DIOUF (Abdou), Mémoires , lu par Étienne Smith

memoiresDIOUF (Abdou), Mémoires, Paris, Seuil, 2014, 384 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n° 139, 2015/3

Les mémoires d’Abdou Diouf étaient attendues, tant l’ancien président sénégalais (de 1981 à 2000) était resté discret après son départ du pouvoir. Alternant réflexions sur l’exercice du pouvoir et récit de vie, l’ouvrage se lit aisément, suivant le parcours linéaire d’un haut fonctionnaire aspiré très tôt par le pouvoir senghorien. Diplômé de la dernière promotion de l’École de la France d’outre-mer (1958-1960), adjoint de Jean Collin au secrétariat général du gouvernement, puis gouverneur du Sine et Saloum à 26 ans, il devient en 1963, à 27 ans, directeur de cabinet du président Senghor. Son histoire se confond avec celle du Sénégal indépendant et des événements marquants de la présidence Senghor (conflit Senghor-Dia en 1962, Festival mondial des arts nègres en 1966, ou encore mai 1968). S’il n’apporte rien de nouveau sur la crise de 1962, l’ouvrage fait quelques révélations sur l’immixtion des militaires, menés par le général Jean-Alfred Diallo, qui réclament et obtiennent un remaniement gouvernemental en 1968. Il montre également à quel point le président Senghor se désintéressait de l’intendance, confiée à Diouf, secrétaire général de la présidence (1965) puis Premier ministre (1970), mais confirme à quel point Senghor a soigneusement préparé sa succession.

Gardien du temple senghorien, Abdou Diouf n’en livre pas moins un témoignage intéressant, car de première main, sur l’État sous Senghor. Un État où le parti n’est jamais complètement confondu avec l’État et reste un lieu de débat. Un État dont la politique extérieure est toute en nuances. Un État enfin dans lequel les équilibres communautaires et confrériques sont l’objet de toutes les attentions. Les relations quasi filiales unissant Senghor aux chefs religieux tidjane (Seydou Nourou Tall) ou mouride (Falilou Mbacké) font progressivement place à des relations plus distantes et laissées en sous-traitance au Premier ministre Diouf, notamment la délicate négociation autour du Code de la famille en 1972. Diouf n’y fait pas mystère de ses relations parfois compliquées avec Abdoul Ahad Mbacké, khalife général de la confrérie mouride (1968-1989).

Les hommages répétés au président-professeur Senghor font ensuite place au récit des vingt ans passés à la magistrature suprême. Le ton est encore souvent hagiographique, mais la lecture vaut le détour car elle est riche en anecdotes et galerie de personnalités de premier plan. Diouf répond aux critiques et réfute les accusations d’immobilisme, non sans quelques piques destinées à ses anciens opposants ou rivaux (Cheikh Fall, Babacar Bâ, Abdoulaye Wade, Djibô Ka, Moustapha Niasse notamment). En revanche, les figures historiques de la gauche sénégalaise (Amath Dansokho, Abdoulaye Bathily, Cheikh Anta Diop) sont gratifiées de commentaires plus aimables. Le lecteur reste néanmoins sur sa faim concernant le dessous des cartes du conflit en Casamance, les crises électorales de 1988 et 1993 qui ont ponctué le processus de démocratisation, ou l’assassinat de Me Babacar Sèye. Le récit confirme l’interpénétration étroite des segments d’élites sénégalaises qui n’ont jamais réellement rompu le dialogue et permis l’alternance pacifique de 2000. Si l’ouvrage n’évoque pas la période postérieure à 2000, le tableau brossé de son action comme président peut aussi se lire en creux comme une critique de la gouvernance de son successeur Abdoulaye Wade.

Titre sobre, style mesuré, absence de photos, confidences distillées avec parcimonie, le livre est finalement à l’image du personnage qui a laissé à ses compatriotes le souvenir d’un gestionnaire ayant le « sens de l’État », discret et courtois, pondéré mais parfois jusqu’à l’excès de modération face aux urgences sociales et économiques d’un pays en pleine effervescence et dans lequel le renouvellement générationnel appelait inévitablement à des changements de style politique.

Étienne Smith, Chaire d’Études africaines comparées, Université Mohamed VI Polytechnique, Rabat


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.