intro142

L’Éthiopie après Meles Zenawi : l’autoritarisme ethnique à bout de souffle ?

introphoto142Introduction au dossier « L’Éthiopie après Meles », Politique Africaine, N° 142
Par Jean-Nicolas Bach, Les Afriques dans le Monde (LAM), Sciences  Po Bordeaux

« Nous ne léguerons pas la mendicité à la génération future, mais le développement ! »
Meles Zenawi1

Ce deuxième dossier de Politique africaine consacré à l’Éthiopie paraît au moment où le régime célèbre le vingt-cinquième anniversaire de sa victoire contre le régime militaire de Mengistu Hailé Mariam2. Le 28 mai 1991, face aux efforts conjugués du Front Démocratique révolutionnaire des peuples éthiopiens (Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front, EPRDF)3, du Front érythréen, ou encore du Front de libération oromo, les rebelles entrent dans Addis Abeba sans rencontrer de résistance. Mengistu a déjà quitté la capitale et abandonné le pays. L’indépendance de l’Érythrée en 1993, la neutralisation du front oromo par l’EPRDF au fil de la décennie 1990 et l’impossibilité pour les groupes d’opposition de se structurer durablement ont fait de l’EPRDF un parti hégémonique4, jusqu’à aujourd’hui. Le régime ethno-fédéral naît avec la Constitution de 1995 et son originalité réside notamment dans la reconnaissance des « droits des nations, nationalités et peuples » (art. 39) inspirée du modèle stalinien, alors même que l’Union soviétique s’effondrait et que les régimes africains entendaient construire des États-nations5.

En Éthiopie et dans la diaspora éthiopienne, les opposants au fédéralisme dit « ethnique » (un mot qui, faut-il le rappeler, n’apparaît pas dans les textes officiels) n’ont cessé d’alerter sur les dangers à politiser ces identités « nationales » et sur l’explosion programmée de l’État « millénaire6 ». Mais l’explosion de l’État n’a pas eu lieu, et le Front tient bon. Le régime n’est d’ailleurs jamais apparu aussi fort, attractif et prospère que sur la dernière décennie. Cette force se manifeste d’abord par la capacité de l’EPRDF à se maintenir au pouvoir malgré (ou grâce à) l’organisation d’élections générales à intervalles réguliers depuis. Déstabilisé lors des élections de 2005, au cours desquelles les coalitions d’opposition remportent initialement près du tiers des sièges de la Chambre basse7, l’EPRDF a fait preuve d’une efficacité redoutable dans la reconquête de l’hégémonie et s’assure 99,6 % puis 100 % des sièges en 2010 et 2015.

La capacité de projection des Forces nationales de défense éthiopiennes illustre également sa puissance actuelle. L’Éthiopie est en effet devenue en quelques années le premier contributeur de troupes aux opérations de maintien de paix onusiennes (environ 8 300 personnels en armes8) et le troisième contributeur de troupes aux opérations de l’Union africaine (environ 4 300 personnels en armes). Pour saisir l’ampleur des capacités militaires de l’Éthiopie, il faut y ajouter sa présence sur la frontière érythréenne au Nord, où la tension reste constante, comme l’ont démontré les violents affrontements qui ont eu lieu en juin 20169. On peut aussi mentionner les quelque 4 000 soldats10 déployés en Somalie en dehors de la mission de l’Union africaine (African Union Mission in Somalia, Amisom), à laquelle un contingent de plus de 4 000 hommes était déjà intégré depuis février 2014.

Sur le plan économique, on assiste depuis une dizaine d’années à ce qui pourrait être un « grand bond en avant » à l’éthiopienne, dont l’un des signes majeurs est sans doute cette fameuse croissance à deux chiffres martelée inlassablement par les dirigeants depuis 2005. Et même si cette croissance a sans doute été exagérée, elle demeure l’une des plus soutenues du continent, voire de la planète11. Et l’économie éthiopienne continue d’attirer : les partenaires se multiplient et les investissements directs depuis la Turquie, l’Inde, et surtout la Chine ne cessent d’affluer12. Cette dernière a fait don du nouveau siège de l’Union africaine à Addis Abeba et est particulièrement active dans la construction d’infrastructures. Les habitants de la capitale peuvent désormais traverser la ville d’Est en Ouest et du Nord au Sud en tramway, emprunter la nouvelle autoroute jusqu’à Adama, et pourront bientôt prendre la nouvelle ligne de chemin de fer jusqu’à Djibouti (pour l’instant réservée au transport de marchandises). Autre symbole national de la modernisation à marche forcée, le Grand barrage de la Renaissance sur le Nil devrait produire 6 000 mégawatts dès 2017. Il est le fleuron d’un tout nouveau complexe hydroélectrique mis en place sur l’ensemble du territoire et la marque de la puissance régionale d’un État qui entend devenir le fournisseur en électricité de toute la Corne de l’Afrique13.

Ces performances sont les premiers résultats notables du tournant politique et économique impulsé par Meles Zenawi à partir de 2001. Meles s’impose à la tête du Front populaire de libération du Tigray (TPLF) dès le milieu des années 1980 et joue un rôle-clé dans la fondation de l’EPRDF à la fin de la décennie. C’est à la tête de ce nouveau Front qu’il assure les fonctions de président du gouvernement de Transition (1991-1995) puis de Premier ministre à partir de 1995 et jusqu’à sa mort. En 2001, au sortir de la guerre contre l’Érythrée, il est confronté à la crise la plus sérieuse que le TPLF et l’EPRDF aient connue. Initialement mis en minorité, Meles parvient à reconquérir le pouvoir et réactive l’idéologie du parti (la « démocratie révolutionnaire14 »), un levier discursif qui lui permet finalement de purger les dissidents accusés de « bonapartisme15 ». L’année 2001 est largement considérée comme le moment à partir duquel Meles parvient à s’imposer non seulement à la tête du parti, mais également de l’État. Il restera l’homme fort du TPLF/EPRDF jusqu’à sa mort en 201216.

Le renforcement de sa position à partir de 2001 permet à l’ancien Premier ministre de mettre en œuvre son projet économique, qui s’impose de façon plus poussive après les élections de 2005. Ce projet prend d’abord le nom de Renouveau (tehadso) et emprunte ensuite l’étiquette d’État développementaliste démocratique (democratic developmental state). Un tournant économique qui ne doit cependant pas cacher la continuité des pratiques autoritaires. En effet, l’État développementaliste éthiopien reste fondé sur une logique dirigiste où le gouvernement entend mobiliser toutes les couches de la société au nom de la croissance. Ceux qui déclinent « l’invitation » du gouvernement à l’effort national sont menacés, marginalisés, voire neutralisés. L’État développementaliste s’est glissé dans les habits de la démocratie révolutionnaire et bénéficie de ses leviers autoritaires.

La mort de Meles Zenawi en août 2012, qu’Éloi Ficquet décrit dans ce dossier comme un véritable événement politique, informe sur la capacité du régime à se maintenir au-delà de son architecte et idéologue. Néanmoins, ses successeurs héritent aussi des défauts du régime. La formule ethno-fédérale, qui devait régler les tensions nées dans les années 1960-1970 autour de la « question nationale », demeure controversée et surtout impuissante face à la montée des contestations régionales. Quant à l’État développementaliste, son bilan même pourrait être entaché par une baisse annoncée de la croissance (autour de 6 % pour 2016) et une reprise de l’inflation qui dépasserait à nouveau les 10 %.

La disparition de Meles Zenawi met à jour les faiblesses, les inachevés et les contradictions du régime découlant moins du fédéralisme ethnique que ce qu’il convient d’appeler l’autoritarisme ethnique. Les contributions au dossier mettent en effet en lumière les pratiques autoritaires, que ce soit à travers la gestion publique de cette « disparition » – au sens propre comme figuré – (Éloi Ficquet), les associations de masse (la Women’s Development Army décrite par Alessia Villanucci et Emanuele Fantini), les politiques foncières (Mehdi Labzaé), l’action publique vis-à-vis des paysans (Sabine Planel) ou encore les ajustements du parti hégémonique depuis 2012 (René Lefort). Les contributions de ce dossier offrent de nouvelles perspectives quant aux modes de fonctionnement concrets de l’autoritarisme éthiopien depuis la deuxième moitié des années 2000. Elles permettent par ailleurs d’y voir une période politique et économique charnière pour le régime, au-delà de la mort de Meles Zenawi.

Avant d’entrer dans ces pratiques concrètes de gouvernement, il convient de revenir, en guise d’introduction, sur la trajectoire du régime et l’évolution des modes de légitimation et de coercition de l’EPRDF. Nous soulignerons d’abord le resserrement autoritaire du régime entre 2005 et 2015. Nous reviendrons ensuite sur un événement politique qui n’est pas abordé dans le dossier, à savoir les élections de 2015. Ces élections bouclent également la décennie, les groupes d’opposition ayant émergé en 2005 se trouvant définitivement neutralisés dix ans plus tard. Nous mentionnerons enfin la multiplication des mouvements protestataires ces dernières années (dont le mouvement dit « Oromo ») et les défis qui se posent à l’EPRDF pour sa propre survie et celle du régime.

De la « démocratie révolutionnaire » à « l’État développemental » : le resserrement autoritaire (2005-2015)

L’État développementaliste est omniprésent dans les contributions à ce dossier. Il est donc essentiel de resituer cette stratégie établie par l’ancien Premier ministre avant sa disparition, non pas pour souligner ce qui pourrait a priori apparaître comme une double rupture – celle du projet économique et la mort de Meles – mais plutôt parce que ce projet renseigne précisément sur une double continuité. D’une part, si l’État développementaliste se glisse aussi bien dans les structures du régime EPRDF, c’est parce qu’il correspond largement aux ambitions déjà définies par le Front il y a plus de deux décennies. D’autre part, la mort de Meles n’a pas remis en cause ce projet dont l’inertie entraîne, aujourd’hui encore, l’ensemble des acteurs politiques et économiques du régime.

Le développementalisme dans la durée

Si l’on veut néanmoins distinguer une période charnière dans la mise en œuvre concrète de ce projet politico-économique, on peut la trouver dans la décennie qui suit les élections générales de 2005. Celles-ci voient pour la première fois les groupes d’opposition remporter près du tiers des sièges à la Chambre basse (voir infra). Ce résultat surprend les élites de l’EPRDF (persuadées qu’elles allaient remporter une large victoire) et les contraint à se lancer dans une véritable reconquête du pouvoir. Au cœur de cette stratégie, et élaboré les années précédentes par Meles Zenawi, l’État développementaliste éthiopien17 prend forme dans le premier Growth and Transformation Plan18 (GTP I, 2010-2015). Alors que les anciens rebelles devenus gouvernants s’étaient concentrés sur la pénible reconstruction du pays dans les années 1990, il s’agit désormais de réaliser la transition économique en s’émancipant du secteur agricole dominant, en industrialisant et en développant les services. Les infrastructures sont considérées comme prioritaires non seulement parce qu’elles offrent des résultats immédiatement visibles pour les citoyens, mais également parce qu’elles doivent produire un effet d’entraînement pour l’économie et créer les conditions nécessaires à l’attractivité des investissements étrangers. Meles Zenawi, inspiré explicitement des succès asiatiques19 (Taïwan, Corée du Sud, Singapour et plus tard Vietnam), prend la plume et trace les grands objectifs du régime : l’économie éthiopienne n’a plus d’autre choix que de s’insérer dans le marché mondial, c’est la seule façon de devenir un pays à revenu intermédiaire à l’horizon 202520.

La fameuse « démocratie révolutionnaire » (abyotawi dimokrassi), alors idéologie officielle du régime21, commence ainsi à s’estomper derrière le nouveau cadre idéologique de l’État développementaliste22. Certes, tout comme la démocratie révolutionnaire, ce dernier se définit en négatif par le rejet continu et radical du « (néo)libéralisme occidental ». Meles écrivait ainsi en 2008 : « […] Le paradigme néolibéral est structurellement défaillant et les réformes néolibérales sont vouées à l’échec en Afrique. Une alternative développementaliste et démocratique existe, et elle est réalisable23 ». Mais l’État développementaliste éthiopien se démarque de la démocratie révolutionnaire dans la mesure où il entend désormais offrir une stratégie concrète, qui est mise en forme dans le GTP deux ans plus tard. Les déclarations du successeur de Meles, Hailé Mariam Dessalegn, illustrent bien cette évolution discursive. Les références à la démocratie révolutionnaire, encore débattues sur les plateaux de la télévision nationale en 2010, ont disparu de la vie politique en 2014 : « Nous ne dérogerons jamais à notre idéologie – l’idéologie de la démocratie développementale – pour embrasser leur idéologie néolibérale par la force24 ». Meles a en effet posé les bases institutionnelles d’une stratégie et ses successeurs sont désormais chargés de sa réalisation tactique qui se poursuit depuis 2015 avec la mise en œuvre du GTP II25 (2015-2020).

La « modernité » à marche forcée

Il ne faut cependant pas s’y tromper. Ces ajustements discursifs et stratégiques n’impliquent pas une remise en cause des modes de gouvernement autoritaires, tant s’en faut. Le projet se situe en ce sens clairement dans la ligne générale tracée dès le début des années 1990 par l’EPRDF26. Ces programmes sont on ne peut plus clairs : le contrôle du régime devra être conservé par le parti le temps de développer le pays et, pour cela, une armée de cadre formée et contrôlée par celui-ci se chargera de contrôler l’administration, l’école et les entreprises27. L’intelligentsia28, les « nouveaux entrepreneurs », les investisseurs engagés en faveur du développement (opposés aux rent-seekers ciblés comme les ennemis du régime) sont encouragés et investis d’une mission nationale : développer le pays29. À partir de la fin des années 2000, l’État développementaliste se glisse d’autant plus aisément dans les habits de la démocratie révolutionnaire qu’il implique également une omniprésence de l’État dans les sphères politiques, économiques et sociales, jusqu’aux échelons les plus bas de la société. Cet ancrage social, voire intime, nécessaire à la bonne conduite du projet développementaliste est notamment abordé dans la contribution d’Alessia Villanucci et Emanuele Fantini à ce dossier. Ils interrogent l’État développementaliste en action à partir d’une analyse anthropologique et politique autour de la (bio-)politique de santé maternelle. Plus largement, les contributions soulignent la redéfinition des rapports entre le gouvernement et les citoyens depuis la mise en œuvre du projet développementaliste où ajustements et négociations peuvent apparaître entre les agents de l’État bien souvent contraints de s’adapter aux réalités du terrain.

On sait que l’autoritarisme ne peut éviter les contournements, les braconnages, les négociations ou encore les adaptations dans les dynamiques de son déploiement au quotidien, comme le montrent les contributions à ce dossier. On sait également que la coercition et la violence ne permettent pas, à elles seules, d’expliquer le maintien d’un régime autoritaire et que les citoyens ont aussi des prétentions à « vivre sans heurts », « normalement », « sans se faire remarquer30 ». Les pages qui suivent donnent ainsi à voir le quotidien d’un tel régime, ses doutes, ses ajustements. Éloi Ficquet montre comment ce quotidien s’ébranle autour de l’incertitude provoquée par la disparition de Meles, des plus basses aux plus hautes sphères de l’État. Les agents de ce dernier eux-mêmes développent parfois leurs propres stratégies en évoluant à l’intérieur du parti hégémonique ou en cherchant à quitter le pays31. Les contributions au dossier soulignent également parfois les ajustements des agents de l’État au contact du terrain et des administrés, comme dans la mise en œuvre des politiques de formalisation du foncier décrite par Mehdi Labzaé ou de santé maternelle d’Alessia Villanucci et Emanuele Fantini.

Néanmoins, le dossier nous enseigne aussi combien ces rapports de forces demeurent asymétriques et souvent violents. Ainsi, Mehdi Labzaé décrit le comportement parfois paternaliste et souvent intransigeant des agents de l’État envoyés en région Gambella. Il n’est pas rare que les fermiers « arriérés » et réticents y soient menacés et emprisonnés plusieurs jours. L’État développementaliste mobilise donc les masses, les éduque et les punit si elles n’obéissent pas. On retrouve cette dimension punitive dans la contribution d’Alessia Villanucci et Emanuele Fantini, où le régime exclut les femmes non obéissantes des filets de protection sociale (safety nets), les prive de la gratuité des soins ou de l’accès au microcrédit. C’est cette même dépendance et cette précarité à l’égard des politiques sociales que décrit Sabine Planel en soulignant la marginalisation croissante de nombreux paysans du Woleyta32. Le microcrédit apparaît ici aussi comme un instrument de contrôle parmi tout un ensemble de ressources distribuées par l’État et dont les paysans peuvent être privés du jour au lendemain. À l’intérieur même du parti et de l’administration qui, comme le rappelle René Lefort, se confondent largement, le système d’évaluation (gemgema) permet de sanctionner les agents de l’État qui n’obéissent pas ou n’auraient pas rempli les objectifs fixés par le gouvernement. Cette épée de Damoclès est bien une autre forme de violence à laquelle sont soumis les agents de l’État et, par extension, leurs administrés. Chacune des contributions revient ainsi à sa manière sur le caractère punitif du régime, et surtout sur ses différents registres : exclusion des programmes mis en place par l’État, emprisonnement, et parfois répression armée.

Tout n’est donc pas négociable. Les formes de domination du régime autoritaire, aussi « normales » puissent-elles paraître, restent ainsi marquées par l’une de ses caractéristiques majeures, la menace diffuse. Le sentiment de pouvoir être frappé à tout moment détermine les engagements, les contestations, les mobilisations, mais aussi la vie des individus jusque dans l’intime. La ligne rouge est maintenue dans son caractère flou, presque invisible, condition même d’une redoutable autocensure, de la faible mobilisation des masses et de la retenue des contestations. Le régime éthiopien décrit dans ce dossier n’est donc pas un régime « hybride33 », dont l’appellation même risquerait d’euphémiser son usage de la violence physique. Comme le résume ainsi Béatrice Hibou à partir d’autres terrains, les « douceurs insidieuses » de l’exercice du pouvoir « doivent impérativement être intégrées dans l’analyse de la domination si l’on veut en comprendre toutes les modalités et toutes les subtilités », mais elles ne doivent pas masquer « d’autres dispositifs souvent moins “doux” » car la dimension coercitive de ces régimes reste fondamentale34.

Les élections de 2015 et la fin de faux-semblants démocratiques

La fermeture du régime sur lui-même s’est exprimée dans l’issue des dernières élections générales en mai 2015. L’EPRDF et ses partis affiliés n’ont certes pas récolté la totalité des suffrages35, mais le mode de scrutin majoritaire à un tour corrélé à ces formes de domination plus ou moins coercitives ont permis au Front de s’assurer la totalité des sièges à la Chambre basse du Parlement (547) et aux conseils régionaux. Ces élections bouclent un cycle décennal pour l’opposition qui n’a cessé de se déliter depuis les élections de 2005. Le vote de 2015 signifie en effet la fin des espoirs ouverts en 2005 d’accéder aux institutions de l’État pour les deux principales branches de l’opposition, à savoir la branche « libérale multinationale », pour reprendre l’appellation que ses partisans lui donnent, et l’opposition « ethno-fédérale ». Par ailleurs, ces élections renseignent sur les modalités par lesquelles le parti hégémonique se maintient au pouvoir malgré (ou grâce à) l’organisation d’élections régulières.

La déliquescence des oppositions

Les partis libéraux multinationaux se définissent par opposition aux partis dits « régionaux » ou « ethniques ». Alors que les premiers condamnent le fédéralisme ethnique et défendent une idéologie libérale fondée sur le droit des individus, les seconds reconnaissent la forme ethnique du fédéralisme mise en place par l’EPRDF mais critiquent ce dernier pour ses pratiques autoritaires. Ce clivage partisan est historiquement ancré dans les débats liés à la « question nationale » depuis les mouvements étudiants des années 1965-1970. Les deux branches s’opposent aujourd’hui encore autour de thèmes centraux tels que la privatisation des terres (nationalisées depuis 1975), le droit de sécession (art. 39 de la Constitution de 1995), ou encore l’identité éthiopienne (droits individuels versus « nations, nationalités et peuples36 »).

Les partis libéraux multinationaux regroupés au sein de la Coalition pour l’unité et la démocratie (CUD) avaient emporté un large succès aux élections de 2005 avec 109 sièges37. Mais, en partie sous pression de la diaspora, celle-ci refusa d’occuper les sièges qu’elle avait remportés au Parlement en dénonçant les tricheries de l’EPRDF. Les appels de la CUD à manifester déclenchèrent une montée des tensions qui se solda par une répression massive des forces de sécurité envers les manifestants, les responsables de la coalition, et tout individu suspecté d’avoir sympathisé avec le mouvement. Le bilan officiel établit près de deux cents morts dans les rues de la capitale et des principales villes, et des milliers d’arrestations38.

Les partis « régionaux » étaient quant à eux regroupés au sein d’une autre coalition, l’Union des forces démocratiques éthiopiennes (United Ethiopian Democratic Forces, UEDF)39, fondée par des personnalités universitaires comme Beyene Petros et Merera Gudina, et soutenue par une quinzaine de partis de la diaspora. L’UEDF obtient 52 sièges au Parlement en 2005, où siégeront ses élus jusqu’au terme de leur mandat en 2010. Néanmoins, la coalition se délite dès le lendemain du scrutin de 2005, poussant une partie de ses membres fondateurs à établir une nouvelle coalition en vue des élections de 2010 : le Forum pour le dialogue démocratique en Éthiopie (Forum for Democratic Dialogue in Ethiopia, Medrek). Ce Forum formé en 2008 est aujourd’hui le groupe d’opposition le plus stable et le plus modéré, défendant les « nations, nationalités et peuples d’Éthiopie » (appellation empruntée à l’EPRDF) mais condamnant la démocratie révolutionnaire, et plus récemment l’État développementaliste ainsi que la corruption croissante40.

Lorsque les anciens meneurs de la CUD sortent de prison en 2007, ils fondent un nouveau parti en vue de reproduire leur succès de 2005. Comme celui-ci ne parvient pas à réintégrer la CUD, ils fondent l’Union pour la justice et la démocratie (Union for Democracy and Justice, UDJ), présidée par l’ancienne juge Bertukan Mideksa et l’ingénieur Gezachew Shiferaw. Le programme de l’UDJ reprend le manifeste de la CUD41. Néanmoins, le nouveau parti encore faible s’allie avec les partis ethno-régionaux (Medrek) et d’anciennes personnalités éminentes de l’EPRDF expulsées du Front suite aux tensions de 200142. L’entente de circonstance permettra à l’UDJ alliée au Medrek d’obtenir l’unique siège à la Chambre basse remporté par les opposants aux élections générales de 2010. Mais cette alliance suscite de vives tensions au sein des libéraux d’UDJ, radicalement opposés au fédéralisme ethnique, et pour qui collaborer avec les partis régionaux représente une atteinte aux principes du parti. Un groupe dissident fondera un nouveau parti qui émergera comme le parti Bleu en janvier 2012 (Semayawi). Quant à l’UDJ, elle quittera finalement le Medrek en 2014 en vue de fusionner avec le parti multinational conservateur, le Parti de l’unité de tous les Éthiopiens (AEUP43). L’UDJ et l’AEUP sont proches de la fusion lorsqu’ils organisent en juin 2014 une cérémonie célébrant leur accord (Pre-merging Agreement), durant laquelle de nombreux membres me déclarent alors avec enthousiasme redonner naissance à la Coalition pour l’unité et la démocratie qui les avait portés en 2005. L’UDJ et l’AEUP ambitionnent de reconstituer une grande opposition multinationale autour de leur fusion, en opposition à l’EPRDF et aux partis régionaux.

Cette manœuvre politique à un an des élections s’avère pourtant désastreuse pour les opposants. La Commission électorale nationale (National Electoral Board of Ethiopia, NEBE) dirigée par des personnalités affiliées à l’EPRDF refuse de reconnaître la légitimité du président de l’AEUP – élu deux ans plus tôt sans majorité absolue et contesté par des groupes dissidents au sein même de l’AEUP. Dans les mois qui suivent, l’AEUP et l’UDJ se déchirent et sombrent dans des luttes internes que la NEBE manipule aisément. La fusion n’a pas lieu et les partis libéraux multinationaux iront aux urnes dans la désunion, discrédités et dépourvus de leadership. L’année 2015 représente en ce sens la fin d’une décennie charnière durant laquelle ces partis avaient ambitionné de refonder une large union libérale pour reproduire le succès de 2005. La CUD est définitivement enterrée. Le Medrek parvient pour sa part à demeurer stable suite à la sortie de l’UDJ en 2014. Il n’obtiendra cependant aucun siège aux élections de 2015, malgré les campagnes énergiques menées par Merera Gudina dans la région Oromo, région majoritaire (35 % de la population) et forte base électorale du parti.

Élections autoritaires et parti hégémonique

Ce bref retour sur la décennie 2005-2015 permet une fois encore de voir dans cette période une étape déterminante dans le resserrement autoritaire du régime et de relativiser l’idée de rupture que représenterait la disparition de Meles Zenawi en 2012. Plus largement, cette période renseigne sur les modes de gouvernement de l’EPRDF et invite à une réflexion sur les moyens déployés par le Front pour maintenir son hégémonie, outre les élections elles-mêmes.

Le bilan économique joue également un rôle-clé dans les modes de légitimation du Front. Jusqu’à récemment, la stratégie du régime se déclinait largement à partir des répertoires de la lutte armée, de la chute du régime militaire de Mengistu et de l’instauration du multipartisme basé sur le pluralisme électoral, comme on l’observait encore à l’occasion de la campagne pour les élections de 2010. Mais on pouvait aussi y déceler, lors des débats télévisés notamment, l’activation d’un nouveau discours basé sur les progrès économiques réalisés par le régime. Depuis la mise en œuvre du premier GTP (2010-2015), l’hégémonie politique s’est en effet de plus en plus appuyée sur la performance économique, martelant les avancées notables en termes d’infrastructures et de maîtrise de l’inflation malgré une croissance soutenue. Ces stratégies rhétoriques étaient au cœur de la communication politique en amont des élections de 2015. Des discours de légitimation qui s’accompagnent de coercition lorsqu’il s’agit de mobiliser les paysans, les travailleurs et les élites autour du projet développemental.

L’articulation légitimation/coercition passe aussi par l’instauration de lois, règles et régulations plus ou moins formelles. Parmi celles-ci, mentionnons la série de lois liberticides adoptées entre 2005 et 2010, telle que la loi sur les organisations non gouvernementales prohibant toute activité en matière de droits de l’homme par des organisations dont le financement proviendrait pour plus de 10 % de fonds étrangers44. Les restrictions de la liberté de presse commencent dès 2005 et sont formalisées avec l’adoption d’une nouvelle loi sur les médias en 200845. Mentionnons aussi la loi antiterroriste de 2009, abondamment utilisée par le gouvernement lors des mobilisations musulmanes ces dernières années, ou à l’encontre d’opposants politiques et de journalistes46. Outre ces réformes législatives les plus commentées par la presse et les travaux académiques, il faut noter le recours à des règlements moins visibles mais d’autant plus efficaces en termes de contrôle. Parmi ceux-ci, notons le changement de règlement au parlement adopté dès juillet 2005. Toute proposition de loi nécessite désormais la majorité absolue pour être mise à l’agenda47. On a mentionné plus haut les décisions émises par la NEBE, mais il est intéressant de souligner que ces décisions peuvent aussi reposer sur des interprétations des règlements internes aux partis d’opposition. C’est notamment le cas tout au long de l’année 2014 lorsque le NEBE refuse de reconnaître les dirigeants qui se succèdent à la tête de l’UDJ et de l’AEUP au motif que ces partis n’auraient pas respecté leur règlement interne.

Alors que les élections peuvent servir le parti hégémonique48, elles confèrent une légitimité mitigée au gouvernement vis-à-vis des partenaires extérieurs. Les déclarations de Barack Obama lors de sa visite en Éthiopie au lendemain des élections de 2015 sont révélatrices du malaise international à l’égard d’un parti qui rafle la totalité des sièges à la Chambre basse. En termes de démocratie et des droits de l’homme, « il reste du travail à faire et je pense que le Premier ministre [éthiopien] est le premier à admettre qu’il y a à faire », déclarait le président des États-Unis49. Son département d’État a, pour sa part, critiqué plus sévèrement le régime et ses politiques répressives croissantes contre la presse, les mouvements de contestation et les opposants50. Le Parlement européen s’est également joint aux condamnations internationales en publiant un communiqué de presse sur la situation préoccupante des droits de l’homme dans le pays en janvier 201651. L’Union européenne avait d’ailleurs refusé d’envoyer une mission d’observation électorale en 2015 : « Nous avons décidé que nous ne devions pas y aller […] car nous savons que cette élection sera une farce », expliquait, à la veille du scrutin, Ana Gomes, l’ancienne responsable de la mission d’observation de 200552. L’Union africaine est la seule organisation à dépêcher 59 observateurs. Le 26 mai, après avoir « reconnu les progrès démocratiques réalisés par l’Éthiopie, sur la voie de la démocratie multipartite », le président de la mission d’observation juge le processus électoral « calme, paisible et crédible53 ».

C’est néanmoins la complaisance qui domine les relations de l’EPRDF à l’égard de ses partenaires étrangers. La visite de Barack Obama s’est ainsi focalisée de façon symptomatique sur les enjeux de sécurité dans une région tourmentée par le conflit au Soudan du Sud et les résistances des mouvements islamistes radicaux en Somalie (tel que les Shebaabs), le président américain félicitant le gouvernement éthiopien pour son investissement significatif dans la lutte contre le terrorisme et réitérant leur étroite collaboration. L’EPRDF est en effet parvenu à s’imposer comme le partenaire principal de la lutte contre l’islam radical dans la région. La priorité donnée à la stabilité à court terme sacrifie, ici comme ailleurs, les activistes politiques et promoteurs des droits de l’homme. En s’élevant par ailleurs au statut de premier État contributeur de troupes au sein des missions de paix de l’ONU/UA, le gouvernement éthiopien est devenu quasi-intouchable. Il accueille par exemple régulièrement le président soudanais Omar el-Béchir, pourtant sous le coup d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), sans susciter d’émoi – comme en avril 2016 lors du dernier Forum de Tana sur la sécurité continentale. Et malgré les attaques répétées du gouvernement éthiopien envers la CPI « néo-impérialiste » et son soutien affiché aux présidents soudanais et kenyan, l’EPRDF s’assure un large soutien international (dont celui de la France) dans sa candidature au siège de membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, qu’elle obtient le 29 juin 201654. Un signal négatif non seulement en matière de droits de l’homme, alors même que les forces de sécurité éthiopiennes sont accusées d’avoir abattu plus de deux cents manifestants en région Oromo les mois précédents et que le régime est régulièrement épinglé pour sa politique répressive à l’égard des journalistes. Mais également pour la légitimité même de l’ONU, puisque l’Éthiopie refuse depuis 2002 d’appliquer la décision émise par la commission frontalière indépendante au sujet du tracé de la frontière avec l’Érythrée.

Le cas éthiopien offre finalement un contre-exemple édifiant à l’argument avancé par Staffan Lindberg selon lequel l’organisation régulière d’élections serait un levier de démocratisation55. La victoire du Front en 2015 illustre combien ce qui pouvait paraître une « ouverture » au début des années 1990 n’était qu’une « crise de l’autoritarisme » au sens de Steven Levitsky et Lucan Way56, où des régimes affaiblis conjoncturellement se trouvent contraints de « faire avec » le multipartisme et les élections57. Sous Meles Zenawi, le « réformisme autoritaire58 » s’est métamorphosé, adoptant à la fois des normes libérales et des politiques dirigistes au sein d’un État développementaliste inspiré des modèles asiatiques. À l’image d’autres régimes autoritaires, l’EPRDF sait qu’il doit s’adapter s’il veut survivre. On pourrait reprendre pour le cas éthiopien ce que Michel Camau et Vincent Geisser écrivaient relativement à la Tunisie de Ben Ali en 2003 : « La parenthèse autoritaire ne s’est jamais refermée, sans cesse reconduite par l’alternance de phases d’ouverture et de repli, de contestation et de répression. L’autoritarisme est demeuré le fil conducteur d’un régime se renouvelant dans ses assises et ses modalités d’organisation et de fonctionnement au rythme des mutations sociales59 ». La rapidité de la chute de Ben Ali a pu surprendre, comme pourrait surprendre celle de l’EPRDF s’il n’était plus en mesure d’opérer de tels ajustements après la mort de Meles Zenawi.

L’autoritarisme ethnique à bout de souffle

Au moment où ce dossier est mis sous presse, la situation politique et sécuritaire n’a jamais été aussi mauvaise dans l’Éthiopie post-Meles Zenawi. Les contestations du pouvoir, parfois violentes, se sont multipliées à l’intérieur de la fédération depuis 201260. Les protestations musulmanes contre les intrusions de l’EPRDF dans les affaires religieuses sont aujourd’hui apaisées61, mais d’autres s’exacerbent, comme en région Amhara, en région Sud, et en région Oromo. Les difficultés (voire les interdictions) d’accès à ces terrains rendent délicates les analyses des déterminants de ces mobilisations et invitent à les interpréter prudemment. Ce que ces événements dévoilent néanmoins, ce sont les failles et les limites d’un système de sécurité dont les capacités semblent avoir été surestimées jusque-là. Surtout, l’EPRDF sait désormais qu’il ne parviendra à consolider sa légitimité, fût-elle minimale, qu’au prix d’une profonde réforme sinon du système fédéral du moins des pratiques autoritaires qui l’animent.

L’autoritarisme ethnique hors de contrôle

La contestation a pris des formes multiples ces dernières années et relève de dynamiques diverses qu’il serait réducteur de vouloir lisser derrière l’idée trop simple d’une remise en cause généralisée du régime. Une des protestations les plus visibles du fédéralisme ethnique – car relayée par les médias internationaux présents dans la capitale – a été portée par la branche libérale multinationale d’opposition. Les premières manifestations de rue depuis 2005 ont ainsi été initiées par le jeune parti Bleu à l’été 2013 et se sont multipliées jusqu’aux élections de 2015. Ses revendications sont claires : il faut en finir avec le fédéralisme ethnique qui conduit « l’État millénaire » à la balkanisation. Il est aujourd’hui difficile d’évaluer la popularité et l’ampleur de la base électorale du parti Bleu en particulier, et des partis libéraux multinationaux en général (en l’absence de sondages et de chiffres disponibles ou fiables), mais leur relatif succès aux élections de 2005 et la montée en flèche du jeune parti Bleu (au moins dans la capitale) laissent penser qu’une réforme du régime fédéral n’existe pas seulement dans l’esprit d’une minorité d’intellectuels conservateurs. Il ne faudrait cependant pas exagérer la popularité de cette opposition, l’ampleur des mobilisations encadrées par les partis étant réduite en comparaison à des manifestations plus « spontanées » et dont le déroulement a parfois été violent62.

C’est surtout dans les régions fédérées que les contestations d’ampleur ont eu lieu ces dernières années. Ces mouvements, à l’inverse des revendications des partis libéraux multinationaux, ne contestent pas le fédéralisme ethnique. Bien au contraire, en suscitant de nombreuses attentes, celui-ci est souvent perçu comme un nouveau levier d’accès aux ressources étatiques. Il a, en ce sens, (ré)activé des revendications fondées sur l’autochtonie accompagnées, parfois, du rejet de groupes vus comme « allogènes ». Il ne s’agit donc pas pour ces groupes de revendiquer une quelconque forme de sécession, mais de pénétrer davantage l’État par la reconnaissance d’une identité territorialisée (selon la définition constitutionnelle des « nations, nationalités et peuples »). Nombre de « nations » ont ainsi cherché une reconnaissance pour revendiquer le droit de s’administrer elle-même. Plusieurs wereda ou zone ont ainsi vu le jour depuis l’institution du régime fédéral ethnique, dans le Sud notamment63. C’est le cas également en région Amhara où les Kemant réclament la reconnaissance par l’État d’une identité distincte des Amhara ainsi que le droit de s’administrer au sein d’une nouvelle unité administrative (zone)64.

Le redéploiement de l’État développementaliste sur la dernière décennie a accentué certaines tensions que le fédéralisme ethnique n’est pas parvenu à résoudre. La montée des tensions dans la région Oromo peut en partie être interprétée comme une réaction aux politiques de l’État développementaliste autoritaire et ses représentants – ici les membres oromo de l’OPDO. Les déterminants de ces mobilisations doivent être envisagés sur le temps long, celui de la formation de l’État et les rôles complexes qu’y ont joué les Oromo – en particulier depuis qu’ils ont été intégrés, par la négociation ou la force, au royaume de Ménélik II à la fin du XIXe siècle. L’espace imparti ici ne permet pas de revenir sur ces dynamiques de long terme65 mais on peut tenter de présenter ces mobilisations avec la prudence que nécessite le manque de données et d’observations empiriques.

La capitale éthiopienne, ville-État de la fédération, se situe au cœur de la région Oromo, la plus peuplée et la plus vaste de la fédération (35 % environ de la population). La capitale fédérale est donc également la capitale de la région Oromo. En 2003-2004, de vives tensions émergent déjà lorsque l’EPRDF envisage le déplacement de la capitale oromo dans une autre ville située à une centaine de kilomètres, Adama66. Le projet est vécu par de nombreux activistes oromo comme une tentative de marginalisation de leur administration et elle déclenche de vives résistances. Le gouvernement recule finalement et maintient le siège de la région Oromo à Addis Abeba. Le déclenchement des protestations en 2014, suite à la diffusion du plan d’urbanisation de la municipalité d’Addis Abeba en mai de la même année (connu sous le nom de Master Plan67) doit en partie être situé dans la continuité de ces tensions autour du statut de la capitale et sa place dans cette région.

On ne saurait pour autant réduire ces protestations à une simple réaction face au Master Plan, comme on a pu le lire dans les rares médias ayant relayé les événements. Il faut plutôt y voir la conjonction de ressentiments au niveau régional et fédéral sur la même période. On peut à ce titre mentionner l’érection d’un monument à Annolee, dans la région Oromo de l’Arsi, visant à commémorer les victimes oromo des conquêtes de Ménélik II en 188668. Les voix de nombreuses personnalités (notamment amhara) s’élèvent alors pour défendre la mémoire du « héro » Ménélik II et accuser l’EPRDF de diviser le peuple pour régner. Au même moment, un second débat d’ampleur émerge autour du célèbre chanteur éthiopien Teddy Afro qui projette une tournée autour d’une chanson-phare, « L’homme noir » (Tikour Säou). Il s’agit cette fois d’un hommage à Ménélik II durant la bataille d’Adoua (1er mars 1896) où les armées éthiopiennes repoussent le colonisateur italien. La chanson mentionne la collaboration des soldats oromo parmi les troupes de Ménélik II et provoque des réactions si virulentes que Teddy Afro est contraint d’annuler sa tournée dans la région. C’est dans ce contexte que le Master Plan est annoncé par les autorités régionales en mai 2014.

En projetant d’intégrer huit municipalités oromo à la capitale-région Addis Abeba, l’annonce du plan est immédiatement suivie de mobilisations dans plusieurs villes et de nombreuses universités de la région (notamment à Ambo et Weda Walabu). Les manifestants dénoncent le non-respect de la Constitution (art. 49) et la dépossession des paysans de leur terre. Des violences éclatent dans plusieurs universités auxquelles les forces de sécurité répliquent sévèrement : Amnesty International dénonce une trentaine de victimes (une soixantaine selon les leaders d’opposition oromo69) et plusieurs milliers d’arrestations. À l’approche des échéances électorales de 2015, l’EPRDF se dit prêt à négocier les modalités d’expansion de la ville. Mais une fois les élections passées, l’EPRDF relance le projet et provoque une seconde vague de contestation. Il semblerait qu’une visite sur un site dédié à des projets de développement dans la petite ville de Ginchi ait mis le feu aux poudres en novembre 2015. Durant les mois qui suivent et jusqu’au retrait officiel du Master Plan en janvier 2016, les rassemblements se multiplient dans les rues et les universités de la région. Les vidéos témoignent des réactions extrêmement violentes, des humiliations et des abus des services de sécurité jusque dans les dortoirs des universités70. Ces événements peu relayés médiatiquement ont pris le nom d’Oromo Protest71.

Les défis de l’État développementaliste

Plusieurs élites politiques oromo avec lesquelles je me suis entretenu paraissent inquiètes de l’ethnicisation violente des discours. Et bien que l’assimilation croissante de l’élite tigréenne au régime autoritaire soit trop simpliste, elle laisse craindre l’apparition de conflits selon des logiques ethniques. Faut-il rappeler que les Éthiopiens ont pour obligation de faire apparaître leur « nation » sur leur carte d’identité pour s’inquiéter que ne se reproduisent les événements tragiques survenus au Rwanda, il y a à peine deux décennies ? La comparaison n’est pas hasardeuse : à l’occasion des élections de 2005 et de 2010, Meles Zenawi et son entourage ont multiplié les références au génocide en comparant les opposants (CUD) aux milices Interahamwe, et les radios Voice of America et Deutsche Welle à Radio Mille Collines. On en parle pour l’instant en chuchotant, et je l’écris ici tout bas. Mais les membres de l’EPRDF, et du TPLF en particulier, semblent réellement craindre d’être un jour victimes d’une telle violence, comme le mentionne René Lefort dans sa contribution à ce dossier. Le fédéralisme ethnique a ethnicisé des conflits préexistants, désormais corrélés à une hégémonie largement perçue comme tigréenne. Le premier défi majeur consiste donc à désethniciser le politique.

La restructuration en marche de l’économie éthiopienne demeure quant à elle fragile. Le projet économique poursuit sa lancée avec la mise en œuvre du second GTP (2015-2020), mais la transition structurelle dirigée par l’État n’avance pas aussi vite que prévu. L’économie demeure en effet largement dépendante des exportations du secteur primaire (50 % en 2015) et donc soumise aux cours fluctuants des prix des matières premières agricoles (particulièrement du café). Les pertes de recettes liées à la baisse de celles-ci ces dernières années ont pour l’instant été compensées par une baisse du cours du pétrole. Mais la fébrilité de l’économie éthiopienne pourrait ne pas résister à une éventuelle nouvelle hausse72. La fragilité du miracle économique éthiopien est apparue ces deniers mois suite au phénomène climatique El niño, déclenchant une crise alimentaire sans égale depuis trois décennies. Le chômage urbain demeure autour de 17 % en 2015, la pauvreté stagne et l’inflation reprend (de 7,7 % en 2015, les prévisions sont de 10,4 % pour 201673) alors même que la croissance, affectée par la sécheresse, commence à ralentir74.

Le troisième défi majeur concerne la capacité du parti hégémonique à gérer les tensions et la multiplication des polarisations à l’intérieur du Front. Ces polarisations sont multiples, interdépendantes, et se dessinent à partir d’au moins quatre grandes lignes de ruptures. La première, décrite par René Lefort dans sa contribution, oppose les éléments réformistes de l’EPRDF aux conservateurs. L’imposition de l’une ou l’autre ligne sera déterminante non seulement en politique intérieure mais également en politique extérieure (notamment dans l’attitude à adopter vis-à-vis de l’Érythrée). Un deuxième type de polarisation sépare désormais de façon visible le pouvoir politico-économique aux services de sécurité (armée et renseignement qui restent contrôlés par les élites du Tigray). Meles avait fondé en 2010 la Metal and Enineering Corporation (Metec) pour donner sa part du développement à l’armée75. Metec est aujourd’hui un puissant complexe industriel contrôlé par des officiers supérieurs et dont la production va des AK-47 aux produits pharmaceutiques, en passant par l’ameublement et les panneaux solaires. Le développement de ce complexe industriel au sein de l’armée interroge sur la capacité du régime à ouvrir la sphère économique et ne laisse guère envisager une alternance à la tête du régime. La troisième polarisation interne à l’EPRDF tourne autour des enjeux générationnels. Meles Zenawi avait entamé une politique de rajeunissement des élites du Front au lendemain des élections générales de 2010, destinée à remplacer la garde vieillissante du parti. Or, la sclérose du régime se manifeste depuis la disparition de Meles par la mise en suspens de ce renouvellement générationnel76, comme le symptôme des difficultés éprouvées par les dirigeants du Front à imposer une nouvelle ligne politique originale, pris au piège entre les politiques impulsées par l’ancien Premier ministre et les difficultés à les poursuivre. Plus grave, ces blocages augurent des frustrations des jeunes cadres urbains et ruraux bloqués dans leur ascension et leur promotion au sein du parti hégémonique fusionné à l’administration. Enfin, un dernier type de polarisation concerne les composantes partisanes de l’EPRDF. Le TPLF continue de dominer les instruments essentiels du pouvoir (économie, sécurité, politique) alors que l’OPDO s’est considérablement affaibli à travers les événements des deux dernières années en région Oromo. Quant aux deux autres composantes (ANDM et SEPDC), si l’on suit la lecture de René Lefort, elles ne seraient plus inféodées au TPLF comme elles pouvaient l’être sous Meles Zenawi. Les ministres comme les responsables des régions fédérées bénéficieraient d’une capacité d’agir jamais atteinte, jusqu’à contester les décisions d’Addis Abeba. Ces logiques de polarisations internes au Front ne sont pas encore synonymes de ruptures, mais pourraient en représenter les premiers signes. C’est la forme même du régime et ses institutions qui se trouvent ainsi mises à l’épreuve.

Quatre années après la disparition de Meles Zenawi en août 2012, le recul historique reste insuffisant pour saisir l’ampleur de cet événement pour l’Éthiopie contemporaine. Les contributions à ce dossier offrent néanmoins deux grands enseignements qui permettent d’expliquer les permanences du régime et de l’État, tout en relativisant la mort de Meles en tant que rupture historique. Le premier enseignement concerne le redéploiement autoritaire de l’État éthiopien depuis les années 2000. Celui-ci, impulsé par une double crise de l’EPRDF, l’une interne (en 2001) et l’autre externe (les élections de 2005), s’est inspiré des États développementalistes asiatiques pour mener à bien les ambitions hégémoniques définies déjà deux décennies plus tôt. En effet, si l’État développementaliste éthiopien est sous bien des aspects inédit, il bénéficie aussi des structures et des modes de domination autoritaires de la démocratie révolutionnaire façonnée auparavant par Meles et son entourage : encadrement, rétributions, menaces et punitions rythment la vie des citoyens à la campagne comme en ville. Le deuxième enseignement majeur, qui n’est pas sans lien avec le premier, concerne le double ancrage historique des enjeux politiques, idéologiques et sociaux du régime actuel. D’une part, la continuité des élites, ou plus précisément, d’une vision élitiste de la société depuis les sommets de l’État jusqu’aux plus bas échelons de l’administration ; et, d’autre part, la permanence d’une tension entre intégration et différenciation77 héritée de l’Éthiopie impériale. C’est cette tension que la formule fédérale ethnique n’est pas parvenue à dissiper. Corrélée désormais au redéploiement autoritaire de l’État développementaliste et exacerbée par la politisation de l’ethnicité, cette tension est au cœur des contestations qui se multiplient dans les différentes régions du pays. On a ici le défi majeur qui se pose de façon urgente aux héritiers de Meles : dépolitiser le passé et désethniciser le politique.

  1. Traduction de la première phrase du cliché en couverture, présenté comme une citation, de « Son Excellence le premier ministre Meles Zenawi ». Ce cliché représente l’une des nombreuses affiches dédiées au premier ministre après sa mort. (). Merci à Chloé Josse-Durand et Clélie Nallet pour cette photographie (Addis Abeba, octobre 2012), ainsi qu’à Hanna Mebrahtu et Mehdi Labzaé pour leur aide à la traduction. Je tiens également à remercier Didier Péclard et Sandrine Perrot pour leur soutien précieux durant l’élaboration du dossier, ainsi que l’ensemble du comité de rédaction de Politique africaine, les évaluateurs anonymes et Françoise Braud pour leurs commentaires ayant permis l’amélioration des contributions et de cette introduction. Celle-ci a également bénéficié des remarques des auteurs du dossier. []
  2. Voir le premier dossier sur l’Éthiopie publié dans Politique africaine et dirigé par Cédric Barnes et Thomas Osmond, « Éthiopie : le fédéralisme en question », Politique africaine, n° 99, 2005, p. 6-96. []
  3. L’EPRDF, ci-après Front, est composé du Front populaire de libération du Tigray (Tigray People’s Liberation Front, TPLF), du Mouvement national démocratique amhara (Amhara National Democratic Movement, ANDM), de l’Organisation démocratique du peuple oromo (Oromo People’s Democratic Organisation, OPDO) et du Mouvement démocratique des peuples du Sud de l’Éthiopie (Southern Ethiopia Peoples’ Democratic Movement, SEPDM). Le TPLF contrôle les principaux instruments du pouvoir dont la sécurité, l’armée et les services de renseignements. []
  4. On rencontre plus volontiers l’expression « parti dominant » dans la littérature et les discours officiels. Je préfère parler d’hégémonie en suivant la typologie de G. Sartori, Partis et systèmes de partis. Un cadre d’analyse, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2011 [1976], p. 320-332. []
  5. Le fédéralisme éthiopien est constitué aujourd’hui de neuf régions-États (killil) auxquelles s’ajoutent deux villes-État (Addis Abeba et Dire Dawa. Les unités administratives inférieures aux killil sont les suivantes, par ordres décroissant : zone, wereda, qebelé (quartier). À propos du fédéralisme éthiopien, voir S. Pausewang, K. Tronvoll et L. Aalen, Ethiopia Since the Derg, Londres, Zed Books, 2002 ; W. James, D. L. Donham, E. Kurimoto et A. Triulzi (dir.), Remapping Ethiopia. Socialism and After, Oxford, James Currey, 2002 ; S. Vaughan et K. Tronvoll, The Culture of Power in Contemporary Ethiopian Political Life, Stockholm, Sida Studies, 2003 ; D. Turton (dir.), Ethnic Federalism : the Ethiopian Experience in Comparative Perspective, Oxford/Athens/Addis Abeba, James Currey/Ohio University Press/Addis-Ababa University Press, 2006. Plus récemment, T. Hagmann et J. Abbink (dir.), « Twenty Years of Revolutionary Democratic Ethiopia », Journal of Eastern African Studies, vol. 5, n° 4, 2011, p. 579-595. []
  6. Voir notamment Merera Gudina, Ethiopia : Competing Ethnic Nationalisms and the Quest for Democracy, 1960-2000, Addis Abeba, Chamber Printing House, 2003. []
  7. Sur 547 sièges, les oppositions passent de 12 à 174 en 2005. Voir J. Abbink, « Discomfiture of Democracy ? The 2005 Election Crisis in Ethiopia and its Aftermath », African Affairs, vol. 105, n° 419, 2006, p. 173-199 ; R. Lefort, « Powers – Mengist – and Peasants in Rural Ethiopia : the May 2005 Elections », The Journal of Modern African Studies, vol. 45, n° 2, 2007, p. 253-273. []
  8. Voir « Ranking of Military and Police Contributions to UN Operations » [en ligne], United Nations Peacekeeping, 16 avril 2016, <www.un.org/en/peacekeeping/contributors/2016/apr16_2.pdf>, consulté le 8 juillet 2016. []
  9. Des combats entre les armées éthiopiennes et érythréennes sur la frontière auraient fait de nombreuses victimes (on parle de deux cents morts), le 12 juin 2016. Les causes et les circonstances des combats restent floues au moment où nous écrivons. On est néanmoins tenté de croire à une tentative de démonstration de force de l’Éthiopie deux semaines avant son élection au Conseil de sécurité de l’Onu. []
  10. Cette partie des troupes éthiopiennes intervient en dehors de l’Amisom, sans mandat international. Ce chiffre non officiel est donc une estimation à partir de recherches réalisées ces dernières années. []
  11. Une croissance estimée plutôt entre 7 % et 9 %. Les estimations du FMI pour 2016 sont inférieures à 4 %, en raison notamment de la grave sécheresse qui frappe le pays. Voir « Perspectives économiques régionales. Afrique subsaharienne, un changement de cap s’impose » [en ligne], FMI, avril 2016, <www.imf.org/external/french/pubs/ft/reo/2016/afr/sreo0416f.pdf>, consulté le 26 juin 2016. []
  12. Les investissements directs étrangers ont franchi en 2015 la barre symbolique des 2 milliards de dollars. []
  13. Pour un panorama des réformes économiques, A. Gascon, « L’Éthiopie des “15 glorieuses”, moteur de l’Afrique orientale. Entre recherche de leadership et fragilités », Afrique contemporaine, n° 253, 2015, p. 37-51. []
  14. La démocratie révolutionnaire s’impose dans les années 1980 lorsque Meles prend la tête du TPLF. Cette idéologie peut être considérée comme un cadre souple à l’intérieur duquel s’articulent les différents héritages du Front, du marxisme au maoïsme en passant par le léninisme. Voir T. Hagmann et J. Abbink, « Twenty Years… », art. cité ; plus particulièrement J.-N. Bach, « Abyotawi Democracy : Neither Revolutionary nor Democratic, a Critical Review of EPRDF’s Conception of Revolutionary Democracy in Post-1991 Ethiopia », Journal of Eastern African Studies, vol. 5, n° 4, 2011, p. 641-663. []
  15. P. Milkias, « Ethiopia, the TPLF, and the Roots of the 2001 Political Tremor », Northeast African Studies, vol. 10, n° 2, 2003, p. 13-66 ; J. Young et M. Tadesse, « TPLF : Reform or Decline », Review of African Political Economy, vol. 30, n° 97, 2003, p. 389-403. []
  16. G. Prunier voit dans la période qui s’étend de l’issue de la guerre aux élections de 2005 celle durant laquelle Meles s’impose comme leader incontesté. G. Prunier, « The Meles Zenawi Era. From Revolutionary Marxism to State Developmentalism », in G. Prunier et E. Ficquet (dir.), Understanding Contemporary Ethiopia. Monarchy, Revolution and the Legacy of Meles Zenawi, Londres, Hurst, 2015, p. 426-428. []
  17. S. Vaughan et Mesfin Gebremichael, « Rethinking Business and Politics in Ethiopia : the Role of EFFORT, the Endowment Fund for the Rehabilitation of Tigray », Africa Power and Politics Research Report, n° 2, 2011 ; R. Lefort, « The Ethiopian Economy : the Developmental State vs the Free Market », in G. Prunier et E. Ficquet (dir.), Understanding Contemporary Ethiopia…, op. cit. p. 357-394 ; Dessalegn Rahmato, Meheret Ayenew, Asnake Kefale et B. Habermann, Reflections on Development in Ethiopia. New Trends, Sustainability and Challenges, Addis Abeba, Addis-Ababa Forum for Social Studies, Friedrich Ebert Stiftung, 2014. []
  18. Federal Democratic Republic of Ethiopia, « Growth and Transformation Plan 2010/11-2014/15 », Ethiopian Ministry of Economics and Finance, 2010. []
  19. E. Fourie, « L’Éthiopie et le Kenya face au “modèle chinois” de développement. Une nouvelle carte pour l’Afrique », Afrique contemporaine, n° 253, 2015, p. 87-103. []
  20. « There is no Midway », lit-on dans les programmes de l’EPRDF dès 2006. Voir par exemple EPRDF, Development, Democracy and Revolutionary Democracy, adopté en quatrième assemblée générale de l’EPRDF, août 2006, p. 54. []
  21. Voir J.-N. Bach, « Abyotawi Democracy… », art. cité. []
  22. Notons à la suite de Mkandawire le caractère intrinsèquement idéologique de l’État développementaliste. T. Mkandawire, « Thinking about Developmental States in Africa », Cambridge Journal of Economics, vol. 25, n° 3, 2011, p. 289-313. Voir également T. Kelsall, Business, Politics, and the State in Africa. Challenging the Orthodoxies on Growth and Transformation, Londres/New York, Zed Books, 2013. []
  23. Meles Zenawi, « Democratic Developmentalism : an Alternative to Neo-liberal Dead End (Part 3) », The Ethiopian Herald, 15 février 2008, p. 5 (traduction non officielle). []
  24. « Ethiopia : Relentless and Determined » [en ligne], The Reporter, 27 décembre 2014, disponible sur allAfrica, <allafrica.com/stories/201412293269.html>, consulté le 30 décembre 2014 (traduction non officielle). []
  25. Voir l’entretien très instructif à ce sujet mené par Berhanu Fekade auprès de deux économistes japonais, anciens conseillers de Meles Zenawi et aujourd’hui conseillers de ses successeurs. Berhanu Fekade, « “GTP II is Where Things Will Start Happening” ; Kenichi and Izumi Ohno » [en ligne], The Reporter, 16 août 2014, <www.thereporterethiopia.com/index.php/interview/item/2369-%E2%80%9Cgtp-ii-is-where-things-will-start-happening%E2%80%9D>, consulté le 18 août 2015. []
  26. Le programme défini par l’EPRDF en 1993 trace les prétentions du Front à devenir hégémonique : EPRDF, « Our Revolutionary Democratic Goal and the Next Step », (Sene 1985 EC), juin 1993, traduit de l’amharique et publié dans The Ethiopian Register, juin 1996, p. 20-29. []
  27. Un autre document expliquera quelques années plus tard la stratégie du Front de façon plus détaillée : contrôle des instruments de propagande (médias, écoles), contrôle de l’ensemble des secteurs économiques, et contrôle de l’administration via les cadres du parti chargés d’y occuper les fonctions jusqu’aux plus bas échelons, c’est-à-dire au niveau du quartier (qebelé). « EPRDF’s Organizational Structure and Operation : Lessons for the Opposition », The Ethiopian Register, septembre 1997, p. 16-19. []
  28. L’intelligentsia est chargée de jouer un rôle essentiel dans ce dispositif en éveillant les esprits, en ciblant et en mobilisant les citoyens jugés les plus aptes à défendre la « révolution ». Ces élites deviennent alors des leviers essentiels de mobilisation de la société tout entière. []
  29. Voir R. Lefort, « Free Market Economy, “Developmental State” and Party-State Hegemony in Ethiopia : the Case of “Model Farmers” », Journal of Modern African Studies, vol. 50, n° 4, 2012, p. 681-706. []
  30. Voir B. Hibou, Anatomie de la domination, Paris, La Découverte, 2011, passim. []
  31. L’adhésion à l’EPRDF est nécessaire pour accéder à des postes administratifs à responsabilité, à des crédits, ou à des formations professionnelles. Sur les stratégies développées par les agents de l’État dans une administration périphérique, voir M. Labzaé, « Les travailleurs du gouvernement. Encadrement partisan et formes du travail administratif dans l’administration éthiopienne », Genèses, n° 98, 2015, p. 89-109. []
  32. L’attention et le soutien du gouvernement se sont déplacés des « paysans pauvres » aux fermiers modèles (model farmers). Ces derniers sont cooptés dans l’administration locale comme intermédiaires, chargés de diffuser les idées et mettre en œuvre les politiques de l’EPRDF. Voir R. Lefort, « The Great Ethiopia Land-Grab : Feudalism, Leninism, Neo-Liberalism… plus ça change », Opendemocracy, 31 décembre 2011. []
  33. On se réfère ici à L. Diamond, « Elections Without Democracy. Thinking about Hybrid Regimes », Journal of Democracy, vol. 13, n° 2, 2002, p. 21-35 ; S. Levitsky et L. A. Way, Competitive Authoritarianism. Hybrid Regimes After the Cold War, New York, Cambridge University Press, 2010. []
  34. B. Hibou, Anatomie de la domination, op. cit., p. 243. []
  35. On ne dispose pas encore des chiffres par circonscription (547 wereda). []
  36. Sur les origines et le programme de cette branche libérale multinationale, voir J.-N. Bach, « Les élections générales de 2015 en Éthiopie : une tragédie en trois actes pour l’opposition libérale multinationale », Critique internationale [à paraître en 2017]. []
  37. La CUD regroupait quatre partis ancrés dans la région Amhara : le Parti pour l’unité de tous les Éthiopiens (All Ethiopia Unity Party – AEUP – conduit par Haylew Shawel, est la composante la plus forte du la CUD), le Parti d’union démocratique (Ethiopian Democratic Unity Party, EDUP-Mehdin), la Ligue démocratique éthiopienne (Ethiopian Democratic League), et le parti éthiopien Arc-en-ciel (Rainbow Ethiopia, le parti de Berhanu Nega et Bertukan Mideksa). Le lecteur trouvera une histoire de la formation des coalitions depuis le début des années 1990 chez Asnake Kefale, « The (Un)making of Opposition Coalitions and the Challenge of Democratization in Ethiopia, 1991-2011 », Journal of Eastern African Studies, vol. 5, n° 4, 2011, p. 681-701. []
  38. Voir J. Abbink, « Discomfiture of Democracy… », art. cité ; L. Aalen et K. Tronvoll, « The 2008 Ethiopian Local elections : The Return of Electoral Authoritarianism », African Affairs, vol. 108, n° 430, 2009, p. 111-120. []
  39. Fondée en 2003, la coalition est formée de partis ethniques et multinationaux, dont le Congrès national oromo (Oromo Naitonal Congress, ONC) conduit par Merera Gudina, le Parti fédéral social démocrate éthiopien (Ethiopian Social Democratic Federal Party) de Beyene Petros, le Mouvement fédéral démocratique oromo (Oromo Federalist Democratic Movement) de Bulcha Demeksa, et sept partis basés aux États-Unis. Leur ancrage se situe en région Oromo et Sud. L’AEUP d’Haylew Shawel et l’EDUP-Mehdin font initialement partie de la coalition mais la quittent quelques mois avant l’élection. []
  40. Voir le programme du Forum of Ethiopian Federal Democratic Unity, Medrek, Preliminary Program, 30 septembre 2002, Ethiopian Calendar (2010), et leur Manifesto Adressing Contemporary and Fundamental Problems in Ethiopia, Addis Abeba, mars 2013. []
  41. Entretiens avec Gezachew, président de l’UDJ et Seyoum, secrétaire, Addis Abeba, février 2014. []
  42. L’ancien président de la région du Tigray, Gebru Asrat, l’ancien ministre de la Défense, Siye Abraha, et l’ancien président de la République Negasso Gidada. []
  43. L’AEUP est le plus ancien parti multinational dont l’ancrage se situe dans l’Organisation de l’unité du peuple Amhara (All-Amhara People Organisation, AAPO) fondée en 1992 par le professeur Asrat Woldeyes – décédé en prison en 1998 et aujourd’hui encore martyr du parti. Comme mentionné plus haut, l’AEUP est le parti le plus puissant de la coalition CUD en 2005. []
  44. Federal Negarit Gazeta of the Federal Democratic Republic of Ethiopia, « A Proclamation to Provide for the Registration and Regulation of Charities and Societies », Proclamation n° 621/2009, n° 25, 15e année, Addis Abeba, 13 février 2009. []
  45. Federal Negarit Gazeta of the Federal Democratic Republic of Ethiopia, « A Proclamation to Provide for Freedom of the Mass Media and Access to Information », Proclamation n° 590/2008, n° 64, 14e année, Addis Abeba, 4 décembre 2008. Voir L. Aalen et K. Tronvoll, « The 2008 Ethiopian Local Elections… », art. cité. []
  46. Federal Negarit Gazeta of the Federal Democratic Republic of Ethiopia, « A Proclamation on Anti-Terrorism », Proclamation n° 652/2009, n° 57, 15e année, Addis Abeba, 28 août 2009. []
  47. Voir L. Aalen et K. Tronvoll, « The End of Democracy ? Curtailing Political and Civil Rights in Ethiopia », Review of African Political Economy, vol. 36, n° 120, 2009, p. 196. []
  48. B. Magaloni, Voting for Autocracy, Hegemonic Party Survival and its Demise in Mexico, Cambridge, Cambridge University Press, 2006 ; A. Schedler, Electoral Authoritarianism : the Dynamics of Unfree Competition, Boulder, Lynne Rienner, 2006. []
  49. « Barack Obama en Éthiopie : Les enjeux de sécurité régionale au cœur de sa visite », Jeune Afrique et AFP, 27 juillet 2005, <www.jeuneafrique.com/250901/politique/barack-obama-ethiopie-lenjeu-de-securite-regionale-cœur-de-visite/>, consulté le 29 juillet 2015. []
  50. « Country Reports on Human Rights Practices for 2015 » [en ligne], United States Department of State, Bureau of Democracy, Human Rights and Labor, 2016, <www.state.gov/j/drl/rls/hrrpt/humanrightsreport/index.htm?year=2015&dlid=252681>, consulté le 24 juin 2016. []
  51. « Human Rights : EU Seamen Detained in India, Ethiopia and North Korea nuclear test », Parlement européen, Communiqué de presse, <www.europarl.europa.eu/pdfs/news/expert/infopress/20160115IPR10195/20160115 IPR10195_en.pdf>, consulté le 22 janvier 2016. []
  52. Entretien sur Deutsche Welle : « Ethiopie : un score à la soviétique en vue », DW, 22 mai 2015, <www.dw.com/en/about-dw/profile/s-30688>, consulté le 23 mai 2015. []
  53. Propos tenu par l’ancien président de la Namibie, Hifikepunye Pohamba, Addis Abeba, 26 mai 2015. Notons que les adjectifs « libres et justes » ne sont pas mentionnés par la mission. []
  54. La candidature de l’Éthiopie à un siège de membre non permanent au CSNU avait été officiellement annoncée le 29 février 2016. []
  55. S. I. Linberg (dir.), Democratization by Elections. A New Mode of Transition, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2009. []
  56. S. Levitsky et L. A. Way, « The Myth of Democratic Recession », Journal of Democracy, vol. 26, n° 1, janvier 2015, p. 45-58. []
  57. Voir sur ces questions, dans une perspective comparée Éthiopie-Ouganda, E. Dufief, « Processus électoraux et trajectoires politiques en Éthiopie et en Ouganda », Afrique contemporaine, n° 253, 2105, p. 53-68. []
  58. J. Abbink et T. Hagmann (dir.), Reconfiguring Ethiopia : the Politics of Authoritarian Reform, Oxon, Routledge, 2013. []
  59. M. Camau et V. Geisser, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Presses de Sciences Po, 2003. []
  60. Les tensions demeurent vives sur les frontières avec le Soudan du Sud, le Kenya, la Somalie et l’Érythrée, où une nouvelle escalade des menaces se fait sentir entre Addis Abeba et Asmara en ce mois de juin 2016. []
  61. Elles ont été nombreuses entre 2011 et 2014. Voir Dereje Feyissa et B. B. Lawrence, « Muslims Renegociating Maginality in Contemporary Ethiopia », The Muslim Word, Hartford Seminary, vol. 104, 2014, p. 281-305 ; É. Ficquet, « The Ethiopian Muslims : Historical Processes and Ongoing Controversies », in G. Prunier et E. Ficquet (dir.), Understanding Contemporary Ethiopia…, op. cit., p. 93-122. []
  62. Ce fut le cas à l’occasion d’un rassemblement de solidarité envers les victimes éthiopiennes décapitées par les troupes de Daech sur une plage libyenne (avril 2015). Initialement organisé par le gouvernement en soutien aux victimes et à leur famille, le rassemblement se transforme en cortège contre celui-ci, tenu pour responsable de ces migrations à l’issue souvent tragique. Les manifestations se soldent par des dizaines d’arrestations et de blessés dans la capitale. Voir notamment I. Gagliardone et. al., Mechachal : Online Debates and Elections in Ethiopia. From Hate Speech to Engagement in Social Media, Oxford, PCMLP/Addis-Ababa University, 2016, p. 67-71. []
  63. On a pu voir un exemple récemment lors des manifestations qui ont eu lieu dans la ville de Konso au début de l’année 2016, pour conserver leur wereda et éviter qu’il ne soit refondé dans une zone plus large. Ces manifestations ont été sévèrement réprimées par les forces de sécurité, faisant plusieurs morts. Voir E. Wuilbercq, « En Éthiopie, la lutte acharnée de fermier Konso pour leur autonomie » [en ligne], Le Monde Afrique, 20 avril 2016, <www.lemonde.fr/afrique/article/2016/04/20/en-ethiopie-la-lutte-acharnee-des-fermiers-konso-pour-leur-autonomie_49052583212.html>, consulté le 25 avril 2016. []
  64. Les Kemant sont regroupés autour de la ville de Gondar, dans la région Amhara. Alors qu’ils apparaissent comme « nation » dans le recensement de 1994 (population estimée à 172 327), ils disparaissent du recensement de 2007. Notons que la reconnaissance d’une « nation » entraîne l’octroi d’un siège à la Chambre haute du parlement (House of Federation). []
  65. Sur les interactions historiques complexes entre les diverses composantes oromo et l’État éthiopien, voir T. Zitelmann, « Violence, pouvoir symbolique et mode de représentation des Oromo », Politique africaine, n° 50, 1993, p. 45-58 ; T. Osmond, Possession, identités et nationalismes oromo : le cas des dignitaires religieux Qaalluu en Éthiopie, thèse de doctorat, Aix-en-Provence, Université Aix-Marseille I, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, 2004. []
  66. Voir T. Osmond, « Des associations oromophiles interdites en Éthiopie », Politique africaine, n° 95, octobre 2004, p. 157. []
  67. Addis-Ababa and the Surrounding Oromo Special Zone Integrated Development Plan, 2014. []
  68. Situé dans ce qui est présenté comme le lieu même du massacre, le site accueille un monument d’environ trois mètres de haut, représentant une main ouverte vers le ciel, dans la paume de laquelle est disposée une poitrine féminine. Ce massacre est célébré depuis le début des années 1990 par le régime ethno-fédéral, les dirigeants de l’EPRDF condamnant la violence des campagnes de Ménélik II. Pour une perspective historiographique en termes de colonisation interne, voir Abbas H. Gnamo, Conquest and Resistance in the Ethiopian Empire 1880-1974. The Case of the Arsi Oromo, Leyde, Brill, 2014. []
  69. Entretiens, Addis Abeba, juin 2014. Voir le rapport d’Amnesty International, « “Because I am Oromo” : Sweeping Repression in the Oromia Region of Ethiopia » [en ligne], Amnesty International, 28 octobre 2014, <www.amnesty.org/fr/documents/afr25/006/2014/en/ », consulté le 21 juin 2016. []
  70. Voir le récent rapport de Human Rights Watch (et la compilation de certaines de ces vidéos sur le site de l’organisation), « “Such a Brutal Crackdown”. Killings and Arrests in Response to Ethiopia’s Oromo Protests », Human Rights Watch, 16 juin 2016, <www.hrw.org/report/2016/06/15/such-brutal-crackdown/killings-and-arrests-response-ethiopias-oromo-protests>, consulté le 24 juin 2016. []
  71. Il est intéressant de souligner le refus des partis libéraux multinationaux de se déclarer solidaires de ces mouvements, jugés « ethniques ». Le responsable de la communication du parti Bleu, Yonatan Tesfaye Regassa, fut par exemple contraint de quitter le parti pour s’engager dans le soutien à la lutte oromo. Yonatan est emprisonné depuis décembre 2015 et accusé d’activités terroristes pour ses publications sur sa page Facebook en soutien aux protestations. []
  72. L’industrie et les services ne représentent respectivement, en 2014, que 14,7 % et 43,4 % du PIB. La transition industrielle est donc le grand retardataire de l’État développemental. []
  73. L’inflation avait été contenue ces dernières années (39,2 % en 2011, 7,1 % en 2014) mais elle repart à la hausse (9 % en 2015). Voir « Études économiques et risques. Principaux indicateurs économiques. Éthiopie », Coface, janvier 2016, <www.coface.com/fr/Etudes-economiques-et-risque-pays/Ethiopie>, consulté le 27 juin 2016. []
  74. Les prévisions en termes de croissance du PIB réel sont de 4,5 % pour 2016 et 7 % pour 2017, selon les estimations du Fonds monétaire international. Voir « Perspectives économiques régionales. Afrique Subsaharienne. Un changement de cap s’impose » [en ligne], Études économiques et financières, FMI., avril 2016, p. 87, <www.imf.org/external/french/pubs/ft/reo/2016/afr/sreo0416f.pdf>, consulté le 25 juin 2016. []
  75. Voir W. Davidson, « Ethiopian Military-Run Company Seeks More Foreign Partners », Bloomberg, 18 février 2013. []
  76. L. R. Arriola et T. Lyons, « Ethiopia’s 100 % Election », Journal of Democracy, vol. 27, n° 1, 2016, p. 76-88. []
  77. Tension qui est l’une des caractéristiques fondamentales des empires soulignée par F. Cooper, Colonialism in question : Theory, knowledge, history, Berkeley, University of California Press, 2005, p. 29. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *