BRUNEL (Sylvie), L’Afrique est-elle si bien partie ? lu par Yves Gounin

14110292692_Afrique-258BRUNEL (Sylvie), L’Afrique est-elle si bien partie ? Paris, Éditions Sciences Humaines, septembre 2014, 192 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Le stimulant ouvrage de Sylvie Brunel renvoie dos à dos les présentations afropessimistes et afro-optimistes qui caricaturent l’Afrique. La première remonte au brûlot prophétique de René Dumont (L’Afrique noire est mal partie, Seuil, [1962] 2012). C’est celle d’un continent misérable, lesté par les héritages de l’esclavage et de la colonisation, dévasté par les guerres civiles, les famines et les pandémies. À cette vision pessimiste s’est surimposée, sans totalement l’effacer, une vision plus optimiste : celle d’une Afrique émergente, qui connaît des taux de croissance insolents, où s’enracine une classe moyenne, où s’ancre la démocratie tandis que recule le spectre de la guerre… Cette vision a notamment été portée en France par Jean-Michel Sévérino (Le Temps de l’Afrique, Odile Jacob, 2010). Elle inspire désormais nos politiques publiques si l’on en croit les propositions du rapport Védrine-Zinsou (Un partenariat pour l’avenir : 15 propositions pour une nouvelle dynamique économique entre l’Afrique et la France, Fayard/Pluriel, 2014), ou celles des sénateurs Lorgeoux et Bockel (L’Afrique est notre avenir, Rapport d’information de la Commission des affaires étrangères, n° 104, Sénat, 29 octobre 2013).

Avec une lucidité bienvenue, Sylvie Brunel tempère les excès de cette nouvelle bien-pensance. Si les Cassandre, tenants de l’afro-pessimisme, avaient tort de peindre l’Afrique en noir, les afro-optimistes se trompent en la peignant en rose : « Encenser l’Afrique paraît […] aussi excessif que l’accablement dont elle était hier l’objet. L’engouement qu’elle suscite est tout aussi caricatural que l’était le catastrophisme à tous crins des quinze ans qui ont suivi la fin de la guerre froide […] » (p. 12).

« Parler de « l’Afrique » au singulier est aussi mensonger que réducteur : il existe bien des Afriques aux personnalités et aux trajectoires opposées » (p. 16). C’est en ayant conscience de l’immense diversité du continent africain qu’on évite, avec Sylvie Brunel, les raccourcis simplificateurs. C’est ainsi par exemple qu’on ne se laissera emporter par un taux de croissance moyen. Sans doute le PIB africain a-t-il, dans son ensemble, connu une croissance annuelle de 5 % depuis une décennie alors que les économies occidentales peinaient à se relever de la crise financière de 2008. Mais ce taux moyen cache bien des disparités. Disparités d’un pays à l’autre, l’essentiel de la croissance étant captée par quelques pays littoraux, riches en matières premières, ouverts sur les grandes aires de la mondialisation alors que les pays enclavés de l’intérieur végètent encore dans la très grande pauvreté. Sylvie Brunel se fait géopoliticienne, montrant que l’Afrique est mitée de maillons faibles : le « Djihadistan » au Sahel péniblement endigué par les opérations Serval-Barkhane, la Somalie dans la Corne de l’Afrique, les Kivus en Afrique centrale, le Zimbabwe en Afrique australe. Disparités à l’intérieur d’un même pays : nombreux sont les États africains qui enregistrent, selon l’expression de l’économiste ghanéen Georges Ayittey, une « croissance sans développement », qui bénéficie à une poignée de riches sans toucher une majorité de pauvres, voire de très pauvres. Cette croissance inégale condamne l’Afrique à rester « un continent riche peuplé de pauvres » (p. 15) : la moitié de la population y vit encore avec moins de 1,25 dollar par jour.

Un exemple illustre à l’envi les erreurs de perspectives que l’Afrique inspire : le Rwanda dont on vante volontiers la stabilité retrouvée depuis le génocide de 1994. Son PIB par habitant a certes été multiplié par trois en vingt ans. Mais avec 700 dollars, il reste parmi les plus bas au monde. Sans parler du bilan polémique du régime Kagamé dans le domaine des droits de l’homme et de l’État de droit.

Sans doute l’Afrique est-elle sortie de ce que Sylvie Brunel qualifie de « décennie du chaos » (p. 68). Pour autant, les hypothèques sont nombreuses sur la voie du développement. Le catalogue qu’elle en dresse est classique : le défi de l’urbanisation, celui de l’alimentation – que l’auteure de l’excellent Famines et politique, régulièrement réédité aux Presses de Sciences Po, connaît bien – la transition vers un mix énergétique moins gourmand en énergies non renouvelables grâce à l’exploitation des rentes bleue (l’hydroélectricité) et jaune (l’énergie solaire), la fragile émergence d’une « classe moyenne »…

Refusant de céder à la facilité des essayistes qui entendent enfermer l’Afrique dans une formule attrape-tout, rose ou noire selon les époques, Sylvie Brunel cherche au contraire à en cerner la diversité. Diversité géographique, culturelle, économique, politique qui interdit les raccourcis simplificateurs et les jugements à l’emporte-pièce. Souhaitons à son essai, d’une lecture limpide, qu’il touche un large public et qu’il ébranle les contre-vérités qui sont trop souvent diffusées.

Yves Gounin

Délégué aux relations internationales du Conseil d’État