Hommage : Disparition de Mathieu Hilgers

Mathieu Hilgers nous a quitté le 28 février 2015, une perte incommensurable pour sa famille, ses amis, ses collègues et pour les sciences sociales en général. Il fut, entre mille choses, un collaborateur régulier de Politique africaine. Mathieu était un jeune anthropologue belge de l’Université Libre de Bruxelles. Il était entré dans la recherche par une remarquable ethnographie à l’échelle de la ville1 . Koudougou, troisième ville du Burkina était alors son terrain qu’il avait arpenté dans tous les sens, s’inscrivant dans cette longue tradition de l’anthropologie urbaine de l’école de Manchester, dont le rêve d’approche totale était supposément rendue possible par la petite taille de l’échelle d’analyse. Il milita très tôt pour déplacer le regard loin des grandes métropoles, trop au cœur des attentions académiques et médiatiques, pour réhabiliter les villes secondaires dans l’analyse théorique, objet de plusieurs articles dont un paru dans nos colonnes en 2013 2  et d’un manuscrit inachevé dont il se demandait récemment si un éditeur serait intéressé, tant le sujet lui paraissait hors mode académique. Anthropologue de l’urbain, Mathieu fut aussi anthropologue du politique, sans doute nourri par sa triple formation de philosophe, de sociologue et d’anthropologue et par cet engagement ethnographique qui lui tenait tant à cœur. Il forgea ses armes dans le Burkina de Blaise Compaoré. Encore doctorant il devint, sans vraiment le vouloir, coordonnateur avec Jacinthe Mazzocchetti, du numéro de Politique africaine sur le Burkina en proie à la tourmente après l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, posant la question cruciale de la possibilité de la révolte et de la critique en contexte autoritaire 3 . Il s’engagea ensuite dans une réflexion plus large en devenant un promoteur des recherches pluridisciplinaires sur l’historicité de l’État et en replaçant l’Afrique au cœur des débats actuels sur le néolibéralisme planétaire 4 . Ces dernières années, Mathieu était en fait devenu un anthropologue mondialisé, socialisé à grande vitesse aux réseaux de la recherche anthropologique européenne (via l’APAD et University College London) et américaine (universités de Berkeley et de Harvard).

En un temps fulgurant, il devint simultanément un passeur de Pierre Bourdieu et un théoricien des sciences sociales, dialoguant avec Loïc Wacquant, Jean et John Comaroff 5 . Mathieu restait cependant un insatiable curieux, initiant des recherches dans les directions les plus variées (citoyenneté et autochtonie, sociologie de l’éducation, méthodes de l’anthropologie), sans vouloir en apparence n’en abandonner aucune. Son incroyable productivité force l’admiration tout en laissant songeur : son CV mentionne 46 articles et chapitres parus dans des ouvrages et des revues internationales en moins de dix ans sans compter les tâches d’enseignements, d’encadrement et les trois années passées sur différents terrains africains, une production qui augmente encore en 2013 et 2014 6 . Il n’y a évidemment pas d’explication monocausale à sa disparition : des failles intimes insondables se cachaient à l’évidence derrière l’être sociable, curieux, prêt à faire la fête, ouvert au monde et à la recherche des autres. Un rapport devenu compulsif au travail nous oblige néanmoins à interroger sur ce qu’induisent les pratiques du métier de chercheur dans un contexte internationalisé toujours plus compétitif, diffusant de manière imperceptible et en chacun de nous les normes du management universitaire et de la productivité. Mathieu avait 35 ans, il laisse une veuve, deux enfants et un vide désespérément immense pour tous ses amis.

 Laurent Fourchard

  1. Une ethnographie à l’échelle de la ville. Urbanité, histoire et reconnaissance à Koudougou (Burkina Faso), Karthala, Paris, 2009. []
  2. « À qui appartient la ville ? Urbanisme néolibéral et propriété dans trois petits centres urbains au Burkina Faso et au Ghana », Politique africaine, n° 132, 2013, p. 95-113. []
  3. « Burkina Faso : l’alternance impossible », Politique africaine, n° 101, 2006, p. 42-62. Voir aussi M. Hilgers et A. Loada, « Tensions et protestations dans un régime semi-autoritaire : croissance des révoltes populaires et maintien du pouvoir au Burkina Faso », Politique africaine, n° 131, 2013, p. 187-208. []
  4. « The Historicity of the Neoliberal State », Social Anthropology, vol. 20, n° 1, 2012, p. 20-94. []
  5.  M. Hilgers et E. Mangez, Bourdieu’s Theory of Social Field : Concepts and Application, Routledge, Londres, 2014 ; Conférence internationale « Theorizing the Social World from Africa : a Day with Jean and John Comaroff », organisée par Mathieu Hilgers, Université Libre de Bruxelles. Décembre 2014. []
  6. Quinze articles publiés dans différentes revues internationales. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.