Appel à Candidature – Chaire d’études africaines comparées – ACPA

acpaCHARE 

 APPEL A CANDIDATURE 

Programme tri-annuel (2016-2019) de formation à la recherche « Historicité et temporalités du politique en Afrique », Association des chercheurs de politique africaine (ACPA) et chaire d’Etudes africaines comparées (UM6P-Rabat).

L’Association des Chercheurs de Politique Africaine (ACPA) et la chaire d’Etudes africaines comparées (Université Mohammed VI Polytechnique, Rabat) lancent un appel à candidature pour un programme de formation à la recherche tri-annuel, de janvier 2016 à juin 2019, sur le thème : « Historicité et temporalités du politique en Afrique ».

Cet appel s’adresse à des jeunes chercheurs en sciences sociales, du master au post-doctorat, dont les travaux ou projets de recherche rejoignent cette thématique transversale. Le comité d’organisation souhaite privilégier des candidatures présentant des approches originales, sur des objets empiriques peu étudiés et/ou s’articulant à des perspectives théorico-critiques innovantes.

Ce faisant, l’objectif de ce programme est de constituer un groupe d’une vingtaine de jeunes chercheurs, sur une durée totale de trois ans, à raison d’une rencontre annuelle d’une semaine, au Maroc (première rencontre programmée au mois de janvier 2016). Ce groupe sera composé :

  • Pour un tiers, de participants inscrits dans des institutions universitaires et/ou de recherche en Afrique du Nord.
  • Pour un deuxième tiers, de participants inscrits dans des institutions universitaires et/ou de recherche en Afrique subsaharienne.
  • Pour un dernier tiers, de participants inscrits dans des institutions universitaires et/ou de recherche en Europe.

Encadrées par des chercheurs confirmés spécialistes de l’Afrique, ces rencontres ont vocation à susciter et accompagner le croisement des regards de jeunes chercheurs évoluant dans des univers sociaux, historiques et académiques divers, tout en participant à leur formation scientifique.

Leçons magistrales, ateliers méthodologiques et d’écriture, réflexions épistémologiques sur la démarche comparatiste et pluridisciplinaire, présentation de recherches en cours et de travaux exploratoires, etc. : l’ambition de ce programme est ainsi de créer un cadre interactif, où chacun-e sera en mesure de proposer, de partager et de discuter ses propres réflexions et expériences, en dialogue avec celles des autres participants.

Le fait d’inscrire ces rencontres dans une relative durée (au moins 3 ans), outre le renforcement des capacités de recherche individuelles et le décloisonnement des institutions et des savoirs, devra permettre l’élaboration d’initiatives plus ambitieuses et/ou pérennes : groupes de recherche, organisation de manifestations scientifiques d’envergure, publications collectives, etc.

Aspects financiers et matériels

Les structures universitaires des participants sélectionnés devront supporter le coût du transport et, le cas échéant, des formalités de visa d’entrée au Maroc, sauf pour celles et ceux dont les universités n’en ont pas les moyens. Le déplacement de ces derniers pourrait alors être pris en charge, après étude de leur situation, au cas par cas.

Les frais de séjour au Maroc seront intégralement pris en charge par la chaire d’Etudes africaines comparées (logement, nourriture, déplacements internes : transferts, visites éventuelles, etc.).

Conditions de candidature

Afin de vous porter candidat à ce programme, vous devez rassembler les conditions suivantes :

  • Etre inscrit ou affilié à une institution universitaire et/ou de recherche africaine (Afrique du Nord et subsaharienne) ou européenne.
  • Maîtriser le français comme langue de travail, et être en mesure de suivre une conférence en anglais.

Modalités de candidature

Pièces à fournir :

  • Un exemplaire de votre CV scientifique, mentionnant les publications éventuelles.
  • Une présentation de vos recherches en cours ou en projet (document de 3 à 5 pages).
  • Une lettre de motivation précisant, entre autres, la cohérence de vos travaux et intérêts de recherche avec la thématique transversale du programme « Historicité et temporalités du politique en Afrique ».
  • Pour les étudiants de Master et Doctorat : une lettre de recommandation du superviseur/directeur scientifique.

Ces documents (format word ou pdf) doivent être envoyés, par courrier électronique, au plus tard le 15 septembre 2015 aux membres du comité d’organisation :

Les structures organisatrices

  • ACPA :

L’Association des Chercheurs de Politique africaine (ACPA) est une association loi 1901 qui est depuis 1981 copropriétaire du titre de Politique africaine (http://polaf.hypotheses.org/) avec la maison d’édition Karthala. Politique africaine est une revue associative soutenue par plusieurs institutions académiques (le CNRS, le CERI, l’IMAF, le FASOPO à Paris, le LAM à Bordeaux en particulier) mais elle est indépendante de celles-ci. L’ACPA est composée d’environ 50 chercheurs, de toutes nationalités. Couvrant à peu près toutes les disciplines des sciences sociales et la plupart des pays du continent, l’ACPA est un centre de ressources intellectuelles pluridisciplinaires et un lieu de débat sur l’analyse du politique en Afrique. L’ACPA organise en collaboration avec le comité de rédaction de la revue des journées d’étude annuelle, des débats sur les grands enjeux de l’actualité et autour de livres de recherche. Elle s’implique davantage depuis quelques années dans l’organisation d’ateliers d’écriture à destination de doctorants et jeunes chercheurs aussi bien en France qu’en Afrique.

La chaire d’Etudes africaines comparées de l’Université Mohamed VI Polytechnique traite du continent dans son intégralité, et du rapport de l’Afrique au reste du monde qui a toujours caractérisé son histoire, au fil des siècles. Comparer les sociétés africaines entre elles en recourant aux grands questionnements des sciences sociales ; les comparer aux sociétés du globe en enrichissant les sciences sociales des questionnements spécifiques qu’elles inspirent aux chercheurs : telle est la double démarche de la chaire. Cette dernière s’inscrit donc dans la tradition de la sociologie historique et comparée du politique, entendue dans sa nécessaire pluridisciplinarité. D’une certaine manière, elle participe de ce que l’on appelle communément l’étude des « aires culturelles » (area studies), avec ce que cela comporte de rapport au terrain, de recours aux sources primaires, de prise en considération de l’historicité propre des sociétés. Mais elle refuse leur réification culturaliste et anhistorique, c’est-à-dire l’idée de leur exceptionnalité. Le double enjeu de cette approche est la recomposition de l’objet même du politique, à laquelle doivent concourir, bien au-delà de la seule science politique, l’ensemble des sciences sociales, et une réflexion renouvelée sur la délimitation des « aires culturelles ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *