Redfield, 2013, Life in Crisis. The Ethical Journey of Doctors Without Borders, lu par Elsa Rambaud

9780520274853REDFIELD (Peter), Life in Crisis. The Ethical Journey of Doctors Without Borders Berkeley, University of California Press, 2013, 298 pages. Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2015/2 (N° 138).

Professeur d’anthropologie à l’université de Caroline du Nord à Chapel Hill, Peter Redfield a étudié l’ONG Médecins sans frontières (MSF) pendant plus de dix ans et de près : en s’immergeant dans ses programmes en Ouganda, dans les principaux sièges du mouvement et dans sa littérature. Life in crisis rassemble la plupart des travaux publiés depuis 2005 à partir de cette enquête multi­située et les replace dans une réflexion sur la mise à l’épreuve par MSF d’un principe apparemment simple : « les vies méritent d’être sauvées ».

Dans la première partie, « Terms of engagement », le chapitre 1 (« Time of Crisis ») pose les termes de la « biopolitique minimale » de MSF et la centralité de l’idée de crise en son sein. Le chapitre 2, « A secular value of life », revient sur les deux premières décennies d’un mouvement (1970­1990) tranchant avec l’humanitarisme d’un Henri Dunant et d’un Albert Schweitzer. La seconde partie est consacrée aux ambitions mondiales de MSF. Le chapitre 3, sans doute le plus original et riche d’exemples savoureux, revient sur la codification logistique de MSF, ses kits et principes directeurs, compris comme les instruments d’une mobilité vitale. Le chapitre 4 décrit les pratiques différenciées du témoignage et les limites du principe de neutralité pour esquisser une figure du « témoin moral ». Le chapitre 5, « Human Frontiers », s’intéresse aux clivages inhérents à l’action humanitaire (tensions autour du caractère néocolonial de l’action, entre volontariat et engagement, etc.). On en retiendra les observations instructives sur le positionnement complexe du personnel national de MSF et sur les évolutions du personnel expatrié, sa féminisation notamment. La troisième partie traite de la question des « limites » de l’action d’une ONG médicale d’urgence : le « problème du triage » en termes de terrains d’intervention et surtout de sélection des patients éligibles (chapitre 6) puis la gestion délicate des maladies de longue durée, le VIH principalement (chapitre 7).

Le chapitre 8, « Verges of Crisis », se recentre sur le terrain ougandais dont on comprend un peu mieux l’attrait pour les humanitaires depuis la chute d’Amin Dada. Pour des raisons politiques (stabilité gouvernementale et « tensions ethniques parmi les plus discrètes » du continent), matérielles (existence d’infrastructures hospitalières ou d’une politique « modèle » de prévention du VIH), linguistique (domination de l’anglais) autant que géostratégiques (possibilité de base arrière pour le Soudan, la République démocratique du Congo ou le Rwanda), ce pays, à la charnière des Grands Lacs et de la Corne de l’Afrique, offre en effet un terrain humanitaire de premier choix. Enfin, dans « Action Beyond Optimism », l’auteur interroge la gestion de l’« espoir » – qui ne parle guère, en ces termes, aux acteurs de MSF − pour en revenir à leur ambition d’incarner un « humanitaire modeste ».

Complétée depuis par le livre de Renée C. Fox, Doctors Without Borders : Humanitarian Quests, Impossible Dreams of Médecins Sans Frontières, publié en 2014, cette première ethnographie de MSF en langue anglaise, à l’écriture généreuse, offre une vue synthétique des activités et des réflexions des principales sections (française, belge, hollandaise et suisse) du mouvement. Elle risquera cependant de décevoir le lecteur déjà familier du milieu humanitaire et de MSF.

L’approche combine une temporalité longue (celle de l’histoire de MSF et de ses « antécédents » humanitaires) et un ensemble de vignettes empiriques révélatrices des tensions afférentes à une intervention de secours vital. L’analyse de la « Vie en crise » suit avec Michel Foucault, Didier Fassin ou Giorgio Agamben des chemins bien balisés et sans doute un peu trop pour le lecteur au fait des réflexions humanitaires. Surtout, la manière de connecter une analyse située des opérations éthiques de MSF à une réflexion élargie sur les formes de biopouvoir s’avère parfois déconcertante dans les cadrages conceptuels et/ou généalogiques encadrant les différents chapitres. Il n’est pas sûr que la gestion quotidienne de la vie et de la mort par les équipes de MSF, minutieusement restituée, gagne en clarté à être mise en perspective (à partir d’une définition interne de l’humanitaire comme « refus du sacrifice ») avec un « rite sacrificiel » au sens de Marcel Mauss. On peut également regretter que l’auteur identifie en Zola ou Camus les filiations de l’« éthique du refus » sans s’arrêter suffisamment sur la manière dont MSF en a fait un marqueur identitaire, ses relations concrètes avec des intellectuels contemporains ou le rôle de ses propres théoriciens. C’est d’ailleurs ce travail de théorisation de la pratique humanitaire qui explique, en partie, la préférence de MSF pour les contextes de « crise » (abordés dans le chapitre 1) et la centralité des interrogations sur les « limites » de son action, de sorte qu’on a là un maillon manquant pour pleinement comprendre la dernière partie de l’ouvrage (« Testing limits »).

La seconde tension du livre tient, pour le dire dans les termes de l’auteur, à l’« approche descriptive » privilégiée dans ce Bildungsroman dont MSF est le principal protagoniste. Peut­être pour échapper à « l’égal inconfort de la critique et de l’hagiographie » en travaillant sur une ONG caractérisée par une puissante réflexivité (p. 4), le propos reste parfois à la surface des nombreuses dimensions de son travail et/ou captif des discours et de la représentation, souvent critiques, de ses porte­parole. Affirmer que la collection « Prises de parole publiques » de MSF­France « n’est pas un principe directeur prescriptif » (p. 109) en matière de témoignage revient à manquer la singularité de l’écriture de l’histoire et de l’enseignement éthique dans cette institution critique. Parler de la « réversibilité » de la générosité des donateurs (p. 91) fait peu de cas de la réalité de cette relation et des techniques introduites par l’ONG pour pérenniser ses soutiens, analysées par Sylvain Lefèvre. Les apports du travail humanitaire manquent aux réflexions sur ce que signifie être un « vrai médecin » ou un professionnel de l’humanitaire. De ce point de vue, Life in crisis aurait gagné en épaisseur à mobiliser davantage, au­delà de quelques références aux travaux de Pascal Dauvin et Johanna Siméant, la sociologie politique francophone.

Elsa Rambaud
CESSP/ Paris I


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.