RDL n° 167 – MASSOUD (Mark Fathi),  Shari‘a, Inshallah: Finding God in Somali Legal Politics, Cambridge, Cambridge University Press, 2021, 380 pages

Dans ce livre, Mark Massoud propose une étude des usages politiques concurrents de la shari‘a dans un contexte national peu étudié. À rebours d’une caractérisation de la Somalie actuelle comme un désert juridique imprégné d’extrémisme religieux, l’auteur entend montrer comment la shari‘a a été appropriée pour construire l’État, œuvrer pour la paix, la justice ou encore l’égalité des genres. Il cherche ainsi à se positionner contre des théories « occidentales » séparant droit et religion dans la conception de « l’État de droit » (« rule of law »). À l’opposé d’une vision négative de la shari‘a la considérant comme destructrice et répressive, l’ambition de ce livre est d’élucider la manière dont droit et religion sont utilisés stratégiquement, et dont la shari‘a peut être invoquée pour construire l’État de droit.

Pour parcourir l’histoire mouvementée de la Somalie et du Somaliland, Massoud se fonde sur l’exploration des archives coloniales, ainsi que sur des observations et de nombreux entretiens conduits au Somaliland, au Kenya et en Éthiopie auprès de juristes, de sheekhs, de membres des gouvernements, de militants et d’expatriés. Il expose la manière dont les administrateurs coloniaux, leurs adversaires politiques, les membres des gouvernements postcoloniaux ou encore les juges et les militants promeuvent chacun leur propre version de la shari‘a pour parvenir à des objectifs politiques, économiques et sociaux. Le cas somali permet d’après lui d’explorer ces tentatives pour « construire un État distinct, unifié et cohérent », ainsi que « la résilience de l’Islam dans ce processus » (p. 12).

L’ouvrage est structuré en deux parties chronologiques. La première traite des périodes de la colonisation, surtout au Somaliland, et de l’État postcolonial jusqu’à la chute de la dictature en 1991. La seconde est consacrée aux nouvelles appropriations de la shari‘a après l’effondrement de l’État somalien.

La période coloniale permet d’étudier l’instrumentalisation du juridique et du discours religieux par les administrateurs britanniques et par ceux qui leur résistent. L’auteur revient sur la place du droit dans les stratégies coloniales et montre que s’institutionnalise alors une séparation juridique artificielle entre shari‘a et droit coutumier. Cette séparation entraîne l’émergence de nouvelles hiérarchies et rivalités entre les chefs coutumiers et les sheekhs, ce qui permet d’asseoir la domination coloniale. Massoud s’arrête également sur la longue guerre coloniale opposant les Britanniques aux partisans de Mohammed Abdullah Hassan entre 1900 et 1920 : cette guerre se joue aussi sur le terrain du religieux puisque chacun des belligérants promeut sa propre vision de la shari‘a.

Suite aux indépendances et à la formation par les deux anciennes colonies de la nouvelle République somalie, les acteurs gouvernementaux poursuivent le travail des administrateurs coloniaux en élargissant leur contrôle sur le droit coutumier et la shari‘a. Le pluralisme juridique devient « à la fois l’ennemi et l’allié » (p. 141) de l’élite politique, qui coopte la shari‘a et le droit coutumier à des fins de légitimation tout en les subordonnant à l’État. L’auteur explore ces dynamiques, notamment à travers l’étude de l’unification juridique qui aboutit à la suppression des cours shari‘atiques. Siyad Barré, à la tête de la dictature militaire à partir de 1969, poursuit dans cette direction en attaquant frontalement la shari‘a – politique qui culmine en 1975 avec l’exécution de plusieurs sheekhs opposés à une nouvelle loi sur la famille.

La seconde partie du livre traite thématiquement de différentes appropriations de la shari‘a après 1991. Massoud consacre un chapitre aux réinvestissements du religieux dans le Sud de la Somalie. Il s’attarde sur la constellation des tribunaux islamiques qui voient le jour à Mogadiscio et qui parviennent à offrir un semblant de paix face aux chefs de guerre, en se fondant sur la shari‘a mais aussi sur le droit coutumier. L’intervention éthiopienne met un terme à cette expérience en 2006. L’auteur décrit ensuite la lutte armée entre Al-Shabaab et le gouvernement fédéral de transition. Si les deux entités se réclament de la shari‘a, la première en promeut une version légaliste et exclusive, alors que la deuxième en fait la référence surplombant la constitution de 2012 mais l’intègre dans un système judiciaire soutenu par la communauté internationale. Les tribunaux du gouvernement deviennent alors la cible d’attaques d’Al-Shabaab.

Contrairement au chaos qui règne dans le Sud, le Somaliland, région sécessionniste du Nord, représente une tentative pour unifier démocratie, État de droit et shari‘a. Massoud passe en revue les différentes manières dont la shari‘a participe, selon lui, à la stabilité sociale. Il y voit la preuve que le pluralisme juridique n’est pas en soi déstabilisant. Mais, dans la continuation de la dynamique coloniale, l’État et les acteurs internationaux sont toujours engagés dans un effort de centralisation et de cooptation du pouvoir religieux. L’auteur explore également les usages stratégiques de la shari‘a par les femmes activistes au Somaliland. Réservant la rhétorique des droits humains aux bailleurs de fonds, ces militantes font de la shari‘a une ressource discursive plus légitime pour combattre la marginalisation politique des femmes et différents types de violence comme les mutilations génitales.

L’une des qualités de ce livre est l’attention portée aux effets de hiérarchisation inhérents à la gestion, par une élite politique et ses alliés internationaux, du pluralisme juridique. Massoud pointe ainsi les continuités entre les périodes coloniale et postcoloniale dans le rapport du pouvoir politique à la shari‘a. L’auteur veut opérer dans ce récit une véritable revalorisation symbolique et scientifique de celle-ci, dénigrée ou ignorée par les spécialistes occidentaux et les décideurs, auxquels il s’adresse explicitement.

On regrette cependant que l’auteur mobilise de manière récurrente le concept de shari‘a comme une catégorie analytique unifiée, alors même qu’il montre la variété de ses usages et de ses appropriations. Les explications quant aux motivations des acteurs deviennent parfois circulaires et l’insistance sur la revalorisation nécessaire de la shari‘a peut s’avérer très normative – reléguant au second plan les conflits que l’auteur décrit pourtant longuement. Il est dommage que le livre n’intègre pas non plus une étude sociologique plus précise des spécialistes du droit islamique évoqués. L’ouvrage demeure néanmoins une synthèse intéressante et documentée des rapports entre droit et religion tout au long de l’histoire somalienne et somalilandaise.

Louise Klein

École normale supérieure



Citer ce billet
Sandrine Perrot (2023, 28 avril). RDL n° 167 – MASSOUD (Mark Fathi),  Shari‘a, Inshallah: Finding God in Somali Legal Politics, Cambridge, Cambridge University Press, 2021, 380 pages. Politique africaine. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sy24

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search