Appel à contributions : Les matériels du vote: dispositifs et imaginaires de la citoyenneté

Appel-polaf1Appel à contributions pour Politique africaine

Dossier coordonné par Sandrine Perrot, Marie-E. Pommerolle & Justin Willis

« Les matériels du vote: dispositifs et imaginaires de la citoyenneté »

En période électorale, l’espace public est envahi d’objets. Posters, tee-shirts, messages audio-visuels, manuels de l’électeur circulent aussi bien dans les rues que dans les espaces sociaux plus spécifiques (Églises, administration, marchés…). En même temps, les institutions électorales conçoivent, achètent, diffusent des technologies censées permettre un processus électoral « libre et juste » depuis le recensement électoral jusqu’au dépouillement du scrutin. Un ensemble hétérogène d’objets sont ainsi produits afin de construire des institutions et des citoyens en adéquation avec les représentations politiques « modernes », en constante redéfinition. Cette profusion matérielle, officielle et officieuse, offre une perspective de recherche stimulante dans le champ de recherches de la sociologie électorale saturé. Partir des objets, au cœur de transactions matérielles et symboliques lors du moment électoral, permet de tracer au plus près les tentatives de contrôle, les formes de l’échange, de la soumission et de la désobéissance qui caractérisent les situations électorales, à la fois routinières et toujours exceptionnelles.

Depuis le retour au multipartisme sur une très grande partie du continent dans les années 1990, le vote a en effet retenu l’attention grandissante des chercheurs en sciences sociales mais aussi d’experts gouvernementaux et non-gouvernementaux, nationaux et internationaux. Cet engouement a cependant pâti des limites et biais normatifs accompagnant un certain nombre de recherches. Dominée par des analyses statistiques et cartographiques des résultats, la grande majorité des travaux est organisée autour de réflexions conjoncturelles visant à expliquer l’issue des élections (Cheeseman, Lynch, et Willis 2014; Bratton 2013). De plus, la plupart des analyses du vote, développées quasi exclusivement au moment des échéances électorales, ont pour intention d’évaluer la qualité démocratique du scrutin (Plattner et Diamond 2010; Bratton et Van de Walle 1997) ou d’avancement de la consolidation démocratique (Bratton 1998; Lindberg 2009; Lindberg 2006; Keating 2011).

Plusieurs travaux déjà ont renouvelé ces approches en s’interrogeant sur le signifié des élections (Quantin 2004; Otayek 1998) – notamment en contexte semi-autoritaire ou hybride (Perrot et al. 2014; Perrot 2014; Hilgers et Mazzocchetti 2010; Dabène, Geisser, et Massardier 2012) -, en portant leur attention sur les intermédiaires du vote (Vannetzel 2010 ; Zaki 2009; Bennani-Chraïbi, Catusse, et Santucci 2005), ou proposant des données empiriques inédites sur les partis politiques (voir les travaux doctoraux de Laure Traoré, Emmanuelle Bouilly par exemple).

Notre dossier s’inscrit dans le sillage de cette littérature. A la croisée de la sociohistoire et de la science politique, notre interrogation se porte non pas sur le scrutin en tant que tel ou sur ses résultats mais sur sa matérialité. En cela, cette perspective poursuit la réflexion d’une importante littérature autour de l’invention, de l’apprentissage et de la ritualisation du vote avec un accent particulier placé sur ses dispositifs et ses objets (le bureau d’électeurs, l’isoloir, l’urne, le bulletin de vote, etc.) (Garrigou 1992; Déloye 1993; Déloye 2006; Garrigou 2002; Offerlé 1983; Deloye et Ihl 2008). Anthropologues et socio-historiens se sont déjà intéressés aux moments des colonisations/décolonisations et au passage de la catégorie des indigènes à celle des électeurs via la constitution des registres électoraux et l’introduction de la carte d’électeur, de l’isoloir et des bulletins secrets (Cooper, 2012 ; Bertrand, Briquet, et Pels 2007; Pels et Quantin 2001; Willis et el Battahani 2010; Onana 2004; Toulabor 2004 ; Trémon, 2013). Le travail comparatif d’Hélène Combes et Lucie Bargel autour de la matérialité des électeurs et des technologies du vote ou le projet de recherche très innovant de Richard Banégas et Séverine Awenengo sur « la vie sociale des papiers d’identité en Afrique sub-saharienne » ouvre de nouvelles pistes de recherche très prometteuses.

Nous souhaitons ici poursuivre cette réflexion autour de la transformation des objets du vote, de leurs usages et des controverses qu’ils suscitent. Comme J.-P. Warnier le souligne, par-delà la technique et la logistique, l’objet fait l’individu et, dans notre cas, le citoyen-électeur, à la fois dans ses dimensions disciplinaires et subjectivantes. Cette approche permet d’éviter les écueils d’une littérature lisant la routinisation et la ritualisation des élections comme faisant partie du processus de consolidation de la démocratie (Lindberg 2006), considérant les procédures et dispositifs du vote majoritairement sous l’angle de la manipulation par le régime en place ou de l’opportunité qu’ils offraient en termes de fraude (Willis et el Battahani 2010), ou analysant les réappropriations locales de ces objets ou dispositifs comme des formes de résistances à la « modernité » électorale ou comme des modes d’expression politiques africains (« an African way of doing things ») (Young 1993).

Inspiré des approches anthropologiques autour de la vie sociale des objets (Appadurai dir. 1986) et de la « politique de la valeur » (Kopytoff 1986, Roitman et Warnier 2006) qui évoque la variabilité historique et sociale de la valeur et se réfère à son échangeabilité en tant que construit, ce dossier s’interroge donc sur la manière dont ces matériels et technologies formatent l’acte de vote mais aussi sur la façon dont ils sont utilisés, détournés voire défiés. L’un des objectifs sera d’analyser la façon dont cette matérialité transforme ou non les imaginaires du vote et la citoyenneté électorale. Nous faisons le pari heuristique de retracer la vie sociale du matériel de vote, de ses transformations, de ses écueils, de sa circulation et de sa diffusion pour analyser en quoi et comment la mise en objet du vote constitue des modalités particulières de subjectivation politique des individus et révèle les formes d’assujettissement auxquelles il est soumis. A partir des objets, on pourra également être attentif aux échanges qu’ils sous-tendent (observer, à nouveaux frais ceux que l’on désigne comme échanges clientélaires), aux controverses qu’ils suscitent (mesurer la valeur différentielle conférée à ces objets censés produire de la confiance), aux circulations qu’ils induisent (évaluer la standardisation des marchés électoraux et leurs conséquences).

Trois pistes de recherche peuvent être envisagées tout en gardant à l’esprit que les objets, leurs usages et leur « détournement » (Appadurai 1986) seront au cœur des articles.

1/ Histoire matérielle de l’acte électoral

Le projet de « civilisation électorale » fut un projet (tardif) du colonialisme et s’est transformé au gré des relations de pouvoir postcoloniales. Manuels d’éducation civique, technologies d’enregistrement biométrique, encartement, etc. sont autant de projets de rationalisation des critères de la citoyenneté, largement retravaillés par des logiques sociales, religieuses ou morales locales (Ménoret 2009; Ménoret 2005; Nkume-Okorie et Chouin 2011; Breckenridge 2014). La mise en objet révèle une manière de catégoriser, de hiérarchiser, d’inclure et d’exclure dans le processus de production du corps électoral. Revenir sur les dispositifs matériels cherchant à civiliser mais aussi à encadrer les électeurs permettra de mettre en perspective autant les limites bureaucratiques de l’enregistrement des électeurs de l’administration coloniale, par exemple, que les dispositifs actuels arguant de leur modernité pour s’imposer.

Cela permettra, entre autres, d’aborder la question de la constitution des listes électorales, sujets de tant de controverses à chaque nouveau scrutin, des cartes électorales, des processus d’identification biométrique et de leur participation à la bureaucratisation et à la construction de l’État et du vote. En revisitant les conditions sociales et politiques de cette bureaucratisation progressive, mais aussi les procédures concrètes de leur mise en œuvre nous pourrons apprécier autant les nouvelles contraintes pesant sur les organisateurs de scrutins que les opportunités saisies aussi bien par des « contre-pouvoirs » que par des élites politiques ou des intermédiaires cherchant à asseoir leur autorité en se positionnement sur la chaîne de production, de distribution ou d’interprétation de l’objet (Gaïti 2006 ; Lipsky, 2010).

La « civilisation électorale » se construit également dans le moment précis du vote, au travers d’un ensemble de technologies et de prescriptions visant à le discipliner et le faire accepter. Les objets, leur agencement, leur provenance forment alors un ensemble encadrant l’acte de vote mais produisant surtout de la croyance dans les institutions électorales et politiques. La multiplication des objets (isoloir, urnes, bassine de plastique, objets incorporés comme l’encre indélébile, carte d’électeur, bulletins de vote) et de leurs signifiés, dans et autour des bureaux de vote, semblent en effet viser à produire de la confiance dans un acte à la fois routinier et constamment débattu. Questionner ainsi ces objets comme médiateurs entre les institutions et les électeurs permet d’observer les formes inachevées d’institutionnalisation du vote, mais aussi les malentendus ou les enthousiasmes que ces relations suscitent au travers de certains objets.

2/ Des objets en campagne

La matérialité du vote ne se limite pas aux technologies officielles, mais englobe l’ensemble des objets liés aux pratiques de campagne, au sens large : vêtements, posters, drapeaux, affiches, chants, caricatures… En plus de nous permettre de prendre au sérieux les messages dont ils sont les supports (« Prosperity for all », « Time for change »), l’étude de ces objets focalise l’attention sur les échanges qu’ils induisent. Revenir ainsi sur les relations clientélaires, à partir des objets, de leurs usages et de leur circulation conduira à s’interroger sur les conditions changeantes de ces échanges (rural/urbain ; collectif/individuel), leurs sens (on assiste parfois à des retournements intrigants lorsque des électeurs enthousiastes apportent aux candidats leurs oboles). Se focaliser non pas sur l’échange lui-même mais sur l’objet dans l’échange permet d’étudier la variabilité de la valeur de l’objet et la construction sociale de son échangeabilité (Warnier, 2004). Il serait intéressant notamment d’étudier les files d’attente derrière les véhicules des personnes distribuant les T-shirts d’un parti et gérant les négociations financières post-meetings ensuite.

La pluralité des intervenants étatiques ou non étatiques, nationaux ou étrangers (Eglises, associations de femmes, ONG d’éducation civique, OIG) dans la co-production, la diffusion ou l’interprétation de ces objets pourra être ici interrogée. Quels usages font ces acteurs par exemple d’un matériel produit par d’autres ? Ceci nous permet d’analyser la manière dont le citoyen-électeur est confronté à d’autres médiations de la matérialité et d’autres « gouvernementalités subjectivantes » (Warnier 2004) que celle des institutions électorales officielles et de questionner la manière dont cela façonne ou non de nouveaux imaginaires de la citoyenneté. On pourra s’interroger également sur la variabilité historique et culturelle de leurs usages et de leurs détournements et à la manière dont les acteurs de production du matériel électoral gère en retour cette construction locale des choses, toujours redéfinie et se positionne dans les « guerres de subjectivation », c’est-à-dire la compétition des producteurs de définition identitaire électorale, autour de ces matérialités (Warnier 2004).

Les « chemins et détournements » (voir par exemple le détournement des affiches électorales) sont autant de traces de la vie sociale d’un objet, de son passage à travers divers registres de valeurs qui coexistent dans le même espace social (Comaroff et Comaroff, 2005), de ses différentes phases de réappropriation et de contestation, autant de seuils dans le processus de subjectivation de l’individu-électeur.

Cette piste de recherche pourrait ouvrir la voie à une déclinaison en termes de biographies culturelles d’objets spécifiques – celle d’une carte d’électeur par exemple ou d’un T-shirt partisan -, dans le sens que leur donne Appadurai, afin de saisir les significations de ces objets « inscrites dans leurs formes, leurs usages, leurs trajectoires » (Appadurai, 1986 : 5). Quels usages fait-on d’un matériel que l’on n’a pas produit ? Quelles trajectoires de ces objets récupérés par hasard, par conviction, avec indifférence ou par goût ? Quelles traces de ces moments d’euphorie, quand la routine replace ces objets dans des fonctions plus ordinaires ?

3/ Le marché du matériel électoral

Enfin une troisième piste intéressante serait celle de la mise en marché de ce matériel de vote. Quelles entreprises les produisent, les distribuent ? Comment ses produits sont-ils échangés, commercialisés ? Cet angle permettrait d’analyser en profondeur non seulement les marchés internationaux du matériel électoral (celui de la production parfois délocalisée des bulletins de vote), sa circulation (le marché exponentiel des technologies biométriques en particulier), sa standardisation éventuelle mais aussi les marchés très locaux du matériel électoral (comme ceux des petits marchands de Tanzanie reproduisant et commercialisant les T-shirts du CCM). Ce point permettrait de réfléchir autour de la « production de l’expertise et de l’autorité » (Roitman, Warnier 2006), en termes de matériel de vote, et notamment à l’ambivalence de l’autorité venue de l’extérieur (Guilhot 2005, Petric 2012).

Calendrier

20 mars 2016:  envoi des propositions d’article (1 page maximum) en Cc à Sandrine Perrot (sandrine.perrot@sciencespo.fr), Marie-E. Pommerolle (mepommerolle@ifra-nairobi.net) et Justin Willis (justin.willis@durham.ac.uk).

30 mars 2016:  notification aux auteurs des propositions retenues

15 juin 2016: envoi des articles retenus par le comité de rédaction de la revue (50.000 signes, espaces et notes de bas de page compris)

30 septembre 2016 : envoi des versions finales des articles retenus par les coordinateurs et le comité de rédaction

Décembre 2016 :  publication du dossier

Bibliographie

Appadurai A. (dir.), The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective, Cambridge University Press, Cambridge, 1986.

Benfoughal Tatiana et Sébastien Boulay (dir.), Dossier « Sahara : identités et mutations sociales en objets », Le journal des africanistes, vol. 76, n° 1, 2006.

Bennani-Chraïbi, Mounia, Myriam Catusse, et Jean-Claude Santucci. 2005. « Élections législatives 2002. De l’analyse d’un scrutin aux contours d’un champ de recherche ». In Scènes et coulisses de l’élection au Maroc: Les législatives de 2002, 9‑14. IREMAM, Kathala.

Berg-Schlosser, D., « Modes and Meaning of Political Participation in Kenya », Comparative Politics, vol. 14, N°4, July 1982, p. 397-415

Bertrand, Romain, Jean-Louis Briquet, et Peter Pels. 2007. Cultures of Voting: The Hidden History of the Secret Ballot. London; Paris: Hurst; Centre d’études et de recherches internationales.

Bratton, Michael, et Nicolas Van de Walle. 1997. Democratic Experiments in Africa. Cambridge: Cambridge university press.

Bratton, Michael, Ravi Bhavnani, et Tse-Hsin Chen. 2012. « Voting intentions in Africa: ethnic, economic or partisan? ». Commonwealth & Comparative Politics 50 (1): 27.

Bratton, Michael. 1998. « Second Elections in Africa ». Journal of Democracy 9 (3): 51‑66.

———. , éd. 2013. Voting and Democratic Citizenship in Africa. Boulder: Lynne Rienner Publishers.

Breckenridge, Keith. 2014. Biometric State: The Global Politics of Identification and Surveillance in South Africa, 1850 to the Present. Cambridge: Cambridge University Press.

Cheeseman, Nic, Gabrielle Lynch, et Justin Willis. 2014. « Democracy and its discontents: understanding Kenya’s 2013 elections ». Journal of Eastern African Studies 8 (1): 2‑24.

Comaroff Jean and John L. Comaroff (2005). Beasts, banknotes and the colour of money in colonial South Africa. Archaeological Dialogues, 12, p. 107-132.

Cooper Frederick, 2012, “Voting welfare and registration, the strange fate of the Etat-civil in French Africa, 1945-1960”, in Keith Breckenridge et Simon Szreter (dir.), Registration and Recognition: Documenting the Person in World History, British Academy, p. 385-412.

Cowen, Michael, et Liisa Laakso. 1997. « An Overview of Election Studies in Africa ». The Journal of Modern African Studies 35 (04): 717‑44.

Dabène, Olivier, Vincent Geisser, et Gilles Massardier. 2012. Autoritarismes démocratiques Démocraties autoritaires au XXIe siècle. Coll. Recherches. Paris: La Découverte.

Deloye, Yves, et Olivier Ihl. 2008. L’Acte du vote. Paris: Presses de Sciences Po.

Déloye, Yves. 1993. « L’élection au village. Le geste électoral à l’occasion des scrutins cantonaux et régionaux de mars 1992 ». Revue française de science politique 43 (1): 83‑106.

Gaïti, Brigitte. 2006. « Entre les faits et les choses. La double face de la sociologie politique des institutions ». In Les formes de l’activité politique, édité par Antonin Cohen, Bernard Lacroix, et Philippe Riutort. Paris: PUF.

Garrigou, Alain. 1992. Le vote et la vertu : comment les Français sont devenus électeurs. Paris: Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

———. 2002. Histoire sociale du suffrage universel. Paris: Seuil.

Guilhot, Nicolas. 2005. The Democracy Makers. Human Rights and the Politics of Global Order. New York: Columbia University Press.

Hermet, Guy, Juan Linz, et Rouquié Alain. 1978. Des élections pas comme les autres. Paris: Presses de Sciences Po.

Hilgers, Mathieu, et Jacinthe Mazzocchetti. 2010. Révoltes et oppositions dans un régime semi-autoritaire: le cas du Burkina Faso. 1 vol. Hommes et sociétés, ISSN 0993-4294. Paris, France: Éd. Karthala.

Kopytoff Igor, «The cultural biography of things: commoditization as process », in Appadurai, A. (dir.), The social life of things. Commodities in cultural perspective, Cambridge,Cambridge University Press, 1986, pp.64-94.

Lindberg, Staffan I. 2006. « The Surprising Significance of African Elections ». Journal of Democracy 17 (1): 139‑51.

Lindberg, Staffan I. 2009. Democratization by Elections: A New Mode of Transition. Baltimore: Johns Hopkins University Press.

Lipsky Michael, Street-level bureaucracy, dilemmas of the individual in public services, Russell sage Foundation, New York, 2010.

Ménoret, Pascal. 2005. « Le cheikh, l’électeur et le SMS ». Transcontinentales. Sociétés, idéologies, système mondial, no 1: 19‑33.

———. 2008. « Racailles et dévots. La politisation de la jeunesse saoudienne, 1965-2007 ». Doctorat d’histoire, Paris I.

———. 2009. « Apprendre à voter ? Le cas des élections saoudiennes de 2005 ». Genèses 4 (77): 51‑74.

Nkume-Okorie, Ndubueze O., et Gérard Chouin. 2011. « L’enregistrement électronique des électeurs au Nigeria. Un dispositif biométrique au service de la démocratie ? ». Afrique contemporaine, no 239: 75‑87.

Offerlé Michel, 1993, « L’électeur et ses papiers. Enquête sur les cartes et les listes électorales (1848-1939) », Genèses, 13, p. 29-53

Onana, Janvier. 2004. « Faire voter, faire naître au monde politique: apprentissage de l’investiture démocratique et émergence historique de la figure du citoyen au Cameroun ». In Voter en Afrique: Comparaisons et différentiations, édité par Patrick Quantin, 207‑42. L’Harmattan.

Otayek, René. 1996. « Voter, ça veut dire quoi? Sur les élections législatives du 24 mai 1992 ». In Le Burkina entre révolution et démocratie (1983-1993), 43‑58. Paris: Karthala.

———. 1998. « Les élections en Afrique sont-elles un objet scientifique pertinent ? ». Politique africaine, no 69 (mars): 3‑11.

Pels, Peter, et Patrick Quantin. 2001. « « Imaginer les élections », Modernité, médiation et vote secret au Tanganyika à la fin de la période coloniale ». Politique africaine, no 83: 135‑50.

Perrot, Sandrine, Sabiti Makara, Jérôme Lafargue, et Marie-Aude Fouéré, éd. 2014. Elections in a Hybrid Regime: Revisiting the 2011 Ugandan Polls. Kampala: Fountain Publishers.

Petric, Boris, éd. 2012. Democracy at large. NGOs, Political Foundations, Think Tanks and International Organizations. Palgrave Macmillan.

Plattner, Marc, et Larry Diamond. 2010. Democratization in Africa: progress and retreat. Book, Whole. Baltimore, Md: Johns Hopkins University Press.

Quantin, Patrick. 1998. « Pour une analyse comparative des élections africaines ». Politique africaine, no 69 (mars): 12‑28.

———. , éd. 2004. Voter en Afrique: comparaisons et différenciations. Paris: L’Harmattan.

Roitman Janet et Jean-Pierre Warnier, « La politique de la valeur », Journal des africanistes, vol. 76 n° 1 | 2006, 205-216.

Toulabor, Comi. 2004. « Fraudes électorales et démocratie coloniale » au Togo. Cas d’une implantation du vote en colonie ». In Voter en Afrique: Comparaisons et différentiations, édité par Patrick Quantin, 185‑206. L’Harmattan.

Trémon Anne-Christine, « Citoyens indigènes et sujets électeurs », Genèses, 91, 2013.

Vannetzel, Marie. 2010. « Secret public, réseaux sociaux et morale politique : les Frères musulmans et la société égyptienne ». Politix 23 (92): 77‑97.

Warnier Jean-Pierre, « Pour une praxéologie de la subjectivation politique », in J.-F. Bayart et J.-P. Warnier (dir), Matière à politique, Le pouvoir, les corps et les choses, Karthala, 2004, 7-31.

Willis, J., et A. el Battahani. 2010. « “We Changed the Laws”: Electoral Practice and Malpractice in Sudan since 1953 ». African Affairs 109 (435): 191‑212.

Young, Tom. 1993. « Elections and Electoral Politics in Africa ». Africa: Journal of the International African Institute 63 (3): 299.

Zaki, Lamia, éd. 2009. Terrains de campagne au Maroc. Les élections législatives de 2007. Karthala.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *