Catherine COQUERY-VIDROVITCH & Eric MESNARD ,Être esclave. Afriques-Amériques, VXe-XIXe siècle, lu par Patrick Harries

etre-esclave-d-afrique-en-amerique-s-9782707174093_0

COQUERY-VIDROVITCH (Catherine) et MESNARD (Éric), Être esclave. Afriques-Amériques, xvexixe siècle, Paris, La Découverte, 2013, 280 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n°140 2015/4

Être esclave est un titre ambitieux pour un travail qui couvre la déportation des esclaves d’Afrique aux Amériques, du xve au xixe siècle. L’ouvrage vise à restituer l’histoire propre des esclaves, à se concentrer sur leur expérience de l’esclavage depuis ses origines en Afrique jusqu’à son aboutissement aux Amériques. Ce projet nécessite une perspective résolument africaniste de l’esclavage, qui célèbre la capacité d’action des Africains, non pas simplement en tant que victimes mais aussi en tant que partenaires de la traite transatlantique. Il s’agit d’un travail de synthèse qui enrichit d’une dimension nouvelle l’historiographie française, largement concentrée sur l’organisation de la traite et sa contribution à l’accumulation de richesse via les ports de l’Atlantique ainsi qu’au développement de ces derniers.

L’ouvrage commence par souligner que nombreux étaient ceux qui, parmi les esclaves transportés aux Amériques, étaient originaires de sociétés esclavagistes, que l’esclavage prenait des formes variées en Afrique et que ces formes produisaient les marchandises humaines exportées de l’autre côté de l’Atlantique. Le deuxième chapitre rappelle qu’un négoce des esclaves existait à travers le Sahara bien avant la traite transatlantique et que les êtres humains ont toujours et partout été un produit commercial très convoité. Le chapitre suivant retrace l’émergence d’un commerce des esclaves au Portugal dans lequel les îles comme celles du Cap Vert et de Sao Tomé ont joué un rôle important. Cependant la traite a commencé au cœur de l’Afrique, nourrissant différents systèmes d’esclavage ainsi que les États dépendants du travail captif pour leur développement. Le cinquième chapitre s’intéresse au voyage des esclaves à travers l’Atlantique. Il permet d’adjoindre une représentation de la « réalité de la vie humaine » à la « froideur scientifique » des statistiques.

La seconde partie de l’ouvrage livre un exposé de l’expérience des esclaves après leur arrivée aux Amériques. Ici l’analyse est concentrée sur les vies des esclaves agricoles dans les Antilles, en particulier à Saint-Domingue (Haïti). Elle est également consacrée à la capacité d’action des esclaves qui ont résisté à leur condition servile en Afrique, sur la route vers les Amériques et sur les plantations. Les huitième et neuvième chapitres insistent sur le thème, présent à travers tout le livre, de la « déracialisation », en examinant la créolisation associée à l’expérience servile. Ici, l’attention est portée aux savoirs importés aux Amériques par les esclaves (médicaments, plantes) et sur l’émergence d’une « culture atlantique » partagée. En Afrique, les relations entre Africains, Européens et Américains ont produit des personnages métis issus de la traite, comme Domingo Alvares, Francisco Félix de Souza et les signares de Saint-Louis du Sénégal. Aux Amériques, la capacité d’action des esclaves africains doit également être prise en compte lorsqu’ils ont développé des formes innovantes et originales de christianisme, de musique et de danse. L’affranchissement a offert la liberté à beaucoup d’esclaves qui ont rejoint la catégorie des hommes libres de couleur et qui, cependant, bien qu’ils aient adopté les manières de leurs anciens maîtres, ont souffert de différentes formes de discrimination.

Les derniers chapitres du livre s’intéressent à l’histoire de l’abolition dans les Amériques et à la ténacité de l’esclavage en tant qu’institution dans certaines parties du monde atlantique. Cette partie de l’ouvrage s’ouvre sur Bartolomé de Las Casas, s’attarde sur les États américains qui ont aboli l’esclavage après la Révolution et finit sur un portrait remarquablement désuet des « saints » britanniques qui ont porté la cause abolitionniste. Mais les esclaves en étaient les avocats les plus influents et ce fut leur soulèvement à Saint-Domingue qui poussa la France à abolir l’esclavage une première fois en 1794, suivie bien plus tard par la Grande-Bretagne, où l’émancipation définitive des esclaves dans l’empire fut effective en 1838. La traite fut finalement proscrite en France par le décret de 1848. Mais alors que les esclaves quittaient les plantations, les gouvernements coloniaux initièrent un mouvement massif de travailleurs libres depuis l’Inde et la Chine, mais aussi depuis les chasses gardées des esclavagistes en Afrique. Beaucoup de ces travailleurs étaient transportés et soumis à des conditions de travail qui ne différaient que peu de celles de la traite.

Malgré l’abolition formelle de la traite et de l’esclavage, un « second esclavage » a émergé aux États-Unis, au Brésil et à Cuba où les planteurs étaient en quête de nouvelles sources de main-d’œuvre pour la culture du coton, du café et du sucre. La montée en puissance en Europe des classes ouvrières, consommatrices de ces biens, contribua à la poursuite de l’asservissement à Cuba et au Brésil jusqu’aux années 1880. Des sociétés africaines ont également continué à employer des esclaves pour produire les marchandises qui alimentaient le « commerce légitime » promu par les abolitionnistes (en particulier l’huile de palme, l’arachide et les clous de girofle). La croissance de ce nouveau marché et le déclin de la demande d’esclaves dans les Amériques ont concouru au développement des sociétés esclavagistes dans beaucoup de régions d’Afrique. En Afrique centrale et orientale, ces États prédateurs ont alimenté la demande grandissante d’esclaves à Zanzibar, en Somalie et dans le golfe Persique, au moment même où la traite transatlantique s’amenuisait.

L’établissement des gouvernements coloniaux a initialement exercé peu d’influence sur la pratique de l’esclavage en Afrique. Ceux-ci dépendaient du soutien de riches propriétaires d’esclaves et encourageaient l’usage de main-d’œuvre bon marché. Le travail forcé a fait partie intégrante de la vie coloniale tout au long du xxe siècle et, n’a jamais été complètement éradiqué depuis. L’esclavage reste en vigueur aujourd’hui dans plusieurs régions d’Afrique, de manière cachée, et se limite souvent aux enfants.

Comme l’illustre ce numéro de Politique africaine, l’esclavage est aujourd’hui visible dans les mémoires de différentes communautés. Les visiteurs africains-américains, sur les sites de l’esclavage en Afrique, sont confrontés à un passé victimaire nourri par des entrepreneurs locaux. Cette mémoire reste vivante également dans des cercles gouvernementaux et d’anciens ports négriers en Europe où certains hommes politiques mobilisent l’héritage de l’esclavage en des termes visant à réduire les tensions communautaires.

Être esclave est un livre court qui couvre un large éventail de sujets. De ce fait, inévitablement, on peut déplorer des manques et des biais. Il n’y a pas de référence au travail riche et récent accompli sur l’abolition britannique par exemple. Plus important, l’ouvrage ne laisse pas transparaître la diversité immense des systèmes d’esclavages, en Afrique et aux Amériques. Il n’y a pas non plus beaucoup d’espace consacré aux changements subis par ces systèmes. Peu de choses sont dites sur la manière dont l’Afrique de l’Est a contribué à la traite transatlantique, en particulier le « deuxième esclavage ». Alors que le Brésil importait le plus grand nombre d’esclaves jusqu’alors, il reçoit beaucoup moins d’attention que les Antilles françaises et les États-Unis. Mais l’ouvrage articule les résultats des recherches sur l’histoire africaine et ceux des études sur l’esclavage pour produire une synthèse remarquable qui réussit à présenter un point de vue « par le bas ». Et pourtant, ce point de vue n’est pas uniquement celui d’Africains victimes de l’avidité européenne, car ils sont partenaires dans la traite et exercent une capacité d’action et une mobilité dans les Amériques. Les auteurs affirment que leur ouvrage est une simple histoire des esclaves mais en réalité, il est bien plus que cela. Il éclaire, à nouveaux frais, les disputes sur la culpabilité et les compensations, et devrait avoir une influence sur les débats politiques concernant les réparations et la réconciliation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.