RDL n° 167 – Adenekan (Shola), African literature in the Digital Age: Class and Sexual Politics in new Writing from Nigeria and Kenya, Woodbridge, Boydell & Brewer, 2021, 224 pages

L’ouvrage présente l’intérêt notable de brosser les grandes lignes d’un champ de recherches tout à fait émergent : celui de l’étude des productions littéraires sur Internet, en prenant deux cas particulièrement riches, le Kenya et le Nigeria. L’ouvrage a donc le mérite de proposer de très nombreuses pistes de recherches et nous ne pouvons que souhaiter que d’autres ouvrages naissent dans le sillage de celui-ci. Il a toutefois également le défaut de certains livres précurseurs : parfois trop rapides sur l’argumentation (la définition de la « classe » qui fournit pourtant son sous-titre au livre est évacuée une seule page, page 15, qui donne congé aux interprétations marxistes par une formulation lapidaire), contestable sur certaines conclusions, délibérément non exhaustif. Il serait toutefois dommage de bouder son plaisir face à un livre qui apporte tant de perspectives critiques enthousiasmantes.

D’abord, il affronte un continent textuel en formation, trop peu étudié par les littéraires, en prenant au sérieux les esthétiques produites sur Internet. L’auteur traite à la fois des maisons d’édition numériques, des revues littéraires, de l’auto-publication numérique, des débats littéraires ayant lieu sur des listes de diffusion ou sur les réseaux sociaux, des fanfictions, des vidéos ou encore des GIF. À chaque fois, l’auteur montre comment de nouvelles logiques de production sont à l’œuvre, en faisant la part belle au « réseau ». L’auteur utilise la métaphore de l’araignée (« Anansi », p. 22) pour théoriser la pensée en réseau de ces nouveaux auteurs – même si celle-ci était déjà induite en réalité dans l’anglais du web. Dans Oral Tradition and the Internet Pathways of the Mind, John Miles Foley fournit de très intéressantes analyses sur les modalités de diffusion des récits sur Internet, non pas pensés comme triomphe de l’écrit mais au contraire comme relevant des modes de diffusion de l’oralité (primeur des versions les plus populaires, écrasement des variantes mineures, dissolution de la notion d’auteur, primat du collectif…)[1] : cette articulation entre oralité et écriture aurait pu être davantage explorée dans l’ouvrage.

Second intérêt théorique de l’ouvrage, l’auteur mène une réflexion sur l’espace numérique comme lieu de décolonisation des imaginaires. Non reliées à des « centres » éditoriaux qui reproduisaient les hiérarchies symboliques impériales, ces nouvelles productions numériques s’affranchissent des canons et des impératifs économiques de l’industrie du livre. Si je n’adhère pas totalement à l’idée de « freedom » du net régulièrement proclamée par l’auteur (qui fait peu de cas des censures de la toile), je partage néanmoins le constat d’une indéniable opportunité de décolonisation des espaces éditoriaux. Des revues telles que Krazivity ou Kwani? sont aujourd’hui de véritables laboratoires esthétiques et politiques. De grands noms de la poésie, à l’instar de Warsan Shire, commencent leur carrière sur Internet ou bien « testent » leurs nouvelles productions sur les réseaux sociaux avant de les publier. Des chapitres thématiques abordent des questions souvent peu explorées par les études littéraires traditionnelles, comme l’imaginaire queer (chapitres 4 et 5), le roman érotique (chapitre 7) ou encore l’esthétique du quotidien (chapitre 8). C’est en définitive la notion même de canon littéraire que Shola Adenekan nous invite à revisiter. Cette décolonisation des thématiques tout autant que des pratiques littéraires passe par la prédominance des récits de la « classe moyenne ». Ainsi, une grande place est accordée tout au long de l’ouvrage à Chimamanda Ngozi Adichie, qui revendique par exemple son appartenance à cette « classe moyenne », en réaction au stéréotype d’une Afrique uniformément et uniquement « pauvre » (p. 63), et qui en fait le sujet principal de ses livres et de ses nouvelles. Les romanciers se font alors « ambassadeurs culturels » (p. 16), portes-paroles de minorités, acteurs de changements politiques et sociaux. D’intéressants développements sont consacrés à la cause des « queers », notamment en la personne de Binyavanga Wainaina, fondateur de Kwani?, qui décide de se déclarer comme gay sur YouTube, puis dans un poème intitulé « When the Internet Arrived, the Homosexual Deamon Went Digital », co-publié sur Black Looks (p. 80). Le poète queer est conçu comme passeur de frontières (« border-crosser », p. 88), avec à l’appui de nombreuses analyses de textes, à l’instar du poème Outlier de Cary Alan Johnson, dénonçant l’essentialisation du corps noir gay (p. 101). L’articulation entre la liberté de la toile, sans cesse proclamée, et la sévère répression des corps dans l’espace public pourrait être davantage traitée, loin des utopies numériques.

Enfin, l’ouvrage fournit la mesure de la dimension collective et réactive de la toile, ce qui a des conséquences sur la production même des œuvres : c’est le cas des fanfictions (voir par exemple les prolongements du personnage de Makmende dans des films de fans sur YouTube, p. 44), des anthologies collectives et spontanées (en l’honneur de Kofi Awoonor, p. 52) ou encore de poèmes participatifs (Uche Peter Umez invite sur la liste Ederi à réagir et à compléter le poème « In my land », p. 55).

On peut regretter que l’auteur ne théorise pas davantage sa propre place à l’intérieur de ces champs littéraires numériques. On apprend en effet au détour de la présentation de l’auteur en couverture qu’il est lui-même animateur d’un site littéraire, thenewblackmagazine.com, de même qu’un participant à de nombreuses listes de diffusion dont il ne peut révéler entièrement le contenu. Cette insertion dans le champ mériterait d’être interrogée, explorée, exploitée bien davantage : elle offre de prometteuses pistes de réflexion sur la dimension créative de la recherche, que l’auteur s’emploie déjà à mettre en pratique avec brio. De même, on ne peut que souhaiter les prolongements de ces études dans les champs des productions en langues africaines : qu’en est-il des débats en haoussa, en swahili, en wolof tellement présents sur la toile ? L’auteur ne traite ici que des productions anglophones, or elles sont intensément connectées à des productions numériques multilingues qui gagneraient à l’avenir à être interrogées ensemble. En définitive, African Literature in the Digital Age est un formidable réservoir de lectures et de pistes critiques. S’il suscite de nombreuses questions et commentaires, c’est surtout parce qu’il est indéniablement un livre pionnier, fondamental et précieux, qui renouvelle les canons et les « valeurs » littéraires avec la force des révolutions tranquilles.

Elara Bertho

CNRS,

Les Afriques dans le monde (LAM)

[1]. J. M. Foley, Oral Tradition and the Internet Pathways of the Mind, Urbana, University of Illinois Press, 2012.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sandrine Perrot (28 avril 2023). RDL n° 167 – Adenekan (Shola), African literature in the Digital Age: Class and Sexual Politics in new Writing from Nigeria and Kenya, Woodbridge, Boydell & Brewer, 2021, 224 pages. Politique africaine. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/sy23


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search