LAAKSO (Lisa) et HAUTANIEMI (Petri) (dir.), Diasporas, Development and Peacemaking in the Horn of Africa, lu par Nicole Stremlau

612T8dHVIhL._SY344_BO1,204,203,200_LAAKSO (Lisa) et HAUTANIEMI (Petri) (dir.), Diasporas, Development and Peacemaking in the Horn of Africa, Londres, Zed Books, coll. « Africa Now », 2014, 248 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Cet ouvrage collectif offre une plongée unique dans l’un des aspects les plus notables, et pourtant les plus négligés, des conflits contemporains : le rôle des diasporas. Il faut souligner que les études le composant ont été soigneusement rassemblées, dégageant une grande cohérence d’ensemble. Les auteurs, dirigés par deux chercheurs de l’Université d’Helsinki, ont eu la chance de participer à ce qui paraît avoir été un consortium européen très productif, ce qui a, semble-t-il, permis de s’assurer que les contributions dialoguent. Sur la base d’analyses de fond d’universitaires de renom de la région comme Bahru Zewde et Dereje Feyissa, et d’autres ayant un engagement de long terme sur les questions locales, les chapitres sont solides et fournissent des données empiriques nouvelles.

Ce livre encourage à repenser la nature même de ce qui constitue une « diaspora » ou des « communautés réfugiées », des « populations exilées » et des « migrants forcés » : un regard critique sur le vocabulaire des populations violemment déplacées est d’autant plus nécessaire dans le contexte actuel des débats, en Europe, sur l’afflux des « réfugiés ». Comme le démontre cet ouvrage, les populations concernées sont extraordinairement diverses, leurs interactions avec les sociétés d’accueil et leurs régions d’origine sont complexes et se déclinent selon de multiples facettes.

Bien que les auteurs utilisent des exemples issus de toute la Corne de l’Afrique, l’ouvrage reste fondamentalement une étude comparée de l’Éthiopie et de la Somalie. Une telle comparaison est fructueuse du fait des différences substantielles entre les deux pays : l’Éthiopie et son gouvernement très centralisé, les efforts intenses de ce dernier pour mobiliser et surveiller de manière resserrée sa population diasporique, y compris via l’usage de logiciels espions ; et la Somalie avec son gouvernement en patchwork mais sa diaspora très impliquée en termes de contributions financières, mais aussi en termes de mobilisation politique.

L’ouvrage propose notamment des études de cas sur des initiatives particulières de la diaspora ayant eu une influence sur la politique ou les dynamiques de conflit dans la région. D’autres examinent la manière dont la diaspora s’engage dans les sociétés européennes, et particulièrement comment les acteurs du développement, soutenus par des bailleurs de fonds et des gouvernements européens, créent des liens avec ces populations.

Ces études de cas sont essentielles car la recherche sur les manières dont les mobilisations de la diaspora affectent concrètement les dynamiques locales sont peu nombreuses. À souligner, un chapitre consacré à la Tigray Development Association (TDA), une organisation lancée à Washington mais qui, depuis, est devenue un acteur de développement central dans la partie Nord de l’Éthiopie après la prise de pouvoir du régime actuel. La TDA présente des similarités et fait écho à la Relief Society of Tigray (Rest), qui était fortement articulée au mouvement de guérilla éthiopien ayant mené l’insurrection des années 1980 au début des années 1990. Rest fut établie pour fournir des services, y compris des écoles et des hôpitaux, dans les régions contrôlées par le Front de libération du peuple du Tigray (Tigrayan People Liberation Front, TPLF), afin de s’assurer le soutien des populations. Cette histoire du TDA et de Rest, organisations qui continuent à être actives aujourd’hui, reflète l’histoire de ce qu’on pourrait appeler le gouvernement de la diaspora, l’implication de ces communautés transnationales en politique ainsi que l’approche adoptée par le parti au pouvoir en Éthiopie en termes de mobilisation politique et de participation citoyenne.

Si l’étude de cas éthiopienne est concentrée sur l’établissement d’une organisation de développement formelle, celle sur le Somaliland est dédiée à l’entreprenariat et à l’investissement privé de la diaspora. En examinant l’industrie hôtelière émergente et la prolifération des universités privées à travers le Somaliland, Markus Virgil Hoehne et Mohamed Hassan Ibrahim proposent une interprétation plus générale sur l’activité économique des acteurs de la diaspora. L’histoire complexe du Maansoor Hotel, par exemple, offre une mise en récit sous forme de métaphore sur l’impact plus large de ce type d’investissements sur les relations sociales locales, sur le réseautage international et la coopération, via la mise à disposition de lieux privilégiés pour les réunions politiques et gouvernementales, qui font souvent défaut dans des espaces en conflit ou post-conflit.

Un chapitre comparatif traitant des communautés somalies en Italie et en Finlande permet de comprendre les manières distinctes selon lesquelles les diasporas ont évolué et se mobilisent en fonction de leur implantation géographique. Il y a des différences contextuelles substantielles entre les deux pays (héritage historique et notamment passé colonial, générations de migrants, politiques d’intégration, financement et structures de financement disponibles pour les groupes diasporiques et approche en termes de coopération et d’aide au développement), mais les diasporas y ont joué un rôle stratégique similaire dans le développement d’organisations légitimes qui opèrent à la fois en Europe et en Somalie. Un aspect que j’aurais aimé voir davantage développé est le rôle des nouvelles technologies, notamment les smartphones et les réseaux sociaux, pour bâtir et altérer les relations sociales transnationales décrites dans l’ouvrage. Les auteurs notent avec justesse que l’investissement de longue distance dans les conflits est loin d’être un phénomène nouveau. Cependant, les diasporas sont aujourd’hui en mesure de transcender les institutions formelles et les organisations, de travailler avec leur pays d’origine de manière autonome, ce qui ouvre, on l’admettra, un important chantier de futures recherches.

Nicole Stremlau

Université d’Oxford

Faculté des lettres, Université de Johannesburg