d’étudiants noirs, coloured ou indiens, ainsi qu’un peu moins de 40 % d’enseignants noirs[23] (ce chiffre est, nationalement, de l’ordre de 14 %)[24]. Plusieurs explications peuvent être esquissées pour expliquer la lenteur du recrutement d’un corps enseignant noir. D’abord, du fait de l’exclusion universitaire des Noirs, sous l’apartheid, produire des docteurs et des professeurs prend du temps. Ensuite, malgré les politiques de recrutement et de promotion dédiées aux populations « historiquement désavantagées » (le Black economic empowerment), les nouveaux aspirants se heurtent aussi parfois à des carences de capitaux sociaux, économiques ou culturels. De tels capitaux offrent souvent endurance et ressources nécessaires pour affronter les longs processus de recrutement qui ouvrent le chemin d’un emploi universitaire. De manière plus générale enfin, les universités sud-africaines étant élitistes, elles sont promptes à engager les meilleurs éléments et, loin de se restreindre à des recrutements locaux, s’inscrivent dans la compétition académique internationale.

Bien que sa réputation d’établissement libéral fasse trop souvent fi de sa soumission aux lois ségrégationnistes de l’apartheid, Wits fut aussi un lieu de résistance important au régime minoritaire blanc. En 2015, l’université comptait près de 80 % d’étudiants noirs, indiens et coloured[25]. De plus, les mouvements de 2015 s’y sont greffés sur une mobilisation en cours, centrée sur la défense du personnel non universitaire de l’université. En 2011, suite à la décision de l’administration de licencier six cents employés de Wits pour sous-traiter l’ensemble des services logistiques de l’université, des étudiants, enseignants et travailleurs forment le Wits Workers Solidarity Committee (WWSC, Comité de solidarité avec les travailleurs de Wits)[26]. Celui-ci s’inscrivait dans la veine d’autres mouvements pour l’accès aux services de première nécessité ou contre la néolibéralisation de l’économie, qui avaient vu le jour depuis 2000, notamment autour du Centre for Civil Society (CCS, Centre pour la société civile) de l’université du KwaZulu-Natal (UKZN). Il s’attelle depuis à défendre les travailleurs victimes du dumping social consécutif à la décision de Wits.

En février 2015, soit peu avant le début de la campagne Rhodes Must Fall, le conseil représentatif étudiant (Student Representative Council, SRC) de Wits, présidé par Shaeera Kalla, lance une levée de fonds intitulée One million One Month (un million, un mois), à destination des étudiants dans l’incapacité de régler leurs frais d’inscription[27]. Cette initiative rencontre un franc succès et met en lumière la précarité financière de nombreux inscrits à Wits. Shaeera Kalla est une étudiante engagée, qui a fait ses classes au sein du Comité de solidarité avec la Palestine de Wits, du WWSC et du South African Students Congress (Sasco, Congrès des étudiants sud-africains), organisation étudiante affiliée à l’ANC[28]. Alors que des discussions opposent depuis plusieurs mois le conseil étudiant à l’administration de Wits, qui a décidé d’une hausse de 10,5 % des frais d’inscription, une manifestation organisée par le WWSC est également prévue le 6 octobre 2015, en soutien à un employé licencié. C’est lors de cet événement que se concrétise l’idée de la campagne Wits Fees Must Fall, lancée une semaine plus tard. Le SRC décide alors du blocage de l’université pour protester contre l’augmentation des frais d’inscription. À Wits comme ailleurs, le mouvement prend de l’ampleur. Il s’y affranchit graduellement de la tutelle du SRC et des organisations étudiantes et politiques présentes sur le campus pour évoluer vers un collectif autogéré. Outre les frais d’inscription, les étudiants dénoncent le déclin du financement public de l’université et, plus généralement, l’insuffisance de la transformation socio-économique et raciale de l’enseignement supérieur. Les étudiants occupent Senate House, le bâtiment de l’administration centrale, où ils tiennent leurs grands rassemblements. Ils le rebaptisent du nom de Solomon Mahlangu, jeune combattant de la liberté exécuté par le régime d’apartheid en 1979. Suite à une rencontre avec Adam Habib, vice-recteur de Wits, ils obtiennent la suspension de l’augmentation des frais d’inscription pour 2016. L’université, qui avait porté plainte et sollicité le concours de la police pour déloger les manifestants, s’engage à interrompre ses poursuites.

Tandis que le mouvement Rhodes Must Fall se poursuit, la campagne de Wits s’étend dans le pays, y compris à l’UCT, en suivant désormais le mot d’ordre #FeesMustFall, mais aussi #EndOutsourcing. Le 21 octobre 2015, alors que Jacob Zuma et son ministre de l’Éducation, le secrétaire général du SACP Blade Nzimande, y participent à un débat sur le budget, des milliers de manifestants se rassemblent au Cap devant le Parlement. Plusieurs manifestants parviennent à pénétrer dans l’enceinte de l’Assemblée nationale qui est évacuée. Le ministre, hué, tentera en vain de s’adresser à la foule qui réclame l’annulation pure et simple des augmentations de frais. Le 22 octobre une marche est organisée à Johannesburg en direction de Luthuli House, le siège de l’ANC. Les manifestants remettent à Gwede Mantashe, secrétaire générale du parti, une liste de revendications contre les frais d’inscription, la sous-traitance et pour un enseignement gratuit et de qualité. Le jour suivant, une marche est organisée vers les bâtiments de l’Union, siège de la présidence sud-africaine à Pretoria. Une section minoritaire des manifestants met le feu à des équipements et le rassemblement est réprimé par la police à coup de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes. Dans la journée, le Président, réuni avec des dirigeants d’universités et certains représentants du SRC (à l’exclusion d’autres, comme celui de Wits, qui ont boycotté la réunion), annonce que les frais d’inscription n’augmenteront pas en 2016[29].

La décolonisation contre la transformation : une mobilisation radicale

Il serait (trop) aisé d’apposer le label de la nouveauté aux mouvements étudiants sud-africains de 2015-2016 qui, comme d’autres ailleurs ces dernières années, ont recouru à des moyens d’action contemporains. Dans le sillon d’un journalisme paresseux ou d’analyses qui, relayant le premier, se concentrent sur les moyens – notamment technologiques – plutôt que sur les fins de ces mobilisations, on pourrait ainsi les décrire comme le produit d’une génération post-apartheid 2.0. Il est ensuite facile, pour d’anciens jeunes militants comme ceux de la génération des années 1980, qui secouèrent jadis les fondements structurels de l’apartheid, de questionner la profondeur de l’engagement de leurs cadets, ses moyens et ses chances de succès. C’est ce scepticisme ambiant parmi les anciens que constate la chercheuse Leigh-Anna Naidoo, de la faculté des sciences de l’éducation de Wits. Dans une récente conférence, elle offre une analyse stimulante des mouvements étudiants. Remarquant la récurrence de la référence à la « révolution » dans le discours des jeunes mobilisés, elle le contraste avec la réaction de la génération militante précédente – celle de leurs parents – prompte à rappeler que les temps ne sont plus à la révolution dans l’Afrique du Sud démocratique. Et pourtant, argue-t-elle, les temps actuels sont bien « ouverts à interprétation », dans un pays en partie, mais pas totalement « post-apartheid », et dans une démocratie bien réelle mais « en même temps violemment et pathologiquement inégalitaire ». Et de poursuivre :

« La mobilisation contre le gouvernement – pour une large part et qui, dans d’autres situations, signalerait le début d’un changement radical – alterne souvent avec l’appel bruyant à des faveurs de la part de ce même gouvernement. Nos vacillations, contradictions et anachronismes sont une indication de ce que la définition des temps actuels est bien ouverte à interprétation[30] ».

Il est évident, car visible, que les mobilisations de la jeunesse sud-africaine née au tournant des années 1990, peinent à s’émanciper de l’héritage militant des générations précédentes. Inscrivant souvent leurs référents idéologiques et leurs répertoires d’action dans un « joyeux mélange » anachronique, elles sont en retour marquées par un positionnement délicat et mouvant par rapport au symbole – bien vivant puisqu’au pouvoir – qu’incarne toujours l’ANC. Les organisations de jeunesse dominantes en Afrique du Sud sont soit alliées à ce dernier, soit, à l’instar des Economic Freedom Fighters (EFF, Combattant pour la liberté économique) de Julius Malema, se prennent pour une réplique post-apartheid de la branche armée du Congrès – dont les EFF sont pourtant aujourd’hui l’un des principaux opposants[31]. Quant aux collectifs nés sur les campus et moins structurés d’un point de vue organisationnel, les marches qu’ils organisent vers les bâtiments de l’Union, les chants et les danses qui ponctuent leurs rassemblements[32], et surtout on va le voir, les mots qu’ils utilisent et les revendications qu’ils formulent, les placent aussi sans aucun doute dans le sillage des années 1980 sud-africaines. Ici encore, le positionnement par rapport aux aînés est ambigu : on peut se revendiquer des organisations africanistes anti-apartheid rivales du Congrès, tout en adoptant une posture mitigée, tantôt en rupture avec l’ANC, tantôt en attente d’un réveil du géant. En d’autres termes, chaque génération vit avec son temps tout en construisant sur et contre les jalons posés par les précédentes. Rien que de bien normal en somme.

Ce qui, en revanche, est peut-être nouveau dans les mobilisations récentes, c’est qu’elles ont au moins ponctuellement et partiellement réussi là où leurs aînées avaient échoué dans l’immédiat après apartheid. Déboussolés par le revirement néolibéral de l’ANC au milieu des années 1990, les mouvements sociaux en lutte pour l’accès aux services de première nécessité étaient, certes, en partie parvenus à encadrer de nombreuses mobilisations dans le pays. Leur action était cependant restée cantonnée aux townships et à une frange restreinte et idéologisée de jeunes et d’universitaires, éclatés dans de petites organisations d’extrême gauche opposées à l’ANC. Jamais la ferveur et la démocratie populaire perdues du United Democratic Front (UDF, Front démocratique uni) qui, dans les années 1980, fédéra la société civile anti-apartheid, avant d’être avalé par l’ANC, n’avaient été approchées. Quant aux groupes comme l’Anti-Privatisation Forum (APF, Forum anti-privatisation), s’ils avaient tissé plus de liens avec les syndicats notamment, ces derniers demeuraient liés par leur engagement dans l’Alliance tripartite. Les jeunes mobilisés depuis 2015 sont quant à eux parvenus à faire le lien entre une critique radicale de la « transformation » post-apartheid telle qu’entendue et conduite par l’ANC depuis 1994, et une injonction au changement avec tout ce que cela comporte de radical dans une société aussi stratifiée socialement et racialement que l’Afrique du Sud. Les jeunes mobilisés ne se reconnaissent pas dans le pays légué par leurs aînés. La puissance de leur critique, fondée sur une réactivation d’un discours anticolonialiste africaniste et arrimé à des revendications socio-économiques radicales, fait peur. Cette peur explique sans doute les concessions rapides des universités et du gouvernement à leur mouvement, comme si ceux-ci, menacés dans leur légitimité même, cherchaient à arrêter le feu avant qu’il ne prenne pour de bon.

Sans pour autant présager du succès ou de la pérennité des mobilisations de 2015, Leigh-Ann Naidoo en propose une interprétation en trois temps. Dans leurs assemblées et leurs revendications, les étudiants ont d’abord rejeté les fausses promesses de l’Afrique du Sud en transformation : « le fantasme de l’arc-en-ciel, du non racial, des commissions (de la [commission] Vérité et Réconciliation à [celle] de Marikana […]) » et même, l’idée de « libération » comme réalité vécue. Arrêtant ce présent dans un deuxième temps, les étudiants ont ensuite ouvert la voie vers un autre temps, une autre Afrique du Sud[33]. Les occupations ont ainsi débouché sur des débats ouverts et autogérés, qui ne sont pas sans rappeler les années 1980, et la participation de masse dont elles avaient été le théâtre partout dans le pays rendu « ingouvernable ». L’occupation d’Azania House, à UCT, a ainsi rassemblé étudiants, travailleurs de l’université et académiques. Les débats visant à décoloniser et à africaniser l’institution mêlaient des interrogations sur la race, le genre, l’apprentissage et le rejet d’un savoir blanc, professés par et pour des Blancs. Les philosophies panafricaniste et de la conscience noire étaient croisées avec une pratique de l’« intersectionnalité » permettant de recouper les expériences discriminatoires (genre, classe, race, orientation sexuelle, religion, âge…) et les luttes[34]. Les débats se saisirent de questionnement sur l’afrocentrisme et la nécessité d’enseigner différemment et en contexte. Les conditions du départ de Mahmood Mamdani de l’UCT, en 1999, furent ainsi évoquées, et son texte « Teaching Africa in a Post-Apartheid Academy » (« Enseigner l’Afrique dans une université post-apartheid ») discuté[35]. Nommé directeur du centre des études africaines de l’université en 1997, Mamdani y élabore un nouveau cours d’introduction aux études africaines. Prévoyant la lecture d’intellectuels africains (entre autres Cheikh Anta Diop, Mamadou Diouf, Ife Amadiume, Samir Amin et Wamba-dia-Wamba), son syllabus est récusé par ses pairs majoritairement blancs, et dont le cours commun sur l’Afrique reposait principalement sur les travaux d’universitaires américains[36].L’UCT comptait, certes, dans ses rangs de très bons africanistes issus de plusieurs disciplines, et le jugement de Mamdani mériterait ainsi quelques nuances. Il attaquait cependant aussi plus généralement, tel un prélude aux mouvements de 2015, le postulat intellectuel d’un « exceptionnalisme sud-africain », caution permettant, selon lui, de masquer l’européocentrisme et le biais racial des programmes, accentué par le long isolement international du pays et de ses universités. En réponse, il prônait une réforme du contenu des cours :

« L’enseignement dispensé aux étudiants postule que l’Afrique commence au Limpopo et que cette Afrique n’a pas d’intelligentsia digne d’être lue. Cette version de l’éducation bantoue, d’études bantoues renommées études africaines, est déjà enseignée à chaque nouvel étudiant en sciences sociales, et continuera à figurer comme enseignement obligatoire, tel un gavage forcé, pour chaque étudiant de première année, à moins que nous, le corps enseignant, ne disions non[37] ».

On retrouvait ainsi dans les débats des étudiants l’élan d’éducation populaire des années 1970 et 1980, inspiré par des théories comme celles de Paulo Freire et reprenant l’idée, centrale chez Biko, selon laquelle « l’arme la plus puissante dans les mains de l’oppresseur est l’esprit de l’oppressé. » L’éducation était ici réinvestie dans sa dimension politique et socialement renversée par la génération de situations nouvelles : cours destinés aux seuls travailleurs noirs ou dispensés par des élèves noirs à leurs professeurs blancs, production de nouvelles bibliographies allant au-delà des seuls Fanon et Biko, ou encore proposition de nouvelles règles d’admission à l’université. Pour le professeur Xolela Mangcu, les revendications pour le recrutement de plus d’étudiants et d’enseignants noirs étaient très proches de celles formulées à Harvard, Yale ou Columbia dans les années 1960 et 1970, et qui avaient débouché sur l’introduction des « études noires » (black studies)[38]. S’ils entendaient s’affranchir de leurs maîtres blancs, les étudiants ne montraient pas plus de déférence envers leurs maîtres noirs. Lors d’une discussion organisée le 26 mai 2016 à l’université du Western Cape (UWC), Xolela Mangcu est ainsi pris à partie par des étudiants « panafricanistes », qui l’empêchent d’accéder au micro dans la salle et, pour l’un d’entre eux, le traitent de « vendu » aux panélistes blancs du jour. Ces derniers ne sont autres que Judith Butler, Wendy Brown et David Theo Goldberg de l’université de Berkeley et ils sont réunis autour d’Achille Mbembe – pas franchement des néocolonialistes[39]. Dans un échange de presse ultérieur[40], les étudiants de l’UWC reprochèrent à Mangcu son côté « donneur de leçons » et son recours à ce qu’ils jugeaient être une « autorité professorale et parentale » déplacée. Les intervenants eux-mêmes furent la cible de réponses virulentes de la part des étudiants. Il n’est pas impossible que cet épisode ait aussi été le fruit de malentendus : c’est en tout cas l’avis de Mangcu[41], et ce n’est pas chose exclue, compte tenu des formules alambiquées qu’utilisent parfois certains des orateurs présents sur scène. Ce que montre cet épisode, c’est que les étudiants en lutte entendaient s’émanciper de toutes les tutelles assimilées par eux à un ordre ancien illégitime, voire à un ordre illégitime des anciens. Malentendu ou pas, le surinvestissement d’idéologies souvent mal maîtrisées, comme celles de la conscience noire ou de l’africanisme, a parfois conduit le mouvement étudiant à flirter avec la xénophobie envers d’autres Noirs – étrangers – ou à faire montre d’un exclusivisme racial face à des étudiants sud-africains non noirs. Cette remarque est à mettre en relation avec le constat que certains font, à l’instar de Mbembe, d’une institutionnalisation croissante de la xénophobie en Afrique du Sud[42].

Le pour et le contre : des mouvements à la politisation inédite

Conformément à la tradition congressiste, il est commun, pour les militants appartenant à l’ANC ou à une autre organisation de l’Alliance tripartite, de multiplier les adhésions ou « casquettes ». On peut ainsi être syndicaliste et/ou communiste, adhérer à la fois à un syndicat affilié au Cosatu et/ou au SACP, tout en étant encarté à l’ANC. On peut aussi être membre des organisations de jeunesse du SACP (la Young Communist League – YCL, Ligue des jeunes communistes) et/ou de l’ANC (Ancyl), ainsi que de l’« organisation mère ». On peut également appartenir à Sasco, principale organisation étudiante du pays, et appartenir à l’ANC. Normale, compte tenu de l’alliance politique qui lie ces formations depuis la fin des années 1980, cette multiplication des appartenances repose aussi sur le sacro-saint principe d’une internalisation du débat et du conflit : l’ANC étant une « grande Église », il n’y a pas lieu d’appartenir à des organisations qui ne s’inscrivent pas dans son sillon.

Relativement évidente durant les années 1990 et 2000, en raison du prestige d’un ANC libérateur et de l’absence d’opposition politique noire crédible, cette configuration a, ces dernières années, perdu de sa pertinence. L’éclatement de l’Alliance tripartite, commencé en 2008 par la scission du Congress of the People (Cope, Congrès du peuple), s’est poursuivi en 2013, avec l’émergence d’une nouvelle force d’opposition noire, les EFF, dirigés par Julius Malema, ancien président de l’Ancyl exclu de l’ANC pour indiscipline. L’éclatement s’est poursuivi depuis dans l’aile syndicale de l’Alliance, avec l’exclusion, par le Cosatu, en 2014, de son principal affilié, le syndicat national des métallos (National Union of Metalworkers of South Africa). Le syndicat national des mineurs (National Union of Mineworkers), ancien chef de file du Cosatu, est quant à lui fortement concurrencé depuis 2012 par un syndicat entrant, l’Association of Mineworkers and Construction Union (AMCU, Association du syndicat des mineurs et des ouvriers du bâtiment). On assiste, autrement dit, à un agrandissement et à une externalisation croissante de l’opposition politique et syndicale à l’ANC. Dans un tel contexte, la particularité des mouvements étudiants a été non seulement de s’inscrire dans une critique du régime ANC, mais aussi de concrétiser, parmi la jeunesse étudiante, un espace pluraliste que l’on peut aussi approcher comme une forme de « politisation stratège ». Piochant dans l’héritage de leurs aïeux, les étudiants s’inscrivent, on l’a dit, dans une filiation avec les années 1980. Ce faisant, ils se référent alternativement à l’héritage du mouvement congressiste – auquel certains appartiennent aujourd’hui encore – et à celui de ses rivaux africanistes : le Pan Africanist Congress (PAC, Congrès panafricain) et l’Azanian People’s Organisation (Azapo, Organisation du peuple azanien). Au présent, celles et ceux qui, parmi les mobilisés, appartiennent à des organisations, reproduisent ce schéma dynamique d’alliance et d’opposition à l’ANC. D’autres, non affiliés, se concentrent sur leur engagement au sein des collectifs universitaires et tous, de façon ponctuelle ou continue, s’en prennent aux formes classiques de la représentation.

Les collectifs autogérés mis en place par les étudiants ont généralement été le lieu d’une critique de la représentation étudiante au sein des SRC, de la représentation syndicale quand il s’agissait de se montrer solidaire des travailleurs de l’université, de l’administration de cette dernière bien sûr, et aussi, au-delà, de la politique partisane[43]. Les SRC font d’abord partie de l’architecture institutionnelle de l’université que les étudiants critiquaient. Élus annuellement dans des scrutins souvent marqués par une faible participation, ils tendent ensuite à donner la majorité à des organisations de jeunesse alliées à l’ANC (comme c’est le cas à Wits). À l’UCT en revanche, le SRC était dominé par l’organisation estudiantine de la DA, la Democratic Alliance Student Organisation (Daso, Organisation étudiante de l’alliance démocratique), dont le programme ne prévoyait pas a priori de décoloniser l’université. Politisés, les SRC connaissent ensuite des destinées variées, allant d’une forte activité militante – comme à Wits – à des formes d’apathie. Première étape possible d’une carrière politique, ils ont enfin souvent eu tendance à être mis au service d’agendas personnels[44]. La peur de la récupération politique fut, en tout cas, une constante des mouvements étudiants. Deux égéries de la mobilisation de Fees Must Fall, également dirigeantes du SRC de Wits, Shaeera Kalla et Nompendulo Mkatshwa, se sont ainsi retrouvées au cœur d’une polémique, suite à leur rencontre sur le campus, le 25 octobre 2015, avec des représentants de la Progressive Youth Alliance (PYA, Alliance de la jeunesse progressiste) – dont Thuthu Zuma, fille du président[45]. Un communiqué de Fees Must Fall indiqua par la suite que les deux jeunes femmes n’avaient fait que recevoir, au nom du collectif, une donation en nature de la PYA (nourriture, boissons, transport)[46]. Le message des détracteurs de la rencontre était tout aussi clair : chacun était libre de ses affiliations mais les grands rassemblements, réunis à Solomon House et ailleurs sur les campus, devaient rester l’instance décisionnaire de la mobilisation.

On perçoit bien ici la richesse et la complexité des profils des étudiants mobilisés : autonomistes et anarchistes convaincus pour certains, minoritaires, plus sobrement autogérés et non affiliés pour beaucoup, adhérents enfin d’organisations alliées à l’ANC ou rivales de celui-ci pour d’autres. C’est donc un espace pluraliste inédit qui a germé parmi la jeunesse des campus, unie – mais aussi parfois divisée – derrière les bannières de Rhodes Must Fall et Fees Must Fall. Fils d’un mineur né dans l’Eastern Cape, Chumani Maxwele, le profanateur de la statue de Rhodes à l’UCT, n’est pas connu pour son affiliation politique. Arrivé au Cap en 2006, il a d’abord travaillé et fait l’expérience de l’injustice socio-raciale, avant d’être admis à l’université pour y étudier la science politique[47]. Les étudiants encartés ont bien, quant à eux, joué un rôle important et souvent leader dans les mouvements étudiants. On l’a dit, Shaeera Kalla et Nompendulo Mkatshwa, respectivement ancienne et nouvelle présidente du SRC de Wits, appartiennent à des structures affiliées à l’ANC. D’autres, à l’instar de Sizwe Mpofu-Walsh, membre fondateur du collectif d’Oxford, partisan des EFF et fils d’un dirigeant national de ce parti, sont dans l’opposition à l’ANC[48]. Les EFF furent sans conteste l’organisation la plus virulente dans son soutien aux étudiants. Ils firent d’emblée le lien entre la situation de ces derniers et celle des grévistes de Marikana, rendant l’alliance entre l’ANC et le « capital monopolistique blanc » responsable de la situation des uns comme des autres[49]. Devenus coutumiers du fait depuis leur élection en 2014, les 25 députés EFF à l’Assemblée nationale se sont levés en séance, le 21 octobre 2015 et, vêtus de leur uniforme rouge de combattants pour la liberté économique, ils ont scandé Fees Must Fall, jusqu’à être expulsés de la Chambre par la force.

Ces affiliations à des organisations concurrentes sur la scène nationale n’ont pourtant pas empêché les étudiants de se mobiliser ensemble, derrière des mots d’ordre larges et inclusifs. Leurs organisations respectives n’ont pas pris le contrôle d’une mobilisation qui dépassait largement les clivages politiques habituels. De plus, celles et ceux qui étaient liés à l’Alliance au pouvoir se sont aussi largement affranchis de leurs organisations nationales – lesquelles se montraient soit incapables d’emboîter pleinement le pas à la mobilisation, soit franchement hostiles à elle. Sasco, la principale organisation étudiante du pays, était en première ligne. Elle a d’abord souvent été désavouée, dans le même temps que les collectifs de plusieurs universités rejetaient l’intermédiation des SRC dans lesquels Sasco est, nationalement, majoritaire. Elle s’est ensuite concentrée sur le soutien à la campagne Fees Must Fall et, attaquant les administrations universitaires, elle critiqua l’ANC et le ministère de l’Éducation avec respect, pour la lenteur de la mise en place de réformes visant à la transformation et à la gratuité de l’enseignement supérieur (une résolution prise par l’ANC à Polokwane en 2007)[50]. L’Ancyl, reprise en main depuis l’éviction de Malema et de son équipe s’est, quant à elle montrée farouchement légitimiste. Sa section du Western Cape s’est rapidement dissociée de Rhodes Must Fall, une campagne qu’elle jugeait racialement exclusive, mais aussi mensongère dans ses accusations contre les dirigeants du pays, responsables selon elle du massacre de Marikana[51]. Le leadership national de l’Ancyl, pour sa part, a initialement critiqué le ministre de l’Éducation et encouragé ses adhérents et les jeunes à se mobiliser, fin 2015, avant de les appeler à retourner en cours début 2016. Au nom de la PYA, l’Ancyl estimait les objectifs de la campagne atteints. Elle dénonçait aussi des « forces obscures », qui cherchent à « prendre en otage » le mouvement, « en particulier, les éléments qui veulent utiliser cette mobilisation pour promouvoir un changement de régime[52] ». Fidèle à l’un des registres usuels de ses aînés politiques, Collen Maine, président de l’Ancyl, a ainsi jugé Fees Must Fall « contre-révolutionnaire » et appelé les services de sécurité de l’État à enquêter sur le financement, important et d’origine d’après lui douteuse, de la campagne[53].

Les amorces d’une alternance politique sont posées

La mobilisation se poursuivait à l’heure où l’on écrivait, début octobre 2016, marquée notamment par des confrontations musclées entre police et manifestants à Wits. La question de sa pérennité, comme toujours dans des mobilisations qui ont aussi un coût pour les étudiants, pressés par la validation de leurs cours et diplômes, restait ouverte. En novembre 2015, ce fut au tour du campus de l’UJ d’être occupé et, après la trêve universitaire, durant l’été austral, les mobilisations avaient repris début 2016. Il semblerait néanmoins que le mouvement implique aujourd’hui une frange plus restreinte, militante et idéologisée des mobilisés (la majorité des étudiants de Wits souhaiteraient par exemple mettre un terme aux manifestations)[54]. Des divisions internes commencent aussi à se faire sentir, qui illustrent la dimension identitaire plus clivante des récentes mobilisations. Celles-ci semblent aussi aujourd’hui moins inclusives des travailleurs précaires de l’université. À Wits, des militants LGBTQ (Lesbiennes, gays, bisexuels, transgenre, queer) ont aussi accusé le mouvement d’être devenu sexiste et patriarcal. En février 2016, des membres de Rhodes Must Fall installèrent en bas des Jammie steps, à l’UCT, une cabane (shack) semblable à celles qui peuplent camps de squatters et townships sud-africains. Ils entendaient ainsi dénoncer l’insuffisance et l’allocation inéquitable des logements étudiants. L’administration se montra plus ferme cette fois et fit évacuer le campement. En réponse, certains incendièrent un bus de l’UCT. Des peintures furent également retirées des murs de plusieurs bâtiments de l’université et brûlées. Ces œuvres d’art représentaient principalement des personnalités blanches, mais elles incluaient aussi des tableaux du premier artiste noir diplômé d’un master en arts plastiques à l’UCT[55].

Il reste que, dans le contexte politique décrit plus haut, les étudiants ont apporté leur contribution – avec les éléments inédits qu’elle comportait – à l’opposition toujours plus multisectorielle qui se structure contre le pouvoir de l’ANC. C’est un fait historique et politique majeur, on l’a dit, l’Alliance tripartite est bel et bien en train d’exploser. Elle vit toujours mais, à défaut d’être morte, elle est sans nul doute moribonde, au regard de la vocation d’internalisation de la critique qui était la sienne. Rongés par des divisions internes qui ne semblent avoir pour objet que le contrôle de son appareil partisan, l’ANC et ses alliés syndicaux et communistes, n’ont à ce jour montré aucun leadership. Capable au mieux de suivre certaines revendications étudiantes, le parti n’a proposé aucune réponse sur le fond, aucune réforme structurelle à même de remettre sur pied le projet de transformation socio-économique et non racialiste de l’Afrique du Sud, dont il était le garant et l’incarnation.

Les mobilisations et manifestation d’opposition à sa politique s’accumulent donc : résidents des townships, travailleurs, étudiants… Des ponts sont jetés à la marge entre ces segments sociaux en lutte qui, cependant, ne fournissent pas les signes d’une convergence vers une mobilisation conjointe de masse à l’échelle du pays. Les étudiants, par exemple, réussiront-ils à sortir des campus pour se joindre à la jeunesse atomisée et déshéritée qui forme le gros des moins de 35 ans – soit près de 67 % de la population sud-africaine en 2011 ? Seuls les EFF de Julius Malema, incarnation d’un « lumpen radicalisme[56] », semblent aujourd’hui à même de relier ces mondes parallèles et pluriels, entremêlés mais distincts. Pourtant, réunissant 8,24 % des voix lors des dernières élections locales d’août 2016, les EFF n’ont que légèrement augmenté leur score national lors des élections générales de 2014 (6,35 %) – soit quelque 60 000 voix supplémentaires[57].

Le récent scrutin a d’abord été marqué par un fort recul national de l’ANC qui, obtenant 54,49 % des voix au niveau national, perd près de 8 % par rapport à 2014 et, surtout, plus de trois millions de suffrages. Cette différence correspond néanmoins à peu près aux écarts de participation enregistrés entre les deux élections (moins de 58 % en 2016, contre 73,5 % en 2014). Certes, les dynamiques du vote divergent entre élections locale et nationale mais la DA, qui a bien profité du dernier scrutin, double quant à elle le nombre de ses voix (passant de quatre à huit millions). Elle s’affirme ainsi un peu plus encore comme deuxième force politique du pays. Arrivée en tête dans les principales municipalités métropolitaines, la DA a formé des coalitions et, en plus du Cap, elle dirigera Johannesburg, Tshwane et Nelson Mandela Bay. À Ekurhuleni, l’ANC, qui a obtenu moins de 50 %, a, lui aussi, été contraint de former une coalition (les EFF, arrivés en troisième position, ont refusé de participer aux coalitions locales). C’est donc la Province du Gauteng, poumon économique du pays, qui est aujourd’hui en train de lui échapper. La question qui est maintenant plus que jamais sur toutes les lèvres est la suivante : l’ANC perdra-t-il sa majorité absolue au Parlement lors des élections générales de 2019 ? Rien n’est joué et l’ancien mouvement de libération a souvent montré sa capacité à se remobiliser en vue des grands scrutins. Ceci dit, l’éclatement de son aile syndicale et le noyautage de ses structures, qui exacerbent les luttes intestines, ne présagent pas d’une campagne enthousiaste sur le terrain et dans les arcanes du parti. La fin de l’ère Zuma abrite aussi une sinistre lutte de prédation des ressources de l’État par le président et ses proches, qui se heurtent à d’autres comme le ministre des Finances Pravin Gordhan. Récemment, des membres de l’ANC appelant le parti à mettre un terme à la présidence Zuma se sont rassemblés devant son siège sous la bannière Occupy Luthuli House.

Le point de rencontre entre les différentes mobilisations dont on a parlé dans cet article est précisément celui de la formation, à des échelles multiples, d’un espace politique pluraliste, inédit en Afrique du Sud depuis 1994. À l’éclatement de l’Alliance qui grignote l’ANC, s’ajoute la structuration toujours plus poussée d’une opposition parlementaire qui engrange les succès. Les étudiants mobilisés depuis 2015, eux, apportent une forme de « politisation stratège », qui pourrait être le sceau d’une nouvelle génération de citoyens et militants, capables – individuellement et collectivement – de se forger une conscience politique multiple, de participer et de se mobiliser entre et au-delà des lignes partisanes et idéologiques habituelles. En l’absence de convergence entre les différents secteurs sociaux en lutte, c’est une alternance politique qui se profile, dont les jeunes étudiants sont aussi les artisans. Reste à savoir, puisqu’ils ont lié deux registres critiques importants – l’anticolonialisme et l’africanisme d’une part, l’opposition aux politiques socio-économiques de l’ANC d’autre part – dans un rejet radical de la société post-apartheid, s’ils se satisferont de la perspective d’un grand chambardement institutionnel.

*Raphaël Botiveau

Institut des mondes africains, CNRS-IRD, Paris

Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains, Tourcoing

Abstract

Students’ Mobilisations in South Africa on the Verge of a Shift in Power

Taking the 2015 students’ mobilisations against university fees and for the decolonisation of South Africa’s academia as a starting point, this article reflects on the gradual build up, in the country, towards a shift in power. The ANC is indeed under great internal and external pressure and, so far, has not given any sign that it is taking social protest seriously. After several massive workers’ mobilisations and the rise of an always-stronger political opposition in recent years, the students’ movement has brought another radical form of contestation. Orchestrated by a new generation of social and political activists, it combines a sharp critique of the unjust post-apartheid socioeconomic order with a complete and sometimes violent rejection of racial discrimination and, beyond, of resilient colonialism in South Africa.

Photographie : © Raphaël Botiveau, ANC Youth League Economic Freedom March, Johannesburg, 2011.

[1]. Voir notamment J. Hayem, « Marikana : répression étatique d’une mobilisation ouvrière indépendante », Politique africaine, n° 133, 2014, p. 111-130.

[2]. À titre d’exemple, en septembre 2016, le SACP comptait cinq ministres et quatre vice-ministres au gouvernement. Sur le poids politique de l’aile gauche de l’ANC, voir R. Botiveau, « Longevity of the Tripartite Alliance : the Post-Mangaung Sequence », Review of African Political Economy, vol. 40, n° 138, 2013, p. 620-627.

[3]. V. Magnani, « Franchir la barrière raciale ». Le volontarisme de l’Alliance démocratique sous le poids des contraintes de l’espace politique sud-africain, mémoire de master 2, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2010.

[4]. Ces chiffres sont tirés du South African National Census de 2011. La Province du Western Cape comptait alors 33 % d’« Africains noirs », contre près de 80 % à l’échelle du pays. Pour mémoire, le régime d’apartheid divisa, à partir de 1950, la population sud-africaine en quatre catégories : Blancs, Native (« indigènes » ou Noirs), Indiens et Coloured. Dans la suite de cet article, le nom ou l’adjectif « noir » incluent souvent les Coloured et les Indiens, soit les trois catégories de populations historiquement discriminées.

[5]. « I dream my dream, / By rock and heath and pine, / Of Emire to the northward. / Ay, one land, / From Lion’s Head to Line ! ».

[6]. Le récit de la mobilisation qui suit se base pour partie sur celui de Brian Kamanzi, poète et étudiant à l’UCT : B. Kamanzi, « “Rhodes Must Fall” – Decolonisation Symbolism – What is Happening at UCT, South Africa ? » [en ligne], The Postcolonialist, 29 mars 2015, <postcolonialist.com/civil-discourse/rhodes-must-fall-decolonisation-symbolism-happening-uct-south-africa/>, consulté le 30 septembre 2016.

[7]. E. Fairbanks, « Why South African Students Have Turned on their Parents’ Generation » [en ligne], The Guardian, 18 novembre 2015, <www.theguardian.com/news/2015/nov/18/why-south-african-students-have-turned-on-their-parents-generation>, consulté le 30 septembre 2016.

[8]. La statue de Rhodes et le Rhodes Memorial, niché plus haut sous le pic montagneux, avaient, à partir des années 1930, généré l’animosité des étudiants afrikaner de l’UCT. Pour eux, il commémorait l’impérialisme britannique oppresseur des Boers. En 2001, Rhodes Memorial avait été aspergé de peinture rouge et la petite chapelle qui s’y trouve brûlée, dans deux épisodes distincts impliquant visiblement un jeune blanc schizophrène. L. Johns, « Sour Grapes Led Man to Paint Rhodes Red » [en ligne], IOL, 17 août 2001, <www.iol.co.za/news/south-africa/sour-grapes-led-man-to-paint-rhodes-red-73158>, consulté le 30 septembre 2016.

[9]. Pour plus de détails sur les revendications de Rhodes Must Fall, voir « Johannesburg Workshop in Theory and Criticism » [en ligne], The Salon, vol. 9, 2015, <www.jwtc.org.za/the_salon/volume_9/rmf_statements.htm>, consulté le 30 septembre 2016.

[10]. « Lessons of the Mafeje Affair – 40 Years on » [en ligne], UCT, <www.uct.ac.za/about/management/vc/installation/mafeje/>, consulté le 22 août 2016.

[11]. Les manifestants se revendiquaient aussi de l’aile panafricaniste du mouvement de libération sud-africain. Certains reprirent ainsi un célèbre slogan de l’Azanian People’s Liberation Army, branche armée du Pan Africanist Congress : One Settler, One Bullet (« un colon, une balle »), une parodie du One man, One vote (« un homme, une voix ») de l’ANC.

[12]. La destinée de Saartjie Baartman a fait l’objet d’un film d’Abdellatif Kechiche (Vénus noire, 2010). Propriété du Musée de l’Homme de Paris, ses restes – dont son cerveau, son anus et ses organes génitaux conservés dans des bocaux remplis de formols – furent officiellement restitués par la France à l’Afrique du Sud en 2002. Elle y fut ensuite inhumée au terme d’une cérémonie d’État le jour de la Journée de la femme (9 août).

[13]. C. Petersen, « UCT Refusing to Hire Black Professors » [en ligne], Cape Times, 23 mars 2015, <www.iol.co.za/news/south-africa/western-cape/uct-refusing-to-hire-black-professors-1835691#.VSETMag0WSo>, consulté le 11 octobre 2016.

[14]. N. Valela, « The Rhodes to Perdition : Why Rhodes Was Never Ready for the BSM » [en ligne], Daily Maverick, 26 mars 2015, <dailymaverick.co.za/opinionista/2015-03-26-the-rhodes-to-perdition-why-rhodes-was-never-ready-for-the-bsm/#.V7wYvoWcL-k>, consulté le 30 septembre 2016.

[15]. En 2014, 26 357 étudiants – dont plus de la moitié de femmes – étaient inscrits à l’UCT. « Statistics » [en ligne], UCT, <www.uct.ac.za/about/intro/statistics/>, consulté le 23 août 2016.

[16]. En 2014, 7 519 étudiants – dont près de deux tiers de femmes – étaient inscrits à Rhodes. « Digest of Statistics. Version 19 : 2015 » [en ligne], Rhodes University, <www.ru.ac.za/media/rhodesuniversity/content/dmu/documents/digest15.pdf>, consulté le 30 septembre 2016.

[17]. C. Perrot, L’Enseignement supérieur sud-africain post-apartheid (1994-2004) : une transformation réussie ?, thèse de doctorat, Université Aix-Marseille 1-Université de Provence, 2010.

[18]. L’Afrique du Sud compte 25 universités dans lesquelles les frais d’inscriptions (hors enseignement par correspondance) oscillaient, pour 2015, entre 25 000 et 65 000 rands (entre 1 600 et 4 200 euros au taux de change du 30 septembre 2016), selon les institutions et les cursus. L. Grant, « How Much Will it Cost to Go to a South African University in 2016 ? » [en ligne], Africa Check, 26 octobre 2015, <africacheck.org/reports/how-much-will-it-cost-to-go-to-a-south-african-university-in-2016/>, consulté le 30 septembre 2016.

[19]. N. Valela, « The Rhodes to Perdition… », art. cité.

[20]. « I feel like it’s wrong to be black. I sometimes ask myself, when I’m alone, why did God make me black when a lot can happen in a good way when you’re otherwise ?». Le film a été réalisé par un groupe d’étudiants de l’UCT venus soutenir leurs camarades du collectif Open Stellenbosch : D. Corder, M. Hegewisch, D. Manca et E. Mulder, Luister, Contraband, Le Cap, 2015. G. Nicolson, « Stellenbosch : “Luister” Could Lead to Change », Daily Maverick, 1er septembre 2015, <www.dailymaverick.co.za/article/2015-09-01-stellenbosch-luister-could-lead-to-change/#.V7wx2IWcL-k>, consulté le 30 septembre 2016.

[21]. « Language Policy of Stellenbosch University » [en ligne], Stellenbosch University, 22 juin 2016, <www.sun.ac.za/english/Documents/Language/Final%20Language%20Policy%20June%202016.pdf>, consulté le 30 septembre 2016.

[22]. D. Gayle et N. Khomami, « Cecil Rhodes Statue Row : Chris Patten Tells Students to Embrace Freedom of Thought » [en ligne], The Guardian, 13 janvier 2016, <www.theguardian.com/education/2016/jan/13/cecil-rhodes-statue-row-chris-patten-tells-students-to-embrace-freedom-of-thought>, consulté le 30 septembre 2016.

[23]. « 2015 Annual Report » [en ligne], University of Johannesburg, <www.uj.ac.za/about/Documents/reports/UJ_AnnualReport2015ONLINE.pdf>, consulté le 30 septembre 2016.

[24]. « Why Are There so Few Black Professors in South Africa ? » [en ligne], The Guardian, 6 octobre 2014, <www.theguardian.com/world/2014/oct/06/south-africa-race-black-professors>, consulté le 30 septembre 2016.

[25]. « Annual Report 2015 » [en ligne], University of the Witwatersrand, <www.wits.ac.za/media/wits-university/students/academic-matters/documents/2015%20Ann%20Report%20Online%20Version.pdf>, consulté le 30 septembre 2016.

[26]. L. van der Walt, D. Mokoena et S. Shange, « Cleaned out. Outsourcing at Wits University », South African Labour Bulletin, vol. 25, n° 4, 2001, p. 54-58.

[27]. Les Students’ Representative Councils (SRC) sont les organes de représentation étudiante, prévus par la loi et élus au sein des universités.

[28]. K. Mc Nulty, « Interview with Shaeera Kalla, Former SRC President at Wits University » [en ligne], South African History Online, 2016, <www.sahistory.org.za/archive/interview-shaeera-kalla-former-src-president-wits-university-interviewed-kyla-mc-nulty>, consulté le 30 septembre 2016.

[29]. « University of Witwatersrand Student Protests 2015 Timeline » [en ligne], South African History Online, 2016, <www.sahistory.org.za/article/university-witwatersrand-student-protests-2015-timeline>, consulté le 30 septembre 2016.

[30]. L.-A. Naidoo, « Hallucinations », 13th Annual Ruth First Memorial Lecture, Wits University, 17 août 2016.

[31]. On pourrait en dire beaucoup ici mais il suffit de se rendre sur le site des EFF pour constater que le symbole de la lance qui orne leur logo, les bérets militaires qu’ils portent fièrement, ou la structuration de leur leadership en une « Central Command Team », les place clairement dans le sillage revendiqué d’Umkhonto we Sizwe. Le poing et la carte du continent africain, également visibles sur le logo des EFF, renvoient respectivement aux rivaux africanistes de l’ANC : l’Azanian People’s Organisation et le Pan Africanist Congress.

[32]. R. Pather, « Student Protests Forge Links with Past » [en ligne], Mail & Guardian, 19 février 2016, <mg.co.za/article/2016-02-18-student-protests-forge-links-with-past>, consulté le 30 septembre 2016.

[33]. L.-A. Naidoo, « Hallucinations », art. cité.

[34]Ibid.

[35]. B. Kamanzi, « “Rhodes Must Fall”… », art. cité.

[36]. Voir C. Perrot, « L’africanisation des savoirs : entre recherche identitaire et instrument politique ? », in M.-C. Barbier et G. Teulié (dir.), L’Afrique du Sud, de nouvelles identités ?, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2010.

[37]. M. Mamdani, « Is African Studies to Be Turned into a New Home for Bantu Education at UCT ? » [en ligne], UKZN, 22 avril 1998, <ccs.ukzn.ac.za/files/mamdani.pdf>, consulté le 30 septembre 2016.

[38]. T. Farber, « “Black Studies for UCT” » [en ligne], TimesLive, 22 avril 2015, <www.timeslive.co.za/thetimes/2015/04/22/black-studies-for-uct>, consulté le 30 septembre 2016.

[39]. Le Wits Institute for Social and Economic Research (WISER), auquel est affilié Achille Mbembe, a tenu une série de « conversations » publiques avec Rhodes Must Fall en 2015. Voir notamment A. Mbembe, « Decolonizing Knowledge and the Question of the Archive » [en ligne], <wiser.wits.ac.za/system/files/Achille%20Mbembe%20-%20Decolonizing%20Knowledge%20and%20the%20Question%20of%20the%20Archive.pdf>, consulté le 30 septembre 2016.

[40]. X. Mangcu, « Students Shouted me Down » [en ligne], Sunday Independent, 29 mai 2016, <www.iol.co.za/sundayindependent/students-shouted-me-down-2027581> ; « UWC Students Respond to Prof Xolela Mangcu » [en ligne], The Daily Vox, 30 mai 2016, <www.thedailyvox.co.za/uwc-students-response-xolela-mangcu/>, consulté le 30 septembre 2016.

[41]. X. Mangcu, « Students Shouted me Down », art. cité.

[42]. A. Mbembe, « Achille Mbembe Writes about Xenophobic South Africa » [en ligne], Africaisacountry, 16 avril 2015, <africasacountry.com/2015/04/achille-mbembe-writes-about-xenophobic-south-africa/>, consulté le 30 septembre 2016 (post Facebook de l’auteur republié).

[43]. L.-A. Naidoo, « Hallucinations », art. cité.

[44]. B. Shulman, « Rhodes Must Fall and the Gaps in our Student Politics » [en ligne], politicsweb, 14 avril 2015, <www.politicsweb.co.za/opinion/rhodes-must-fall-and-the-gaps-in-our-student-polit>, consulté le 30 septembre 2016.

[45]. La PYA est l’équivalent de l’Alliance tripartite pour les organisations de jeunesse affiliées ou alliées à l’ANC.

[46]. K. Mc Nulty, « Interview with Shaeera Kalla… », art. cité.

[47]. E. Fairbanks, « Why South African Students… », art. cité.

[48]. Sizwe Mpofu-Walsh est notamment l’auteur d’une chanson rappée, intitulée « Mr Zuma, your Time Is Up » (M. Zuma, votre temps est écoulé), et postée en ligne en 2014. Celle-ci, qui rappelle dans sa forme « Le déserteur », de Boris Vian (1954) et, dans son contenu, le titre « Ma lettre au président », du rappeur lillois Axiom (2006), s’adresse directement à Jacob Zuma.

[49]. EFF, « EFF Statement on the Fees Must Fall Movement », Media release, 19 octobre 2015.

[50]. Sasco, « Education Is not a Privilege, it’s a Right #FeesMustFall », Press release, 16 octobre 2015. Un appel à manifester le 21 octobre 2015 se concluait par les mots suivants : « Nous appelons nos camarades à interpréter ceci comme un appel à une mobilisation de masse offensive plutôt qu’au vandalisme de nos institutions ». Sasco, « Sasco Calls for a National Shutdown against Fee Increments and for Free Education », Press release, 19 octobre 2015.

[51]. C. Bernardo, « Rhodes Must Fall Falls Foul of Ancyl » [en ligne], IOL, 31 août 2015, <www.iol.co.za/news/politics/rhodes-must-fall-falls-foul-of-ancyl-1908441>, consulté le 11 octobre 2016.

[52]. Ancyl, « PYA Calls for Back to School », Press statement, 14 janvier 2016.

[53]. S’Thembile Cele, « Ancyl leader : “#FeesMustFall is Treason” » [en ligne], City Press, 31 janvier 2016, <city-press.news24.com/News/ancyl-leader-feesmustfall-is-treason-20160131>, consulté le 30 septembre 2016.

[54]. K. Mc Nulty, « Interview with Shaeera Kalla… », art. cité.

[55]. GroundUp, « GroundUp Report : Rhodes Must Fall Protesters Burn UCT Art » [en ligne], 17 février 2016, <www.dailymaverick.co.za/article/2016-02-17-groundup-rhodes-must-fall-protesters-burn-uct-art/#.V7xYf4WcL-k>, consulté le 30 septembre 2016 ; F. Langerman, « RMF Protesters Incinerated Five Richard Baholo Paintings – UCT » [en ligne], politicsweb, 18 février 2016, <politicsweb.co.za/politics/rmf-protesters-incinerated-five-richard-baholo-pai>, consulté le 30 septembre 2016.

[56]. C’est l’expression qu’utilise Achille Mbembe dans sa préface à la biographie de Malema, in F. Forde, An Inconvenient Youth. Julius Malema and the « New » ANC, Johannesburg, Picador Africa, 2011. Les EFF présentent un programme radical, qui inclut notamment la nationalisation des mines et des banques, ou encore la confiscation de terres sans compensation.

[57]. Les résultats électoraux ici mentionnés sont tirés du site de News24 qui reprend les chiffres de la commission électorale sud-africaine : « Election Results » [en ligne], News24, <www.news24.com/Elections/Results/LGE>, consulté le 11 octobre 2016.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *