T. Struye De Swielande, La Chine et les grandes puissances en Afrique. Une approche géostratégique et géoéconomique, lu par Yves Gounin

lecture chineSTRUYE DE SWIELANDE (Tanguy), La Chine et les grandes puissances en Afrique. Une approche géostratégique et géoéconomique, Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2010, 196 pages.

Le temps n’est plus où l’Afrique constituait la chasse gardée des anciennes puissances coloniales. Avec la guerre froide, elle avait fait son entrée dans le « Grand Jeu international » pour devenir un terrain d’affrontement par procuration des deux « Super-Grands ». Mais, depuis une dizaine d’années, on y assiste à un phénomène nouveau : la présence accrue des puissances émergentes. L’activisme de la Chine, de l’Inde, du Brésil ou de la Turquie marque d’autant plus les esprits que ces puissances n’entretenaient jusque -là que des relations ténues avec l’Afrique.

Professeur à l’Université catholique de Louvain et aux Facultés universitaires catholiques de Mons, Tanguy Struye de Swielande passe en revue les engagements de ces nouveaux acteurs. L’énumération est parfois fastidieuse : la documentation dont s’est entouré l’auteur est impressionnante mais l’utilisation scolaire qu’il en fait ne brille guère par son originalité. Tanguy Struye de Swielande a certes le mérite de donner à connaître des pays que les études africaines ignorent largement : l’Inde, le Brésil, mais aussi la Turquie ou l’Iran. Cependant, les développements qu’il consacre à l’Europe et aux États-Unis n’apportent rien de nouveau. Et ceux, attendus, sur la Chine frustreront le lecteur qui trouvera ailleurs (on pense notamment au récent ouvrage collectif dirigé par Jean-Jacques Gabas et Jean-Raphaël Chaponnière, Le Temps de la Chine en Afrique, Paris, Karthala, 2012) matériau plus roboratif.

Reconnaissons-lui toutefois le mérite d’éviter les ponts-aux-ânes que le sujet suscite trop souvent. On dit à tort et à travers que la Chine déploie en Afrique une stratégie prédatrice, qu’elle y a évincé les partenaires traditionnels du continent, que le « consensus de Pékin » sape les principes du « consensus de Washington ». Ce livre sait faire la part des choses.

Il souligne combien il serait paranoïaque de prêter à la Chine des vues prédatrices sur le continent africain. L’Afrique n’est pour le géant chinois qu’un champ d’expansion parmi d’autres, autrement moins important que l’Asie du SudEst ou que l’Asie centrale. Sans doute y cherche-t-elle des matières premières, des terres arables, des débouchés commerciaux. Mais l’intérêt qu’elle porte à l’Afrique reste marginal : ainsi continue -telle d’importer beaucoup plus de pétrole du Moyen-Orient que d’Afrique. L’existence d’une stratégie chinoise soigneusement planifiée relève d’autant plus du fantasme que la Chine, contrairement à l’image que l’on s’en fait, constitue de moins en moins un acteur unique, homogène. Tanguy Struye de Swielande démontre que la politique africaine de la Chine est le fruit d’arbitrages difficiles au sein de son immense bureaucratie (Conseil des Affaires d’État, ministères des Affaires étrangères et du Commerce, Eximbank…) et que les intérêts publics et privés y sont parfois en contradiction. L’auteur nous invite à ne pas surestimer la percée chinoise. Sans doute le commerce sino-africain a-t-il décuplé entre 2000 et 2010. Pour autant, l’Union européenne et les États-Unis restent les principaux partenaires commerciaux de l’Afrique. Il ne s’agit pas pour l’Afrique de substituer telle puissance à telle autre mais plutôt d’élargir et de diversifier ses relations commerciales.

La relation avec la Chine a eu, dans les premiers temps, les charmes de la nouveauté. L’auteur rappelle que certains pays africains y ont vu le moyen de s’affranchir des conditionnalités imposées par le « consensus de Washington ». Certains, parmi les plus rebelles à la légalité internationale (ainsi du Soudan ou du Zimbabwe), restent attachés à la stricte non-ingérence prônée par la Chine. Pour autant, les années passant, la coopération sino-africaine se banalise. Soucieuse de sa réputation, la Chine modère son soutien aux États parias. Quant aux États africains, ils déchantent progressivement face aux réalités d’une relation moins « gagnant-gagnant » qu’annoncée : mise en place d’un système d’échange néocolonial, non-respect des normes sociales et environnementales, concurrence de la main-d’œuvre chinoise importée…

Avec Tanguy Struye de Swielande, nous parions que la présence de la Chine en Afrique se banalisera avec le temps. Loin d’évincer les partenaires traditionnels, elle deviendra bientôt un partenaire parmi d’autres.

Yves Gounin


Vous aimerez aussi...