N° 170 – Ordres et coercitions

Coordonné par Romane Da Cunha Dupuy et Lucie Revilla avec les contributions de Axelle Djama, Mariama Diallo, Thibaut François, Patrick Dieudonné Belinga Ondoua, Clémentine Racine, Carole Berrih, Clémentine Lehuger et Annélie Delescluse

La coercition s’exerce-t-elle en dehors du passage à l’action violente ? Comment s’incorpore-t-elle de façon concrète au quotidien des individus? Quels ordres
et hiérarchies participe-t-elle à produire ? Ce dossier documente le déploiement de la coercition en interrogeant le continuum de pratiques qui existe entre la violence et
le contrôle social. Les contributions qui éclairent cette interrogation portent sur des pratiques d’agents de l’État – dans des commissariats, des prisons ou parmi des écogardes (Somaliland, Niger, Sénégal) – et des participations de citoyens – via des mouvements vigilantes ou des corps de supplétifs (Mayotte, Burkina Faso). Elles saisissent aussi la diversité des formes quotidiennes et routinières de la contrainte, en étudiant les pratiques de surveillance, de répression et de résistance à l’échelle d’un quartier (Cameroun), de trajectoires individuelles (Tchad) ou de groupes (migrants au Maroc). Ainsi, par la diversité des terrains, des objets étudiés et des échelles et méthodes d’observation, le dossier interroge à nouveau frais les mécanismes de la domination.

 

Page 5 à 16
Page 17 à 40

Page 189 à 190

Page 192 à 193
Page 193 à 195
Page 196 à 197


Citer ce billet
vincentfoucher (2024, 15 janvier). N° 170 – Ordres et coercitions. Politique africaine. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vlke

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search