MOHAN, LAMPERT, TAN-MULLINS, CHANG (2014), Chinese Migrants and Africa’s Development. New Imperialists or Agents of Change ?, lu par Iginio Gagliardone

51oJDHMNdHL._SX317_BO1,204,203,200_MOHAN (Giles), LAMPERT (Ben), TAN-MULLINS (May) et CHANG (Daphne), Chinese Migrants and Africa’s Development. New Imperialists or Agents of Change ?, Londres, Zed Books, 2014, 192 pages. Compte rendu paru dans la Revue des Livres du N°138 de Politique Africaine.

Après l’ouvrage d’Howard W. French, China’s Second Continent, également publié en 2014, Chinese Migrants and Africa’s Development représente une nouvelle tentative importante de remise en cause des grands récits sur les relations entre la Chine et l’Afrique, et de lire la rencontre entre Chinois et Africains par le bas. Ces deux ouvrages partagent la même ambition de laisser l’empirie, plutôt que des idées préconçues, guider le débat, mais ont recours à des stratégies différentes pour parvenir à cette fin. L’ouvrage de French se déployait comme un carnet de voyage, rempli de rencontres avec des entrepreneurs et des petits commerçants chinois, au gré des errances de l’auteur à travers le continent, à la recherche d’histoires ayant échappé à des observateurs plus pressés. Chinese Migrants and Africa’s Development adopte plus clairement le langage et la structure des monographies académiques, avec leurs avantages et leurs inconvénients. L’ouvrage est le résultat d’une série de projets financés par le Conseil de la recherche économique et sociale (ESRC) du Royaume­Uni et porte la marque des études comparées bien policées. La sélection de sites d’étude au Ghana et au Nigeria en particulier offre une base riche pour comprendre les nuances entre les vies des migrants chinois en Afrique. Dans chaque pays l’équipe de recherche a conduit des enquêtes de terrain dans deux centres urbains, reliant les observations menées depuis les capitales économiques et administratives (Accra et Lagos) à d’autres conduites dans des villes plus reculées, où l’industrie manufacturière a rendu la présence d’usines et de migrants chinois particulièrement significative (Kano et Tema). Cependant, les effets de « signalisation » typiques d’une certaine prose académique, qui rappelle régulièrement aux lecteurs ce qu’ils viennent de lire et qui annonce ce qui va suivre, rompent parfois plutôt qu’ils ne fluidifient la narration.

Les chapitres 3 à 7 apparaissent les plus solides. Ils reposent largement sur des extraits d’entretiens, et mettent le lecteur directement au contact des voix des Chinois et des Africains, de leurs espoirs et motivations, mais aussi de leurs préjugés et de leurs peurs. Ce choix, dans la présentation des matériaux, permet la mise à disposition d’un récit très vivant de multiples pratiques caractérisant la présence chinoise en Afrique. Dans le chapitre 4, les auteurs offrent une description détaillée et bien informée des processus de recrutement au sein de différentes entreprises et des conditions de travail expérimentées par les Africains travaillant pour des compagnies chinoises, mais aussi de Chinois ayant migré en Afrique pour trouver du travail.

L’ouvrage parvient à peindre un tableau complexe des vies de migrants chinois en Afrique, en éclairant de manière nouvelle certains aspects des relations entre la Chine et l’Afrique qui ont été négligés, ou en fournissant de la matière empirique très utile qui vient confirmer et approfondir les considérations d’autres auteurs. La description de la manière dont des femmes chinoises ont trouvé leur place au sein de différentes entreprises, par exemple, offre de nouvelles perspectives pour comprendre comment la migration vers l’Afrique a ouvert des opportunités d’émancipation pour des femmes qui ne rentraient pas dans le rang en Chine. Des données nouvelles sont également mises à disposition pour comprendre comment les technologies de la communication créent des voies pour rester en contact avec des proches en Chine, mais aussi pour accéder à des informations déterminantes qui peuvent motiver la décision de partir pour l’Afrique. Il s’agit d’un ouvrage qui pourrait permettre à la fois aux sceptiques et aux enthousiastes des relations Chine­Afrique de se départir de positions trop rigides et de se plonger dans ce que ces flux de migration représentent dans les vies quotidiennes de Chinois et d’Africains.

Iginio Gagliardone

Université d’Oxford, Centre for Socio­Legal Studies


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search