PERROT (Sandrine), MAKARA (Sabiti), LAFARGUE (Jérôme) et FOUÉRÉ (Marie-Aude) (dir.), Elections in a Hybrid Regime. Revisiting the 2011 Ugandan Polls, lu par Michaela Collord

cover-1PERROT (Sandrine), MAKARA (Sabiti), LAFARGUE (Jérôme) et FOUÉRÉ (Marie-Aude) (dir.), Elections in a Hybrid Regime. Revisiting the 2011 Ugandan Polls, Kampala, Fountain Publishers, 2014, 512 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Cette étude empirique, dense, des élections de 2011 en Ouganda, est une contribution importante à la littérature sur les régimes « hybrides » ou « semi-autoritaires ». Elle offre une exploration en profondeur des outils utilisés pour assurer la survie politique de l’immuable président Yoweri Museveni et du Mouvement de résistance nationale (NRM) dans une arène électorale réformée, plus compétitive. Cette contribution vient également à point nommé, fournissant une contextualisation utile pour ceux qui cherchent à comprendre ce qui s’est joué lors des dernières élections ougandaises (février 2016). En effet, un nombre important des forces et des faiblesses potentielles du régime de Museveni, identifiées dans cette étude, ont ré-émergé lors du scrutin de cette année.

Cet ouvrage collectif fournit une approche multidisciplinaire pour analyser et expliquer les résultats des élections qui ont bénéficié à Museveni et au NRM. L’importance de la victoire de 2011 en a surpris plus d’un, qui pensaient que les partis d’opposition consolideraient les gains des élections de 2006, la première à laquelle ils furent autorisés à participer après le retour du multipartisme en 2005. Un premier chapitre examine comment les résultats suivent, en réalité, les sondages pré-électoraux, qui avaient pourtant été critiqués pour leurs distorsions. Un deuxième chapitre écrit par la démographe Valérie Golaz et la géographe Claire Médard fournit une analyse plus systématique des résultats. Leur pointage des fiefs de l’opposition et du NRM à travers une comparaison des résultats aux niveaux local et national est d’un intérêt tout particulier. Leurs résultats permettent de nuancer l’impression initiale d’un monopole national du NRM. Elles montrent au contraire que la profondeur du soutien au mouvement reste relativement superficielle dans des régions stratégiques où Museveni a réussi à reprendre des voix à l’opposition.

L’hétérogénéité des résultats en fonction des régions et l’apparente superficialité du soutien au NRM dans certaines localités sont des questions sur lesquels les chapitres suivants reviennent en détail. Dans son analyse pénétrante des efforts fournis par le NRM pour regagner certaines parties de l’Est de l’Ouganda, Sandrine Perrot explique les décisions des électeurs de soutenir le parti au pouvoir comme une démarche stratégique de leur part, visant à contrecarrer leur apparente marginalisation politique plutôt que comme une expression d’une confiance profonde dans le régime. Paul Omach dresse un tableau similaire de la victoire du NRM dans le Nord de l’Ouganda, où de récentes améliorations au niveau sécuritaire ont aussi joué en faveur du parti au pouvoir.

D’autres chapitres dans l’ouvrage s’intéressent plus généralement aux mécanismes utilisés par le régime pour s’assurer un soutien continu, notamment le maintien d’une commission électorale partisane, l’intimidation des médias ou l’usage intensif de l’argent. Sur ce dernier point, Kristof Titeca détaille la manière dont le NRM manipule les mécanismes de prêt offerts par le gouvernement pour capturer des électeurs sympathisants de l’opposition au sein du secteur informel de l’économie urbaine. Son analyse fournit une réflexion brillante sur les moyens à travers lesquels un régime sortant peut exercer un contrôle politique sur un électorat par ailleurs marginalisé, et qui pourrait − apparemment −, assez naturellement, pencher du côté de l’opposition.

Cela vaudrait la peine de mentionner d’autres chapitres − notamment celui sur les intersections entre la compétition électorale et la politique interne du royaume du Buganda. Mais cela n’est pas possible, faute d’espace. Il y a cependant quelques sujets-clés sur lesquels ce livre fait l’impasse et qui représenteraient un apport conséquent à tout futur agenda de recherche sur ce terrain. Par exemple, il n’y a pas de chapitre sur les questions de mobilisation partisane dans l’Ouest de l’Ouganda, berceau d’une grande partie de l’élite du NRM et également un fief central du parti au pouvoir… qui apparaît cependant de plus en plus vulnérable aux incursions de l’opposition. Un autre sujet-clé : la politique en interne des forces de sécurité, armée et police, qui constituent toutes deux des piliers fondamentaux − bien que parfois factieux − du régime de Museveni. Au final toute étude similaire des élections de 2016 devrait fournir davantage de connaissances sur la politique interne et les efforts de mobilisation des partis politiques, qui ont sans doute dépassé les attentes (certes peu élevées) formulées à leur égard, en ce qui concerne leur capacité à consolider et à étendre leur base de soutien.

Michaela Collord

Université d’Oxford

Département de politique et de relations internationales