The Invention of a European Development Bureaucracy. Recyling Empire , lu par Sonia Languille

the inventionDIMIER (Véronique), The Invention of a European Development Bureaucracy. Recyling Empire, Palgrave, Macmillan, coll. « Palgrave Studies in European Union Politics », 2014, 240 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n° 139, 2015/3

Le Fonds européen de développement (Fed), institué en 1957 par le Traité de Rome, est le principal instrument de l’Union européenne pour l’aide publique au développement en Afrique sub-saharienne. L’administration en charge de sa gestion, la Direction générale VIII (DG8), rebaptisée Direction générale du développement en 1998, est le sujet de l’ouvrage de Véronique Dimier. À partir d’archives et d’entretiens, elle étudie le lent processus de bureau-cratisation de cette organisation au cours des cinquante dernières années.

L’ouvrage s’organise en deux grandes parties. Les chapitres 1 à 4 sont consacrés au processus d’institutionnalisation de la DG8, au cours duquel cette organisation a forgé sa propre identité et acquis son autonomie. L’analyse se focalise sur le rôle déterminant joué par d’anciens administrateurs coloniaux à qui la DG8 offrit un terrain opportun de « recyclage ». Sous l’impulsion de Jacques Ferrandi, premier directeur du Fed et ancien administrateur colonial français, un mode de gestion de l’aide opaque s’est consolidé, dominé par les liens personnels entre responsables de la DG8 et chefs d’État africains. Les chapitres 5 à 10 analysent la manière dont, sous l’effet des élargissements successifs, de la montée en puissance de la Banque mondiale et de l’influence grandissante de la Nouvelle gestion publique (New Public Management), la gestion de la DG8 a progressivement évolué vers une plus grande rationalisation et dépersonnalisation.

Un des grands intérêts de l’ouvrage tient dans sa passionnante analyse de la dimension sociologique de la continuité entre politiques coloniales et politiques d’aide au développement. Il s’agit d’un champ encore relativement peu étudié et l’auteure s’appuie sur un riche matériau empirique. Tout aussi intéressante est l’analyse des luttes de pouvoir à travers lesquelles l’identité de la DG8 s’est construite et a évolué, notamment les tensions internes entre économistes réformateurs et partisans d’une gestion de type clientéliste. Véronique Dimier éclaire également une dimension essentielle de l’économie politique de l’aide européenne : le rôle des firmes européennes d’assistance technique. On aurait aimé que l’analyse, essentiellement historique, du triumvirat milieux d’affaires − États membres − Commission européenne soit étendue à la période contemporaine de la « transparence » de l’aide.

C’est dans l’étude des phénomènes bureaucratiques et de leur historicité que l’analyse s’avère la plus féconde. L’étude de la DG8 « en action » apparaît moins convaincante. À ce titre, le chapitre 7, qui met en lumière les contradictions des politiques de développement rural et de transport de la DG8, se révèle peu probant. Le recours positiviste aux rapports d’évaluations commissionnés par la DG8, comme source empirique, surprend dans la mesure où le reste de l’ouvrage analyse l’évaluation comme constitutive d’un mode spécifique de gouvernementalité, site de luttes de pouvoir au sein de la DG8. Le chapitre ne nous dit rien du rôle des ingénieurs ou agronomes au sein la DG8 et très peu de la généalogie de ses discours sectoriels.

Une autre limite de l’ouvrage tient dans l’absence de discussion du terme néo-patrimonialisme, qui est pourtant loin de renvoyer à un corpus théorique unifié et est au cœur de la thèse centrale du livre : l’identité de la DG8 aurait été « copiée » sur le style néo-patrimonial de ses clients africains. Les élites et technocrates africains, notamment ceux impliqués dans la gestion de l’aide européenne, sont largement absents de l’ouvrage. Reste l’idée éculée d’une Afrique singulière de par sa corruption structurelle et d’une bureaucratie africaine immuable, imperméable à la circulation internationale des idées, notamment celle de modernisation, dans sa version développementaliste des années 1960-1970 ou dans sa variante contemporaine de la Nouvelle gestion publique.

Malgré ces limites, l’ouvrage enthousiasmera tous ceux intéressés par les phénomènes bureaucratiques et les politiques d’aide au développement.

Sonia Languille, Université de Johannesbourg, Département de l’Éducation


Vous aimerez aussi...