Gregory MANN, From Empires to NGOs, in the West African Sahel. The Road to Nongovernmentality, lu par Laure Traoré

9781107602526MANN (Gregory), From Empires to NGOs, in the West African Sahel. The Road to Nongovernmentality New York, Cambridge University Press, coll. « African Studies », 2015, 291 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n°140 2015/4

« Qu’est-ce que gouverner ? » (p. 8). C’est la question que pose l’ouvrage de Gregory Mann, historien et professeur à l’université Columbia. Spécialisé sur l’histoire coloniale et postcoloniale de l’Afrique de l’Ouest en général, et du Mali en particulier, il s’intéresse ici aux modes de gouvernement qui caractérisent la période 1945-1980. Plus précisément, il pose les questions de savoir comment les gouvernements territoriaux coloniaux ont envisagé le pouvoir, comment les États ont exercé leur souveraineté nouvellement acquise, et comment ils en sont arrivés à en déléguer une partie à des ONG, au moment même où ils étaient « les plus forts et les plus ambitieux » (p. 2).

Gregory Mann s’inscrit ainsi dans l’approche des auteurs du « gouvernement privé indirect » qui analysent les frontières floues entre le privé et le public et postulent que la délégation de certaines prérogatives de l’État à des acteurs non étatiques ne signifie pas forcément son affaiblissement (Béatrice Hibou, Mamadou Diouf, Achille Mbembe, Janet Roitman). Cependant, s’il part du même constat, il ne partage pas les mêmes explications. En effet, il ne cherche pas les origines du fossé entre l’État et le gouvernement des hommes dans l’avènement de l’ère néolibérale et les plans d’ajustements structurels des années 1980. Au contraire, il propose de repenser la temporalité du phénomène en le faisant remonter à une période antérieure, où la souveraineté étatique était fortement valorisée autant par les États africains que par une frange des ONG : les années 1970, avec l’arrivée des ONG de lutte contre la famine et les détentions de prisonniers politiques, voire même les années 1960 lorsque les migrants, s’efforçant d’échapper au contrôle de l’État, développent des stratégies d’évitement et de contournement.

En s’inspirant du concept de gouvernementalité de Michel Foucault, il définit la « non gouvernementalité » (nongovernmentality) comme la « production de nouvelles formes de rationalité gouvernementale réalisée à travers les ONG » par les États africains et les « nouvelles communautés transnationales de la solidarité et de l’aide, des sciences sociales et du militantisme » (p. 2).

L’auteur s’intéresse au Sahel ouest-africain en ce qu’il offre la possibilité d’étudier les « affinités politiques changeantes et les formes novatrices de politiques postcoloniales incarnées dans l’humanitaire et les droits de l’Homme » (p. 7). Bien que le titre ne le mentionne pas et que des exemples ponctuels impliquent notamment la Guinée et le Niger, l’ouvrage se focalise principalement sur le Mali. Le pays constitue une illustration d’un État de la région qui, avec la Guinée, a poussé le plus loin sa quête d’indépendance et de souveraineté et qui, pourtant, a aussi délégué certaines de ses prérogatives dès les années 1970.

L’ouvrage est divisé en trois parties, organisées de manière chronologique et thématique. La première couvre la période coloniale tardive, de la fin de la Seconde Guerre mondiale à l’indépendance du Mali en 1960. Elle montre comment le parti Union soudanaise-rassemblement démocratique africain (US-RDA) envisage la souveraineté et comment il tente de créer une société, en tant qu’objet de son gouvernement, grâce aux réformes coloniales et à une certaine proximité avec les sciences sociales engagées. La deuxième partie de l’ouvrage porte sur le premier régime du Mali indépendant, de 1960 à 1968. Elle garde pour centre d’attention l’US-RDA et analyse la continuité de sa politique pour construire l’État dans une posture fortement anticoloniale et indépendantiste. En prenant l’exemple du contrôle des migrations, l’auteur étudie comment la citoyenneté est élaborée et pensée comme un moyen de distanciation vis-à-vis de l’ancienne métropole. Enfin, la troisième partie se concentre sur les années 1970, première décennie du régime militaire de Moussa Traoré. La sécheresse de 1973, la famine qui s’ensuit et les détentions de prisonniers politiques font du Sahel un objet d’interventionnisme. L’auteur montre comment l’humanitaire et les droits de l’Homme deviennent les « idiomes de l’engagement politique » (p. 8) et, à partir d’exemples précis, comment les ONG contribuent à redéfinir les modes de gouvernement. S’opposant à certaines hypothèses de la littérature sur les ONG en Afrique, il montre que les acteurs sociaux et politiques qui leur ouvrent la voie sont justement ceux qui valorisent le plus la souveraineté des États africains (notamment la gauche française et les militants afro-américains).

L’ouvrage questionne ainsi de nombreux aspects familiers des études postcoloniales sur l’Afrique de l’Ouest : décentralisation, migration, politiques anticoloniales, interventionnismes, construction de l’État et délégation de souveraineté aux acteurs non étatiques. Mais il propose d’y réfléchir autrement, de voir, dans l’histoire coloniale et les débuts des indépendances, comment se sont construites, de manière contingente, leurs conditions d’existence.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *