Jean COPANS, Georges Balandier, un anthropologue en première ligne, lu par Tarik Dahou

7d82704c3a2f4a9f07597e2174458393COPANS (Jean), Georges Balandier, un anthropologue en première ligne, Paris, PUF, 2014, 320 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n°140 2015/4

Un livre de synthèse sur l’itinéraire et la construction de la pensée de Georges Balandier est plus que bienvenu, dans la foulée des journées d’études qui ont eu lieu en 2012 au musée du Quai Branly. Qui de mieux placé pour évoquer l’œuvre colossale de Georges Balandier (autour de 400 références évoquées) qu’un de ses anciens élèves l’ayant longtemps côtoyé dans sa vie professionnelle et qui, par son parcours, est à même d’analyser ses apports à l’anthropologie africaniste et à la sociologie générale ? Jean Copans a ici fourni un très important effort de synthèse à partir de pas moins d’une centaine d’écrits, pour restituer le travail de Balandier sous des formes thématiques qui traversent les époques et les préoccupations de l’auteur.

Cet ouvrage s’ouvre sur une présentation de ses sociabilités intellectuelles qui, d’une certaine manière, révèlent la diversité de ses emprunts aux disciplines et aux formes de pensée, depuis les philosophes tels Albert Camus, Jean-Paul Sartre, Maurice Merleau-Ponty, jusqu’aux écrivains et intellectuels – notamment africains, comme Léopold Sédar Senghor ou Alioune Diop de Présence africaine. On perçoit ainsi mieux comment ses cheminements professionnels l’ont amené à articuler sociologie appliquée et réflexions théoriques, et comment ces deux pôles ont nourri, de manière vive, sa pensée.

La suite de l’ouvrage est organisée de façon thématique autour de l’exégèse des principaux textes de Balandier avec, tout d’abord, une présentation de la célèbre notion de « situation coloniale », à partir de laquelle le chercheur invite à pratiquer les sciences sociales en tenant compte des situations globales de pouvoir issues des logiques impériales, en s’inspirant de l’École de Manchester. Balandier y recourt en déployant alors sa réflexion sur les conditions pratiques du pouvoir qui s’exerce sur les colonisés et sur leur manière d’y faire face. S’il mobilise des emprunts disciplinaires variés, c’est sur une rupture avec l’ancienne anthropologie d’avant-guerre que se fonde la prise en compte des structures internationales de pouvoir dans les interactions entre sociétés coloniale et colonisée. L’un des apports notables de ce chapitre est d’éclairer le devenir de cette notion et les débats qu’elle suppose, à l’aune de l’avènement de la catégorie postcoloniale. Il suggère la pertinence de se référer à la pensée de Balandier pour penser les sociétés postcoloniales.

Avec la période des indépendances, la question du développement surgit naturellement dans les travaux de Balandier, question parfaitement éclairée par la connaissance qu’a Jean Copans de cette thématique. Georges Balandier, sans avoir été un participant à l’idéologie tiers-mondiste, n’en a pas moins développé des analyses critiques du sous-développement, davantage à l’aune du legs colonial que de la division internationale du travail. Jean Copans nous fait ici bien saisir la prise de distance du chercheur avec les théories de la dépendance, au profit d’une analyse des mouvements anticoloniaux et nationalistes et de leurs formes latentes ou cachées, pour restituer l’évolution de la domination. C’est à partir d’une anthropologie politique penchée sur les interactions concrètes entre dominés et dominants qu’il faut analyser les phénomènes d’acculturation et de modernisation. L’anthropologie devient ainsi l’instrument d’analyse du changement social, dès lors qu’elle se penche de manière principale sur les phénomènes de pouvoir.

Par la suite, Jean Copans tente de mieux cerner les écrits de Balandier depuis une trentaine d’années, notamment ceux dédiés à l’analyse de la « surmodernité ». Il y décèle surtout un projet réflexif, indispensable à mener dans la période contemporaine, qui nous engage malgré nous dans des mondes qui adviennent avant qu’on ne les pense. Il y perçoit une volonté du chercheur de penser son rapport à la société, au-delà d’un engagement dans la pratique scientifique à l’aune de procédures localisées, pour mieux apprécier la contemporaneité des situations sociales et leur pluralité historique.

Les deux dernières parties du livre abordent ce qui aura sans doute été le principal apport de Balandier à l’anthropologie, l’analyse du politique. Dans ses écrits, il suggère de penser la situation coloniale comme la greffe de dynamiques précoloniales et de dynamiques globales contemporaines. Partant d’une monographie considérée par Jean Copans comme pionnière dans le champ francophone, Balandier en tire une analyse historicopolitique qu’il décline à partir des fondamentaux de l’anthropologie. Les rapports de parenté, d’aînesse, de pouvoir, les rapports matériels, constituent à la fois les structures et les objets de la science anthropologique (dans la mesure où l’historicité doit être appréhendée par l’anthropologie). Les dynamiques de reproduction des sociétés sont effectivement à appréhender à partir de leur pendant, la contestation de l’ordre social. On perçoit, dans cette réflexion, tout ce qui fécondera l’anthropologie politique française, depuis l’anthropologie économique en passant par l’anthropologie religieuse, jusqu’à l’analyse des formes et des pouvoirs politiques, sans que sa pensée ne puisse jamais être rangée dans l’une ou l’autre de ces catégories de la discipline. L’auteur nous rappelle l’indépendance et la pensée en mouvement du chercheur qui, tout en s’enracinant dans les débats des diverses époques qu’il a traversées, ne participera guère aux regroupements idéologiques ou d’école de pensée. Il n’en formalisera pas moins des propositions théoriques en s’attaquant à des objets politiques contemporains tel que l’État. L’auteur cherche, par la suite, les traces de la pensée de Balandier chez les anthropologues actuels et fait le constat d’un large recul de l’anthropologie politique, même s’il perçoit dans des travaux récents un legs certain.

Jean Copans conclut l’ouvrage par une revue de l’analyse politique de la surmodernité et des propositions heuristiques de Georges Balandier en la matière. L’analyse du pouvoir se fait alors sur scènes, dans ses dimensions dramatiques et métaphoriques et prend ainsi de plus en plus de distance avec l’anthropologie politique africaniste, mais aussi avec les dimensions matérielles du pouvoir. Elle suppose d’investiguer les systèmes politiques actuels à l’aune des dialectiques de l’ordre et du désordre, de l’État et du non-État. Tout en présentant la démarche de Balandier sur les nouveaux mondes politiques, l’auteur en profite pour questionner le positionnement de l’anthropologie politique à l’égard des objets contemporains et globalisés.

Au terme de ce voyage à travers les nombreux écrits de Balandier, on perçoit que le tenant de l’anthropologie dynamique n’a jamais promu de pensée figée, échappant aux rets des positionnements politiques ou à ceux des prêts-à-penser théoriques. En perpétuel renouvellement, ce libre penseur a réussi, au cours de plus d’un demi-siècle d’activité, à inspirer autant les anthropologues que les sociologues, les africanistes que les non-africanistes. Jean Copans réussit dans cet ouvrage un tour de force, en synthétisant avec pertinence les approches et apports de cette figure tutélaire des études africaines, tout en livrant son point de vue sur le devenir de sa pensée dans les travaux contemporains ou à venir.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.