DE SAINT-MARTIN (Monique), SCARFO GHELLAB (Grazia) et MELLAKH (Kamal) (dir.),Étudier à l’Est : expériences de diplômés africains, lu par Françoise Blum

etudier-a-lest-experiences-de-diplomes-africainsDE SAINT-MARTIN (Monique), SCARFO GHELLAB (Grazia) et MELLAKH (Kamal) (dir.), Étudier à l’Est : expériences de diplômés africains, Paris, Karthala-FMSH, coll. « Hommes et sociétés », 2015, 300 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

On connaissait déjà la belle thèse de Constantin Katsakioris, Leçons soviétiques. La formation des étudiants africains et arabes en Union Soviétique pendant la guerre froide (Paris, EHESS, 2015). On en espère d’ailleurs la publication rapide. Étudier à l’Est vient d’une certaine façon compléter cette thèse en élargissant les espaces considérés à d’autres pays d’Europe de l’Est (RDA, Roumanie, Tchécoslovaquie) et en produisant de multiples récits des expériences vécues par les étudiants africains dans le monde du « socialisme réel », mais aussi de leurs expériences de l’effondrement de l’empire soviétique et de ce qui en a découlé pour eux. L’ouvrage est issu d’un colloque tenu à Mohammedia (Maroc) en 2013 et organisé par le programme Elitaf (Élites africaines) de la Fondation Maison des sciences de l’homme, qui a su constituer un solide réseau de recherche sur ces thématiques et organiser séminaires et colloques.

Il est difficile de résumer un tel ouvrage, par ailleurs fort agréable à lire, car il se caractérise par l’extrême diversité des témoignages recueillis et des histoires de vie qui en font la matière. Cette diversité est de plusieurs ordres : d’abord celle des pays d’accueil concernés, nous l’avons dit, mais aussi la diversité des pays de départ et des régimes afférents ; ensuite, la diversité des voies d’accès au séjour en URSS. Elles peuvent être globalement de deux ordres : les bourses pouvaient être obtenues via les différents gouvernements africains (y compris des régimes qui n’avaient pas spécialement d’affinités avec le socialisme) ou via des partis ou organisations militantes amis. La générosité des pays de l’Est en matière de bourses a permis à un nombre important d’étudiants africains d’y suivre leurs cursus. Ils sont 154 en 1959-1960 mais déjà 3725 en 1970-1971 et 18 118 en 1985-1986.

Cette générosité se comprend dans le cadre de la guerre froide et en rapport au désir de faire de l’Afrique postcoloniale une zone d’influence. Mais il y a eu aussi, de la part des autorités soviétiques – sinon des populations – un véritable rêve internationaliste. Enfin, la diversité des types d’études est à relever. On peut d’ailleurs noter que dans le volume, on trouve surtout des témoignages d’étudiants ayant fait des études scientifiques, à l’exception de la contribution de Charles Bowao et Abel Kouvouama qui s’intéresse à des philosophes congolais ayant suivi leurs études en URSS. L’expérience faite à l’Est n’a pas toujours été vécue de la même manière. On en garde un souvenir enchanté ou plutôt amer, cela dépend. Il reste, du côté des bons souvenirs, la qualité des études elles-mêmes, la qualité de la vie liée à des bourses généreuses qui suscitaient parfois la jalousie des étudiants soviétiques, de même que la plus grande tolérance vis-à-vis des étudiants africains qui jouissent d’une liberté de circulation plus étendue et passent souvent leurs vacances à l’Ouest. Cela leur permet aussi de petits trafics de marchandises prisées par les Soviétiques, tels les jeans. Il y a aussi le dévouement des professeurs. Du côté des souvenirs amers, reste le racisme des populations, qui s’aggrave encore après la chute de l’Union soviétique, et ce d’autant plus que les autorités russes se montrent encore moins protectrices que ne l’avaient été les autorités soviétiques. Relevons enfin la diversité des situations au retour au pays, avec les plus ou moins grandes difficultés à trouver des postes correspondants aux formations reçues, à valoriser études et diplômes. Les études à l’Ouest restent encore, largement, la référence.

Il est à noter que, dans ce volume de témoignages, les analyses de la politisation des étudiants restent rares, à l’exception du texte de Tasé Abye sur « la trajectoire d’un guérillero éthiopien ». Et pourtant, ce sont les étudiants africains qui ont fait la première manifestation sur la place Rouge pour protester contre la mort d’un des leurs dans des circonstances jamais élucidées. Ce sont eux aussi qui, au sein d’amicales et de la Fédération des étudiants africains en Union soviétique (FASSS, selon l’acronyme soviétique), ont débattu des mérites respectifs du soviétisme et du maoïsme. Cette – partielle – absence tient sans aucun doute au hasard du recueil de témoignages. Il est vrai aussi que cela avait été largement traité par Constantin Katsakioris.

Cette étude foisonnante est d’un grand intérêt. Elle contribue à la fois à une meilleure compréhension de la guerre froide, en mettant en lumière à quel point la seule vision des seuls deux blocs est réductrice. Elle contribue aussi à esquisser le portrait de la société soviétique, puis russe vue par des personnes qui lui étaient étrangères, et donc à décentrer le regard. Elle apporte sa pierre à une histoire des élites africaines et donc, plus largement, de l’Afrique postcoloniale. Et enfin, elle accroît les connaissances sur les circulations étudiantes et, partant, sur celles des savoirs.

Françoise Blum

Centre d’histoire sociale du xxe siècle

CNRS/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne