Une histoire environnementale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France (2015) , lu par Rozenn N. Diallo

histoire environnementaleBLANC (Guillaume), Une histoire environnementale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, 320 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n° 139, 2015/3

En faisant dialoguer l’évolution de trois parcs nationaux, tous créés au début des années 1970 et sur trois continents (le parc du Semen en Éthiopie, le parc des Cévennes en France et le parc Forillon au Canada), c’est d’abord une entreprise de définition de ce qu’est l’objet « parc national » que propose Guillaume Blanc, chercheur affilié à l’Institut des mondes africains (Imaf). Si un parc national correspond, dans tous les cas, à un processus de patrimonialisation du territoire, au sens où la nature devient un haut lieu du patrimoine national, et donc de la nation, il possède de multiples facettes. Territoire « saisi par la puissance publique » (p. 47), il constitue « un environnement façonné par la société, espace à la fois naturel et culturel, territoire investi par diverses logiques identitaires » (p. 25), il est « un dispositif narratif susceptible de susciter un sentiment d’appartenance à la nation » (p. 219), il représente « un territoire local préservé pour être consommé par une collectivité nationale, voire internationale » (p. 132). Mais un parc national, c’est aussi « un appareil coercitif » (p. 219) qui, « avant d’être un espace naturel, […] est aussi et surtout, pour les hommes et les femmes qui l’occupent ou l’occupaient, un territoire de violence » (p. 270). Cette kyrielle de définitions montre combien les parcs nationaux sont des objets plastiques, investis de logiques, d’intérêts et de visions du monde pluriels et bien souvent antagonistes. Ce sont des territoires matériels, institutionnels, mais aussi idéels.

C’est justement sur ce que représentent (ou sont censés représenter) les parcs nationaux que se concentre Guillaume Blanc. L’objet de l’ouvrage est de comprendre en quoi et comment les parcs nationaux sont utilisés par les États pour que « leurs populations se sentent appartenir au territoire national et sentent que ce territoire leur appartient » (p. 35). Pour l’auteur, la définition (et la redéfinition) de la nature est un instrument à la fois institutionnel, matériel et symbolique que les États-nations mobilisent pour offrir à leurs populations une mise en cohérence de leur monde. À ce titre, la mise en parc de la nature comporte une dimension intrinsèquement subjective. L’auteur souligne en effet comment la façon de concevoir les parcs nationaux varie en fonction des contextes nationaux, et plus précisément des régimes politiques en place : il y a, dans chaque cas, une culture nationale de la nature.

En Éthiopie, il y a « inter-nationalisation de la nature », au sens où le parc du Semen n’a de national que sa qualité internationale. L’administration fait du parc la propriété par héritage du peuple éthiopien et, ce faisant, l’investit d’une valeur nationale, mais cette valeur tient à un processus initié par des acteurs internationaux (comme l’Unesco et le Fonds mondial pour la nature (World Wide Fund, WWF). L’État se l’approprie en usant du référent « Patrimoine mondial de l’humanité » : l’objectif est de consolider la nation en gagnant la reconnaissance de la communauté internationale.

Au Canada, il y a naturalisation de la nation. Pour pallier son manque de passé national et pour gommer les conflits qui l’opposent aux provinces (ici au Québec), l’État fédéral mobilise l’imaginaire d’une nature intacte et sublime. Ce faisant, le territoire (supposément) naturel est posé comme fondement de la nation canadienne. L’objectif, c’est de susciter un attachement sentimental au territoire local de la nation.

En France, il y a nationalisation de la nature. Pour faire face à la disparition progressive de ses campagnes, l’État se sert de la tradition rurale pour évoquer l’invariance nationale. Le parc des Cévennes devient un lieu de mémoire naturellement historique. L’objectif, c’est de transcender les territorialités locales et de pérenniser l’image rurale de la nation.

Dans tous les cas, il s’agit d’une mise en scène nationale de la nature : les États se servent des parcs pour figurer et soutenir le récit national.

Mêlant littérature scientifique et 35 000 pages de sources imprimées et archivistiques produites par les administrations des trois parcs, l’auteur ne propose cependant pas seulement une histoire environnementale, mais une étude visuelle. Guillaume Blanc a en effet parcouru lesdits parcs, et montre concrètement, par exemple dans le troisième chapitre, combien la signalisation des sentiers est un levier utilisé par les gestionnaires des parcs pour non seulement donner à voir ce territoire, mais aussi et surtout le paysage national tel qu’il est appelé des vœux de la puissance publique.

La comparaison diachronique de Forillon, du Semen et des Cévennes met en lumière combien l’histoire environnementale est bien souvent une histoire du pouvoir. Pouvoir de l’État qui patrimonialise, pouvoir de la puissance publique qui s’appuie sur le bras armé qu’est le parc national pour contrôler son territoire, sa population, et pour construire son roman national.

Car pour devenir territoire de la communauté nationale, le parc doit cesser d’être le territoire des populations locales. Le façonnement de l’espace est donc orchestré par l’État (dont on aimerait parfois savoir qui exactement parle en son nom). Pourtant, si l’administration semble souvent omnipotente, les parcs nationaux restent des espaces négociés, entre les objectifs de ceux qui les dirigent et les aspirations nourries par ceux qui l’habitent ou l’environnent (p. 175). Guillaume Blanc donne ainsi à voir la violence (concrète et symbolique) que représentent les parcs vis-à-vis des populations locales, dont les habitations sont dans certains cas brûlées, dont les usages de la terre sont régulièrement pénalisés.

Les contestations des populations s’expliquent dans l’incohérence qui réside au principe même des parcs nationaux : celle de faire d’un espace local, façonné par l’homme, l’emblème naturel de la durabilité nationale (p. 151). Or, ces paysages dits naturels sont profondément anthropisés. Justement, la place de ces populations est, dans les trois cas, progressivement prise en compte. Certes, un parc national sert d’abord la nation, mais pour cela, il doit composer avec la territorialité locale : pas seulement en la contrôlant, mais aussi (et surtout) en la reconnaissant.

Rozenn N. Diallo

GIERSA, Département de science politique, Université de Montréal


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.