RDL Polaf n° 167 : OLIVIER DE SARDAN (Jean-Pierre), La revanche des contextes. Des mésaventures de l’ingénierie sociale, en Afrique et au-delà, Paris, Karthala, 2021, 496 pages par Fatoumata Diallo

L’ouvrage s’articule autour d’une question principale : pourquoi les politiques de développement échouent-elles si souvent, et plus largement, comment expliquer l’écart entre ces politiques publiques telles qu’elles sont formulées et leur réalité sur le terrain ? Cette question, longuement examinée par les littératures sur le développement et sur l’analyse des politiques publiques, reste d’actualité. Elle est peut-être d’autant plus pertinente en Afrique où des acteurs issus de différents mondes co-produisent les réponses aux problèmes publics. Olivier de Sardan choisit de prendre ces écarts comme point de départ pour dresser le portrait de l’action publique en Afrique, faire interagir ses conclusions avec d’autres champs de la littérature en sciences sociales et extraire des résultats de recherche applicables au-delà du continent.

L’ouvrage est un travail collaboratif riche en empirie nourri des travaux antérieurs de l’auteur et de nombreuses contributions d’autres chercheur·e·s du Lasdel (Laboratoire d’études et de recherche sur les dynamiques sociales et le développement local). Le livre est divisé en cinq parties. L’auteur s’emploie d’abord à définir les termes-clés que sont notamment l’ingénierie sociale et ce qui est entendu par l’expression « revanche des contextes », quasi-synonyme du concept d’« implementation gap »(p. 16) initialement développé dans la littérature nord-américaine sur l’analyse des politiques publiques. Il rappelle également que l’Afrique évoquée ici est celle dont les modernités sont largement définies par les projets de développement et avec lesquels les bureaucraties locales doivent composer. La première partie est dédiée aux « modèles voyageurs » : les politiques publiques érigées en exemple par les sphères internationales du développement et exportées dans de nombreux pays. Elles sont ici dépeintes comme des interventions standardisées, ayant acquis un statut de modèle par le biais d’une histoire édifiante originelle. Les transferts monétaires et leur transposition incomplète et hasardeuse dans certains pays africains font l’objet du deuxième chapitre. L’auteur y souligne une tendance à mettre en œuvre les transferts monétaires en ignorant les systèmes de solidarité existants. En s’appuyant sur des données issues d’enquêtes menées au Niger et de données secondaires d’autres régions d’Afrique, il met en lumière plusieurs problèmes de définition qui entravent le succès local des transferts monétaires. La pauvreté tout d’abord n’est pas définie de la même façon par les ONG et par les publics cibles de l’instrument : l’identification des bénéficiaires est une source de conflit et est souvent jugée peu pertinente. Ensuite, l’instrument vise les femmes car il est présumé qu’elles sont en charge des dépenses du ménage, comme dans les pays d’Amérique du Sud où les transferts monétaires ont connu un large succès. Or il n’en est rien : sans prise en compte du type de dépense qui incombe à chaque membre du foyer, l’instrument n’atteint pas ses objectifs. Le concept exploratoire de « normes pratiques » fait l’objet de la deuxième partie. L’écart observé entre normes formelles et réalités de mise en œuvre est une constante rapportée par des auteurs issus de disciplines et ayant des sensibilités diverses travaillant sur des aires géographiques extrêmement variées et Olivier de Sardan considère que l’existence de normes pratiques – « diverses régulations implicites (informelles, de facto, tacites, latentes) qui sous-tendent les pratiques des acteurs » (p. 121) – est un des facteurs explicatifs de ces décalages. L’étude de cas, portant sur la culture professionnelle des sages-femmes nigériennes, permet d’introduire le concept de « nœud critique » pour définir les situations où les normes pratiques d’usage dans un secteur donné entrent en contradiction avec la mission consistant à délivrer des biens et des services publics. Les vignettes ethnographiques fournies par l’auteur font par exemple état de différents types d’absentéisme légitimés par des normes pratiques tel que l’absentéisme social – les professionnelles de santé ne se présentent pas au travail car elles doivent se rendre à des obligations sociales importantes telles que les mariages ou les baptêmes de proches – ou l’absentéisme religieux – des fonctionnaires effectuent leurs pèlerinages à La Mecque sur leur temps de travail et leur hiérarchie ne les comptabilise pas comme des congés.

La troisième partie de l’ouvrage s’intéresse au mode de gouvernance, défini comme un « dispositif institutionnel spécifique de délivrance de biens d’intérêt général » (p. 209). On y décrit plusieurs modes (« mécénal » ou encore « religieux ») avant de souligner le fait que différents modes de gouvernance co-existent souvent dans la délivrance d’un seul bien. L’auteur s’arrête plus longuement sur les modes de gouvernance interdépendants que sont le « mode bureaucratique-étatique » – l’exercice du pouvoir de l’État via son appareil normatif classique – et le « mode développementiste » – l’action publique financée et assurée par des organisations internationales par le biais de projets de développement. Le chapitre 6 souligne les contradictions et les failles du mode de gouvernance « bureaucratique-étatique » en Afrique qui mènent à une reproduction de rapports coloniaux entre gouvernants et gouvernés, une présence décousue de l’État selon les régions du pays et une incohérence des politiques publiques. En retour, ces incohérences amplifieraient le recours aux normes pratiques. Le mode de gouvernance « développementiste » crée quant à lui des bulles de gouvernement, typiques de la gouvernance par projets déployée à grande échelle, et peu propices à la cohérence de l’action publique dans sa globalité.

La quatrième partie de l’ouvrage porte sur les logiques sociales. L’auteur différencie la logique sociale – située à un niveau « plus général et plus transversal » et qui « introduit un projet plus interprétatif » (p. 352) – de la « norme pratique » – qui reste plus proche du constat et de la description. Les logiques sociales correspondent à des cohérences de comportement, qui co-existent au sein d’une société donnée. Les exemples donnés sont notamment la pitié, la honte ou encore l’ostentation. Les logiques sociales constituent une alternative à des interprétations comme le néo-patrimonialisme et le culturalisme traditionnaliste africaniste pour expliquer les spécificités de l’action publique en Afrique. Une étude de cas assez convaincante met à l’œuvre cette hypothèse et montre de quelle manière ces logiques sociales co-existent dans la délivrance de services publics au Niger dans les secteurs de la justice, du maintien de l’ordre et de la santé publique. La pitié en tant que logique sociale, prégnante à l’échelle du secteur du maintien de l’ordre, aboutit à une gestion compassionnelle, qui régit les relations entre collègues (affectation des policiers proches de la retraite aux postes routiers générateurs de revenus) et avec les usagers. L’auteur clôt l’ouvrage en s’interrogeant sur les apports de ses conclusions à l’analyse de l’action publique. Il présente d’abord un état des lieux de l’incompréhension qui existe entre chercheurs et acteurs du développement, puis souligne toutefois le rôle joué par les « experts contextuels » capables d’interagir avec les normes pratiques afin de réduire l’écart entre le plan initial et sa mise en œuvre, et fait enfin la promotion de solutions locales à l’aide de divers exemples.

Le livre reprend de nombreuses conclusions déjà énoncées par l’auteur dans ces précédents travaux, mais va plus loin dans l’articulation de tous ces résultats de recherche entre eux et avec les littératures académiques concernées. Chaque partie est agrémentée d’un vaste état de l’art autour des notions discutées dans les pages suivantes. L’écriture se veut accessible, simple et rigoureuse. L’ouvrage constitue ainsi une porte d’entrée idéale vers la socio-anthropologie du développement pour des étudiant·e·s ou des chercheur·e·s issus de disciplines éloignées des sciences sociales. Il est écrit comme une invitation à poursuivre l’œuvre de l’auteur à travers la mise au travail des concepts-clés dont les faiblesses occasionnelles sont mentionnées par l’auteur.

On peut tout de même mentionner quelques limites à l’ouvrage. On note ainsi certains angles morts dans la recension des apports théoriques. Dans le chapitre consacré aux modèles voyageurs, Olivier de Sardan s’appuie sur les classiques de la littérature de la circulation internationale des politiques publiques afin de développer son propre concept. Malheureusement, il ne mentionne pas les écrits plus récents issus des policy mobilities alors même que l’idée de modèle voyageur s’inscrit parfaitement dans la perspective critique de ces travaux. S’appuyer sur ces derniers aurait pu donner encore plus de force aux arguments de l’auteur. On peut par ailleurs reprocher à certains concepts développés dans l’ouvrage leur délimitation approximative. Les logiques sociales, par exemple, sont décrites comme à la fois « universelles » et « très contextualisées », elles régissent l’observance de normes à la fois officielles, sociales et pratiques dans les sphères privées et professionnelles (p. 355). Le flou inhérent à certaines de ces définitions peut remettre en question la légitimité de certaines notions et entraver leur réappropriation par d’autres chercheuses et chercheurs à l’avenir. Enfin, la conclusion laisse le lecteur sur sa faim. En effet, on y rappelle que les savoirs locaux constituent une des clés pour réduire l’implementation gap. Toutefois, l’auteur offre peu de pistes pour dépasser ce constat. Une dernière remarque concerne l’Afrique dont il est question tout au long de l’ouvrage. En effet, malgré le paragraphe dédié à cette question en introduction, on constate que les données sont issues de zones spécifiques, francophones et souvent rurales ou péri-urbaines. Dès lors, qu’en est-il de ces résultats pour l’Afrique des villes et l’Afrique non francophone, au-delà de leurs apparitions furtives dans certaines vignettes ?

Ces dernières remarques n’enlèvent rien à la richesse de l’ouvrage et à la force de son propos, adossé sur plusieurs décennies de recherche collective. L’ouvrage est accessible à des chercheurs de plusieurs niveaux et fait travailler des concepts exploratoires de façon convaincante, d’autant plus que ceux-ci sont mis en relation avec la littérature des sciences sociales au sens large afin de permettre au plus grand nombre de s’en emparer.

Fatoumata Diallo

Centre de recherches internationales (Ceri),

Sciences Po Paris



Citer ce billet
Sandrine Perrot (2023, 4 avril). RDL Polaf n° 167 : OLIVIER DE SARDAN (Jean-Pierre), La revanche des contextes. Des mésaventures de l’ingénierie sociale, en Afrique et au-delà, Paris, Karthala, 2021, 496 pages par Fatoumata Diallo. Politique africaine. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sy22

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search