Antoine AGLASER, AfricaFrance. Quand les dirigeants africains deviennent les maîtres du jeu, lu par Yves Gounin

1540-1GLASER (Antoine), AfricaFrance. Quand les dirigeants africains deviennent les maîtres du jeu, Paris, Fayard, 2014, 352 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n°140 2015/4

Un mot et une carte en couverture résument la thèse d’Antoine Glaser. La Françafrique est morte, vive l’AfricaFrance ! Entre le colonisateur et le colonisé, le rapport de domination s’est inversé. Le temps n’est plus à la France tirant les fi en Afrique. Désormais, comme le précise le sous-titre de ce court essai, les dirigeants africains sont devenus « les maîtres du jeu ». Et une réalité géographique simple suffit à illustrer ce rapport de forces inversé : l’Afrique et ses 30 millions de km² (sans parler de son milliard d’habitants et de sa croissance à 5 %) pèsent désormais plus lourd que la minuscule France.

L’auteur qui, avec son collègue Stephen Smith, a décrypté dans de nombreux ouvrages la politique africaine de la France, illustre cette thèse percutante à travers dix chapitres consacrés chacun à l’un des pays du pré carré : Gabon, Côte d’Ivoire, Congo, Tchad… Le procédé, un brin paresseux, n’est pas sans défaut. Il a certes le mérite de la lisibilité. Dix chapitres, dix pays, c’est autant d’anecdotes égrainées, qui étaient jusqu’alors réservées aux lecteurs des pages confidentielles de La lettre du continent, dont Antoine Glaser fut le rédacteur en chef pendant trois décennies. On y apprend comment le Niger négocie à la hausse le prix de l’uranium qu’il livre à la France, comment Idriss Déby a su se rendre indispensable au règlement de la crise malienne ou à quel point Ali Bongo mène, envers la France, une politique différente de celle de son père.

En revanche, cette présentation a le défaut de laisser de côté des pays aussi importants que le Mali, la République centrafricaine, les Comores ou Madagascar, sur lesquels il y aurait eu beaucoup à dire. Plus ennuyeux : en racontant une succession de relations bilatérales, avec leurs aléas et leurs nuances, Antoine Glaser fragilise sa thèse. C’est le cas, par exemple, de la relation contrariée entre la France et Abdoulaye Wade. En voulant faire adouber son fils par la France, le président sénégalais a reproduit sans succès des comportements d’un autre âge où la légitimité d’un chef d’État africain était censée dériver du soutien que Paris lui accordait.

Antoine Glaser a raison de souligner l’évolution de la relation franco-africaine. La donne a changé avec la mondialisation, l’irruption de nouveaux acteurs sur la scène africaine (la Chine mais aussi le Brésil, la Turquie, les monarchies du Golfe), la croissance et la paix restaurées sur le continent. Mais cette évolution ne saurait se résumer au renversement d’un rapport de domination. Antoine Glaser rappelle lui-même, dans son introduction, que les premiers chefs d’État africains n’étaient ni des « pantins » ni des « béni-oui-oui » (p. 12), et que, bien entendu, la France aujourd’hui n’est pas devenue l’obligée de l’Afrique. L’évolution est d’une nature différente : la relation, hier si forte entre la France et l’Afrique, s’est distendue. L’Afrique s’est ouverte à de nouveaux partenaires. Et la France s’en est désintéressée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.