Mohammed Hachemaoui, 2013, Clientélisme et patronage dans l’Algérie contemporaine , lu par Tarik Dahou

urlCe livre est particulièrement bienvenu tant le politique en Algérie a, jusqu’alors, été largement étudié sous l’angle exclusif du gouvernement central autoritaire et de son pendant populiste. Le fonctionnement du régime algérien est généralement analysé à l’aune des stratégies des élites qui gravitent autour de l’appareil administratif– certes, en tenant compte des soubresauts sociétaux et d’une adaptation à l’environnement international. Mais les scènes locales qui participent de la formation de l’État ont, elles, longtemps été occultées. Si les difficultés de réalisation d’enquêtes de terrain au cours des années 1990 ont produit, pour une grande part, cet aveuglement méthodologique, nul doute que le paradigme rentier a depuis contribué à cette faible attention portée aux dynamiques politiques locales. Tout l’intérêt de cet ouvrage est de saisir les trajectoires contemporaines du politique en Algérie, à partir d’un ancrage local qui dépasse les poncifs de l’autoritarisme et de la malédiction des ressources pour déceler les confrontations/collusions entre élites et arènes locales. La démarche de l’auteur privilégie une entrée par l’ethnographie du champ électoral sur plusieurs scènes pour analyser la sélection des leaders politiques au cours des scrutins législatifs. L’ouvrage se présente sous la forme d’un triptyque, dont chacun sert à rendre compte d’une des diverses normes qui structurent les interactions politiques.

La première partie porte sur la dimension tribale du politique, qui a été peu abordée et débattue en Algérie. La relégation de la tribu aux espaces géographiques et politiques périphériques, depuis la colonisation jusqu’au régime socialiste, n’a pas fait disparaître son rôle dans la formation des cliques politiques locales. Fort de ce constat, l’auteur s’attelle à une critique de la segmentarité pour saisir les rapports entre pouvoir central et tribus. Cette critique un peu éculée, étant donné l’abondance de la littérature anthropologique sur le sujet, aurait également pu gagner en acuité à partir d’un travail comparatiste plus poussé sur les rapports entre tribu et politique. Mais l’on ne peut reprocher ce fait à l’auteur, dont la discipline est la science politique : son tour d’horizon sert tout de même à contrer les arguments culturalistes de sa discipline, en dévoilant la relativité de la notion de tribu à travers l’histoire. Il appréhende ainsi la prégnance de la tribu dans le champ politique contemporain à partir d’une historicisation du phénomène tribal, en révélant, d’une part, l’érosion de ses institutions et d’autre part, son maintien comme idiome politique dans la symbolique du pouvoir et de la cohésion clientélaire.

Le second tableau que nous propose Mohammed Hachemaoui traite du champ religieux, et notamment confrérique, à partir d’une autre arène politique. Là aussi, son étude s’établit à partir d’une analyse historique du territoire pour restituer la reconduction de ses hiérarchies et notamment la pérennité des structures et concurrences confrériques dans les relations sociales et les compétitions locales. À partir de la confrontation des stratégies de campagnes de notables, il montre la persistance des allégeances religieuses dans la constitution des clientèles locales. Le patronage politique se révèle beaucoup plus efficace une fois qu’il emprunte les canaux confrériques et les symboles de la sainteté.

Le troisième tableau présenté par l’auteur traite de la politique de l’argent, notamment au moment des campagnes électorales. Il parachève ainsi l’analyse du clientélisme, en révélant sa décentralisation, avec l’arrivée sur la scène politique d’entrepreneurs évergètes, dont les intérêts convergent avec ceux des partis au pouvoir. On voit que, depuis les années 2000, des acteurs économiques se greffent aux luttes locales pour mieux les influencer et en tirer un retour sur investissement à plus long terme. Ces pages illustrent bien l’entrée de ces entrepreneurs au sein des instances parlementaires et leur influence croissante sur le politique local, malgré une indépendance vis-à-vis du centre politique plutôt fragile.

On identifie ainsi mieux les différents capitaux sociaux qui définissent les notabilités locales et comment ceux-ci sont mobilisés dans les compétitions électorales. Ces concurrences, caractérisées par une relative autonomie vis-à-vis de l’État central, évoluent également en fonction des tensions qui peuvent se révéler entre les centres de décisions et les arènes locales. L’apport de cet ouvrage est de dérationaliser le clientélisme, en inscrivant son analyse dans des réseaux de patronage aux trajectoires locales spécifiques, notamment en recourant à une analyse historique qui restitue la diversité des normes locales à la source des comportements clientélaires. L’auteur écarte ainsi tout déterminisme central autoritaire dans ces luttes et montre la permanence de structures de pouvoir, au-delà des sphères institutionnalisées du politique.

Le recours à la diversité des capitaux tribaux ou confrériques s’opère, d’après lui, selon des mécanismes de réinvention des traditions, mais qui semblent être davantage le produit d’une stratégie élitaire qu’une expérience sociale partagée par l’ensemble des électeurs ou militants. Il interroge peu la notion de mémoire dans la trajectoire du pouvoir local en lien avec l’État, notamment au niveau de la compétition décentralisée (Voir M. Abélès, Anthropologie de l’État, Paris, Payot, 2005). Il lui préfère une notion de réinvention de la tradition, dont on perçoit peu comment elle fonctionne dans les interactions entre notables et gouvernés, ce qui interroge finalement son efficacité politique.

Ces questions soulèvent, de fait, un problème de méthode lorsque l’auteur se veut l’adepte d’une ethnographie électorale, malheureusement cantonnée à des pratiques de mise en scène élitaire. Son analyse s’avère peu tournée vers les perceptions des autres acteurs que les élites, à l’égard de ces stratégies de campagne. En outre, du fait de la diversité des représentations qui peuvent se manifester dans ces performances (au sens anthropologique du terme), il eut été intéressant de recueillir les points de vue des gouvernés en dehors des moments électoraux. La question de la temporalité de la transaction politique pour cerner son contenu (matériel et immatériel) est effectivement des plus importantes dans l’analyse des rapports clientélaires (J.-L. Briquet, La Tradition en mouvement. Clientélisme et politique en Corse ; T. Dahou, Entre parenté et politique. Développement et clientélisme dans le delta du Sénégal), et aurait peut-être pu mieux éclairer le déroulement des événements politiques décrits par l’auteur.

On peut parfois s’interroger sur la réelle adhésion des acteurs à ces idiomes, surtout dans un pays où les résultats électoraux demeurent sujets à caution. On en vient encore plus à douter de la performativité des stratégies des élites lorsque l’auteur mentionne que des militants prennent parfois l’argent du travail de mobilisation au cours de la campagne, tout en négligeant de se rendre aux urnes le jour du vote. Les gouvernés semblent relégués à une grande passivité, alors que l’auteur n’a eu de cesse de révéler au cours de son ouvrage l’autonomie du local vis-à-vis des centres politiques. Autant de paradoxes, par rapport à ses propres thèses, qui mériteraient d’être résolus. Néanmoins, ils n’empêchent pas de reconnaître tout l’intérêt de cet ouvrage et son aspect inédit, en termes d’analyse des compétitions au sein du pouvoir local en Algérie.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2015/1 (N° 137)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.