Knut NUSTAD, Creating Africas. Struggles over Nature, Conservation and Land, lu par Guillaume Blanc

41WQ80sJhqL._SX317_BO1,204,203,200_NUSTAD (Knut G.), Creating Africas. Struggles over Nature, Conservation and Land Londres, Hurst & Company, 2015, 192 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n°140 2015/4

Cet ouvrage offre une socio-anthropologie historique du parc d’iSimangaliso et de la forêt adjacente de Duduku, dans la province orientale sud-africaine du KwaZulu-Natal. Les spécialistes pourront critiquer son titre : Creating South Africas aurait peut-être été moins trompeur. Mais il offre tout de même une formidable introduction au lecteur soucieux de savoir pourquoi, sur le continent africain peut-être davantage qu’ailleurs, la nature constitue un enjeu et un lieu de lutte.

La première partie propose une définition de l’aire protégée, traduction matérielle et symbolique de la vision du monde qui sépare la nature du reste de la société. Cette vision, explique Knut Nustad, naît au xixe siècle dans la vieille Europe où, au fur et à mesure que l’industrialisation fait de l’environnement un élément menacé, le romantisme fait de la nature une entité à préserver. Exportée en Afrique, cette vision se traduit par la création de réserves de chasse, puis d’aires protégées. Dans chacune d’entre elles, les populations sont sinon expulsées, au moins criminalisées pour des pratiques cynégétiques et agro-pastorales jugées éthiquement inacceptables et considérées, à ce titre, comme illégales.

Cette introduction donne lieu, dans une seconde partie, à une véritable histoire socioécologique du KwaZulu-Natal, province héritière du royaume zulu (ou Zululand). Au côté d’une chasse locale alimentaire et rituelle s’ajoute, au milieu du xixe siècle, une chasse coloniale commerciale. Quelques années après l’arrivée des Britanniques, éléphants, buffles hippopotames et rhinocéros sont en voie d’extinction. L’émergence d’une nouvelle culture de la nature enraye alors le processus : « Est alors advenue une transformation de la relation homme-animal, du chasseur au chassé » (p. 73). Faisant du chasseur sportif britannique un être supérieur au braconnier africain, la législation coloniale instaure des réserves de chasse où les colons éradiquent les animaux considérés comme nuisibles, tels les chiens sauvages, et préservent, pour une chasse au trophée, la faune dite sauvage. Cependant, à la fi du xixe siècle, avec l’essor de l’industrie agricole, forestière et sucrière, les conservationnistes sont contraints de renoncer à la plupart de leurs réserves : champs, pâturages et troupeaux de bovins se substituent progressivement aux enclos pourvus en grande faune. Mais un troisième processus se dessine : l’invention afrikaaner d’une nature intacte, symbole du pays que les colons ont su aménager par la suite. Servant à la construction de l’identité nationale sud-africaine, puis à l’apartheid, cette politique de la nature débute en 1926 au parc Kruger. Elle se concrétise au milieu des années 1970 dans le parc d’iSimangaliso, inscrit par l’Unesco en 1999 sur la liste du patrimoine mondial naturel de l’humanité. Knut Nustad signale à quel point cette nature est tout sauf naturelle. Façonnée par l’homme depuis des millénaires, profondément transformée depuis l’arrivée des colons, puis préservée « en l’état » depuis sa mise en parc, elle renvoie à l’imaginaire d’un Éden africain autrefois vierge et sauvage, mais aujourd’hui menacé par ses occupants.

Si une seule lecture de l’espace peut être préservée en aire protégée, la nature n’en demeure pas moins tout à la fois ressource à exploiter, territoire à construire et représentation à imposer dans l’espace public. À travers l’histoire de la forêt de Duduku, dont la partie septentrionale est intégrée au parc d’iSimangaliso, la troisième partie de l’ouvrage s’intéresse à la lutte qu’engendre cette confrontation de natures concurrentes. Un siècle durant, les pouvoirs publics expulsent les populations locales habitant puis squattant la forêt. Leur éviction renvoie au développement de l’industrie forestière puis, au début des années 1970, à l’impératif de préservation de la nature. Et depuis la fi de l’apartheid, populations locales et autorités publiques s’affrontent : les premières revendiquent la propriété de terres qui, selon elles, appartenaient à leurs ancêtres ; les secondes réclament l’expulsion de ces populations occupant illégitimement un territoire, à leurs yeux, avant tout vierge de présence humaine. Ces représentations divergentes de ce qu’est la nature, ou plutôt de ce qu’elle aurait été et de ce qu’elle devrait être, se traduisent depuis 1994 par des conflits armés entre gardes du parc et habitants de la forêt.

En décryptant avec minutie les mécanismes de cette violence inhérente à l’aire protégée, Knut Nustad démontre qu’aussi longtemps qu’elle sera dédiée à la sauvegarde d’une entité authentiquement indépendante de l’homme, la protection de la « nature » n’offrira pas de solution aux problématiques environnementales. Bien au contraire, elle continuera d’être au cœur du problème.


Vous aimerez aussi...