Introduction au thème: Guinée : éléments pour une topographie politique et morale, par Vincent Foucher, Joschka Philipps et Abdoulaye Wotem Somparé, Politique africaine n°169, 1/2023 (accès libre)

(c) Photo de couverture: Aurélien Gillier

 

Depuis plus de quarante ans, Politique africaine a publié un certain nombre de textes consacrés à la Guinée, mais le dernier dossier dédié entièrement à ce pays remonte à 1989[1]. Une explication partielle est que la fermeture politique décidée par Sékou Touré très rapidement après l’indépendance a inhibé le développement de la recherche sur la Guinée[2]. L’effet de traîne de cette fermeture est en train de se dissiper sous les efforts communs de chercheurs guinéens et étrangers. C’est grâce à ces nouvelles générations de chercheurs que le présent numéro se propose d’éclairer la trajectoire de la Guinée depuis la prise de pouvoir d’Alpha Condé en 2010.

Les élections de 2010 ont été le premier scrutin compétitif de l’histoire de la Guinée depuis l’indépendance du pays en 1958. Les élections elles-mêmes ont été âprement disputées, dans un double contexte de contestation et de suspicion vis-à-vis des institutions électorales, et d’ethnicisation – à l’occasion violente – de l’espace politique. La victoire d’Alpha Condé, opposant historique, condamné à mort sous Sékou Touré, le premier chef d’État de la Guinée indépendante, puis emprisonné sous son successeur, le général-président Lansana Conté, n’en avait pas moins suscité de l’espoir, aussi bien au sein de la population que parmi les partenaires internationaux du pays. Alpha Condé n’aura pas su dépasser le double legs de 2010 – des institutions électorales fragiles et un processus d’ethnicisation du politique – et c’est bien vers un « autoritarisme électoral » qu’il aura emmené la Guinée. Ainsi, en combinant, sur toute la durée de ses mandats, répression et manipulations institutionnelles et constitutionnelles, il s’est assuré en 2020 un troisième mandat. Peu après, le 5 septembre 2021, il a été renversé lors d’un coup d’État orchestré par l’un de ses proches, le colonel Mamadou Doumbouya, commandant du Groupement des forces spéciales.

Lire la suite sur Cairn



Citer ce billet
vincentfoucher (2023, 13 octobre). Introduction au thème: Guinée : éléments pour une topographie politique et morale, par Vincent Foucher, Joschka Philipps et Abdoulaye Wotem Somparé, Politique africaine n°169, 1/2023 (accès libre). Politique africaine. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sy2i

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search