Appel à contributions : L’Éthiopie sans Meles Zenawi. Un régime autoritaire « à l’épreuve »

Appel-polaf1Dossier coordonné par Jean-Nicolas Bach
(Les Afriques dans le Monde, Sciences-Po Bordeaux)

« L’Éthiopie sans Meles Zenawi : Un régime autoritaire « à l’épreuve »

Trois ans après la disparition du premier ministre éthiopien Meles Zenawi, en 2012, après 17 ans d’exercice continu du pouvoir exécutif suprême, sa figure trône plus que jamais dans les rues de la capitale et parfois jusque dans les zones rurales les plus reculées. « L’Éthiopie sans Meles » semble aujourd’hui poursuivre sa lancée sur les bases érigées par son père fondateur, et rendre hommage à ce dernier comme pour mieux embrasser l’avenir. Le régime a évité les soubresauts d’une fin de règne, à tel point qu’on doit ici poser la question de la nécessaire réévaluation du rôle de Meles lorsqu’il était à la tête du pays : Qui était Meles Zenawi ? Sa disparition a-t-elle dévoilé ou réactivé des arènes de négociations ou des factions au sein du parti au pouvoir depuis 1991, l’Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front (EPRDF), qui n’étaient pas perceptibles lorsqu’il était au pouvoir ? A-t-elle ouvert de nouvelle structure d’opportunité et de nouveaux possibles ? Quel a été son impact sur le gouvernement « collectif » du Front ? Quels sont aujourd’hui les enjeux et les effets du renouvellement générationnel inachevé, enclenché par Meles au sein du Front au lendemain des élections générales de 2010 ?

Ce dossier prend le parti de voir dans l’immédiat après-Meles une « épreuve » (au sens de la sociologie pragmatique) (Barthe et al 2013). Une épreuve a pour propriété de bousculer les routines et d’induire des réponses individuelles et collectives particulières, à court terme puis dans la durée. Elle rend de ce fait visible ce que les fonctionnements institutionnalisés tendent à minimiser. Une sociologie politique du régime éthiopien fondée sur l’épreuve de la disparition de Meles permettra de mettre au jour les mouvements internes au régime, dans ses fondements idéologiques, dans ses pratiques administratives, économiques et sécuritaires, pour mieux faire la part entre les logiques politiques les plus profondément institutionnalisées et les contingences liées à la personnalité de son dirigeant et à l’état des rapports de force au sein du Front. C’est cette question qui sera posée à l’ensemble des auteurs du dossier, qui observeront ce qui s’est joué autour de cette épreuve de l’après-Meles dans différents domaines de l’activité étatique ou non-étatique en Éthiopie.

Point amplement discuté sur ce régime, le mode de gouvernement autoritaire propre à l’EPRDF ne tient certainement pas uniquement au choix d’un seul homme, comme l’ont confirmé les dernières élections générales de mai 2015. Bien que l’EPRDF se définisse lui-même comme « dominant », il a en réalité construit depuis le début des années 1990 un système de partis non compétitif dans lequel il est « hégémonique » (Sartori 1976) – aucune alternance n’a eu lieu depuis 1991-1995 et l’EPRDF occupe aujourd’hui la totalité des sièges à la Chambre des députés élus au suffrage universel. Néanmoins, les mouvements contestant la forme ethno-fédérale du régime et les politiques gouvernementales persistent, voire se sont développés ces dernières années. Les manifestations organisées par les partis d’opposition depuis 2013, un an après la mort de Meles, ont par exemple représenté les premières initiatives de ce type depuis 20051 . L’Éthiopie sans Meles est donc certes une Éthiopie sans opposant au Parlement, mais il ne faudrait pas sous-estimer leur potentiel en matière de contestation, voire de protestation. Outre l’opposition jouant le jeu des élections pacifiques, on pourra également s’interroger sur d’autres formes de protestation en se penchant notamment sur les origines, la composition et le rôle joué par les mouvements armés d’opposition.

La notion même de « mobilisation » révèle la persistance de l’idéologie « démocratique révolutionnaire » de l’EPRDF. Elle relève en effet d’une logique par le haut, c’est-à-dire organisée par le gouvernement. Il en est de même pour l’idée de « participation », qui semble surtout se référer à une contribution de chacun au projet politico-économique défini par l’EPRDF. De ce point de vue, on peut se demander si les grandes lignes du programme élaboré par Meles Zenawi au début des années 1990 (voire avant) demeurent identiques, et interroger le degré de continuité du Democratic Developmental State de la dernière décennie (Lefort 2012 ; Planel 2014 ; Gagliardone 2014 ; Emmenegger 2015).

La mise en œuvre pratique de l’État développemental éthiopien invite en effet à mener des recherches qui ne peuvent se réduire à l’héritage de Meles. Comment fonctionne l’État développemental en action lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre concrètement le National Growth and Transformation Plan (GTP I, 2010-2015) ou de négocier le GTP II ? Comment les agents de l’État mettent-ils en œuvre ces projets, et comment jouent-ils de leur position officielle entre le local et l’État central (réforme foncière, projets d’irrigation, agriculture) ? Quelles sont les implications de ces projets en termes de répartition des pouvoirs des régions fédérées ? Quelles sont les implications concrètes d’un projet économique développementaliste articulé à des modes de gouvernement autoritaire ?

L’Éthiopie sans Meles est aussi une Éthiopie qui continue de diversifier ses partenaires internationaux. La Russie, la Turquie, l’Inde, Israël, l’Arabie Saoudite, et bien sûr les partenaires asiatiques à la tête desquels la Chine, ne sont pas des nouveaux acteurs en Éthiopie. Mais le développement de leurs activités peut signifier l’éloignement d’autres partenaires comme les pays de l’Union européenne. Les États-Unis demeurent, quant à eux, en dépit des critiques récurrentes du State Department sur la situation des droits de l’Homme dans le pays, un partenaire stratégique de poids, notamment en matière de lutte anti-terroriste dans la région. Les évolutions au sein du Front au pouvoir ont-elles eu un impact sur ces logiques d’extraversion ? Et si oui, comment cela s’est –il exprimé ?

L’Éthiopie représente en effet le grand pays stable de la Corne de l’Afrique, et surtout le plus interventionniste. Les troupes éthiopiennes sont présentes dans la région soudanaise d’Abyei (où le contingent de 4000 hommes de la FISNUA sous mandat de l’ONU est composé presque uniquement de soldats éthiopiens), au Darfour, au Soudan du Sud, ou encore en Somalie où plus de 4000 hommes ont récemment intégré la mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM). L’Éthiopie reste pourtant moins touchée par les attentats (notamment Shebaab) que ses voisins kényan et ougandais, ce qui est sans doute en grande partie dû à l’efficacité de ses services de renseignements. On pourra s’interroger sur les conséquences de la mort de Meles en termes de politique régionale. L’intégration des troupes éthiopiennes dans l’AMISOM en 2014 est un événement inédit pour ce pays qui était toujours intervenu de façon unilatérale et indépendante chez son voisin. De plus, il faut plus que jamais se pencher sur les relations entre Addis-Abeba et Asmara à l’heure où des éléments partisans d’une politique plus offensive vis-à-vis de l’Érythrée pourraient prendre de l’importance au sein de l’EPRDF, et où les mouvements armés d’opposition éthiopiens affirment désormais disposer d’une armée de plusieurs milliers d’hommes en Érythrée, juste de l’autre côté de la frontière.

Considérer l’Ethiopie sans Meles par le prisme de l’épreuve nécessitera d’articuler les niveaux micro et macro d’une part, avec le temps long et le court terme d’autre part. Seront particulièrement bienvenues les contributions adoptant un regard situant historiquement les épisodes de flottement, d’inquiétude (ou au contraire l’absence de flottement et d’inquiétude) au sein des organisations étatiques et non-étatiques. On appréciera également une réflexion sur les façons dont Meles s’impose, après un long règne, aux côtés des personnages historiques de l’Etat « millénaire », et ce que cela nous enseigne sur les imaginaires nationaux.

Les contributions à partir des thèmes suivants peuvent être envisagées :

  • Les ajustements au sein du Front au pouvoir : redéfinition des rapports de forces entre composantes du TPLF ; évolutions idéologiques de la « démocratie révolutionnaire au democratic developmental state; héritages de Meles Zenawi et épreuves familiales.
  • Les agences de l’Etat : regards sur les administrations révélant les logiques de l’Etat « en action » (à des niveaux administratifs variés) ; réforme foncière, agriculture, économie d’élevage, monde vétérinaire ; Politiques patrimoniales.
  • Le rôle de l’armée et des instruments de sécurité dans l’Ethiopie post-Meles ; déterminants des engagements militaires extérieurs ; évolution du rôle de l’Ethiopie dans la région.
  • Aux marges de l’Etat : quelles opportunités pour les opposants ; Formes du militantisme ; Portraits de militant.e.s ; Religion et politique : le régime laïc à l’épreuve.

Calendrier

30 octobre 2015 : envoi des propositions d’article (1 page maximum) à Jean-Nicolas Bach (jeannicolas.bach@scpobx.fr)

10 novembre 2015 : notification aux auteurs des propositions retenues

25 janvier 2016 :  envoi des articles retenus par le comité de rédaction de la revue (50’000 signes, espaces et notes de bas de page compris)

15 avril 2016 :  envoi des versions finales des articles retenus par le coordinateur et le comité de rédaction

Le dossier sera publié dans le numéro de juin 2016.

Les contributions et résumés peuvent être soumis en français ou en anglais. La publication finale sera en français.

Bibliographie indicative

Jon Abbink & Tobias Hagmann (eds.), « Twenty Years of Revolutionary Democracy », Journal of Eastern African Studies, vol. 5, Issue 4, December 2011.

Yannick Barthe, Damien le Blic, Jean-Philippe Heurtin, Eric Lagneau, Cyril Lemieux, Dominique Linhardt, Cédric Moreau de Bellaing, Catherine Rémy, Danny Trom, « Sociologie pragmatique : Mode d’emploi », Politix, 2013, 3/103, p. 174-205.

Rony Emmenegger, « Decentralization and the local developmental state: Peasant mobilization in Oromia, Ethiopia », Africa, Forthcoming.

Iginio Gagliardone, « New media and the Developmental state in Ethiopia », African Affairs, 113/451, 2014, p. 279-299

René Lefort, « Ethiopia: Meles Rules From Beyond the Grave, but For How Long ? », Open Democracy, 26 novembre 2012, www.opendemocracy.net/opensecurity/ren%C3%A9-lefort/ethiopia-meles-rules-from-beyond-grave-but-for-how-long

Thomas Osmond & Cedric Barnes (dossier dirigé par), « Éthiopie : Le Fédéralisme en question », Politique africaine, n° 99, 2005.

Sabine Planel, « A view of a bureaucratic developmental state: local governance and agricultural extension in rural Ethiopia », Journal of Eastern African Studies, 8 (3), 2014, p. 420-437.

Gérard Prunier & Eloi Ficquet (eds.), Understanding Contemporary Ethiopia, Monarchy, Revolution, and the Legacy of Meles Zenawi, Hurst, London, 2014.

Giovanni Sartori (1976), Partis et systèmes de partis. Un cadre d’analyse, Editions de l’Université de Bruxelles, 2011.

En 2005, deux grandes coalitions d’opposition avaient remporté environ un tiers de sièges à la Chambre basse à l’issue des élections, et qu’une partie de l’opposition s’était engagée dans un bras de fer avec le gouvernement qu’elles accusaient d’avoir truqué le scrutin, provoquant des manifestations et une répression sanglante, avec près de 200 manifestants tués (chiffre officiel) et plusieurs milliers d’activistes et sympathisants arrêtés).

  1. En 2005, deux grandes coalitions d’opposition avaient remporté environ un tiers de sièges à la Chambre basse à l’issue des élections, et qu’une partie de l’opposition s’était engagée dans un bras de fer avec le gouvernement qu’elles accusaient d’avoir truqué le scrutin, provoquant des manifestations et une répression sanglante, avec près de 200 manifestants tués (chiffre officiel) et plusieurs milliers d’activistes et sympathisants arrêtés). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *