Edwards Sebastian, 2014, Toxic Aid. Economic Collapse and Recovery in Tanzania, lu par Olivier Provini

18781381EDWARDS (SEBASTIAN), Toxic Aid. Economic Collapse and Recovery in Tanzania, Oxford, Oxford University Press, 2014, xxiv, 290 pages

La Tanzanie est-elle une « success story » économique comme la représentent les discours et les rapports des organisations internationales ? Et si oui, comment expliquer les résultats décevants de certains indicateurs, comme le taux de pauvreté, malgré l’afflux de l’aide internationale ? Tels sont les questionnements de départ proposés dans cet ouvrage par Sebastian Edwards, professeur d’économie internationale à l’Université de Californie. Il s’inscrit dans une littérature foisonnante (chapitre 2) consacrée à l’économie politique tanzanienne et son statut de donor darling. Cependant, l’auteur a l’originalité de proposer une lecture historique de la relation entre les gouvernements tanzaniens et les acteurs de l’aide internationale depuis l’Indépendance en 1961. Alors que l’aide internationale représente 12 % de son produit intérieur brut en 2010 et que la Tanzanie occupe depuis le milieu des années 1970 le haut du classement des pays africains récipiendaires d’aide, la configuration tanzanienne constitue une étude de cas remarquable pour comprendre l’ensemble des articulations entre cette économie sous perfusion et le politique, par exemple en termes de fabrique des politiques publiques. En travaillant essentiellement sur les politiques macroéconomiques engagées (notamment sur la problématique de la dévaluation du shilling tanzanien) et, d’un point de vue méthodologique, sur une étude de discours, l’auteur défend la thèse que l’assistance des bailleurs de fonds est responsable autant des réussites que des échecs des réformes économiques en Tanzanie (p. 2).

Sebastian Edwards esquisse l’histoire des idées des politiques de développement (chapitre 3). Il questionne ainsi l’évolution des discours, des référentiels et des rapports de force entre les institutions et les économistes au sein même des organisations internationales et déconstruit, dans une perspective néo-institutionnaliste, leur apparente homogénéité (p. 83-85). Sur la base de nombreuses données chiffrées, de graphiques et de tableaux synthétiques, l’auteur souligne les paradoxes saillants de l’histoire des relations entre les différents gouvernements et les bailleurs de fonds, tant dans les phases d’accords (chapitres 8 et 10) que dans les périodes conflictuelles (chapitre 7). En effet, les relations entre Julius K. Nyerere, à la tête du pays entre 1964 et 1985, et le Fonds monétaire international, sont ambiguës et parfois houleuses, comme en 1970, lorsque les représentants de l’organisation internationale sont expulsés du pays. C’est pourtant l’aide internationale qui a permis de financer l’ambitieux projet socialiste émanant de la déclaration d’Arusha (chapitre 5) sans pour autant prendre la mesure de son échec politique, économique et social (chapitre 6). Edwards évoque également l’évolution de l’aide tanzanienne en déplaçant son regard vers les pays donateurs. Ainsi, il explique comment les controverses au sein des pays nordiques ont fait évoluer l’approche et les accords bilatéraux avec la Tanzanie (p. 113-115 et 171). C’est plus largement toute la thématique du changement et de la réforme qu’il aborde en filigrane dans un système politique longtemps structuré autour d’un parti unique qui encadrait les débats, les courants idéologiques et le recrutement des élites bureaucratiques (p. 129-130).

En partant d’une approche historique de l’aide internationale et de l’économie politique, Sebastian Edwards construit une argumentation efficace pour appréhender le politique en Tanzanie. Pour autant, son analyse souffre parfois de jugements normatifs : il peut ainsi défendre les prescriptions des organisations internationales, allant même jusqu’à esquisser des projections et scénarios libéraux après l’Indépendance (p. 253-255). Ce positionnement peut s’expliquer par sa trajectoire professionnelle, puisqu’il a été responsable économique pour l’Amérique latine de la Banque mondiale entre 1993 et 1996. Surtout, l’auteur ne se positionne aucunement sur la controverse et le débat théorique autour de l’État en Tanzanie, par exemple sur l’héritage du socialisme. Son développement se limite trop souvent à une compréhension du pouvoir et du changement par une approche personnifiée et présidentialisée. En effet la « variable Julius K. Nyerere » est souvent avancée pour comprendre tant les échecs des négociations entre les bailleurs de fonds et le gouvernement que les réformes engagées. Par exemple, le passage au système du multipartisme est interprété quasi exclusivement à travers les discours du Mwalimu en 1990 et 1993 et les réformes macroéconomiques rendues possibles grâce au pragmatisme de Benjamin Mkapa (chapitre 9). Cette lecture du politique par la matrice du leadership aurait pu être contrebalancée par une étude sociologique davantage centrée sur les acteurs, notamment en y développant plus en détail l’analyse de secteurs particuliers de politiques publiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search