Saharan Jews and the Fate of French Algeria, lu par Thomas Serres

9780226123745STEIN ABREVAYA (Sarah), Saharan Jews and the Fate of French Algeria, Chicago, The University of Chicago Press, 2014, 272 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2015/2 (N° 138).

Sarah Stein, professeur d’histoire à l’université de Californie à Los Angeles et figure bien connue des Jewish Studies, propose dans cet ouvrage une histoire de l’Algérie coloniale en s’intéressant à une population très minoritaire, celle des juifs habitant le Sahara. En se concentrant sur la communauté établie à Ghardaïa, dans le Mzab, elle nous plonge dans une chronique de l’inégalité de statut s’étendant de 1882 à 1962, rythmée par les tâtonnements des administrateurs français et la production d’images mythiques légitimant la sujétion des colonisés. Ce livre très documenté s’appuie sur un travail d’archive dense. En utilisant pétitions et correspondances, Stein fait entendre la voix de ces juifs qui se heurtent à un droit colonial erratique, mais essayent aussi d’en tirer profit individuellement et collectivement. Le prologue et l’épilogue offrent un aperçu de cette quête de documents visant à restituer fidèlement l’histoire d’une communauté tout en révélant les interventions des administrateurs. Pour clore l’ouvrage, Sarah Stein réussit à se servir de l’absence des registres rabbiniques recherchés pour réaffirmer le rôle de l’administration française dans la création d’une catégorie de « juifs indigènes » soit­disant issue du passé (p. 156). Saharan Jews s’inscrit dans une historiographie américaine de l’Algérie coloniale déjà riche, qui s’attache à comprendre l’articulation entre les pratiques administratives et militaires de l’occupant français et les formes culturelles et symboliques de sa domination. Stein s’appuie donc sur les travaux de référence de Patricia Lorcin, Benjamin Brower ou encore George Trumbull. Certes, elle emprunte des sillons théoriques déjà bien creusés, mais cela n’enlève rien au sérieux de l’enquête et à l’intérêt de son objet. De surcroît, l’ouvrage apporte sa pierre à l’historiographie de l’exception légale en situation coloniale, en mettant en lumière les mécanismes d’exclusion, les définitions changeantes des statuts et l’adaptation des différents échelons de l’appareil étatique, à l’instar par exemple des travaux de Laure Blévis ou d’Emmanuel Blanchard.

L’ouvrage est organisé sous la forme de six chapitres chrono­thématiques. Dans l’introduction, Sarah Stein présente son argument principal, à savoir que la différenciation de la communauté du reste de la population algérienne est « le produit de quatre­vingts années de lois coloniales et de politiques militaires françaises dans le Sahara » (p. 5). Le premier chapitre débute en 1962 et présente le parcours de Lloyd Cabot Briggs, anthropologue américain dont l’ouvrage sur les juifs de Ghardaïa a longtemps fait référence. En révélant les compromissions et les méthodes dérangeantes de Briggs, Stein décrit la production de l’image d’une tribu juive perdue devant être sauvée par les administrateurs français. Pour comprendre comment une population jadis bestialisée est désormais vouée au rapatriement en métropole, elle propose de revenir aux origines de la présence coloniale dans la région. Le second chapitre décrit donc la naissance de dispositifs hybrides, mêlant influences ottomane et française, qui façonnent cette catégorie d’indigènes après l’annexion du Mzab en 1882. Alors que les juifs du Nord de l’Algérie se sont vus proposer la naturalisation, ceux du Sud se trouvent assujettis à un « statut personnel mosaïque ». D’emblée, cette division légale abrupte se heurte à la réalité des liens anciens unissant les espaces et les communautés. Le chapitre suivant montre l’émergence des « typologies économiques et culturelles qui fournirent une validation conceptuelle des politiques » (p. 58). Ainsi, pour justifier la ségrégation spatiale, les juifs apparaissent comme des étrangers répugnants accueillis par des Mozabites culturellement supérieurs. Pendant l’affaire Dreyfus, la communauté devient le repère d’usuriers immoraux sapant les efforts « généreux » des Français en faveur des musulmans.

Le quatrième chapitre révèle les tensions liées à la relation verticale entretenue avec l’État français. Au début du xxe siècle, la conscription ou la prise en charge des membres de la communauté par des médecins militaires se heurtent aux réticences des autorités d’occupation. Stein montre comment droits et devoirs deviennent l’objet de négociations, traduisant le flou qui entoure le statut des juifs du Sahara. Couvrant la période tumultueuse qui va jusqu’au début de la guerre d’indépendance, le chapitre suivant souligne la séparation des trajectoires historiques liée à l’inégalité de statuts. Les juifs du Sahara voient par exemple leur relation légale à l’État français quasiment inchangée sous Vichy, alors que leurs homologues du Nord sont déchus de leur citoyenneté. Après la guerre, les rapports s’inversent quand les seconds recouvrent leur nationalité tandis que les premiers sont confirmés dans un statut d’indigènes. En montrant les débats en son sein, Sarah Stein fait sentir le caractère incertain de la relation de l’État colonial à ses sujets. Si l’ultime chapitre revient sur le rapatriement des juifs du Sahara, c’est pour souligner l’indétermination qui caractérise le processus. « À l’ère de la décolonisation, [les juifs du Sahara sont] réinventés comme des citoyens français et des pieds­noirs » (p. 119). La découverte du pétrole et l’indépendance à venir de l’Algérie poussent en effet à une révision des catégories légales créées durant la conquête. La capacité de l’État à transformer sa réalité s’exprime alors par la délivrance de certificats de naissance rétroactifs et la création d’un état civil se substituant aux registres rabbiniques.

En conclusion, Sarah Stein montre néanmoins que les autorités françaises continueront de se heurter à l’héritage de cette inégalité de statut après la décolonisation. Créée à la faveur d’un processus de conquête en constante reformulation, la catégorie donne encore des migraines aux uns et aux autres après 1962. Il est tentant alors de faire disparaître cette histoire coloniale de l’inégalité, pour effacer la honte et les innombrables contradictions. De ce point de vue, tout travail de la trempe de celui de Sarah Stein est une initiative salutaire.

Thomas Serres

Université Jean Monnet, Saint­Étienne, Département d’Études Politiques et Territoriales


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search