Saïd Bouamama, 2014, Figures de la révolution africaine, de Kenyatta à Sankara , lu par Jean Khalfa,

url4Cet ouvrage ressuscite le genre des Vies (Les vies des hommes illustres, recueils de vie de la Renaissance etc.). En des temps de grave crise financière, où « de nouvelles alternatives s’inventent, de nouvelles solidarités se créent, de nouveaux combats se préparent », l’auteur veut revenir sur ces « figures qui animèrent la révolution africaine » (p. 9) et faire revivre une période (entre les années 1940 et 1980) où l’on a cru possible un autre avenir que le capitalisme. Mais les dix personnages présentés sont aussi des figures hégéliennes incarnant les trois moments nécessaires d’une dialectique historique de désaliénation : 1) affimation identitaire et espoir d’une réforme du système colonial ou d’une transition pacifique à l’indépendance : Jomo Kenyatta, Aimé Césaire, Ruben Um Nyobè. Cette phase suscite une résistance telle des autorités coloniales qu’elle rend nécessaire 2) le recours à la « violence légitime » et la dissolution des cultures anciennes dans cette prise de conscience qu’est la guerre d’indépendance : Frantz Fanon, Patrice Lumumba, Kwame Nkrumah. Une fois l’indépendance juridiquement acquise s’ouvre, 3) la phase néocoloniale où, faute d’une révolution sociale, l’indépendance ne serait que répétition en farce des rapports de domination antérieurs, repeints au badigeon des affimations culturelles ou religieuses de la première phase. C’est le passage à l’anti-impérialisme internationaliste incarné par Malcolm X, Mehdi Ben Barka, Amílcar Cabral et Thomas Sankara. Tous sont indissolublement penseurs et acteurs et l’auteur s’attache à résumer très pédagogiquement leur pensée en l’inscrivant dans son contexte géo-historique par une préface générale à chaque partie.

Dans l’ensemble, les résumés sont excellents et nuancés (le chapitre sur la vie pourtant si récente de Sankara est un modèle), et nourris aux meilleures sources, même si l’on pourrait demander une mise à jour sur la négritude césairienne qui s’appuie sur des résumés datés et ne prend pas en compte la nouvelle édition de ses œuvres. Ou bien le fait que la contrainte du genre fait que la pensée d’Amílcar Cabral est réduite à un schéma assez pauvre (confirmant les réserves de Fanon), compensé par des adjectifs dithyrambiques sur sa rhétorique (p. 265-267). On peut se demander si la volonté de rendre aux sociétés africaines l’historicité que le marxisme leur aurait refusée, au nom de la liaison histoire/ lutte de classes, a attendu Cabral. En outre, dans un ouvrage aussi pédagogique, il faudrait inclure des cartes de la décolonisation africaine. Il ne s’agit pas seulement d’un panorama. Le schéma dialectique de la désaliénation, tel que Fanon l’a brillamment exposé, constitue le message principal du livre. Tous ces penseurs se sont détachés d’une élite assimilée, sont passés par une phase de vive revendication identitaire (négritude ou religion ou les deux), pour passer outre et mener finalement un combat universaliste (dans les cas de Kenyatta ou de Malcolm X, en fin de parcours). C’est en cela d’ailleurs que les textes de Cabral, refusant l’essentialisme culturaliste du retour à une Afrique idéalisée, sont remarquables de lucidité et salutaires dans le contexte contemporain. Du coup, le livre apparaît non seulement comme un viatique révolutionnaire à usage des jeunes générations, mais aussi, plus secrètement, comme avertissement et utile garde-fou et cela explique certains choix. Ainsi l’auteur se justifie-t-il d’inclure Malcolm X, surtout parce que son parcours reproduit le schéma assimilation/revendication identitaire (intéressant épisode des Black Muslims)/ anti-impérialisme internationaliste. Cela dit, à ce compte, la vie et l’œuvre de Claudia Jones auraient été plus intéressantes, et s’il fallait un(e) penseur(e) afro-américain(e) plus récent(e), Angela Davies aurait aussi fait l’affaire, d’autant qu’il n’y a aucune femme parmi ces figures. Dans l’ensemble, toutes les remarques dispersées ici sur les États-Uniens (du conflit W. E. B. Du Bois/ Marcus Garvey à Malcolm X, en passant par la Harlem Renaissance) auraient pu judicieusement faire l’objet d’une section séparée, utile non seulement par les similitudes mais aussi par le contraste qu’elle présenterait.

Un autre point commun à tous ces personnages est qu’ils sont morts jeunes, tragiquement, ou ont été vite écartés du pouvoir avant de mal tourner, serait-on tenté de dire en pensant à Sékou Touré. Ce n’est pas seulement anecdotique. L’auteur indique à juste titre qu’il s’agit aussi d’illustrer les difficultés d’une action historique authentique et se défend d’avoir composé un martyrologue. Néanmoins, en creux, un tel choix accréditera une vision tragique de l’histoire, allant peut-être contre le but annoncé de donner des modèles de pensée et d’action. Il n’en reste pas moins que présenter en si peu de pages ces vies remarquables et leur contexte, avec élégance et, dans l’ensemble, nuance et précision, est un tour de force à saluer.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2015/1 (N° 137)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.