LORWAY (Robert), Namibia’s Rainbow Project. Gay Rights in an African Nation, lu par Lucille Gallardo

9780253015204_medLORWAY (Robert), Namibia’s Rainbow Project. Gay Rights in an African Nation, Bloomington/Indianapolis, Indiana University Press, 2015, 155 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Quelles sont les conséquences de l’implantation d’une ONG d’émancipation et de reconnaissance des droits des gays et lesbiennes sur les subjectivités de « jeunes Rainbow » namibiens et namibiennes pauvres ? Telle est la question à laquelle Robert Lorway s’attache à répondre dans ce premier livre issu de ses recherches de doctorat d’anthropologie réalisé à l’Université de Toronto, complété par des travaux ultérieurs.

Alors que la question homosexuelle est l’objet de polémiques publiques importantes depuis le milieu des années 1990 en Namibie, notamment initiées par le principal parti politique du pays, l’Organisation du peuple du Sud-Ouest africain, (South West Africa People’s Organization, Swapo) l’auteur propose une analyse d’une grande richesse empirique et analytique. Il dépasse les approches fonctionnalistes qui décrivent le traitement de la question (homo)sexuelle dans l’espace public seulement comme un outil politique permettant de détourner l’attention de problèmes sociaux et économiques majeurs. L’auteur décrit plutôt la place essentielle qu’occupe la sexualité dans « la gouvernance politique contemporaine », et plus particulièrement dans « la fabrication de l’autorité traditionnelle, du post-colonialisme et de la démocratie libérale » (p. 13).

La Swapo et les organisations dites « LGBT » sont présentés comme les acteurs-clés de cette fabrication. Si la première défend l’idée d’une culture africaine et namibienne traditionnellement hétérosexuelle, les secondes argumentent au contraire sur l’existence d’une homosexualité africaine traditionnelle et précoloniale : ces deux catégories d’acteurs se rejoignent par leur rhétorique anhistorique de l’authenticité. Ainsi, malgré des objectifs opposés, les deux discours participent à essentialiser et nationaliser la sexualité.

D’emblée, l’auteur porte un regard critique sur les actions de l’ONG The Rainbow Project (TRP) et son approche, qu’il qualifie de néolibérale. En effet, en traitant la sexualité des personnes de manière isolée, c’est-à-dire sans prendre en compte les conditions sociales, historiques et économiques dans lesquelles les jeunes bénéficiaires vivent au quotidien, cette ONG contribue, selon lui, à renforcer leur précarité « en ayant recours aux rationalités néolibérales de l’autonomie individuelle et de la responsabilité personnelle » qui « remettent en cause les chances de mobilisation politique », ce qui a des implications « bien au-delà des Namibiens ayant des relations avec des personnes du même sexe ». Il ajoute que ces programmes pourraient en réalité renforcer les inégalités sociales (p. 3-4). L’auteur s’inspire de travaux qui revisitent les théories de Michel Foucault sur la « gouvernementalité » en contexte postcolonial africain, et de ceux qui s’intéressent à la construction sociale et langagière du désir, pour montrer comment ce projet, dont l’intention est de libérer les sexualités des jeunes, agit, en défi plutôt comme une « violence post-structurelle » impactant leurs désirs et subjectivités.

Cette violence prend la forme de conflits internes entre leurs volontés de libération personnelle et leur appartenance nationale, sociale et culturelle. L’apparition de ces questionnements n’est pas immédiate et c’est la prise en compte diachronique des trajectoires individuelles des enquêtés de 2001 à 2008 qui permet à Robert Lorway d’en déceler les premiers signes.

L’anthropologue s’intéresse d’abord aux conflits intérieurs rencontrés par les jeunes lesbiennes d’un quartier pauvre de la capitale. Celles-ci sont prises entre des désirs globaux de reconnaissance, qu’elles matérialisent à travers une « esthétique de la résistance », et leur condition de femmes évoluant dans un État patriarcal postcolonial familialiste, associant la condition des femmes à la maternité. Il montre également que les plus pauvres d’entre elles sont souvent amenées à se prostituer, augmentant leurs risques de contracter le VIH, sans que ces questions ne soient jamais abordées par l’ONG TRP (chapitre 3). Concernant les jeunes hommes « efféminés », l’auteur décrit comment l’action de l’ONG participe à naturaliser la violence sexuelle qu’ils subissent de la part des « vrais hommes », qui, dans un contexte de construction sociale genrée des relations sexuelles entre hommes, sont leurs partenaires sexuels privilégiés. La domination masculine présente dans la société namibienne et les discours nationalistes anti-homosexuels de la Swapo sont à l’origine de cette violence qui, pour autant, n’est pas abordée par l’ONG (chapitre 4). Le dernier chapitre replace les trajectoires de ces jeunes dans « l’économie transnationale des désirs » et le contexte de l’industrie capitaliste du tourisme en Namibie. L’organisation TRP et ses partenaires internationaux participent alors à produire un « fétichisme de l’étranger » chez les « jeunes Rainbow » pour qui les relations avec des étrangers, bien souvent des blancs, représentent un des accès privilégiés à leurs désirs de libération personnelle. Finalement, l’auteur montre combien cette fascination ne fait que renforcer les inégalités socio-économiques et la précarité de ces jeunes et, en cela, augmente également leurs risques face aux VIH/sida.

En conclusion, cet ouvrage contribue à analyser les effets de la globalisation de la reconnaissance des droits des minorités sexuelles depuis le début des années 2000. Ce travail contribue à dépasser les analyses qui décrivent le continent africain comme intrinsèquement homophobe en montrant comment se construisent et s’alimentent les discours d’acteurs a priori opposés. Il complète les travaux d’Ashley Currier à propos des stratégies de visibilisation et d’invisibilisation des mobilisations collectives LGBT en Namibie. Robert Lorway livre une analyse précieuse des rouages et conséquences de l’implantation de politiques démocratiques néolibérales qui, en voulant politiser l’intime, ici la sexualité, participent à démobiliser et dépolitiser les jeunes citoyens des enjeux économiques et sociaux majeurs de leur pays.

Lucille Gallard

Sophiapol, Université Paris Ouest

Nanterre La Défense