Lieve Joris, 2014, Sur les ailes du dragon. Voyages entre l’Afrique et la Chine , lu par Léa Barreau

url10Alors que les sources littéraires sont trop rarement exploitées en sciences sociales, l’ouvrage de Lieve Joris, Sur les ailes du dragon. Voyages entre l’Afrique et la Chine, est un heureux cadeau pour la compréhension des rapports entre pays du Sud dans un contexte globalisé. Nourri des œuvres de Bruce Chatwin, V. S. Naipaul, Ryszard Kapuscinski, de Nicolas Bouvier et de Blaise Cendrars, l’écrivain belge Lieve Joris a roulé sa bosse dans la littérature de voyage. Dans ses récits, elle nous livre ses observations sans pudeur, révélant aux lecteurs ses déceptions et ses sentiments tout en s’effaçant pour laisser la parole à ses enquêtés.

Traduite du néerlandais pas Arlette Ounanian, l’écriture est sèche, directe et sans ornement. L’absence d’enjolivement donne à ce texte l’aspect d’un carnet de terrain égaré, retrouvé par hasard et publié tel quel. L’ouvrage est le fruit d’un travail d’enquête de plus de 18 mois entre Dubaï, Guangzhou, Beijing, Jinhua, Shanghai, Cape Town et Kinshasa, sur les traces de plusieurs personnages qui circulent entre ces espaces à la recherche d’opportunités économiques. Loin des macro-analyses sur les dynamiques politiques et économiques qui structurent les rapports entre l’Afrique et la Chine, le récit de Lieve Joris est un regard croisé sur l’expérience intime d’Africains vivant ou voyageant en Chine et de Chinois en Afrique. Tout aussi poétique que son titre, la couverture de l’ouvrage représente une femme africaine vêtue d’un pagne vert, munie d’un téléphone portable et portant sur sa tête un panier orné d’un curieux dragon vert. Au cœur de la thématique des relations Chine/Afrique, cette image symbolise les échanges commerciaux tracés par ces nombreux petits entrepreneurs africains et chinois qui explorent les niches du poor to poor (soit le commerce « entre pauvres et pour les pauvres »). On regrettera que le personnage féminin mis en avant sur la couverture disparaisse dans l’ouvrage ; les personnages rencontrés par l’auteure sont en grande majorité des hommes.

Tout commence dans une boutique de moto à Dubaï dans laquelle l’auteure retrouve deux commerçants indiens qu’elle avait connus en République démocratique du Congo (pays sur lequel elle a beaucoup écrit). Face à la réticence de ces commerçants à lui ouvrir leurs portes, elle change de cap et part à la rencontre des commerçants africains de la Chocolate City de Guangzhou en Chine. L’auteure suit par exemple le destin de Shudi, un étudiant chinois qui a vécu dix ans en Afrique du Sud, ou celui d’un Malien à Shanghai qui rêve d’industrialiser son pays, en commençant par faire de la farine de pois chiche… Elle rencontre encore dans une université de Jinhua une étudiante chinoise qui revient éblouie d’un voyage en Zambie.

Cette collection de destins donne à son œuvre l’impression d’une immense galerie de portraits, denses et vivants, qui nous parle des rapports à la fois d’attraction et de répulsion entre l’Afrique et la Chine. C’est donc un exemple d’histoire parallèle, construite sur les représentations d’une communauté sur une autre, qui se côtoient le plus souvent dans le cadre de rapports marchands et utilitaires. Les paroles rapportées des personnages de ce récit témoignent de l’ampleur des préjugés raciaux partagés par les deux bords. Pourtant, ces stéréotypes ne sont jamais une entrave aux négociations et Lieve Joris ne cesse de valoriser les ressemblances culturelles entre les deux aires dont les liens, dénués d’anciens rapports coloniaux, sont pour elle sources d’innovation et d’apprentissage mutuel.

L’ouvrage de Lieve Joris est très captivant de par sa méthode, qui s’adapte parfaitement aux exigences d’une enquête sur la mondialisation par le bas. Elle propose ici un projet littéraire qui s’apparente fortement à une enquête multi-sites qui joue vraiment le jeu : l’écrivain suit des destins de vie et adapte ses déplacements à ceux de ses enquêtés. En se laissant guider par ses personnages, Lieve Joris ouvre l’espace à l’inconnu, à l’inattendu : en d’autres termes, elle fait parler le terrain sans y imposer un cadre de pensée déterminé. Elle s’immisce avec talent dans l’univers aride du commerce international dans lesquels elle se fond en parfaite anthropologue.

Inspirant par de nombreux aspects, ce récit témoigne aussi des limites et des frustrations de l’enquête multisites sur les terrains mouvants et instables du capitalisme globalisé. La rapidité des échanges et des rencontres, les va-et-vient souvent furtifs ne laissent que des bribes d’histoires inabouties qui demanderaient à être davantage approfondies. Suivre ces trajectoires professionnelles mouvantes est donc un défi particulièrement difficile à relever pour le/ la chercheur(e) qui doit repenser ses méthodes d’enquête, pour saisir les nouvelles interconnexions entre des stratégies individuelles et les réseaux informels qui consolident ces échanges.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2015/1 (N° 137)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.