Molly SUNDBERG, Training for Model Citizenship : an Ethnography of Civic Education and State-Making in Rwanda Uppsala, lu par Ilaria Buscaglia

dynamiccontent.properties.jsfSUNDBERG (Molly), Training for Model Citizenship : an Ethnography of Civic Education and State-Making in Rwanda Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis, coll. « Uppsala studies in cultural anthropology », n° 54, 2014, 296 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n°140 2015/4

Training for Model Citizenship est l’aboutissement d’un travail de terrain anthropologique (dix mois entre 2011 et 2012) effectué à Kigali par Molly Sundberg, à l’époque doctorante à l’université d’Uppsala. L’ouvrage vise à contribuer au débat académique sur le Rwanda postgénocide et à produire une recherche ethnographique sur la manière dont les Rwandais, les habitants de Kigali en particulier, adhérent, tout autant qu’ils y sont confrontés, à la domination de l’État, en tant que citoyens. Cela, à travers l’ethnographie de deux espaces : d’une part, l’Itorero ry’Igihugu, un programme national d’éducation civique qui vise à transformer chaque Rwandais en un citoyen modèle (intore), de l’autre, les pratiques quotidiennes de gouvernement qui prennent place au sein du quartier (umudugudu) de résidence de l’auteur. La méthodologie repose sur des observations d’entrainements itorero, la participation à des réunions locales régulières au sein du quartier, des entretiens avec des participants à l’Itorero, avec des habitants ordinaires de Kigali et des leaders locaux ainsi que l’analyse de texte des programmes d’éducation civique et des matériaux de formation. Le cadre théorique proposé est inspiré de l’appropriation anglo-saxonne néofoucaldienne des concepts de gouvernement et de gouvernementalité, et sur les approches de l’exercice libéral et nonlibéral du pouvoir en vigueur en science politique comme en anthropologie.

L’histoire de l’institution de l’Itorero est présentée, depuis ses origines précoloniales jusqu’à sa restauration après le génocide. En tant que technologie de gouvernement, l’Itorero d’aujourd’hui a amplement recours à l’usage de traditions réinventées et de mises en récits historiques, ainsi qu’à des discours, tournés vers l’avenir, de modernisation. L’identité du citoyen modèle (intore signifi littéralement « les élus ») apparaît comme un hybride d’un esprit précolonial réinventé d’unité (ou de rwandité) contre les divisions charriées par la colonisation, avec une discipline et une éthique militaires, mêlé à des concepts néo-libéraux d’efficacité et d’utilité. L’expérience de l’Itorero façonne des « citoyens modèles » et contribue à construire, au niveau discursif, l’État (Leta) rwandais, son système de leadership (le parti au pouvoir, le Front patriotique rwandais) et son leader (Paul Kagame, qui incarne l’intore par excellence). Ils deviennent des fétiches, qui doivent être défendus contre le « nouvel autre émergent » (p. 117), c’est-à-dire tous ceux (Rwandais ou étrangers) qui remettent en cause ou interrogent le récit politiquement dominant du passé du pays, de son présent et de son futur. Différentes visions et expériences de l’Itorero et des récits officiels sont explorées parmi les habitants de Kigali, dévoilant une complexité qui va bien plus loin que les discours officiels. Celle-ci est, dans une certaine mesure, liée au profil personnel des enquêtés (survivants tutsi du génocide, rapatriés tutsi, personnes définies de manière extensive comme hutu) qui, dans certains cas, engendre une expérience de dé-légitimation pour ceux qui ne correspondent pas complètement au système. Au-delà de l’Itorero, l’auteur explore les pratiques quotidiennes du gouvernement au niveau du quartier, en mettant l’accent plus spécifiquement sur les imihigo (contrats de performance), les réunions, les commémorations du génocide et le travail communal mensuel (umuganda). Les deux derniers chapitres s’intéressent plus particulièrement aux discours et aux pratiques du gouvernement dans le champ de la sécurité et du développement national.

Deux points sont clarifiés de manière forte à travers ce travail. Tout d’abord, même si beaucoup de pratiques gouvernementales, au sein de l’Itorero comme du quartier, n’affectent pas de manière significative la vie des enquêtés (beaucoup ne participent pas à ces activités, y assistent de manière passive ou y participent de manière stratégique et pragmatique), elles rappellent constamment aux Rwandais le potentiel de l’État pour rendre son pouvoir bien réel.

Ensuite, une ambiguïté nichée au cœur du mode de gouvernement de l’État rwandais semble expliquer le soutien international continuel dont a bénéficié le gouvernement FPR par les acteurs de l’aide au développement. L’hypothèse du « crédit du génocide », c’est-à-dire l’idée que la communauté internationale continuerait à soutenir aveuglément les efforts rwandais de développement, via l’aide, afin de se faire pardonner leur absence pendant le génocide de 1994, est affinée par un examen plus rigoureux de la nature réelle du gouvernement, qui apparaît comme une combinaison d’éléments libéraux, néo-libéraux et illibéraux, qui en font un bon, ou tout du moins un assez bon partenaire aux yeux des bailleurs.

La contribution théorique de l’ouvrage est particulièrement intéressante du fait que les travaux anthropologiques sur les États autoritaires et leurs citoyens ne sont pas nombreux. Cependant, malgré une tentative dans le premier chapitre, l’auteur ne déconstruit pas complètement le concept d’autoritarisme en soi et elle n’aboutit pas non plus à une définition (forcément située) de ce concept à la fin de son travail.

La contribution au débat académique actuel sur le Rwanda est en réalité plus pertinente que ce que l’auteur avance explicitement. Cette ethnographie aide à dépasser une sorte de débat stérile entre pro et anti-gouvernement rwandais qui s’est développéloppé depuis quelques années et qui a été caractérisé par une tendance, soit à célébrer de manière quasi obsessive le développement du pays, soit à dénoncer ses aspects illibéraux. L’introduction précise que l’objectif de la recherche n’est pas simplement de décrire la résistance à la domination autoritaire, mais plutôt de comprendre, de manière générale, comment les formes autoritaires du gouvernement « travaillent localement les corps et les esprits des gens, affectent leur expérience de pouvoir de l’État et leur expérience de soi en relation avec le pouvoir d’État » (p. 35). Après cela, il apparaît clairement que l’image univoque des Rwandais comme supporters sincères du régime du FPR ou, au contraire, celle de simples sujets d’une domination oppressive voilant une « vérité » qui ne s’exprime que sous des discours subalternes demandant à être déchiffrés, ne sont ni l’une ni l’autre assez précises. La manière dont les gens s’impliquent dans l’État semble être plus complexe, variant entre l’adhésion sincère à certaines idées et pratiques, le conformisme stratégique et pragmatique, et/ou le retrait non confrontationnel. Les schèmes de l’acceptation et de la résistance peuvent cohabiter dans le même individu, comme l’illustre l’exemple de Mohammed au début du livre. Fier d’avoir achevé l’Itorero, il était particulièrement satisfait d’avoir obtenu le certificat intore, nécessaire pour trouver un travail. Il n’a pas adhéré au FPR comme ses collègues de l’Itorero, cependant, il était convaincu que Kagame était le meilleur président possible pour son pays, même si son père a été tué par le FPR quand ils étaient réfugiés au Congo. De telles ambiguïtés se nichent au cœur de la majorité des relations individuelles à l’État rwandais et la force de ce travail est de les saisir sans tomber dans la dichotomie « résistance versus adhésion ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *