La Fabrique des « Barbouzes ». Histoire des réseaux Foccart en Afrique , lu par Clément Cayla-Giraudeau

FoccartBAT (Jean-Pierre), La Fabrique des « Barbouzes ». Histoire des réseaux Foccart en Afrique, Paris, Nouveau Monde éditions, 2015, 510 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n° 139, 2015/3

Trois ans après la publication de la somme Le Syndrome Foccart. La politique française en Afrique de 1959 à nos jours, Jean-Pierre Bat poursuit son exploitation systématique du fonds Foccart afin d’aborder la question françafricaine à travers le prisme « barbouzard ». En dépit de son titre, cette monographie se concentre sur un nombre limité d’acteurs de la vie politique des deux Congo durant les premières décennies de l’après-guerre.

Si son terrain demeure modeste, l’auteur entretient l’ambition d’interroger à travers lui tout « l’univers interlope » (p. 10) dans lequel évoluent les hommes de Jacques Foccart à l’heure de la décolonisation. Cherchant à clarifier l’appartenance des « fausses barbes » (p. 7) à l’histoire du continent, autrement dit leur intérêt comme objet scientifique, Jean-Pierre Bat retrace les chemins croisés d’une poignée de ces conseillers semi-clandestins. Pour mettre fin à l’« amnésie organisée » (p. 492) qui entoure leur mémoire, l’auteur propose une progression chronologique, à laquelle se mêlent des considérations thématiques.

Son « histoire à hauteur d’homme » (p. 491) commence par la présentation des personnages hauts en couleurs qui gravitent autour de l’abbé défroqué Fulbert Youlou, élu chef du gouvernement de Brazzaville en 1959, champion de la France gaulliste et de Félix Houphouët-Boigny face à l’anticolonialiste Jean-Félix Tchicaya et au socialiste Jacques Opangault. Les figures de Maurice Bat, d’Émile Bougère et de Charles Delarue se ressemblent autant par leur passé trouble, voire collaborationniste, que par leur totale adhésion au double objectif défendu par Jacques Foccart : maintenir l’influence française dans le « pré carré » et contenir le bloc de l’Est, dont l’ombre s’étend derrière Patrice Lumumba. Spécialistes du renseignement et de l’action psychologique, ces hommes servent ainsi l’ambition formulée par Youlou de constituer, des deux côtés du Pool, un vaste État confédéral, concourant, avec un certain Bob Denard, à la sécession katangaise de Moïse Tshombé. Le point culminant de l’ouvrage est sans doute le récit des « Trois glorieuses » d’août 1963, qui virent la chute de Youlou et le décryptage de l’intrigante inertie française. Alors que le coup d’État de Joseph Mobutu en 1965 marque le triomphe de la CIA à Léopoldville, l’épopée des barbouzes s’achève piteusement sur le retour raté de l’abbé et une série de décès suspects.

Défini comme « un conseiller influent du président dans le monde du renseignement, à la légitimité française peu ou mal définie (vue de l’extérieur), et aux missions particulièrement sensibles pour les intérêts de la France » (p. 178), le barbouze idéal-typique dont Jean-Pierre Bat brosse le portrait est un pont jeté entre la grande et la petite histoire. La reconstitution des trajectoires biographiques révèle l’enchevêtrement des deux, montrant à quel point « l’exercice du renseignement à Brazzaville est autant, sinon plus, l’affaire de personnalités que de services » (p. 176). L’auteur fait ainsi des barbouzes « une brèche dans l’histoire de la décolonisation » (p. 494), dont ils ne sont que des épiphénomènes, plongés dans les querelles institutionnelles et les ambitions déclinantes de la République française en Afrique. Suivre ces figures de l’ombre revient à écrire l’histoire depuis les marges, ce qui permet, à tout le moins, d’affiner les contours des transactions postcoloniales.

Pour parvenir à cette conclusion, Jean-Pierre Bat ne se cantonne pas au dépouillement des archives nationales. Il mobilise une impressionnante diversité de sources. L’exploration des archives personnelles de Maurice Bat semble constituer la première pierre de son corpus, qui fait la part belle aux fonds privés et à la reconstitution maïeutique des événements auprès des acteurs français de la décolonisation. La prose claire et fluide de l’archiviste paléographe sert de liant à ces matériaux historiographiques, sujets à de multiples recoupements et décodages.

Le lecteur se réjouira finalement de la présence d’encarts méthodologiques à l’issue de chacun des neuf chapitres de l’ouvrage, évocations pointillistes du déroulé de l’enquête. Distillés avec un sens évident de la pédagogie, ces « ateliers de l’historien » offrent une perspective unique sur le travail de l’auteur, et plus généralement ses considérations éclairées sur l’utilisation des sources archivistiques, de l’entretien, des photographies, ou bien encore la pratique du récit dans l’écriture de l’histoire africaine. Sans doute leur intérêt s’épuise-t-il au fil des pages, mais ils n’en demeurent pas moins précieux pour satisfaire la curiosité des profanes.

Clément Cayla-Giraudeau, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search