Alain Ricard, Wole Soyinka et Nestor Zinsou : de la scène à l’espace public. Politique et religion, lu par Maëline Le Lay

wole-soyinka-et-nestor-zinsou-de-la-scene-a-lespace-public-politique-et-religionRICARD (Alain), Wole Soyinka et Nestor Zinsou : de la scène à l’espace public. Politique et religion, Paris, Karthala, coll. « Lettres du Sud », 2015, 192 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n° 139, 2015/3

Après une cinquantaine d’années passées à écrire sur la littérature en Afrique, ses formes, son histoire et les enjeux de son élaboration, Alain Ricard revient en quelque sorte à ses premières amours : le théâtre, qui constitua sa porte d’entrée sur la textualité en Afrique. Sa thèse portait en effet sur l’écriture en situation de diglossie au Togo, à partir d’une analyse comparative des romans « populaires » en français de Félix Couchoro et des spectacles de concert-party en ewe. Ce livre est aussi un retour à la première région du continent sillonnée par l’infatigable explorateur des textes en Afrique, celle de la côte du Bénin, qui s’étend du Ghana au Nigeria en passant par le Togo et le Bénin, cette région yoruba qu’il découvrit en 1970 et qu’il décrit si bien.

Alain Ricard signe là un essai original qui articule une lecture minutieuse et ciblée des textes dramatiques des deux auteurs qu’il confronte, Wole Soyinka et Nestor Zinsou, lecture appuyée sur la critique théâtrale (à partir des thèses d’Eugène Ionesco, Georges Banu et Alain Badiou notamment) et sur des extraits de ses journaux de bord de l’époque (1970-1980), vivants témoignages de la vie sociale bourdonnante de ces cités du Togo et du Nigeria, si proches et, à la fois, si éloignées l’une de l’autre.

Le livre expose et détaille les termes d’une comparaison qui repose sur le pari audacieux de lire l’œuvre d’un auteur (Zinsou) en perspective de celle d’un autre (Soyinka). Pour ce faire, Alain Ricard utilise, pour analyser l’œuvre de Zinsou, les concepts forgés par la lecture critique de Soyinka (la sienne et celle de Biodun Jeyifo) : sécularisation et « passage par la transition » (selon les termes de Soyinka dans sa théorie du théâtre), cosmopolitisme, orphisme, nativisme, contestation.

Il revient ici sur son essai, L’Invention du théâtre en Afrique, et son apport fondamental au débat sur la « naissance » du théâtre en Afrique que d’aucuns situent en des temps ancestraux, confondant ainsi théâtre et théâtralité des rites traditionnels. Or, nous rappelle très justement l’auteur, « le théâtre, en Afrique aussi, est une construction poétique et non un donné anthropologique » (p. 7). Il montre donc comment s’inventent, sur cette côte, des formes théâtrales qui puisent directement dans les performances des associations cultuelles locales, celles du vaudou au Togo et des orishas au Nigeria, sans pour autant se confondre avec elles. Le théâtre est bien une invention urbaine qui se déploie dans l’univers culturel de cette région yoruba, sous l’influence d’un christianisme réapproprié localement. Il insiste sur le fait que ce sont les hommes qui inventent le théâtre – les comédiens, les auteurs, les « acteurs actifs » comme il les appelle, « d’un espace public en formation » (p. 168).

Des figures telles que Zinsou et Soyinka sont des hommes de la scène comme de l’espace public, qu’ils habitent non seulement par leurs textes mais par leurs positionnements et leurs actions politiques, les trois se nourrissant mutuellement. Loin d’une étude thématique – courante dans les études littéraires – qui consisterait à débusquer ce qui, dans les textes, exprime le rapport des auteurs au politique et au religieux, la démarche suivie ici est une approche anthropologique très fine qui rend justice à l’objet dans toute sa dimension poétique, tout en prenant entièrement en compte, dans leurs convergences comme dans leurs divergences, le contexte culturel spécifique de chacun de ces pays et de leur région commune.

Si l’on regrette que l’édition n’ait pas été plus soignée (on relève de nombreuses erreurs ou approximations bibliographiques qui ne facilitent pas le travail du chercheur), la lecture de cet essai reste fluide et agréable. On appréciera notamment les annexes sur la vie politique des deux pays, bienvenues pour situer le contexte, et surtout la plume toujours alerte de l’auteur et le ton de l’essai qui prend volontiers les allures d’un récit. En effet, au-delà de l’analyse, c’est un livre personnel que signe là Alain Ricard. Dans le sillage d’un autre de ses ouvrages, La Formule Bardey, ce livre se lit aussi comme le récit d’un compagnonnage fidèle avec une œuvre « cohérente et solide » ainsi qu’avec leurs auteurs. En grand témoin de la vie intellectuelle de cette région d’Afrique (dont il a également rendu compte à travers deux films qui résonnent en écho à ce dernier essai – Le Principe d’Asihu sur le concert-party dans les années 1980 et son film sur Nestor Zinsou, réalisé en Allemagne), Alain Ricard rend un bel hommage non seulement à Zinsou et Soyinka mais aussi, plus largement, aux écrivains et gens de théâtre qui ont vécu ou vivent encore dans ces pays et qui construisent patiemment une œuvre originale, comparable à nulle autre, comme il l’explique pour chacun d’eux.

C’est, en somme, une contribution à l’histoire du théâtre que l’auteur, par cet essai, ambitionne de poursuivre et c’est également une excellente introduction à l’œuvre théâtrale assez méconnue de Zinsou et celle de Soyinka (davantage connu pour ses romans et récits que pour son théâtre), via l’éclairage des textes et de la trajectoire de leurs auteurs − leur exploration des arcanes de la politique et leur cheminement spirituel respectif −, de l’histoire de la région yoruba, cette côte du Bénin scindée par d’invisibles frontières ici découvertes.

Maëline Le Lay

CNRS, Les Afriques dans le Monde, Sciences Po Bordeaux


Vous aimerez aussi...