Appel à contributions : Techniques des corps politiques

Dossier coordonné par Thomas Riot et Nicolas Bancel

Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne (ISSUL-SSP), Institut des mondes africains (IMAF-CNRS)

« L’Afrique a échoué. Vous les sportifs avez été les seuls à réussir et vous nous avez montré la voie à suivre à nous les hommes politiques », Mälläs Zénawi lors de la cérémonie de clôture des XVIe championnats d’athlétisme d’Afrique (le 4 mai 2008, à Addis Abäba).

Depuis la fin des années 1990, de nombreux Etats subsahariens – parfois démarchés par des organisations non gouvernementales et divers fonds d’investissement privés et internationaux – ont élaboré des pédagogies physiques et sportives inscrites dans leurs politiques de « développement » et de « reconstruction » post-conflictuelle. Cette « politique du survêtement » n’est pas nouvelle : dès les années 1950 (et bien plus ardemment dans les décennies qui suivirent les décolonisations), de nombreux pays ont développé des parties de football (Alegi, 2004), des jeux de piste et de capture (Honwana et de Boeck, 2005) ou encore des danses d’affrontement (Ranger, 1975) qui ont contribué au mûrissement de mobilisations politiques des plus pacifiques aux plus radicales  (Bancel, Denis et Fatès, 2003 ; Fair, 1997). Le Rwanda offre un exemple révélateur des trajectoires obliques que peuvent prendre ces activités. Du début des années 1990 au mois de juillet 1994, le transfert de conduites sportives, chorégraphiques et guerrières vers la mise en œuvre du génocide a été grandement conditionné par l’engagement (volontaire, conseillé ou forcé) de plusieurs milliers de danseurs, de footballeurs et de supporters dans les groupes extrémistes qui menèrent les pogroms anti-Tutsi (notamment interahamwe). Dans le contexte d’une politique développementaliste transformée en ordre génocidaire (Viret, 2009 ; Straus, 2006), ces groupes miliciens se sont engagés dans une articulation dynamique de savoirs corporels acquis dans le monde du « loisir » et de dispositifs miliciens issus de la société civile (Riot, 2014). De nos jours, et tandis que ces activités furent précédemment affectées à des processus de socialisation politique des plus radicaux, le gouvernement du Rwanda post-génocide convoque les mêmes pratiques (via le dispositif itorero, inspiré de pratiques précoloniales et qui mêle danses guerrières, football et veillées de défis) afin – selon ses propres termes – de combattre la « mentalité génocidaire » et de reconstruire une société profondément marquée par la violence de masse (Riot, Boistelle et Bancel, 2016).

Ce dossier voudrait entreprendre une relecture inédite de ces usages multiples et en apparence contradictoires des techniques du corps et des dynamiques d’interaction entre processus de socialisation politique et modes d’engagement des acteurs. Il y a presque dix ans, le dossier « Politiques du corps » de Politique africaine (coordonné par Danielle de Lame, 2007) présentait une analyse multi-focale des biopouvoirs, gouvernés par des répertoires esthétiques, technologiques, professionnels ou plus clandestins. Dans le cadre de ce dossier, nous proposons d’approcher les biopouvoirs au prisme d’une palette de « techniques réflexives du corps » (Crossley, 2005), c’est à dire d’un ensemble d’actions motrices, sensorielles et affectives qui ont le corps pour objet, et qui attribuent à la corporéité une intelligibilité socioanthropologique. Il souhaite orienter le regard sur l’incorporation préalable et (dis)continue de plusieurs formes possibles d’activités : des pratiques ludiques et compétitives (football, athlétisme, jeux d’exploration), capables de favoriser la cohésion entre les individus et de diviser les communautés en présence (concurrence confessionnelle, paternalisme, domination masculine…) ; des pratiques belliqueuses (sports de combat, danses guerrières, tir à l’arc, jet de lance), évoquant le potentiel glissement vers la violence politique et/ou armée ; des pratiques d’entraînement paramilitaire (renforcement musculaire, initiation au tir, courses, jeux de capture), qui participent bien plus directement au mûrissement des mobilisations combattantes. Entre bien d’autres – techniques de soin, de séduction corporelle, d’appareillage moteur –, ces pratiques du corps peuvent permettre une analyse plus fine des processus de subjectivation politique impliqués dans le contrôle social et politique des acteurs et – dialectiquement – la formation de techniques et d’imaginaires corporels affectés à leurs propres trajectoires. Il s’agit donc de se focaliser sur un aspect peu étudié de la sociohistoire, de la sociologie du politique et la sociologie des mobilisations. De telles relations ne sont pas mécaniques. Elles nécessitent d’interroger le rapport que chaque pratique entretient au pouvoir et si – le cas échéant – des savoirs corporels peuvent favoriser l’engagement politique des acteurs. Dans certains territoires comme en République centrafricaine et au Rwanda, le football est instrumentalisé dans une double dynamique de dépolitisation des minorités radicalisées et de mobilisation armée. Au Rwanda, il s’agit dans le même temps de combattre la mentalité génocidaire et de renforcer les rangs de l’armée ; en République centrafricaine, il s’agit de retisser du lien social entre les populations musulmanes et chrétiennes, et de nourrir les réservoirs du mouvement anti-balaka (Riot et al., 2016). De tels réservoirs sportifs ont ainsi la possibilité d’alimenter une « politique de l’apolitisme »  (soit une instrumentalisation politique des pratiques, qui peut être destinée à favoriser l’adhésion aux politiques du parti au pouvoir) et de nourrir de nombreux engagements politiques et (para)militaires.

Nous explorerons ces questions par le médium d’un apprentissage « par-corps » (Faure, 2000), c’est à dire selon les processus d’incorporation de savoirs issus de la mise en action des corps. Ces « techniques réflexives du corps » pourraient constituer un point de contact entre des savoirs incorporés, des processus de socialisation politique et les modes d’engagement des acteurs. Ce dossier propose de l’aborder sous l’angle des interactions potentielles entre des dispositifs qui ont le corps pour objet, des processus corporels de socialisation politique et les modes d’engagement des pratiquants afin d’explorer la fongibilité de ces acquisitions dans leur rapport au pouvoir. Comment pourrait-on caractériser – si elle existe – la part « sportive » d’une carrière militante ou d’un processus plus ordinaire d’adhésion politique ? Existe-t-il un lien entre la violence (politique, compétitive, de masse) et l’incorporation d’habiletés motrices ? Ces activités pourraient-elles, de même, efficacement participer de la reconstruction sociale et politique des sociétés post-conflit ?

Il s’agit en cela de suivre les voies de socialisation, de mobilisation, de réappropriation ou de radicalisation de ces techniques, mais aussi de creuser de leur relation au politique et à l’Etat selon l’autonomie relative qui les gouvernent. Il est ainsi question de mener un travail diachronique et synchronique susceptible d’éclairer – des années 1950 à nos jours – les formes et les conditions d’un tel transfert. D’une technique de saut à un engagement politique, d’un apprentissage chorégraphique à une mobilisation combattante, il s’agit aussi de ne pas oublier que la transférabilité n’est pas systématique, et que les interactions entre jeux, sports et politique sont plus sinueuses qu’on pourrait le croire.

Il sera question d’aborder ces activités selon leurs formes spécifiques, les trajectoires sociales et politiques qu’elles impulsent et les modes particuliers d’engagement qu’elles façonnent ; et conjointement, d’explorer leur réappropriation éventuelle par l’Etat et d’autres organisations politiques (locales, nationales et internationales), afin d’observer leur contribution à la diffraction ou à la cohésion des sociétés subsahariennes.

Les « techniques réflexives du corps » posent également la question de leur ajustement à des imaginaires politiques. Certaines activités (tels les sports d’origine britannique ou les jeux du scoutisme, qui contiennent dès leur genèse de puissants répertoires mérito-démocratiques) pourraient-elles se fondre plus que d’autres dans les fictions réalistes de la démocratie (Erenhberg, 1991) ? Et si tel était le cas, comment expliquer que de telles capitalisations du mérite individuel et collectif puissent s’inscrire dans les trajectoires les plus radicales des acteurs en présence ? Il semble en effet qu’un certain nombre de techniques incorporées soient susceptibles de cheminer depuis la société civile jusque dans les sphères les plus mobilisatrices (voire les plus violentes) de l’engagement politique (contraint, volontaire ou forcé). Les miliciens hutu du Rwanda ou les groupes d’enfants-soldats de l’actuelle République démocratique du Congo, de la Sierra Leone et de la Côte d’Ivoire sont de parfaits exemples de la manière dont des techniques ludo-motrices communautaires intègrent l’univers corporatiste guerrier de ces formations juvéniles (De Boeck 2004, Hoffman, 2007 ; Kourouma, 2000).

En ce sens, les caractéristiques formelles des techniques incorporées semblent moins déterminantes que les espaces de socialisation dans lesquels elles circulent ; dans une même société, une même pratique peut s’inscrire dans l’appropriation la plus inégale des ressources du pouvoir et, conjointement, favoriser l’éclosion d’espaces personnels d’initiatives. Si une telle situation n’est pas forcément paradoxale, elle demande d’explorer les conditions précises d’adhésions des acteurs à ces dispositifs.

Nous privilégierons, dans la sélection des articles, ceux qui s’inscrivent dans les quatre axes ici présentés :

Des engagements séquencés par les techniques des corps politiques

Dans les sociétés subsahariennes comme ailleurs dans le monde, les parcours des acteurs du politique (des plus ordinaires au plus exceptionnels) comprennent bien souvent des séquences corporelles (si l’on pense, par exemple, au parcours « boxé » de l’ancien dictateur ougandais Idi Amin Dada (Mazrui, 1977) ou, plus « ordinairement », aux nombreuses élites africaines qui ont connu de longues expériences ludiques et sportives au sein des mouvements de jeunesse). Il ne s’agit pas d’un processus linéaire, et il est nécessaire de douter de sa centralité dans le mûrissement de ces trajectoires. Néanmoins, il est possible de reconstituer ces biographies selon des étapes pendant lesquelles des « techniques réflexives du corps » se sont associées au cheminement social et politique des individus concernés. Il s’agit d’un processus singulier et complexe, dans lequel s’entrelacent des éléments structurels, des contingences et des mécanismes d’hybridation entre des techniques et des modes plus ou moins affirmés d’engagement politique. Nous utiliserons et articulerons différents niveaux d’analyse (Sommier, 2012 ; Fillieule et al., 2010 ; Gayer, 2009 ; Becker, 2006 ; Della Porta, 1995 ; Tarrow, 1989 ; Collovald et Gaïti, 1986) : indicateurs d’adhésion politique (macro) ; organisations mobilisatrices de ressources corporelles (méso) ; dispositions corporelles des acteurs et processus individuels de subjectivation politique (micro). Il s’agit ici de reconstituer des parcours singuliers, séquencés par des techniques, grâce auxquels pourraient éclore des situations biographiques plus générales d’apprentissages « par-corps ».

 

Des corps transnationaux

Depuis la conquête occidentale des territoires subsahariens, la fabrique des corps colonisés – soit le processus d’incorporation du savoir colonial par les sociétés colonisées – s’est appuyée sur des circulations sociales et culturelles transnationales (de la métropole à la colonie et réciproquement, en plus des échanges transfrontaliers entres les territoires colonisés). De là, on assiste à l’introduction de pratiques d’origine européenne (comme les sports d’origine britannique, les jeux du scoutisme ou de nouveaux savoirs paramilitaires), dont l’indigénisation s’opère sur un mode profondément hybride : l’appropriation du football, par exemple, a généré l’émergence de nouveaux répertoires guerriers, ancrés dans les cultures autochtones (post)coloniales (Riot, 2010 ; Boer, 2004). On observe conjointement la (ré)invention de pratiques locales (danses, luttes, pratiques athlétiques), dont les nouvelles formes répondent d’une intégration sélective des savoirs étrangers. Ce fut le cas du dispositif Beni ngoma  – une danse inventée en référence au comportement politique et militaire de l’occupant étranger (Ranger, 1975) – ou de l’itorero colonial au Rwanda – une pratique pastorale et guerrière transférée dans les missions catholiques (Riot, 2011). Ces dispositifs ont ainsi pris certains de leurs codes de conduite aux Occidentaux (missionnaires, administrateurs, colons), et ont incarné des modes inédits de résistance vis à vis de la domination étrangère. De nos jours, ces techniques (trans)nationales poursuivent leur cheminement au gré des projets politiques auxquels elles peuvent être affiliées : la mobilisation des scouts dans les dispositifs de surveillance de l’Etat (comme c’est le cas dans de nombreux pays de l’ex Afrique occidentale française) opère ici selon une longue continuité postcoloniale. Ces savoirs peuvent de même offrir de sérieuses trajectoires d’ascension sociale et politique aux individus qui s’en emparent, si l’on pense par exemple aux lutteurs du Sénégal, incarnant au pays et à l’échelle internationale de « nouvelles figures de la réussite »  (Havard, 2001). Il serait à ce sujet passionnant d’inscrire les savoirs du corps dans une relecture transnationale de leur subjectivation, afin de comprendre, au delà des frontières géographiques, comment peuvent se façonner des « corps connectés » aux frontières poreuses de l’histoire et du politique.

 

Matière à guerre ?

Il s’agira ici de considérer une large gamme de pratiques (jeux guerriers, tournois d’adresse, techniques de force) afin de comprendre comment ces rivalités interagissent avec des processus de subjectivation belliqueuse (Bayart et Warnier, 2004). Il appartiendra aux auteurs de mesurer la part motrice de ces acquisitions guerrières (qui se trouve au cœur de la construction des sujets de l’expérience) et d’observer les éventuelles procédures «  d’assujettissement affranchissant » (Banégas, 2007) qui peuvent s’en dégager : une même technique peut en effet conduire à une très nette mise sous contrainte du sujet et, conjointement, lui offrir des opportunités politiques et de nouvelles chances d’accès à l’honneur social (Illife, 2005). Afin d’éviter toute entreprise téléonomique, il convient de préciser que toutes les modalités pratiques ici étudiées ne s’articulent pas systématiquement à des mobilisations armées. Le cas des sports est à ce sujet révélateur. Il est en effet à première vue déroutant que des situations guerrières puissent comprendre une pratique historiquement et sociologiquement inscrite dans une dynamique de refoulement des « pulsions agressives » (Elias et Dunning, 1994). De plus, est-il envisageable que des pratiques issues des actions et des imaginaires de la mérito-démocratie se convertissent en armes de l’autoritarisme ou de la violence totale ? Tenant compte des dynamiques potentiellement cathartiques des sports, serait-il possible qu’ils offrent d’une part, la possibilité de concentrer d’une façon non violente les ressources des pratiquants, et d’autre part, des façons inédites de transférer des savoirs corporels dans l’exercice de la guerre (soit, en d’autres termes, la relative fluidité des pratiques qui oscillent entre l’espace « civil » des sports et celui des mobilisations politiques et armées) ?

 

La forge corporelle de l’Etat

L’apprentissage de pratiques sportives d’origine occidentale à l’école coloniale – où ont été formées une grande partie des élites subsahariennes – participe-t-elle à éclairer la trajectoire des États postcoloniaux, largement assise sur différentes formes de mimétisme vis-à-vis de l’ancienne puissance dominante ? Par ailleurs, les techniques ici étudiées semblent entretenir des relations relativement autonomes avec l’Etat. Tandis que certains clubs et associations sont articulés à ce dernier, d’autres se développent indépendamment des arènes étatiques du politique. Au Libéria, la quasi totalité des associations sportives sont administrées par des « humanitaires » qui entretiennent des relations avec un Etat essentiellement gouverné par la communauté internationale (information détenue par l’Observatoire international des politiques sportives de Lausanne, OIPS). En Afrique du Sud, au contraire, de petits groupements (par exemple des coureurs cyclistes) s’organisent en marge (dans et aux abords des townships), ouvrant des voies d’émancipation aux franges les plus fragiles de la population noire et Coloured vis à vis des centres blancs (Beecroft, 2015). Les agents intermédiaires (directeurs de clubs, d’associations sportives par exemple) tiennent ici une place importante. Selon leur positionnement social et politique et leur relation à l’Etat, ils agissent (parfois en concurrence) comme de puissants relais entre les adeptes des activités et les organisations plus larges dans lesquelles ils circulent. Quel est leur rôle dans cette « forge corporelle » de l’Etat ? A l’instar du Burundi et du Rwanda, le cas du Libéria soulève aussi la question de l’utilisation des «  techniques réflexives du corps » dans le cadre des politiques de reconstruction de la paix. Y a-t-il une façon « sportive » – soit une manière d’utiliser ces techniques et sociabilités dans de nouveaux dispositifs de contrôle ou de rééducation – d’envisager la recomposition sociale et politique d’un Etat post-conflit ? Des contributions pourraient éclairer ces mécanismes de forge corporelle de l’Etat, éclairant les (dés)articulations entre des politiques sportives et la fabrication du citoyen formé à de nouvelles techniques de gouvernement.

 

Calendrier

  • 30 novembre 2016 : date limite d’envoi des propositions d’article (max. 7000 signes espaces compris) à Thomas Riot (Thomas.Riot@unil.ch) et Nicolas Bancel (Nicolas.Bancel@unil.ch)
  • 15 décembre 2016 : notification aux auteurs des propositions retenues par les coordinateurs du dossier
  • 15 mars 2017 : date limite d’envoi des articles sélectionnés (max. 55 000 signes notes et esp. comp.) aux coordinatrices du dossier

 

Bibliographie indicative

Alegi, Peter. 2004. Laduma. Soccer, politics and society in South Africa, from its origins to 2010. University of KwaZulu-Natal Press.

Bancel, Nicolas, Daniel Denis et Youssef Fatès, éd. 2003. De l’Indochine à l’Algérie. La jeunesse en mouvement des deux côtés du miroir colonial. Paris: La Découverte.

Banégas, Richard. « Côte d’Ivoire : les jeunes se lèvent en hommes. Anticolonialisme et ultranationalisme chez les Jeunes patriotes d’Abidjan », Les études du CERI, n° 137, 2007.

Bayart, Jean-François et Jean-Pierre Warnier, éd. 2004. Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses. Paris: Karthala.

Becker, Howard S. 2006. Le travail sociologique. Méthodes et substances, Fribourg: Academic Press.

Baker, William and James Mangan, éd. 1987. Sport in Africa: Essays in Social History. New York: Africana Publishing.

Boer, Wiebe. « A Story of Heroes, of Epics: The Rise of Football in Nigeria », in Armstrong Gary and Richard Giulianotti éd. 2004. Football in Africa: Conflict, Conciliation and Community. London: Palgrave Macmillan, p. 59-79.

Collovald, Annie et Brigitte Gaïti, éd. 2006. La démocratie aux extrêmes. Sur la radicalisation politique. Paris: La Dispute.

Crossley, Nick. « Mapping reflexive body techniques: on body modification and maintenance », Body & Society n°11(1), 2005, p. 1-35.

Della Porta, Donatella. (1995). Social Movements, Political Violence and the State, New- York: Cambridge University Press.

Ehrenberg, Alain. 1991. Le culte de la performance, Paris: Calmann-Lévy.

Elias, Norbert et Eric Dunning. 1994. Sport et civilisation: la violence maîtrisée. Paris: Calmann-Lévy.

Fair, Laura. « Kickin’it: Leisure, Politics and Football in Colonial Zanzibar, 1900s-1950s », Africa n°67 (2), 1997, p. 224-251.

Faure, Sylvia. 2000. Apprendre par corps. Socio-anthropologie des techniques de danse. Paris: La dispute.

Fillieule, Olivier, Eric Agrikoliansky et Isabelle Sommier, éd. 2010. Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, Paris: La Découverte.

Gayer, Laurent (2009). « Le parcours du combattant : propositions pour une analyse des récits de vie des militants sikhs du Khalistan », Questions de recherche, n° 28, Centre de recherches internationales, 63 p.

Havard, Jean-François. « Ethos bul faale et nouvelles figures de la réussite au Sénégal ». Politique africaine, n° 82, 2001, 63-77.

Honwana, Alcinda et Filip De Boeck, éd. 2005. Makers and Breakers. Children and Youth in Postcolonial Africa, Oxford; Trenton; Dakar: James Currey; Africa World Press ; Codesria.

Illife, John. 2005. Honour in African history. Cambridge: Cambridge University Press.

de Lame, Danielle, éd. « Politique du corps », Politique africaine, n°107, 2007.

Mazrui, Ali A. 1977, « Boxer Muhammad Ali and soldier Idi Amin as international political symbols: the bioeconomics of sport and war », Comparative Studies in Society and History,  n°19 (2), 1977, p. 189-215.

Ranger, Terence. 1975. Dance and society in Eastern Africa, 1890-1970. The Beni ngoma, Berkeley: University of California Press.

Riot, Thomas. « Les politiques de loisir et le génocide des Rwandais tutsi. Du racisme culturel aux donjons de la mémoire », Politique africaine, no. 133, 2014, p.131-151.

—. « Le football au Rwanda. Un simulacre guerrier dans la créolisation d’une société », Revue canadienne des études africaines, n°44 (1), 2010, p. 75-109.

Riot, Thomas, Herrade Boistelle et Nicolas Bancel. « Les politiques d’itorero au Rwanda : un dispositif éducatif et guerrier à l’épreuve de la reconstruction nationale », Tiers Monde, 2016, sous presse.

Sommier, Isabelle. « Engagement radical, désengagement et déradicalisation. Continuum et lignes de fracture », Lien social et Politiques, no. 68, 2012, p.15-35.

Straus, Scott. 2006. The order of genocide. Race, power and war in Rwanda. Ithaca: Cornell University Press.

Sundberg, Molly. 2014. Training for model citizenship. An ethnography of civic education and state-making in Rwanda. Uppsala University Library.

Tarrow, Sidney, 1989. Democracy and disorder: Protest and politics in Italy, 1965-1975, Oxford: Oxford University Press.

Viret, Emmanuel, 2011. Les habits de la foule. Techniques de gouvernement, clientèles sociales et violence au Rwanda rural (1963-1994), Thèse de doctorat, Paris: Institut d’études politiques.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *