The Power to Name : A History of Anonymity in Colonial West Africa (2013) , lu par Isabel Hofmeyr

the power to nameNEWELL (Stephanie), The Power to Name : A History of Anonymity in Colonial West Africa, Athens, Ohio University Press, coll. « New African Histories », 2013, 255 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n° 139, 2015/3

Au cours des dernières décennies, les études littéraires africaines se sont progressivement étendues de leur concentration initiale sur les romans de l’élite à un intérêt marqué pour la littérature populaire et les cultures de l’imprimé de manière plus générale. Stephanie Newell fut l’une des pierres angulaires de ce tournant.

Son dernier ouvrage est consacré à la presse ouest-africaine entre les années 1880 et 1930. Il explore l’une de ses caractéristiques : la publication d’écrits anonymes et le recours à des pseudonymes, la présence « d’auteurs introuvables usant de personnalités inventées » opérant derrière un « écran de papier » (p. 2). Ces stratégies textuelles ont permis à des auteurs d’échapper, de se jouer et de contrarier les désirs de l’État de classer et de nommer ses sujets, de les rendre lisibles et, de ce fait, gouvernables. L’anonymat et le pseudonymat ont offert un mode d’adresse qui a mis au premier plan non pas le messager mais le message, qui a séparé le texte du corps et permis le déploiement de modes d’adresse multiples. Ces stratégies ont facilité l’émergence d’« un nouveau type de public, pensé comme anonyme, détaché des affiliations personnelles et familiales et capables d’exprimer une opinion publique, pour la première fois dans ce nouvel espace public constitué de journaux détenus par des Africains » (p. 30).

L’ouvrage complexifie toute idée simplificatrice d’identités coloniales ou anticoloniales données. Newell respecte « les vies de plume des auteurs pseudonymes sans leur réimposer les mêmes catégories ethniques et sociales auxquelles ils cherchaient à échapper » (p. 7). Les auteurs expérimentaient « avec des voix, des genres – dans les deux sens du terme, et des opinions ; pour donner de la voix à travers les identités ; pour jouer contre les désirs et méthodes biographiques » (p. 5).

La monographie est organisée en trois sections : journaux dans l’Afrique de l’Ouest coloniale ; études de cas du Bureau des colonies ; études de cas des journaux ouest-africains. Ensemble, ces sections nous offrent une histoire riche de la presse ouest-africaine, de ses personnalités et acteurs principaux et des dimensions régionales et impériales qui ont façonné son fonctionnement en réseau. Le cœur de l’ouvrage comprend une série d’exemples impressionnants et inventifs illustrant les réalisations que ces formes de signature (ou d’anti-signature) permettaient d’accomplir. Newell explore comment les auteurs utilisaient les genres de l’oralité comme des ressources expérimentales de critique, par allégorie et voies détournées. L’oralité était mobilisée dans le cadre d’expérimentations avec, par exemple, la publication de « contes » signés avec des initiales ou signés de manière cryptique, l’auteur jouant avec les possibilités d’enchevêtrer une forme traditionnelle de production culturelle et « un auteur ».

La question du genre constitue un élément important du texte et l’ouvrage jongle avec les questions du genre et de la signature, évitant toute confusion entre auteur et texte mais s’attardant également sur les auteurs, lorsque leurs identités sont connues. Les pseudonymes permettaient des formes d’expérimentation de genre, en particulier dans les cas où des hommes se faisaient passer pour des femmes « ce qui leur permet[tait] d’avoir recours à des genres littéraires et des thèmes qui n’étaient pas considérés comme masculins » (p. 136).

Dans The Power to Name, Newell nous offre un nouveau départ important pour la compréhension des cultures de l’imprimé en tant qu’espace presque ludique pour l’expérimentation avec les notions d’auteur, d’identité, et les formes de l’adresse publique. L’ouvrage démontre comment ce champ de la culture de l’imprimé a agi en tant que matrice créatrice de traditions littéraires et intellectuelles ouest-africaines de manière plus large.

Isabel Hofmeyr, Université de Witwatersrand


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.