SPRONK (Rachel), Ambiguous Pleasures. Sexuality and Middle Class Self-Perceptions in Nairobi, lu par Dominique Connan

SpronkAmbiguous

SPRONK (Rachel), Ambiguous Pleasures. Sexuality and Middle Class Self-Perceptions in Nairobi, New York/Oxford, Berghahn Books, 2012, 310 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Le premier ouvrage de Rachel Spronk, qui traite de la sexualité des classes moyennes à Nairobi, est novateur à plusieurs égards. D’emblée, il propose de dépasser un traitement des sexualités africaines que l’épidémie de VIH a trop longtemps circonscrit aux seuls registres médical et pathologique. Dans le sillage d’un « emotional turn » qui depuis une dizaine d’années anime les sciences sociales américaines, Rachel Spronk s’intéresse en effet à la manière dont le sentiment amoureux et les pulsions érotiques sont à la fois déterminés et constitutives de changements sociaux et culturels qui affectent plus largement la société kenyane. Elle s’attache ainsi à montrer qu’à Nairobi, la sexualité est l’un des registres par lesquels s’énonce une appartenance sociale déterminée par la classe, l’éducation et la génération : à travers leurs pratiques sexuelles, les jeunes cadres du secteur privé − les « professionals » − expriment une « identité moderne » (p. 81 et suivantes) et se constituent comme une « avant-garde culturelle » (p. 281) de la société.

Au Kenya, la sexualité et les rôles de genre sont depuis longtemps au cœur de tensions sociales et politiques majeures : dès les années 1920, le contrôle des femmes a suscité la création des premières associations ethniques, alors que la prostitution urbaine permettait aux femmes de s’émanciper de l’ordre patriarcal des campagnes. La question de la polygamie oppose depuis longtemps moralité chrétienne et marqueurs traditionnels de l’autorité et de la séniorité. Plus récemment, l’essor du salariat féminin a remis en question les prescriptions culturelles associées aux rôles sociaux de genre. Spronk fait état de la riche bibliographie en la matière, en proposant d’aller au-delà du seul constat de la domination masculine (p. 50 et suivantes, p. 180).

À travers une enquête ethnographique qui mobilise également entretiens et courriels, l’ouvrage analyse ainsi la condition sexuelle d’une cinquantaine de diplômés du supérieur, employés du secteur privé, âgés entre 20 et 30 ans au début des années 2000. Elle explore les pressions qui pèsent sur les jeunes femmes célibataires de la « classe moyenne » dès lors qu’elles souhaitent quitter le logement familial pour habiter seules (p. 73) ; la manière dont elles rendent la séduction difficile aux hommes afin de se distinguer des prostituées (p. 150151), mais aussi comment la libre multiplication des partenaires peut être perçue comme une marque d’appartenance à une avant-garde culturelle (p. 176). Dans l’expression d’un style de vie « moderne » et « cosmopolite », les rôles masculins sont moins équivoques : la sexualité des professionals est une compétence qui s’apprend dans la multiplication des partenaires, pour s’affirmer enfin dans la responsabilité d’un ménage monogame. Les hommes sont également demandeurs de relations de couple plus égales. Ils jugent la solidité de leur foyer à la mesure des sentiments qu’ils éprouvent pour leur compagne (258) : l’auteure analyse ainsi le rôle joué par l’importation et la diffusion au Kenya des films, des séries télévisées, du R’n’B américain dans le façonnement d’un imaginaire de l’amour romantique qui transforme les représentations patriarcales traditionnellement dominantes dans la société kenyane (chapitre 4).

L’ouvrage propose ainsi une série de vignettes ethnographiques riches d’enseignements sur la vie quotidienne de ce que Rachel Spronk appelle une « classe moyenne émergente » (p. 60, 65 et 87). Il laisse néanmoins le lecteur sur sa faim, pour plusieurs raisons. La première tient à la définition et à l’unité même du groupe social enquêté et de son style de vie, qui demeure trop peu objectivé : on parle certes ici de jeunes adultes diplômés, employés de multinationales, de grandes ONG ou exerçant une profession libérale. Tous sont nés et ont grandi à Nairobi, ils sont issus des « classes moyennes inférieures à supérieures », de parents eux-mêmes employés du secteur tertiaire dans la capitale. Pour autant, leurs conditions de vie peuvent en réalité beaucoup varier : leurs salaires d’abord, puisqu’au sein du groupe étudié ils s’étalent sur l’équivalent de 230 à 1 200 euros mensuels (p. 66). Presque tous se plaignent de la faiblesse de leurs rémunérations. De surcroît, en dépit des opportunités professionnelles « sans précédent » dont ils seraient bénéficiaires, la majorité de ces jeunes change régulièrement d’employeur, du fait d’un marché du travail qui ne peut leur proposer que des contrats de courte durée. Leur prospérité matérielle est donc incertaine ; rares sont ceux qui, par exemple, possèdent une voiture (p. 64). On peut regretter que l’ouvrage ne propose pas une analyse plus poussée des trajectoires familiales et éducatives, des professions exercées, ne serait-ce que pour comprendre la manière dont les inégalités salariales entre hommes et femmes peuvent affecter les rapports de pouvoir dans la sphère domestique. Au demeurant, on peut penser que la diversité sociale du groupe étudié empêche in fine l’auteure de dégager une véritable unité dans les comportements qu’elle étudie. Mais c’est peut-être, également, parce que le désir et l’érotisme ne peuvent être entièrement réduits à des déterminants sociaux.

De même, peut-on traiter de la sexualité des classes moyennes sans proposer plus globalement une analyse de son style de vie ? Celui-ci est qualifié de « sophistiqué », de « branché », de « moderne » et l’auteure ne différencie guère les notions d’identité et de mode de vie auxquels elle associe ces adjectifs. Une analyse plus englobante des styles de vie aurait permis d’étayer un texte qui souvent mentionne la vive conscience de ses sujets à l’égard des inégalités provoquées par la mondialisation, comme les tensions entre des imaginaires globalisés de la sexualité et les rôles de genres ordinairement prescrits au sein de la société kenyane. À ce propos, l’auteure reconnaît que l’appartenance aux « classes moyennes » ne va pas sans contradictions : les appartenances ethniques et religieuses lui semblent plus fortes que les solidarités générées par l’identification à cette classe « émergente ». Mais ce point pourtant crucial n’est mentionné qu’en passant (p. 50), alors que son texte aurait sans doute bénéficié d’un traitement plus détaillé du cas des couples ethniquement mixtes et des discours des Églises sur la sexualité, au sein d’une société qui leur est profondément perméable. Il est surprenant que l’ouvrage ne mentionne pas l’homosexualité, ni l’opinion de ses enquêtés à ce sujet, alors qu’on peut penser qu’à Nairobi, son expression dans l’espace public varie grandement selon les classes sociales. D’où un reproche plus général que l’on peut adresser à l’ouvrage et qui tient à la difficulté de saisir, pour l’étude de la sexualité de ces « classes moyennes cosmopolites », la singularité du cas kenyan. En somme, l’ouvrage de Rachel Spronk propose une approche novatrice et convaincante de la sexualité comme expression d’une aspiration sociale plus globale. Il s’agit certes d’un texte frustrant pour les lecteurs d’abord intéressés par la stratification sociale en Afrique, mais qui engage néanmoins un dépassement salutaire du traitement jusqu’ici essentiellement médical de ces questions.

Dominique Connan

Université de Nice-Sophia Antipolis