Odile Goerg, Fantômas sous les tropiques. Aller au cinéma en Afrique coloniale , lu par Alessandro Jedlowski

couv-FantomasGOERG (Odile), Fantômas sous les tropiques. Aller au cinéma en Afrique coloniale, Paris, Vendémiaire, coll. « Empires », 2015, 288 pages. Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2015/2 (N° 138).

Au cours des trois dernières décennies, l’étude du cinéma a traversé une phase de profond renouveau, qui a amené les chercheurs à dépasser l’analyse textuelle, esthétique et historique des films pour s’intéresser d’avantage aux contextes et aux pratiques sociales liés à leur production, à leur circulation et à leur consommation. Dans ce cadre, la place des études sur l’introduction et la progressive affirmation du cinéma dans les empires coloniaux est restée, jusqu’ici, marginale. Cet ouvrage d’Odile Goerg, professeure d’histoire de l’Afrique contemporaine à l’université de Paris Diderot, contribue à inverser cette tendance, tout en participant à consolider un débat historiographique et anthropologique sur la place du cinéma dans l’Afrique coloniale – un débat né au cours des dernières années grâce au travail, entre autres, de Charles Ambler, James Burns, Laura Fair, Rosaleen Smyth, Brian Larkin et Odile Goerg elle-­même.

Conduire une recherche historique sur la place du cinéma dans les sociétés africaines de l’époque coloniale est une entreprise particulièrement ardue : les documents sont peu nombreux et ne montrent souvent que le point de vue des élites et des administrateurs européens. Comment donc se faire une idée des pratiques sociales qui se sont développées autour de l’introduction de cette nouvelle technologie ? Et comment rendre visibles les tensions qui ont animé les débats d’un public de plus en plus large et diversifié ? Goerg parvient à nous dresser un portrait dense et nuancé de cette réalité en basant son analyse sur une documentation vaste et multiple : des entretiens avec des personnes se souvenant de leurs premières rencontres avec le cinéma ; des romans et des films basés sur des récits de vie ; des rapports d’enquête officiels commissionnés par les autorités coloniales ainsi que des lois, des extraits de journaux et des correspondances privées. Sur la base de cette riche documentation, au cours des six chapitres qui composent cet ouvrage, on peut suivre au moins trois pistes d’analyse principales qui s’entremêlent, ainsi que la reconstruction chronologique de la relation entre cinéma, société et institutions au cours de plus de 60 ans de domination coloniale (de l’introduction du cinéma en Afrique à la fin du xixe siècle jusqu’aux années des indépendances).

D’abord, il y a la question de la relation entre administration coloniale et cinéma. Si les autorités, françaises comme britanniques, ont très tôt compris le potentiel du cinéma comme instrument d’éducation et de propagande, elles ont généralement été plus lentes à comprendre la force subversive de ce divertissement populaire. En ce sens, Goerg montre bien comment la censure devient de plus en plus rigide au fil des années, pour atteindre son apogée après la Deuxième Guerre mondiale, à une époque pendant laquelle les cinémas deviennent parfois des lieux de rassemblement pour les nouveaux partis indépendantistes et où les films sur la résistance antinazie en Europe, aussi bien que les westerns et les films policiers américains, offrent des modèles de rébellion parfois paradoxaux, mais néanmoins accessibles aux masses urbaines.

Ensuite, il y a la question du cinéma comme espace public, un espace qui reflète les ambiguïtés de la société coloniale. L’articulation de différents facteurs comme le prix des billets, la structure des circuits de distribution des films, le positionnement géographique des salles dans l’espace urbain, ou encore les détails architecturaux des salles elles­mêmes déterminent les possibilités d’accès du public, tout en reproduisant les hiérarchies raciales, économiques et de genre qui organisent la société coloniale. Il y a, cependant, dans cet ordre rigide, des situations de subversion inattendue, comme dans les petites salles des villes décentrées et loin de la côte où, en raison du contexte, le public est forcé de se mélanger le temps d’une projection.

Finalement, il y a les entrepreneurs (qui gèrent ces lieux publics tout en négociant leur espace d’autonomie à l’intérieur d’un cadre législatif envahissant) et les spectateurs (qui affluent de plus en plus nombreux pour assister à ce spectacle, symbole d’une modernité désormais à portée de main). Le livre de Goerg est particulièrement riche de témoignages et d’histoires individuelles, tirés des entretiens qu’elle a elle­même conduits au cours de plusieurs années de recherche sur ce sujet ou des récits de vie publiés tout au long du xxe siècle. Goerg nous amène ainsi à connaître, par exemple, les expériences d’Albert John Mensah, entrepreneur togolais actif à Lomé dans les années 1920, et Alfred J. Ocansey, nationaliste ghanéen devenu l’un des plus grands propriétaires de salles de cinéma dans le Ghana des années 1930, ou encore les histoires de Maurice Jacquin et Maurice Archambeau, les deux entrepreneurs d’origine française qui créèrent les deux plus grandes chaînes de cinémas et de distribution de films dans l’Afrique coloniale francophone, la Comacico et la Secma.

La région couverte par cette étude paraît très étendue : elle inclut les anciennes colonies françaises (Afrique occidentale française, Afrique Équatoriale française), une partie des anciennes colonies britanniques (notamment la Gold Coast et le Nigeria), le Congo belge, le Togo et le Cameroun. Ce choix est justifié par l’intention d’offrir un cadre comparatif de synthèse qui puisse contrebalancer le manque de documents détaillés, à travers l’adoption d’une perspective à la fois inclusive et multiple qui permet « de puiser à diverses sources [et] de multiplier les exemples » (p. 260). Le résultat est une étude remarquable qui, tout en se laissant lire facilement, permet d’accéder à une connaissance précise et nuancée de l’histoire du cinéma en Afrique au temps des colonies.



Citer ce billet
Léa Barreau Tran (2015, 20 septembre). Odile Goerg, Fantômas sous les tropiques. Aller au cinéma en Afrique coloniale , lu par Alessandro Jedlowski. Politique africaine. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sxsy

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search