Érythrée. Un naufrage totalitaire (2015), lu par Roland Marchal

ErythreeJEANGÈNE VILMER (Jean-Baptiste) et GOUÉRY (Franck), Érythrée. Un naufrage totalitaire, Paris, Puf, 2015, 344 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 139, 2015/3

Publié quelques mois avant la crise des migrants qui a pris forme durant l’été 2015, ce livre propose une analyse sans compromis, ou plutôt un acte d’accusation du régime érythréen, qualifié de totalitaire, et l’un des principaux producteurs africains d’exilé(e)s. Les théoriciens du totalitarisme, Hannah Arendt et Michael Walzer notamment, sont ainsi mobilisés pour décrire les mille et une facettes de cette réalité. Et les auteurs, sans trop de modestie, nous invitent même à lire ce livre comme un traité de philosophie politique sur ce thème. On le lira ici simplement en sociologue.

Il faut d’abord recommander la lecture de cet ouvrage tant la littérature fait défaut en français sur ce pays, en attendant la publication de la thèse remaniée de David Bozzini, qui a d’ailleurs publié dans Politique africaine (« Surveillance, répression et construction collective de l’insécurité en Érythrée », n °135, octobre 2014, p. 137-157), et dont les auteurs s’inspirent à nombre d’égards. La bibliographie est d’ailleurs très complète et on ne pourra pas reprocher aux auteurs d’avoir ignoré les uns ou les autres. Reste qu’une critique des sources aurait été utile. Il est piquant, surtout connaissant le parcours professionnel (diplomatique) des deux auteurs, de les voir utiliser sans précaution les rapports du Groupe d’experts des Nations unies sur l’Érythrée dont la première source est constituée par les services de renseignements éthiopiens…

Reste pourtant un malaise diffus à la lecture de ce livre tant il souffre de plusieurs faiblesses qui obèrent la démonstration d’une thèse à laquelle on ne pense pas globalement s’opposer : l’autoritarisme de ce régime, déjà bien ancré dans l’histoire du Front populaire de libération de l’Érythrée (FPLE) et dans les premières années après l’indépendance, s’est radicalisé dans la guerre contre l’Éthiopie (1998-2000) au point de mériter pleinement le qualificatif de régime totalitaire. L’ouvrage, en conséquence, se consacre aux années postérieures aux accords d’Alger signés en décembre 2000.

D’abord, le texte pèche par un téléologisme certain : toute l’histoire est relue par nos auteurs mus par une certitude : « Le totalitarisme […] était en germe dès le début de la lutte révolutionnaire » (p. 50). À mille occasions, on sent qu’il ne faut pas chercher d’autres sens que celui-là : pourquoi se lancer dans des analyses sur les luttes factionnelles, sur les trahisons des alliés ou le non-respect des promesses faites par la communauté internationale dans tant de moments cruciaux ? Un tel postulat convainc les convaincus mais laisse les autres sur le bord de la route. Issayas Afeworki, dans cette démonstration, est évidemment l’alpha et l’oméga de ce régime. Pourtant, la crise de 2001 au sein de la direction du parti, qui se traduit par une division dans le groupe des dirigeants historiques, constitue une fracture béante dans la légitimité du régime qui doit alors contrôler et réprimer encore plus pour en réduire les effets sociaux. La théorie ne peut tout expliquer.

Ensuite, avec un tel préalable, nombre de points importants sont survolés ou traités avec une grande superficialité. Le FPLE a voulu créer une identité érythréenne sur mesure, quitte à multiplier les amnésies sélectives, les reconstructions historiques douteuses et l’aveuglement sur sa propre histoire. Le Front de libération du Tigray qui, de fait, dirige aujourd’hui l’Éthiopie voisine et ennemie n’était pas en reste et pourtant, son cheminement a été différent après 1991. Le premier avait rompu avec le marxisme-léninisme depuis son congrès de 1987 quand le second considérait, jusqu’en 1990, que l’Albanie était le paradis du socialisme. Peut-être l’analyse de l’exercice du pouvoir aurait éclairé ces cheminements un peu paradoxaux.

Le simplisme des auteurs tient au fait que les divisions complexes et pas purement endogènes du mouvement national érythréen dans ses balbutiements ne sont pas analysées alors qu’elles influencent profondément les formes de la rébellion qui voit le jour dans les années 1960, au point que le discours nationaliste s’en veut la négation absolue. Idem pour la question religieuse qui fait l’objet d’un chapitre particulièrement faible, surtout dans le contexte actuel.

L’histoire aurait dû être mieux traitée dans ce livre. L’impact très complexe des années fascistes sur l’Érythrée coloniale éclaire à la fois le sentiment de supériorité du FPLE par rapport à ses homologues éthiopiens (mais il y a aussi d’autres raisons qui ne sont même pas mentionnées dans l’ouvrage) et le militarisme de la direction érythréenne après 1991. Alors que plus de 30 % des Érythréens étaient des ascaris et constituaient la force de frappe de l’Africa italiana du Duce, l’Érythrée connaissait son âge d’or en termes de développement industriel. Ces deux exemples ne constituent pas une analyse alternative, juste le symptôme d’une faiblesse de la démonstration.

Les auteurs semblent penser que les guerres menées par l’Érythrée indépendante sont simplement un « alibi commode pour la tyrannie » (p. 49). Peut-être, mais si l’on y regarde de plus près, la conviction fléchit. L’envenimement des relations avec le Soudan, dès avant le référendum de 1993, a été célébré par certains pays occidentaux, heureux de voir un nouveau front s’ouvrir contre un régime islamiste qui hébergeait alors Oussama ben Laden. De même, la sanctuarisation d’une opposition soudanaise, malvenue partout ailleurs dans la région, a été chaleureusement applaudie dans les chancelleries occidentales. La question des frontières a certainement pris une acuité nouvelle dans les années 2000 (et la lutte contre le terrorisme) mais elle n’est pas illégitime avant dans cette zone où tous les pays ont des différends frontaliers avec leurs voisins. Ce qui doit être analysé, c’est l’usage de la violence plutôt que la négociation. Et l’on peut d’ailleurs souscrire aux pages qui présentent des éléments structurants de la politique étrangère érythréenne (p. 62).

Pour conforter leur thèse, les auteurs font trop souvent de l’Érythrée une exception alors qu’on peut pointer de profondes similitudes ailleurs. Il en est ainsi du régime éthiopien qui est décrit avec une naïveté bien surprenante, quitte à réhabiliter la théorie des nationalités de Joseph Staline et oublier le rôle d’Addis Abeba dans la radicalisation répressive du régime érythréen (sans même évoquer les petites trahisons occidentales tues dans l’ouvrage). Mais on pourrait aussi évoquer les référendums d’auto-détermination dans la région : au Soudan du Sud comme au Somaliland, le score érythréen a été dépassé. Quant aux privilèges accordés aux vétérans, ils sont, là aussi, une pratique commune (ce qui ne veut pas dire acceptable) au Soudan du Sud.

Les longs chapitres consacrés à « l’homme nouveau » et aux « failles » du système nous rappellent combien ce régime a été systématique dans sa volonté de contrôle et finalement, comment il réussit en échouant puisqu’il pousse à l’exil les générations les plus à même de se révolter contre lui. Peut-être ces chapitres sont-ils un peu formels au sens où l’on confond trop le discours et la réalité. D’une part, les contradictions dans la mise en œuvre de ce totalitarisme ne sont pas toujours bien soulignées. Le processus consultatif au moment de l’écriture de la Constitution a été copié sur le modèle sud-africain : pourquoi une telle liberté si, comme l’écrivent les deux auteurs, le pouvoir savait qu’il ne la mettrait pas en œuvre (p. 35) ? De l’autre, il y a souvent loin entre une loi et son application. En Érythrée, les lois d’apartheid passées en 1936 pour réglementer les rapports entre Italiens et sujets coloniaux étaient radicales mais inappliquées. La population n’est pas simplement soumise ou fugueuse : elle négocie avec tout pouvoir et les exemples de l’Allemagne de l’Est et de l’Union soviétique dans les années 1980 auraient dû inciter à une plus grande prudence méthodologique.

Les auteurs s’essaient, en conclusion, à un exercice difficile : pointer ce qui fait du pouvoir érythréen un régime en phase terminale et s’interroger sur les vecteurs d’un possible changement. Peu d’espoirs sont permis et le sociologue, plus que nos auteurs, aura quelque doute à penser que la jeunesse de la diaspora pourra, en Érythrée (ou ailleurs), changer les paramètres d’une transition post-totalitaire.

Roland Marchal, CNRS-CERI Sciences Po Paris


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.