Eric Jennings, 2014, La France libre fut africaine , lu par Yves Gounin

url8L’historien Eric Jennings poursuit une œuvre d’une remarquable cohérence, à l’intersection de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, de l’histoire coloniale et des études africaines. C’est la lecture de Robert Paxton qui l’a poussé à s’intéresser à l’empire colonial français : le célèbre historien américain soutenait que Vichy disposait à l’égard de l’Allemagne d’une grande marge d’autonomie. Eric Jennings a cherché à tester cette hypothèse dans les colonies françaises, loin du joug allemand. Dans la thèse qu’il a soutenue à Berkeley en 1998 (publiée chez Grasset en 2004), il démontrait que Vichy avait mené, de sa propre initiative, une politique comparable à celle mise en œuvre en métropole : lois sur la jeunesse, mesures discriminatoires à l’égard des juifs ou des francs-maçons… Après s’être intéressé aux zones de l’empire restées fidèles au maréchal Pétain, il explore l’autre versant de l’histoire de la France coloniale durant la Seconde Guerre mondiale : celle des territoires ralliés à la France libre.

Le principal mérite de la scrupuleuse étude de Eric Jennings est de réhabiliter cette histoire méconnue. On fait souvent partir l’épopée de la France libre de Koufra en 1941 ou de Bir Hakeim en 1942, en plein désert de Libye, en oubliant le point de départ des hommes du maréchal Leclerc. On réhabilite, avec le film « Indigènes », l’armée d’Afrique composée essentiellement de soldats d’Afrique du Nord ralliés au général de Gaulle à l’été 1943, en omettant le recrutement de 17 000 Africains du sud du Sahara dans les rangs de la France libre de 1940 à 1943.

En juin 1940, la France libre est tout au plus un Appel, une vision prophétique sans doute, une poignée de combattants courageux. Mais elle ne dispose pas de territoires ni de matières premières et guère de légitimité. Avec quelques poches éparses de l’Inde et du Pacifique, l’Afrique-Équatoriale française (AEF) et le Cameroun vont fournir à la France libre cette base territoriale qui lui faisait défaut. Selon la jolie formule de Jean Lacouture, grâce aux Trois Glorieuses– ces trois journées des 26, 27 et 28 août 1940 qui virent les ralliements successifs du Tchad, du Cameroun et du Moyen-Congo – « de Gaulle a cessé d’être un squatteur sur les rives de la Tamise ». Le ralliement de ces territoires tint à un fil. Félix Eboué, au Tchad, ouvre la voie. Eric Jennings évoque le fait que l’AEF et le Cameroun dépendaient des colonies voisines (Nigeria, Congo belge), territoires hostiles à l’Allemagne, ce qui a facilité leur ralliement à la France libre, mais surtout la volonté d’une poignée d’hommes, quelques desperados gaullistes (René Pleven, André Parant, Claude de Boislambert, Edgard de Larminat) qui, non sans bluff ni ruse, persuadent les administrateurs de ces territoires de rejoindre la France libre en août 1940. Le ralliement du Gabon, plus poussif, attendra le mois de novembre. Alors que la France libre échoue piteusement à prendre Dakar ou Saint-Pierre-et-Miquelon et s’engage dans de funestes combats fratricides en Syrie et à Madagascar, l’AEF et le Cameroun constitueront, pendant trois ans, ses seuls territoires. Ils lui apportent ses combattants et ses ressources : l’or qui renfloue les caisses et le caoutchouc dont la production pallie la perte des territoires alliés en Asie du Sud-Est.

La France libre a-t-elle pour autant rompu avec les pratiques de la colonisation ? La mémoire instrumentalisée de la conférence de Brazzaville en 1944, puis celle du président de la République qui accorda aux colonies africaines leurs indépendances en 1960, accréditent la thèse rétrospective d’un gaullisme émancipateur. Or, les faits démontrent le contraire. La France libre a perpétué les pratiques coloniales de la IIIe République. Voire, elle les a aggravées au nom de l’effort de guerre. Elle pratiqua l’enrôlement forcé dans les campagnes. Elle soumit les Africains à des conditions de travail exténuantes pour exploiter l’or ou le caoutchouc.

Mais la « situation coloniale » n’est pas immobile. Si les colons européens semblent développer un sentiment de toute-puissance garanti par les impératifs de guerre, les Africains prennent d’autant plus conscience des injustices qui leur sont faites. Dix ans avant le Discours sur le colonialisme d’Aimé Césaire, ils portent plainte contre leurs tortionnaires qualifiés de « vichystes » ou de « nazis ». Le temps de l’émancipation n’est pas loin, favorisé tout à la fois par l’impact psychologique de la débâcle, le renversement brutal de l’ordre vichyste par un mouvement séditieux, la rupture avec la métropole, le « prix du sang » payé sur les champs de bataille…

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2015/1 (N° 137)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.