L’« étranger » en Côte d’Ivoire. Crises et controverses autour d’une catégorie sociale, lu par Armando Cutolo

indexBABO (Alfred), L’« étranger » en Côte d’Ivoire. Crises et controverses autour d’une catégorie sociale, Paris, L’Harmattan, coll. « Afrique : politiques publiques, sécurité, défense », 2013, 296 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2015/2 (N° 138).

Dans sa préface à cet ouvrage, Yvan Droz souligne le courage de l’auteur qui aborde la question des étrangers en Côte d’Ivoire. Il s’agit effectivement d’un thème qui, encore aujourd’hui, peut entrainer le chercheur, surtout s’il est Ivoirien, dans un débat dont les termes sont réduits à des positions partisanes. Nous voudrions, pour notre part, souligner un autre type de courage : celui d’aborder à nouveau un sujet qui a déjà fait couler beaucoup d’encre. À partir des années 1980, plusieurs recherches historiques et anthropologiques ont montré comment la question des étrangers et des « allochtones » doit être replacée dans le contexte des politiques de mise en valeur et de développement territorial différentiel conçues par l’« État planteur » (houphouëttiste, mais, bien avant, colonial) : des politiques où un Nord « voltaïque » fournisseur de main­d’œuvre était orienté vers un Sud forestier à mettre en valeur (voir Jean­Pierre Chauveau et Jean­Pierre Dozon). D’autres recherches plus récentes (d’Ousmane Dembélé, Marc Le Pape, Claudine Vidal, par exemple) nous ont montré comment ces mêmes catégories ont été transformées pendant la crise.

Tous les travaux ici évoqués ont partagé une focalisation sur la dialectique entre le « haut » et le « bas » − voire « l’État ethnographe » et la société civile − en tant que dispositif de production sociale des catégories d’identité. Le livre d’Alfred Babo s’intègre dans ce panorama très dense avec une analyse de la construction « par le haut » de la catégorie sociale d’étranger. Il nous propose une analyse des différentes politiques qui ont été mises en œuvre depuis l’indépendance pour gérer (mais souvent pour éviter de gérer, comme cela apparaît dans l’ouvrage) les flux migratoires et la présence d’une importante partie de population étrangère dans le pays.

Babo a travaillé sur les documents administratifs, les discours des hommes politiques, les lois, les comptes rendus des débats parlementaires où il a pu décrypter la transformation de la gestion houphouëttiste des étrangers − informelle, « utilitaire » (p. 27) et paternaliste – en une instrumentalisation « ivoiritaire » des années 1990 ; et ensuite, dans les années 2000, dans des politiques d’immigration « infléchies dans une logique de repli identitaire ». Si cette analyse des discours et des dispositifs légaux ne peut pas, à notre avis, « expliquer » (p. 28) causalement la crise comme l’auteur le voudrait, elle a néanmoins les mérites d’une évaluation analytique des outils législatifs impliqués dans ce domaine.

Le livre est structuré en trois parties. La première (« La politique informelle de construction de la nation ivoirienne ») est consacrée à une analyse du paternalisme de Félix Houphouët­Boigny et du rôle qu’il accordait aux étrangers dans sa vision du développement du pays. Certes, il s’agit, d’un thème bien connu de l’historiographie ivoirienne. Toutefois, la reconstruction proposée par Alfred Babo des débats à l’intérieur du PDCI et des vicissitudes du code de la nationalité dans cette période contribue à une évaluation ultérieure de ce moment historique, approfondissant aussi certains aspects des rapports entre extraversion et nationalisme. La deuxième partie (« Instrumentalisation des préjugés ethniques locaux dans la lutte pour le pouvoir »), en revanche, tourne malheureusement le dos à cette démarche. On y trouve une approche instrumentaliste articulée à des concepts provenant de la psychologie sociale, qui ne produit pas de nouveautés pour notre connaissance des dynamiques identitaires de la crise. La troisième et la plus importante partie du livre (« Crises de l’État et inflexions nationalistes des politiques de l’étranger ») revient à l’analyse des politiques publiques. La crise économique et la création, en 1990, de la carte de séjour d’étranger par le gouvernement Ouattara ; la crise en milieu rural, l’ivoirité, les nouvelles lois foncières en 1998 ; la translation idéologique du Front populaire ivoirien du nationalisme à la xénophobie ; les vicissitudes du code électoral et la naissance de l’Office national d’identification en 2001 ; l’enrôlement sur les listes électorales qui a conduit aux élections de 2010 et l’instrumentalisation de la nationalité, prise en otage par les compétiteurs politiques : tous ces faits et ces dynamiques conflictuelles ont été repris et réanalysés par Alfred Babo sous l’aspect des politiques visant spécifiquement à régler et à gérer la présence étrangère en Côte d’Ivoire. Il en ressort une image précisée des contours législatifs et institutionnels, qui contribue à approfondir notre connaissance de la longue crise ivoirienne.

Armando Cutolo

Université de Sienne


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search